En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Province Courses Blog

Entre wild card et méritocratie

Comment se passer de lui dans la plus grande course de l’année ? En l’espace de deux saisons, Cleangame (Ouragan de Celland) est devenu le trotteur le plus populaire du pays. Quand bien même cette affirmation ne peut être vérifiée par quelconque instrument de sondage, le champion de Jean-Michel Bazire a réuni tous les éléments de la popularité ultime.

post Image

Cleangame (ScoopDyga)

Il a sillonné l’Hexagone dans le cadre du GNT 2018 et a remporté six étapes du « tour de France des Trotteurs ». En 2019, il a monté d’un cran au niveau de la hiérarchie sportive tout en continuant sa campagne en régions s’adjugeant les Grand Prix Anjou-Maine et du Sud-Ouest. Il aurait pu (aurait dû) gagner la Finale des U.E.T. Masters face à la référence continentale Propulsion mais une poussière dans cette mécanique de haute précision est venue tout perturber et il perdit la course à 150 mètres de son terme. De quoi lui donner pour le public, dans le même temps, une dimension terrienne : il n’est pas infaillible.
Même si depuis, il n’a plus connu la défaite. Dimanche dernier sa démonstration dans la Finale du Grand National du Trot, dans le temps record astronomique d’1’11’’5 en rendant 50 mètres, et faisant écho à une performance exceptionnelle aussi à Nantes, n’a fait que renforcer son aura.
Pourtant, hongre, il ne sera pas au départ du Prix d’Amérique. Cette situation est une incongruité en 2020. Alors comment faire ? L’option d’une ouverture générale aux hongres dans le Prix d’Amérique ne passera pas. Trop brutale, trop inacceptable pour les défenseurs de la tradition et des règles séculaires. Et l’argument consistant à craindre que plusieurs hongres prennent la place de trotteurs mâles ou femelles est en béton. Alors comment faire accepter non pas plusieurs candidatures mais une seule ? Grâce au principe très en vogue de la méritocratie. Dans cette veine, la société du Cheval Français a mis en place un classement, les Crack Séries, qui s’il n’a connu aucun succès chez les pros, les parieurs et les fans des courses, n’en demeure pas moins intelligent dans sa conception. Il s’agit de classer les chevaux en fonction de leurs résultats sur une année glissante (de date à date) et selon un barème progressif suivant la hiérarchie pyramidale des courses : plus l’épreuve est importante, plus le nombre de points est élevé. D’où l’idée d’offrir au vainqueur de ce classement annuel des chevaux d’âge une place au départ du Prix d’Amérique, quel que soit son sexe. Une priorité de participation comme on en connait dans les épreuves qualificatives. Looking Superb ne s’est-il pas présenté l’an passé au départ avec 139 000 € de gains ? Alors pourquoi pas un hongre exceptionnel que les parieurs adorent et connaissent par cœur ? Et puis certaines années, le numéro 1 sera un entier, ou une jument !
Avec ce principe de wild card basée sur des résultats factuels, les courses s’offriraient une nouveauté dont elles ont de toute façon besoin. Le renouvellement des concepts ne doit être ni une dictature ni sujette à un refus systématique comme c’est trop le cas dans notre sport.

Laisser un commentaire