En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

Un vrai Prix de Sélection

Pour clore ce meeting d’hiver, le Prix de Sélection est, ce samedi, d’un niveau exceptionnel, comme nous en avons rarement eu. Après de nombreux ajustements (rendement de distance ramené à 25 mètres et parcours revu à la baisse, sur 2 175 mètres), ce Groupe I semble avoir trouvé ses marques comme en atteste le plateau réuni.

post Image

(ScoopDyga)

Que les deux meilleurs de la génération des « F » (Face Time Bourbon et Falcao de Laurma), sans oublier le polyvalent Feeling Cash, soient au départ, c’est dans la logique des choses. En revanche, qu’au second poteau, se présentent à la fois le tenant du titre, Davidson du Pont, mais encore le lauréat du Critérium des 4 Ans, Enino du Pommereux et également le très bon Earl Simon, c’est nettement plus rare. Finalement, ne manque à l’appel dans ces trois générations qu’Ermining d’Oliverie, partie au repos après avoir loupé sa dernière sortie.
L’originalité de cette édition 2019 tient aussi au fait que Davidson du Pont, devenu l’indiscutable chef de file de sa promotion depuis l’été dernier, a terminé 4e du Prix d’Amérique il y a cinq semaines, en assumant le poids de la course, ne se faisant cueillir qu’aux abords du poteau.
Voilà donc nos meilleurs « F », dont leur chef de file Face Time Bourbon, déjà confrontés à l’élite des deux générations qui les précèdent. Soit un avant-goût, totalement inédit à cette période de l’année, de ce que pourraient être les Prix d’Amérique à venir !
L’an dernier, Davidson du Pont avait marché 1’10’’8 pour s’imposer dans ce Prix de Sélection, réduction rééditée six mois plus tard dans le Prix de l’Etoile. Jean-Michel Bazire, insatiable et dont l’écurie a été tout l’hiver dans une forme olympique, pense son cheval capable de trotter encore un peu plus vite, aux alentours de 1’10’’4. Si tel est le cas, Face Time Bourbon (1’11’’2 sur 2 100 mètres autostart et 1’12’’2 sur 2 175 mètres départ à la volte, comme chronos de référence) et ses contemporains devront sortir le grand jeu pour résister à leur(s) aîné(s). A propos de Jean-Michel Bazire, et alors qu’il reste encore deux réunions à disputer, celles de ce jeudi et de samedi, Jean-Michel Bazire a explosé tous ses compteurs lors de ce meeting d’hiver. A la fois en nombre de succès (67 à ce jour, nouveau record du genre) et en termes de gains (3 189 450 € pour son effectif). En théorie, il lui sera difficile de battre le record établi lors du meeting 2015/2016 où les trotteurs de l’entraîneur ornais avaient gagné 3 490 780 €. Mais la baisse des allocations (de l’ordre de 12 % depuis le début de ce mois de janvier) n’était pas encore devenue une réalité.
On se réjouit à l’avance de voir cette explication entre champions de trois jeunes générations réunies, apothéose d’un meeting où aucun Groupe I n’aura échappé à nos Trotteurs Français, ce qui est également suffisamment rare pour être noté. Cerise sur le gâteau : l’excellent Fado du Chêne est lui aussi de la fête pour cette clôture, où il devra réussir également sa course poursuite dans le Prix Louis Le Bourg, où il est handicapé de 25 mètres.
Et que dire du GP de Paris de dimanche dernier où "JMB" a donné une leçon de pilotage avec Bélina Josselyn à Junior Guelpa et Alexandre Abrivard en particulier, qui se sont coupés la gorge dans le second passage de la descente, au sulky de Bahia Quesnot et de Looking Superb ? Là où l’aîné a su temporiser pour dégainer aux 500 mètres puis vivre ensuite sur son avance, ses cadets ont confondu vitesse et précipitation dans ce marathon, couronnant la reine de ce meeting.

Laisser un commentaire