En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Province Courses Blog

Au bonheur des « B »

À quoi a bien pu penser Sébastien Guarato dimanche en fin de journée ? En l’espace de moins de vingt-quatre heures, des deux côtés de l’Atlantique, il a vécu des moments rares pour ne pas dire uniques dans la carrière d’un entraîneur.

post Image

(ScoopDyga)

Samedi d'abord, les pieds trempés, vu le déluge au Canada, pour assister au succès de Bold Eagle dans la Breeders Crown. Dimanche ensuite, un œil tourné vers la Belgique pour voir celui de Billie de Montfort dans la finale du Tour Européen du Trotteur Français. Toute proportion gardée évidemment, car Mons n'est pas Woodbine (Mohawk Park) et la finale du Tour Européen du Trotteur Français n’est pas une Breeders Crown. C’est d’ailleurs la première fois qu’un trotteur français remporte une Breeders, ce qui dit tout de la portée de l’exploit de Bold Eagle pour ses premiers pas sur le sol américain qui ne resteront pas sans lendemain. On parle déjà d’une tournée américaine l’été prochain.
Cela doit un peu remuer son homme, non ? C'est sûr même quand on compte déjà à son palmarès toutes les plus grandes courses de Vincennes. À commencer par deux Prix d’Amérique, autant de Prix de Cornulier, tous les Critériums - et à plusieurs reprises pour plusieurs d’entre eux -, des Prix de France, de Paris, de Sélection, des Élites, d’Essai, etc. N’en jetez plus ! De toute façon, l’armoire à trophées est pleine à ras bord. Il va pourtant falloir trouver encore de la place pour glisser ces deux nouvelles récompenses.
Réussir dans une génération, au sein d’une même écurie - Bold est arrivé à Clopin à l’été de ses 3 ans, quand Billie y est depuis sa prime jeunesse -, à faire durer, dans le temps et en parallèle, les carrières de deux chevaux arrivés au sommet dès les premières échéances classiques de leur génération est une performance d’entraîneur, de manager - de chevaux comme d’hommes - qui laisse admiratif. Ces deux-là ont été longtemps les « meilleurs ennemis » même si la femelle a été souvent dans l’ombre du mâle. Pensez qu’ils se sont affrontés à 23 reprises dont 17 fois dans des Groupes I. Des duels qui ont à chaque fois tourné à l’avantage de Bold, sauf quand celui-ci avait une défaillance comme à Cagnes-sur-Mer en début d’année. Alors, oui bien sûr, c’est plus facile quand ils sont bons. Sur la durée, la maîtrise de leurs carrières est néanmoins remarquable. Chez les « R », Sébastien Guarato avait déjà eu la « dame de fer » Roxane Griff et Rapide Lebel, battu d’un rien à Woodbine par Commander Crowe il y a huit ans. Six générations après, l'entraîneur s’appuie sur un autre duo dont les gains flirtent avec les sept millions d’euros. Bold Eagle est en passe de détrôner Timoko de sa couronne de trotteur français le plus riche de tous les temps, alors que Billie de Montfort peut raisonnablement espérer intégrer le top 3 des femelles françaises les plus argentées. Chez les 8 ans de Sébastien Guarato, difficile pourtant de s'arrêter à l'évocation des deux seules vedettes. Le bonheur des « B » guaratoiens est plus vaste ; il y a eu Booster Winner, Bolero Love (deux vainqueurs de Groupe I), Blé du Gers, Beau Gamin, Bocage d'Ortige et d'autres encore.
De « B », il en est aussi question avec les quatre « B » préparatoires au Prix d’Amérique, lequel vient de retrouver un sponsor pour l'édition 2020 avec Case IH, constructeur de matériels agricoles, après deux années « blanches » à la suite du retrait d’Opodo. La première se déroulera le 17 novembre lors du premier dimanche d’un meeting d’hiver dont le coup d’envoi a été donné mercredi. À l’heure où tout le monde s’accorde sur la nécessité de faire revenir le public aux courses, commençons par lui proposer le meilleur des spectacles, à commencer dans la plus belle course au monde, et donc avec les meilleurs acteurs. Soyons pragmatiques. Personne ne se serait interrogé si Cleangame avait remporté le Prix d’Été devant Propulsion. Au contraire ! Alors pourquoi lui indiquer la porte de sortie du meeting alors qu’il vient tout juste d’y entrer de manière triomphale dans le Prix des Cévennes en démontrant qu’il était, une nouvelle fois, l’un des meilleurs de la discipline ?

Laisser un commentaire