En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En savoir plus
Logo Province Courses
HippiQuotidien
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Inscrivez-vous à notre newsletter

Province Courses Article

ZEturf avance ses pions

"Les temps changent, vous dit-on", a conclu François Hallopé son édito dans le Province Courses hebdo de la semaine. Entre autres cas justifiant le propos, l'arrivée de l'opérateur de paris ZEturf dans le cercle fermé et restreint des sponsors de courses hippiques.

post Image

(© APRH)

Il y a une douzaine d'années, c'était le vilain canard. En se lançant dans une opposition frontale au monopole du PMU, la société ZEturf représentée par son créateur et toujours patron Emmanuel de Rohan-Chabot a donné le ton, avant l'heure, de l'ouverture du marché des paris hippiques sur internet. En 2007, une garde à vue pour "prise de paris illicite en bande organisée" avait pourtant visé à dissuader ses ambitions. Elles ne feront peut-être que les démultiplier. Cinq ans plus tard, la justice européenne lui donnera raison dans le combat qu'il avait décidé de lancer contre le PMU et donc plus ou moins indirectement l'État français. En 2010, l'ouverture du marché des paris en ligne offre à ZEturf la possibilité de solliciter un agrément à l'Arjel. Aujourd'hui acteur majeur, ZEturf devient donc le premier partenaire "alternatif" des courses françaises en sponsorisant le Grand Steeple-Chase de Paris 2019. "Il y a une chose qui n'a pas

Pour découvrir la suite, connectez-vous avec un compte abonné* Connectez-vous avec les identifiants qui vous ont été envoyés lors de votre abonnement. Si vous les avez perdu n'hésitez pas à nous contacter.

Pas encore abonné ?
Créez-vous un compte dès maintenant