...
Actualité - 27.06.2020

Le film du PMU revient sur les écrans

Il avait été l'une des victimes (tout étant relatif) de la crise du Coronavirus : le film de marque du PMU avait été lancé sur les écrans de télévision le 13 mars, soit trois jours avant l'annonce de l'arrêt des courses et bien sûr de son retrait des écrans publicitaires. Depuis hier vendredi il a fait son retour et trois mois et demi après son lancement, on n'a pas changé d'avis : on aime beaucoup. Voici ce qu'on avait écrit à ce sujet en mars dernier.

ARTICLE DU 10 MARS 2020
"Le parieur doit être au coeur de nos préoccupations". La phrase, aux accents d'hymne nouveau, diffusée à volonté par Jean-Pierre Barjon aurait-elle déjà des effets concrets en termes d'images ? En tout cas, ce sont bien les clients numéros 1 de la filière qui sont les vedettes dans la nouvelle campagne publicitaire du PMU

Un an après son épique aventure à travers les époques, les événements et les symboles historiques, le PMU change de ton et redescend sur terre avec sa nouvelle campagne de pub lancée ce vendredi 13 mars. La communauté des parieurs est représentée par deux acteurs principaux, "l'experte" et "l'instinctif".
Leurs terrains de jeu favoris ? Tout d'abord, le point de vente où les billets de banque et les turfistes virevoltent chacun à leur façon : "le PMU c'est le casino des turfistes, on compte les chevaux comme on compte les cartes" lance même la parieur instinctif. Le ton est musclé sans être caricatural. La thématique de l'argent n'est pas taboo, au contraire il est le moteur de l'ambition. À tel point que les deux personnages (voir les vidéos ci-dessous) parlent même du "casse du siècle". Rien que ça. Et pour le réaliser ce casse, deux stratégies : faire le papier comme une pro pour l'une, la jouer à l'instinct pour l'autre. Résultat :"faire cracher le PMU". C'est LA punch-line qui symbolise au mieux le nouveau parti-pris du collecteur des paris hippiques institutionnel : on parle turfiste, plutôt jeune et l'argent n'a pas d'odeur.
Second théâtre : l'hippodrome (en l'occurrence de galop pour les deux premiers clips diffusés). Le parieur y affine son choix, soit en écoutant le bon vieux tuyau, soit en analysant toutes les données du jour, allant du physique du cheval à l'état du terrain qui a changé à la dernière minute après une grosse averse. Pour résumer : "À chacun sa méthode" , pourvu qu'à la fin on touche. Tout est juste à l'exception de la faute de goût du clip mettant en scène "l'experte" : le favori Cesario, représenté par un double-poney à la crinière tressée comme un cheval de saut d'obstacle, refuse de sauter. Comme coup de théâtre, on aurait pu faire mieux. Mais ce n'est qu'un détail et globalement on kiffe (pour rester dans le champ lexical utilisé) les deux films pour leur esthétique, l'histoire qu'ils racontent, la justesse dans le ton et leur modernité. Si les chevaux ne sont pas franchement magnifiés (n'est-ce pas aux sociétés-mères ou/et à Equidia de le faire ?), les clients de la marque PMU sont eux bien les vedettes et leur diversité bien représentée. Pas de personne de petite taille s'écroulant sur un capot ni de femme au teint blafard à l'horizon : ouf, on respire, on aime.

Pour voir le clip "L'EXPERTE" - version longue / cliquez ici
Pour voir le clip "L'EXPERTE" - version courte / cliquez ici
Pour voir le clip "L'INSTINCTIF" - version longue / cliquez ici

Dans l'ère du temps

En voyant ce deux films, on ne peut s'empêcher de penser à ceux de la FDJ (voir le clip) ou de Winamax (voir le clip) largement diffusés depuis 2019. Incarnation des parieurs, voix off, communauté, ambiance péri-urbaine, passion du pari et culture de la gagne, on retrouve clairement tous ses curseurs dans la nouvelle campagne de pub. Tant mieux ! Ne vaut-il mieux pas s'inspirer de réussites que créer des flops ? Et tant mieux bis car l'environnement dans lequel s'inscrit le PMU est bien celui dans lequel les paris sportifs évoluent.

A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite