En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

Quand les Allaire se liguent contre Jean-Michel Bazire

Depuis 2003, soit quinze ans (!), Philippe Allaire et Jean-Michel Bazire ne sont pas les meilleurs amis du monde. Ce différend est réapparu au grand jour ce samedi 8 septembre, dans le Prix d’Eté.

post Image

Jean-Michel Bazire n'éclate pas de joie aux abords du poteau, n'ayant certainement pas du apprécier la tactique des Allaire, dans ce Prix d'Eté. Photo Scoopdyga

A cette époque, des transferts ont pesé lourd dans leurs relations. Ils se sont traduits par l’arrivée de Kesaco Phedo dans les boxes de JMB, avant que celui-ci ne gagne le Prix d’Amérique l’année suivante et dans l’autre sens, de Jeanbat du Vivier passant chez Philippe Allaire.
Depuis lors, les deux cracks entraîneurs se retrouvent régulièrement adversaires sur la piste par chevaux interposés et s’ignorent superbement dans les écuries de Vincennes, en particulier. La réminiscence de ce vieux conflit a resurgi au mois d’août quand Aubrion du Gers s’est imposé dans le Prix Jean-Luc Lagardère devant Bird Parker, non sans avoir empiété quelques piquets dans le dernier tournant, sans qu’aucune enquête n’ait été déligentée de la part des commissaires. Philippe Allaire s’en était ému, allant jusqu’à condamner la presse qui n’aurait pas fait son travail en la circonstance.
Depuis, les deux professionnels ne se sont pas posé la question de savoir s’ils partiraient en vacances ensemble…
Samedi, il est clair que les trois Allaire ont joué la course d’équipe pour prendre leur revanche sur Aubrion du Gers et tenter de le faire tomber de son piédestal. Charly du Noyer a été le premier à se sacrifier en résistant longtemps à Aubrion du Gers dans la descente, le contraignant à faire un premier effort pour prendre la tête. Dans la foulée, Traders s’est collé à la tâche, en venant couvrir ce même Aubrion, Jean-Michel Bazire ayant alors eu l’intelligence de ne pas se bagarrer une seconde fois, laissant souffler son partenaire. En revanche, dans le dernier tournant, le léger changement de ligne de Traders pour laisser passer à son intérieur Charly du Noyer et contraindre Aubrion du Gers à virer en troisième épaisseur est apparu comme un fait de course. Les deux drivers de Philippe Allaire, en l’occurrence Yoann Lebourgeois et Eric Raffin, ont tout fait pour envoyer au large le hongre, ce qui n’est d’ailleurs pas condamnable, même si c’est anti-sportif car Charly et Traders étaient en train de rendre les armes.
Certainement énervé par ce déroulement, même s’il n’en a rien montré après la course dans ses propos, Jean-Michel Bazire a demandé à son cheval de sortir le grand jeu à la sortie du dernier tournant. Comme s’il était conscient des misères qu’on lui avait fait subir, Aubrion du Gers, tout aussi rageur que son driver/entraîneur, s’est alors mis à plat ventre, prenant deux longueurs d’avance. C’était suffisant pour se mettre à l’abri du retour de Bird Parker, JMB veillant au grain et sollicitant jusqu’au bout son fameux hongre pour ne pas se faire reprendre sur le poteau.
Dans de telles circonstances, Aubrion du Gers a réalisé une meilleure valeur que l’an dernier dans ce même Prix d’Eté où il avait contenu tout au long de la ligne droite le retour de Bold Eagle. Sa performance de ce samedi est exceptionnelle, tout comme le chrono d’1’11’’2. A son retour aux balances, JMB a estimé « avoir eu un bon parcours », ce qui est complètement faux. Le sarthois, moins sanguin que son ainé, n’a surtout pas voulu souffler sur les braises.
Il avait beau jeu, d’ailleurs, puisque son cheval lui a donné raison sur la piste !

Laisser un commentaire