En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

Bold Eagle n’est plus un pénalty assuré !

Je pensais Bold Eagle imbattable sur sa distance fétiche de 2 100 mètres autostart, à Vincennes, en en faisant un « pénalty » assuré pour ce dernier jour de l’année. Je me suis fourvoyé car le champion a subi un troisième revers consécutif sur la Grande Piste, terminant certes très bien en pleine piste mais sans inquiéter le suédois, Propulsion, son contemporain. Cela devient tout de même un peu inquiétant, et la preuve que le futur Prix d’Amérique n’a jamais été aussi ouvert, à cinq semaines du jour « J ».

post Image

Pour la seconde fois, Propulsion devance Bold Eagle, mais cette fois, il réalise cette performance sur le terrain de son rival, à savoir à Vincennes (PhotoSCOOPDYGA)

L’entourage de Bold Eagle doute aujourd’hui. Aller devant ? Non, ce n’est plus d’actualité. Ce dimanche 31 décembre, le fils de Ready Cash avait pourtant l’opportunité de prendre la tête et la corde du Prix de Bourgogne, ayant été le plus rapide malgré son numéro 7 derrières les ailes de l’autostart, avec sa compagne d’entraînement Billie de Montfort (9). Franck Nivard en a décidé autrement, laissant alors Propulsion (6) parti moins vite que son cheval dans les cent derniers mètres, lui repasser sous le nez pour se retrouver dans son dos. Mais par le biais d’un nouveau relais, Bold Eagle s’est retrouvé sur un troisième rideau en seconde épaisseur et a été ensuite, constamment obligé de subir.
L’avant-dernier Préparatoire au Prix d’Amérique s’est joué sur cette option tactique. D’un côté, Daniel Réden et Orjan Kihlström voulaient y voir clair et ont en conséquence utilisé la méthode des forts, assumant leurs positions de challengers numéro Un. Et ils ont largement relevé le défi, Propulsion s’imposant dans un excellent style, sans donner l’impression d’avoir eu à forcer son talent tout en trottant sur le pied d’1’10’’5 et en tenant facilement en respect Bold Eagle. S’il avait fallu redonner un coup de reins, il semble bien que le fils de Muscle Hill l’aurait fourni, sans problème. Autre point rassurant pour le clan suédois : l’attitude du cheval, calme et sage comme une image, sûr de sa force. A une semaine d’intervalle, Propulsion a ainsi laissé la même impression que son cadet, Readly Express, à savoir celle d’un trotteur bien dans sa tête, ayant gravi un nouveau palier de confiance et prêt à aller au combat.
De leur côté, Bold Eagle et Franck Nivard ont joué « petit bras » du départ jusqu’à la sortie du dernier tournant où ils sont sortis en quatrième épaisseur, du dos de Bélina Josselyn, pour terminer très vite en refaisant du chemin sur Propulsion. Le style y était, mais le tandem s’est retrouvé trop loin et trop au large, à 300 mètres de l’arrivée, pour combler autant de terrain sur Propulsion, qui les avait déjà devancés dans la finale de l’Elitloppet (2e pour le suédois, 4e pour le français). En l’espace de douze mois, un nivellement des valeurs s’est en effet opéré entre ces deux cracks, ne permettant plus à notre chef de file de faire les grands boulevards dans le dernier tournant puis de venir s’imposer. Dès lors, pour que Bold Eagle réalise la passe de trois le 26 janvier, il lui faudra prendre plus de risques qu’il y a un an, et ne pas se contenter de jouer les attentistes. Il devra se retrouver dans la bagarre dès le départ et ne pas perdre un ou deux rangs dans le peloton, au fil des relais, comme ce fut le cas ce dimanche.
Si Propulsion et Readly Express font, dès à présent, figure de ses plus sérieux adversaires ; la concurrence ne se limitera pas à ces deux seuls candidats. Dans ce Prix de Bourgogne, Briac Dark (3e) a été également très bon, sachant qu’il est encore à court de compétition, tout comme Bélina Josselyn qui monte clairement en puissance et sera déferrée pour le jour « J » mais encore Lionel, englué le long de la corde alors qu’il était plein de ressources tout au long de la ligne droite.
En résumé, le compte à rebours s’annonce passionnant et on a hâte de revoir Bold Eagle dans deux semaines, au départ du Prix de Belgique, avec une nouvelle ferrure pour savoir si celle-ci peut constituer la fameuse petite marge de manœuvre qui lui manque, dans l’état, à ce jour.

Laisser un commentaire