Pour découvrir la suite, connectez-vous avec un compte abonné

Pas encore abonné ?
HQACTUMercredi 07 Novembre 2018
BY PROVINCE COURSES

LE PARI DE RECONQUERIR LE GRAND PUBLIC

SUITE DE LA PAGE 2

Proposition n° 6 : faire encadrer juridiquement par les tutelles les services offerts par l’institution des courses sur les comptes des intervenants dans le respect des dispositions du code monétaire et financier, en confier la gestion à la FNCH en lieu et place des sociétés mères et soumettre la FNCH aux obligations relatives à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.Proposition n° 7 : Afin de permettre la reconquête du grand public par les courses hippiques : définir un calendrier des réunions permettant à la fois d’accroître le nombre de chevaux par courses, et compatible avec la disponibilité du public ; ouvrir les hippodromes aux autres acteurs de la filière équine (centres équestres, compétions de CSO, attelages) ; développer la communication grand public en utilisant tous les canaux médiatiques ; expérimenter les courses réservées à des collectivités ou à des clubs locaux ; promouvoir les écuries collectives et les sociétés de propriétaires ; simplifier la procédure d’agrément des propriétaires sollicitant l’autorisation de faire courir, en supprimant la procédure d’avis favorable du ministre de l’intérieur, tout en maintenant la possibilité pour ce dernier de demander la suspension ou le retrait d’agrément a posteriori aux sociétés mères ; définir des objectifs d’attrait populaire et suivre les statistiques de fréquentation du public et des turfistes sur les hippodromes.Proposition n° 8 : Afin que soient privilégiés l’intérêt et le plaisir des joueurs : pour le PMU, abroger les contrats avec les partenaires étrangers opérateurs de paris autorisant l’accès à la masse en dur du PMU pour les « grands parieurs internationaux ». À cette fin, pour les tutelles, aligner la fiscalité des GPI sur celle des parieurs domestiques en dur et abroger l’article 302 bis ZO du code général des impôts qui autorise une fiscalité dérogatoire sur les paris engagés depuis l’étranger et regroupés en France ; permettre d’améliorer le taux de retour aux joueurs en modifiant l’assiette du prélèvement sur les paris ; sur le fondement de l’article L. 462-1 du code de commerce, saisir l’Autorité de la concurrence, afin de connaître les conditions dans lesquelles une réunion des masses d’enjeux en ligne et en dur du PMU pourrait intervenir, avec pour objectif de rendre ces derniers plus attractifs pour l’ensemble des joueurs ; recentrer l’offre de pari du PMU sur son cœur de métier « hippique », et abandonner les activités de poker en ligne et de paris sportifs ; simplifier l’offre de paris hippiques, en réduisant le nombre et en se concentrant