En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

L’année vérité

Au-delà de la formule d’usage et de se souhaiter une bonne santé (primordiale, cf les graves accidents de courses survenus cette année), le rituel des bons vœux constitue en ces premiers jours de janvier 2019 un exercice particulier dans l’univers hippique.

post Image

Photo APRH

A défaut de sombrer dans un pessimisme à tout crin, il faut en effet être lucide: l’année 2019 a débuté par une baisse très sensible (10%) des allocations qui aura nécessairement un impact économique sur de nombreuses entreprises du secteur, notamment au sein des écuries. Secondo, les chiffres enregistrés au PMU en cette fin d’année ont été médiocres et décevants, à l’image d’un Prix de Bourgogne remporté par Bold Eagle devant Readly Express, tous les deux excellents au demeurant, preuve d’un Quinté+ en bout de course, incapable de susciter l’engouement, y compris en réunissant un plateau de tout premier plan.
A deux semaines du retoilettage de ce pari, si stratégique pour les finances de l’Institution car très contributif au niveau du Résultat Net, on y voit comme un (mauvais) présage et le signe que la relance du Quinté+ sera compliquée à mettre en œuvre. Après plus de dix ans de déshérence et d’insatisfactions de la part des parieurs, est-il possible de faire du neuf avec du vieux ? Le fait de ramener le Quinté+ à ses contours d’avant 2005, suffira-t-il pour que ce pari redevienne séduisant ? Est-il possible de faire revenir au bercail les abandonnistes, si tant est qu’ils s’intéressent encore aux courses ? Vu le contexte actuel, il semble qu’il ne faut pas s’attendre à des miracles. SI relance il y a de cet ancien produit phare, elle sera lente et ne se traduira pas d’effets immédiats.
L’autre grande interrogation du moment concerne les conséquences du nouveau calendrier mis en place, avec une restriction de l’offre de courses Premium de l’ordre de 20%. Sachant, là aussi, que sur les quinze dernières années, la croissance a reposé de manière quasi exclusive sur la notion de recyclage des gains (avant d’en connaître les limites), quel sera l’impact de cette décroissance ? Quelques minutes supplémentaires entre chaque course pour plus de réflexion et redonner de l’envie compenseront-elles cette réduction de la voilure ? Bien malin qui peut y répondre aujourd’hui, et il faudra se montrer patient pour en toucher les dividendes.
Ces importants changements de cap devront, parallèlement, s’accompagner d’une nouvelle et imaginative communication de la part du PMU, à la fois pour rassurer ses clients actuels en leur donnant l’envie de jouer plus, mais aussi pour conquérir de nouveaux parieurs.
C’est dire s’il va falloir être patient et ne pas verser dans le catastrophisme dans les mois à venir, car trop de signes négatifs envoyés finiraient pas emmener encore un peu plus vite le bateau vers la dérive. C’est dire, en conséquence, que tous les acteurs des courses devront se montrer responsables dans cette période très compliquée à vivre, à plus forte raison dans un contexte de campagne pré-électorale. La démagogie, le « y’avait qu’à… », le « faut qu’on… » seront à éviter.
C’est tout le souhait que nous formulons en ces premiers mois de janvier et que nous chercherons à mettre en oeuvre, nous même à notre petit niveau à Province Courses en cette année 2019. En continuant d’y croire car nous avons un beau produit entre les mains, en croyant aux vertus de l’inventivité, de la volonté collective et d’une solidarité non pas de façade mais réelle, nous avons encore les moyens de nous construire un avenir.

Laisser un commentaire