En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

PMU : trois leviers de collecte à relancer

On savait, depuis un moment, que les chiffres du PMU pour l’année 2018 seraient bien en-deçà des prévisions élaborées un an plus tôt par l’ancienne équipe dirigeante Cependant, ils sont encore pire que l’on ce que l’on pouvait imaginer.

post Image

Photo APRH

Au total, les enjeux hippiques se sont élevés en 2018 à 8,78 milliards (-2,7%), soit 241 millions d’euros de moins qu’en 2017 où une reprise avait été saluée (+2%).
Le réseau en dur, qui réalise près de 80% du CA total, a de nouveau dévissé (-3,6%), réalisant à peine 6,86 milliards d’euros, soit 1,54 milliards de moins que dix ans plus tôt ! Cette chute abyssale est la démonstration flagrante de l’énorme malaise existant dans les points de vente, malaise longtemps mis sous le boisseau et qu’un « ripolinage » de surface ayant pourtant coûté très cher (segmentation entre PMU Passion, Happy, Express) n’a, d’aucune façon, incité les parieurs à jouer plus et plus souvent. Les dizaines de millions d’euros dépensés à partir de 2016 dans cette segmentation n’ont, en aucun cas, endigué la baisse de fréquentation de nos points de vente. Après la légère embellie de 2017 (+0,2%), notre réseau PMU replonge clairement puisque cette baisse de 3,6% est la 3e plus importante depuis une décennie, après les -5,8% observés en 2014 et les -5,4% de 2013.
On aurait pu se consoler si ces parts de marché perdues par le réseau avaient été compensés -tout ou partie- par un transfert sur internet, surtout avec, là encore, les dizaines de millions dépensés sur la marque pmu.fr depuis 2010. En 2018, la masse des enjeux hippiques misés sur la toile s’est élevée à seulement 784 millions (+3%), soit 88 millions d’euros de moins par rapport à l’année référence de 2012 ! Y compris sur Internet, le PMU n’a pas réussi à en faire un vecteur de croissance durable.
Enfin, les enjeux collectés à l’international qui, depuis 2010, étaient l’arbre cachant la forêt avec une très forte croissance (on ne parle pas de sa rentabilité…) semblent arriver à un plafond. Après huit années de croissance à deux chiffres (de 2010 à 2017), cette brique est elle aussi en berne, affichant pour la première fois une croissance… négative de 0,5%.
Les trois leviers de collecte du PMU (réseau, internet, international) peuvent-ils rebondir avec la refonte de ses produits, à savoir ses paris ? Ce jeudi, la nouvelle équipe du PMU a relancé le Quinté+ d’avant 2005, sans Numéro + et avec un rang de bonus en moins. On attendait évidemment avec impatience ses premiers rapports. Avec le succès de son favori Ave Avis (à 3,2/1) devant Bolt (37/1), Balbir (11/1), Voltaire Gifont (10/1) et Deimos Racing (19/1), l’ordre du Quinté+ rapporte (pour 2 euros) 52 573 euros et le désordre 906,70 euros. Voilà qui est encourageant et redonnera du baume au cœur aux turfistes avisés ayant déniché la bonne combinaison.
L’important est maintenant de le faire savoir, communiquer à outrance pour (re)donner envie aux dizaines de milliers de turfistes déçus de se reprendre au… jeu. La période s’y prête, à une semaine du Prix de Cornulier et deux semaines du Prix d’Amérique. Justement, dimanche, le Prix de Belgique, avec ses 14 partants, sera suivi avec intérêt même si cinq des quatorze partants ne se présenteront pas dans leur habit de marié(e), étant ferré(e)s des quatre pieds. Annoncée en revanche pieds nus pour la première fois de ce meeting d’hiver, Belina Josselyn trouve là l’occasion de remporter son premier succès de ce meeting face à Readly Express (ferré), et d’annoncer ses prétentions pour la « belle ».

Laisser un commentaire