En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

Drôles (et tristes) numéros

On appelle cela le coup de pied de l’âne. Ce lundi, dans le cadre du dernier comité de France Galop, Edouard de Rothschild a confirmé que les allocations seraient maintenues dans les disciplines du plat et de l’obstacle, en 2019. La raison ? « Nous avons les moyens de financer cette année de relance sur nos comptes propres, sur notre trésorerie. Nous avons fait un choix différent du Trot car nous avons une année d’avance sur eux, puisque nous avons déjà baissé nos allocations de 25 millions fin 2017. Gouverner, c’est prévoir ! »

post Image

Dominique de Bellaigue et Edouard de Rothschild: une complicité de façade mais pas sur le fond. Photo APRH

De tels propos sont inadmissibles, insultants et déplacés à l’heure actuelle. Le TROT a-t-il commenté, fin 2017, la décision de France Galop de diminuer ses allocations ? Le TROT s’est-il exprimé en 2015, sur l’arrêt de l’obstacle à Enghien, ayant pour conséquence de se retrouver avec la totale gestion de cet hippodrome ? Le TROT donne-t-il son avis sur la fermeture de Maisons-Laffitte ? Et le pompon du pompon, c’est tout de même cette phrase de fin : « gouverner, c’est prévoir », comme si le Galop était un expert en matière de Gouvernance, ce qui se saurait… Le rapport Arthuis est là pour en témoigner.
Cette leçon de maître à l’élève est d’autant plus incongrue quand, deux jours plus tard, une perquisition se déroule à France Galop suspecté de corruption dans l’attribution en faveur de Noctis, concernant la restauration du nouveau Longchamp…
De telles façons de faire montrent bien que le Galop et le Trot ne s’entendent pas et que les propos, souvent tenus publiquement par les deux Présidents, genre « il n’existe pas une feuille de papier à cigarette de différends entre nous », sont d’une totale hypocrisie. Les deux Sociétés ont des stratégies et points de vue radicalement opposés et si elles n’avaient pas en commun le GIE PMU et des obligations vis-à-vis des Ministères, il y a belle lurette qu’elles vivraient chacune leur vie séparément.
Au moment où toute la filière des courses se retrouve dans le dur, elle devrait se montrer solidaire et ne pas jouer la division. C’est loin, malheureusement, d’être le cas à l’heure, y compris au trot où émergent de premières vagues de mécontentement sur la répartition de la baisse des allocations, entre Paris et la Province. La clé 45/55 était-t-elle la bonne ? Des professionnels installés en régions estiment que non, mettant en avant l’impérieuse nécessité de conserver une large base, déjà extrêmement fragilisée. Une pétition a été lancée dans ce sens.
Autre rappel de la difficulté du métier: l’accident survenu à Yoann Lebourgeois et Jarmo Niskanen en pleine course, lundi au Mans. Le premier cité, auteur d’une saison d’exception avec 324 succès (230 à l’attelé, 94 sous la selle), a été opéré dans la foulée d’une fracture malléole et laissera sa place sur tous les « Allaire » dans les semaines à venir. Quant à Jarmo Niskanen, il est également sur la touche pour de plus ou moins longues semaines (côtes cassées, vertèbres cervicales touchées, etc…) et suivra, dimanche, son pensionnaire Earl Simon, de son lit d’hôpital ou de convalescence.
Earl Simon, avec Erminig d’Oliverie, représentent les meilleures chances du clan Français dans le Critérium Continental, l’une des trois épreuves phares de la réunion dominicale de Vincennes, avec le Prix Ténor de Baune (où Davidon du Pont (ferré) et Délia du Pommereux (déferrée) se retrouvent) ainsi que le Prix de Vincennes (les trois meilleurs sont là avec Feeling Cash, Fado du Chêne et Ferreteria).
Voilà une belle affiche en cette avant-veille de Noël, une semaine après la consécration et le grand moment de sport offert par Face Time Bourbon, dans le Critérium des 3 ans. Entraîné par Sébastien Guarato, le ¾ frère de Bold Eagle (Ready Cash et une mère par Love You) a tout pour marcher dans les pas de son aîné.

Laisser un commentaire