En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience, vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. Refuser / En savoir plus
Logo Province Courses
MON ESPACE PERSOCONNEXION
ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES
MON ESPACE PERSO ABONNEZ-VOUS À PROVINCE COURSES CONNEXION

Province Courses Article

Billie de Montfort, la duchesse orange

Alors que les courses en France sont à l'arrêt depuis le 17 mars, ce n'est pas le cas en Suède comme nous nous en sommes faits l'écho à plusieurs reprises ces dernières semaines. Ce mardi ont ainsi été annoncés le maintien de l'Elitloppet le dernier dimanche de mai et la présence de la championne française Billie de Montfort (Björn Goop) au départ du Paralympiatravet (ex-Olympiatravet) le 25 avril sur l'hippodrome d'Aby à Göteborg. L'occasion de découvrir ou redécouvrir le dossier que Province Courses lui avait consacré voilà un an dans son n°2688 du 10 mai 2019.

post Image

(© Elise Fossard)

ARTICLE PUBLIÉ DANS PROVINCE COURSES L'HEBDO DU 10 MAI 2019 (découvrir l'intégrale de l'édition en cliquant ici)C’est l’une des plus riches trotteuses françaises de l’histoire avec son compte en banque qui frise les1,9 million d’euros (N.D.L.R. : depuis la parution de ce dossier, son compteur de gains a atteint plus de 2,1 M€). Billie de Montfort (Jasmin de Flore) vient d’être dépassée ces derniers mois dans sa propre génération par Bélina Josselyn (Love You). Le passage de témoin s’est passé sans heurt, sans tambours ni trompette non plus. Il faut dire que ces championnes, aux profils si différents et même antagonistes, ont toujours vécu dans l’ombre portée et écrasante de la star Bold Eagle. Plus encore que Bélina, Billie de Montfort fait partie de ces compétiteurs discrets, ceux qui sont devenus si familiers à nos yeux et oreilles qu’on ne les remarque plus. La représentante de la famille Dauphin est comme la reine des seconds rôles. Elle figure dans les castings de toutes les superproductions du programme (trois Prix d’Amérique, trois Prix de France, un Elitloppet, etc.) sans y faire de bruit. Mais, comme les tout meilleurs, elle y a une totale légitimité.Plus Kate Moss que Claudia SchifferLa première impression laissée par Billie de Montfort est celle d’une « petite chose » anonyme au regard. C’était dans le Prix Une de Mai en 2013. La pouliche de 2 ans se présente dans le premier Groupe II du programme, en fin d’année de 2 ans avec un début de palmarès impeccable : quatre sorties, toutes victorieuses dont déjà deux à Vincennes. Face à la favorite du moment, la massive Brindille de Mai, la vraie brindille, haute sur jambes, est bien Billie de Montfort.Sur un podium, elle serait plus Kate Moss que Claudia Schiffer. Ce jour-là, elle trucide tout son monde à la fin et reste invaincue lors de sa première saison. La machine à trotter est lancée. Dans le Critérium des Jeunes, elle pousse dans ses retranchements Brillantissime, fautif à la fin, et décroche ce qui demeure toujours comme le seul Groupe I de son palmarès. Depuis, elle a été de tous les combats, tous les grands tournois et y a toujours livré une prestation impeccable. La liste de ses places est longue comme un jour sans fin. En fait, Billie de Montfort a toutes les qualités : une vitesse de base exceptionnelle, une tenue suffisante pour affronter les 2 700 mètres de la grande piste parisienne, une accélération finale percutante. Aujourd’hui, elle est plus performante dans le registre des sprints, plus ou moins longs. Chose étonnante, elle n’a jamais vraiment brillé dans les Ducs de Normandie qu’elle convoite encore mercredi prochain. En deux tentatives (2016 et 2017), elle compte au mieux une cinquième place. (© Elise Fossard)Chance ou malchance d'être née en 2011 ?Jamais Billie de Montfort n’a réussi à battre Bold Eagle pour la première place (N.D.L.R. : au cours de l'hiver 2019-2020, elle a remporté le Grand Prix de Bourgogne dont son rival s'est classé cinquième). Sans celui qui est aussi son compagnon d’entraînement, son palmarès serait orné de quatre Groupes I supplémentaires, à savoir le Prix de Sélection, le Grand Prix de l’U.E.T., le Prix de l’Atlantique et le Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur. Il y a incontestablement une forme de poisse d’être née la même année que le crack et d’avoir dû aussi batailler ferme avec Brillantissime, Bird Parker et Bélina Josselyn. Et si, pour cette dame de fer, cette malchance n’avait-elle pas été aussi une chance ? Elle a en effet souvent couru pour la deuxième place, protégée par Bold Eagle et libérée des obligations de se livrer à fond. C’est en tout cas l’analyse proposée dans ci-dessous par son plus fidèle partenaire, Éric Raffin : « Elle a eu beaucoup de parcours faciles dans son dos (de Bold). Elle a ainsi pris beaucoup de deuxièmes places sans prendre dur ». La densité de la génération des « B » a incontestablement privé Billie de Montfort de quelques titres prestigieux supplémentaires. Elle lui a en revanche permis de se produire sur la durée, en l’exemptant des plus exigeantes luttes imposées aux vainqueurs.La mécanique orangeQuel sont les secrets de Billie de Montfort ? La sixième jument française la plus riche de l’histoire (en euros constants)(

Pour découvrir la suite, renseignez votre adresse mail