En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Article

Pascal Bernard : « c’est la jument qui nous dira… »

48 heures après le succès de son élève dans le 98e GP d’Amérique, Pascal Bernard continue de savourer le succès de sa championne, à la juste valeur d’un éleveur/propriétaire connaissant les hauts et les bas de ces deux activités. Retour sur son élevage.

post Image

©Scoopdyga

Bélina Josselyn n’est pas la première représentante de l’écurie Bernard au départ d’un GP d’Amérique. Avant elle, il y eut Levorino (1982, disqualifié), Nodesso (7e, en 1986), Ezira Josselyn (disqualifiée en 1999) et Himo Josselyn (non placée en 2001). De la même manière, Jean-Michel Bazire collabore pour cette casaque depuis une vingtaine d’années, d’abord comme driver (avec Himo notamment) puis comme entraîneur, leur premier grand succès datant d’Ozio Royal (Critérium des 5 ans, en 2007). La fête a été belle, dimanche soir ?C’était pas mal, en effet… même si l’on s’est couché assez tard ! Nous avons commencé à savourer sur l’hippodrome au « sous-marin », en fin de réunion puis nous nous sommes tous retrouvés dans mon restaurant EL Rancho, à Boulogne que j’ai eu plaisir à « privatiser ». Les équipes de mon haras et de Jean-Michel Bazire étaient tous là,

Pour découvrir la suite, connectez-vous avec un compte abonné* Connectez-vous avec les identifiants qui vous ont été envoyés lors de votre abonnement. Si vous les avez perdu n'hésitez pas à nous contacter.

Pas encore abonné ?
Créez-vous un compte dès maintenant