En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Blog

Prix des Centaures : le pactole des courses montées

Côté sport, le Prix des Centaures, second Groupe I de l’affiche de ce dimanche, manque d’attrait puisqu’ils ne sont que huit au départ de ce Groupe I, dont un seul lièvre au poteau des 2 175 mètres, Elladora de Forgan. La grandissime favorite Draft Life, 2e du Prix de Cornulier dans le temps canon de 1’11’’5 a certainement fait le vide autour d’elle. Mais en extrapolant, cette faible participation induit tout de même une question : ne distribue-t-on pas trop d’argent aux chevaux montés, notamment par le biais des courses de Groupe.

post Image

Draft Life, à la veille de ce Prix des Centaures, pointe actuellement au 5e rang des trotteurs les plus riches de l'hiver, sous la selle (PhotoSCOOPDYGA)

Avec une enveloppe totale de 240 000 euros distribués, cette course poursuite méritait en effet un meilleur sort et une plus forte participation des « E », avantagés de 25 mètres sur ce parcours réduit. Mais Evidence Roc ayant besoin de souffler, les deux « Charmes » Eveil du Châtelet (Prix de Vincennes) et Eiffel Tower (Saint Léger des Trotteurs) ayant déjà réussi leur hold-up dans cette discipline tandis qu’Eyes of The Storm est en « réparation », voici la pensionnaire de Franck Leblanc contrainte, ce dimanche, de jouer seule l’éclaireuse. Dans ces conditions, il sera bien plus aisé pour la meute lancée à ses trousses de combler ses 25 mètres de handicap, notamment pour la jeune championne Draft Life, épatante dans le Prix de Cornulier et ayant montré de gros moyens sur les parcours de vitesse, à l’attelé (2e du Critérium Continental, notamment le 24 décembre dernier).
Au 5 février, l’élève de Louis Baudron pointait d’ailleurs au 5e rang des trotteurs montés les plus riches du meeting d’hiver, grâce aux 175 000 euros glanés pour sa 2e place dans le Cornulier, derrière Traders (468 750 euros), Bilibili (245 500 euros), Evidence Roc (184 800) et Dexter Fromento (178 800) mais devant Elladora de Forgan (165 000 euros). La première et la dernière citée ont évidemment toutes les chances de conforter encore un peu plus ce compte en banque, à l’issue de ce Prix des Centaures. Derrière ce peloton de tête, neuf autres trotteurs avaient gagné également plus de 100 000 euros.
Si l’on s’en tient au Top 20 des meilleurs trotteurs montés de l’hiver, leur cumul de gains s’élevait déjà à 3 millions d’euros, soit près du quart du total des enveloppes distribuées sous la selle durant les trois premiers mois de ce meeting. C’est énorme ! Et si l’on regarde le Top 100, il avait conquis 56% du total des allocations, soit 7 millions d’euros sur les 12,5 millions distribués sur 215 courses disputées.
A côté de ces 100 premiers ayant gagné en moyenne…125 000 euros, 614 autres trotteurs se sont partagés les 5,5 millions restants, soit une moyenne par sujet inférieure à… 9 000 euros, montrant le gouffre abyssal existant entre l’élite de la discipline et les ouvriers de base. Et on ne parle par des 410 autres sujets s’étant présentés au moins une fois sous la selle, depuis le 3 novembre dernier, et n’ayant pas encore gagné le moindre centime dans la spécialité !
Sans remettre en question la légitimité et l’utilité du trot monté, cet état des lieux doit susciter de la part de nos dirigeants la réflexion suivante, sachant que ces épreuves génèrent moins d’enjeux que les courses attelées. Il y a-t-il aujourd’hui trop d’argent distribué dans cette discipline, compte tenu du nombre de trotteurs capables de s’y illustrer ?

Laisser un commentaire