... © Aprh
Actualité - 19.02.2022

Au cœur d'histoires insolites du Critérium des Jeunes 2022

Grand rendez-vous classique par excellence, le Prix Comte Pierre de Montesson - Critérium des Jeunes (Gr.1) convoque des habitués du premier round de la sélection. Mais on trouve aussi dans sa distribution des hommes et des chevaux moins attendus, par leur profil et histoire. Nous en avons dégagé trois dans cette édition 2022.

Un bon film commence souvent par sa distribution. Elle accompagne d'ailleurs les premiers plans. Alors qui dimanche au départ du Critérium des Jeunes (Gr.1) dans le casting des entraîneurs ? Il y a bien sûr l'inamovible Philippe Allaire, trois titres (2008, 2009 et 2016), qui délègue deux candidats cette année, Just a Gigolo (Boccador de Simm) et Joyner Sport (Dollar Macker). À ses côtés, les noms de Sébastien Guarato (3 titres également, en 2014, 2017 et 2019), de Jean-Michel Bazire (vainqueur en 2020) et de Fabrice Souloy (aucun titre mais des accessits) ne surprennent pas. En revanche, plusieurs professionnels auront leur premier partant dans un Critérium des Jeunes. On trouve notamment dans ce cas Cyrille Buhigné (avec Jag Stryck) et Maxime Bézier (avec Jakartas des Prés). Un autre entraîneur présente un partant trente-trois ans après son premier ! Il s'agit de Sylvain Desmarres (avec Jubilé Prior). Voici leurs histoires.

RETOUR VERS LES ANNEES 1990 AVEC JUBILÉ PRIOR

Sylvain Desmarres présente Jubilé Prior (Prince de Montfort). Le nom du metteur au point de Caban Prior (Sancho Pança), Digitale Prior (Sancho Pança) ou Gréco d’Occagnes (Quick Wood) peut surprendre dans un casting de Critérium des Jeunes. Et pourtant pas tant que cela à réviser l’histoire. Sylvain Desmarres présente avec Jubilé Prior son deuxième partant dans le classique… 33 ans après son premier.

L’histoire des Prior avec le Critérium des Jeunes
La famille Desmarres a déjà eu deux partants dans le Critérium des Jeunes depuis le début des années 1980, sous la férule de Michel, le père de Sylvain et d’Alain et grand-père d’Aurélien. D’abord l’ultra précoce Nana Prior (Vat). Débutante en juillet de ses 2 ans à Caen, elle avait remporté trois courses dans sa première saison, concluant par une victoire dans le Prix Emmanuel Margouty, battant un certain Nagir de Huchome (Amiral Williams) et la plus connue Nanette de Rozoy (Caprior). À 3 ans, Nana Prior commencera par une huitième place dans le Prix Maurice de Gheest avant de se classer sixième du Critérium des Jeunes, drivée par son entraîneur Michel Desmarres. Elle courra jusqu’à 5 ans sans autre succès. Au haras, elle a rapidement donné Ultra Prior (Quartz), quatre fois gagnant à 2 ans, incluant une victoire dans le Prix Louis Cauchois, sous l’entraînement de Michel Desmarres toujours. Il battait alors Ulf d’Ombrée (Kimberland), Un d’Estricat (Moktar) et Ursulo de Crouay (Mivus). Il s’est classé deuxième du Critérium des Jeunes, battu par Ulf d’Ombrée, cette fois sous l’entraînement du fils Sylvain, et obtiendra un second titre classique en fin d’année avec une troisième place dans le Critérium des 3 Ans. Autre bon performer de l’époque, Pro Prior (Haut de Bellouet) avait lui aussi couru et gagné à 2 ans avant de conclure sa carrière avec 100.000 € à 7 ans.
Les Desmarres étaient alors une marque chez les 2 ans, ce que confirme Aurélien, neveu de Sylvain et driver de Jubilé Prior : "Mon grand-père (Michel) faisait débuter ses poulains tôt. À cette époque là, il y avait moins de monde à faire cela et il avait réussi à sortir du lot par cette démarche. C’était sa façon de faire pour extraire la quintessence de chevaux peut-être limités. Aujourd’hui, avec mon père et mon oncle, on fait l’inverse. On débute nos chevaux assez tardivement pour les faire vieillir d’autant plus que nos origines n’ont généralement rien de précoce. Jubilé Prior est un peu une exception."



Le profil singulier de Jubilé Prior
Aurélien Desmarres sur Jubilé Prior : "On l’avait débuté tôt parce qu’il se présentait en poulain précoce et brave. Dans cette génération des "J", on avait aussi un effectif à gérer et on ne pouvait pas tous les débuter en même temps. Lui a donc été lancé tôt dans le circuit. À force de courir, il s’est endurci et amélioré. Il est évidemment barré contre les bons mais a déjà fait l’arrivée quand même. On ne peut pas espérer mieux que sixième a priori."

La famille de Caban Prior
Gagnante à 3 ans en débutant à Machecoul, la mère de Jubilé Prior, Dotation Prior (Osiris de Corbery), s’est retirée des courses à 4 ans avec deux victoires et 18.390 € de gains. "C’était une petite jument brave et utile" nous apprend Aurélien Desmarres. Il s’agit de la famille de Caban Prior (Sancho Pança). "Il avait débuté au début de son année de 3 ans car il montrait de gros moyens. Mon oncle l’avait travaillé tôt parce qu’il était compliqué et qu’il voulait le garder sous contrôle. Mais en fait, il s’est vraiment révélé plus tard au monté (à l’âge de 6 ans)." Victime d’une tendinite l'an dernier, Caban Prior a repris l’entraînement après des échographies favorables. "On continue avec lui pour l’instant mais les chances de le revoir en course à 10 ans sont de 30 % à mon avis."


Aurélien Desmarres et Caban Prior, la star de la famille

© ScoopDyga
JAKARTAS DES PRÉS, LE PREMIER PARTANT DE CRITÉRIUM DE MAXIME BEZIER

Comme entraîneur, Maxime Bézier a accédé au titre classique il y a peu. C’était en septembre dernier grâce au succès de Girly Béco (Tiégo d’Etang) dans le Prix des Elites (Gr.1). En revanche, le professionnel mayennais n’a jamais eu de partant au départ d’un Critérium "et surtout dans un Critérium des Jeunes", nous apprend-t-il. Alors comment s’est écrite l’histoire de Jakartas des Prés (Scipion du Goutier) pour arriver sur la grille de départ du Groupe 1 dominical ? Le professionnel nous explique le talent naturel de son pensionnaire : "Il a tout de suite montré des capacités. Et pourtant, je l’avais débourré assez tard tout comme mes autres "J". Comme il était un peu chaud, je n’ai pas voulu trop lâcher la pression. On l’a travaillé et aux courses il a montré qu’il ne fatiguait pas du tout. À l’automne, on a eu un souci en découvrant qu’il avait un testicule remonté dans l’abdomen. C’est d’ailleurs ce qui le rendait plus chaud. On lui a enlevé. Ensuite, il n’a fait que progresser à chacune de ses courses. Il a toujours eu des capacités physiques très intéressantes. On lui a fait des tests d’effort très jeune et il avait de super résultats. C’est aussi pour cela qu’il encaisse ses courses. Il est là parce qu’il a de la qualité. Je n’en ai jamais eu un de ce niveau-là à cet âge-là. Il est bien pour dimanche. Je l’ai au mieux que je peux l’avoir."

Une longue histoire avec un élevage ligérien
Dans la même promotion, Maxime Bézier possède aussi Jasper des Prés (Insert Gédé), troisième jeudi du Prix Edouard Marcillac (Gr.3) au monté et issu du même élevage de la famille Dupré-Thomas, installée au Louroux-Béconnais du Maine-et-Loire. L’entraîneur (et son père Antoine-Paul précédemment) travaille depuis longtemps avec cette famille, éleveur notamment de la bonne Holographie (Urane Sautone) dans les années 1990. "J’ai tout simplement une année de "J" qui est bonne. Je n’ai rien changé dans ma façon de travailler et ce sont les lois de l’élevage. Une bonne partie de nos bons chevaux proviennent de ce même élevage. Jasper des Prés appartient à la famille d’Holographie, de Galiote, de Quid du Prieur et de Ton Ami du Prieur. Et sa sœur est Galilée des Prés (129.240 € de gains). Quant à Jakartas, il est le premier produit de la bonne Union des Prés (274.900 € de gains)." En fait ces deux familles proviennent de la même souche avec comme aïeule commune Cybèle des Prés (Jussieu), née en 1968.

La course de dimanche
"Jakartas peut se montrer un peu tendu en partant, explique Maxime Bézier. Il va falloir prendre un peu de sécurité et volter derrière un concurrent. Ensuite il devrait laisser les autres se bagarrer en début de parcours. Normalement, un Critérium n’est pas trop tactique, il y a du rythme. L’idée est qu’il fasse les derniers 600/700 derniers mètres. Le déroulement de course fera le chrono mais il faudra à mon avis qu’il batte son record (1’15’’2) pour jouer un rôle. Il peut suivre tous les trains. Avec un bon parcours, il pourrait monter sur le podium. Une troisième ou quatrième place me comblerait."

On apprend toujours de ses erreurs : Franck Nivard
Franck Nivard a été le pilote de Jakartas des Prés lors de six de ses sept tentatives parisiennes. Dimanche, Franky la Main Froide sera aux commandes de Just a Gigolo (Boccador de Simm), qui devrait être le favori. Le pilote vient de connaître les affres de la disqualification avec lui dans le Prix Paul Viel (Gr.2). Il nous a décrypté ce faux-pas : "La dernière fois, j’ai voulu le reprendre et le placer dans les autres et il n’aime pas ça (fautif). C’est un poulain qui a besoin d’espace et qui préfère mener. Il a un moteur, c’est indéniable et il possède l’étoffe d’un vainqueur de Critérium. La belle est dimanche et je me présente avec les ambitions d’un favori."
C'est Alexandre Abrivard qui remplacera Franck Nivard sur le sulky de Jakartas des Prés.


Jakartas des Prés domine à la fin Jubilé Prior le 23 janvier dans le Prix de la Ferté-Macé. Les deux seront au départ dimanche.

Il avait deux montes possibles : Franck Ouvrie
Partenaire régulier de Jag Stryck (Bretigny) et de Joyful Diva (Sam Bourbon) ces dernières semaines, Franck Ouvrie sera finalement installé sur le sulky de la pouliche. Il nous apprend : "J’aurais hésité si j’avais eu le choix entre Jag Stryck et Joyful Diva. Le poulain est très bon également. Mais par engagement vis-à-vis de Jarmo (Niskanen), je me devais de piloter Joyful Diva." Au sujet de sa partenaire, il ajoute : "C’est une très bonne pouliche avec laquelle je ne serais pas surpris de monter sur le podium. La dernière fois (N.D.L.R. : 2e Prix Roquépine derrière Jazzy Perrine), elle a fait un "truc" car elle est la seule à l’arrivée à être revenue de derrière et a d’ailleurs réalisé le meilleur dernier kilomètre (au chrono). Elle n’est pas particulièrement précoce et c’est une fille de Sam Bourbon, c’est aussi pourquoi nous l’avons ménagée pour protéger son mental et pour qu’elle apprenne. Elle est de mieux en mieux et progresse de ce point de vue. Je me présente avec confiance dans cette épreuve."

JAG STRYCK UN CANDIDAT SÉRIEUX QUI N’A JAMAIS GAGNÉ !

Ses lignes sont irréprochables. Jag Stryck (Bretigny) est monté sur le podium des trois premiers Groupes 2 offerts à sa promotion. Et pourtant, le représentant de Cyrille Buhigné présente une particularité qui le met à part dans la distribution du Critérium des Jeunes. Il ne s’est encore jamais imposé. Il est maiden dirait-on au galop. Depuis le début des années 1980, aucun vainqueur de Critérium des Jeunes n’était maiden au départ. Et sans doute que cette règle est valable depuis l’origine de l’épreuve en 1955. Oui, mais Jag Stryck fait partie des candidats les plus légitimes pour le podium dimanche. Et on sait qu’entre une place et la plus haute marche du podium, l’écart est quelquefois minime. Dans le Critérium des Jeunes 2022, Cyrille Buhigné appartient de son côté au club des dix entraîneurs ayant déjà gagné Groupe 1, aux côtés de (par ordre alphabétique) : Philippe Allaire, Jean-Michel Baudouin, Jean-Michel Bazire, Maxime Bézier, Sébastien Guarato, Antoine Lhérété, Tomas Malmqvist, Jarmo Niskanen, Fabrice Souloy. Ce titre, il l’a obtenu avec Fighter Smart (Prodigious) dans le Prix Albert Viel.

Le seul mâle à avoir figuré dans les trois semi-classiques de la génération
L’entraîneur est serein quand il parle de son représentant et de la grande course à venir : "La dernière fois, il réalise une très belle performance avec une troisième place à la clé en n’ayant l’ouverture qu’à cent mètres du poteau d’arrivée. Son driver ne lui a pas baissé les œillères. Le cheval est parfait d’état, il a très bien travaillé, le mental est nickel. Bref tout va bien. C’est un cheval régulier et il ne faut pas oublier que c’est le seul mâle à avoir terminé dans les trois premiers des trois semi-classiques ouverts jusque-là. Chez les pouliches, Jazzy Perrine est dans le même cas pour Hunter Valley. Et à chaque fois, Jag Stryck est emmuré, ne peut pas sortir comme il veut ou vient mourir sur les autres. À chaque fois, il est la note de la course. On regarde les autres droit dans les yeux. C’est le parcours qui va faire la différence. Dans mes rêves, ce serait d'avoir le dos du cheval de tête dans le dernier tournant. En fait, il a beaucoup de qualités : il est facile à démarrer, a une bonne vitesse de base, suit tous les trains. Ce ne serait pas choquant qu’il ouvre son palmarès dans le Critérium en fait."

Un éleveur propriétaire sarthois
Devenue propriété de Marc Cartier en 2016, achetée sur le ring d’Arqana Trot pour 1.000 €, Perrine des Ulmes (Ginger Somolli) a remporté deux courses et compte une troisième place à Vincennes sous la selle dans une épreuve européenne pour un total de 69.120 € de gains. Elle a donné pour son nouveau propriétaire Indy Stryck (A Nous Trois) également exploité par Cyrille Buhigné avant Jag Stryck.

Une préparation tout axée sur le Critérium
Cyrille Buhigné nous détaille la montée en puissance de Jag Stryck vers le Critérium : "Je ne voulais pas le travailler trop dur pour sa dernière sortie et le laisser décompresser après pour qu’il baisse finalement de forme. J’ai préféré anticipé en baissant son travail avant la dernière course, où il n’était pas à 100 %, et me servir de celle-ci comme de tremplin et dernier gros boulot avant le Critérium. Depuis, on ne l’a pas laissé tomber en pression."

Des drivers à la main douce
Franck Ouvrie, habituel partenaire de Jag Stryck, sera aux commandes de Joyful Diva (lire par ailleurs). Matthieu Abrivard le remplacera sur le sulky du fils de Bretigny. Cyrille Buhigné nous commente sur le sujet : "Matthieu connaît bien mes chevaux et mène régulièrement pour moi depuis que je suis installé. Lui et Franck (Ouvrie), ce sont professionnels qui ont les mains douces. Pour le Critérium, Jag Stryck sera comme d’habitude, avec les mêmes fers et sans artifice."

Dans mes rêves, ce serait qu'il soit dans le dos du leader dans le dernier tournant.
Cyrille Buhigné

© Aprh

A voir aussi :
...
Au cœur d'histoires insolites du Critérium des Jeunes 2022

Un bon film commence souvent par sa distribution. Elle accompagne d'ailleurs les premiers plans. Alors qui dimanche au départ du Critérium des Jeunes (Gr.1) dans le casting des entraîneurs ? Il y a bien sûr l'inamovible Philippe ...

Lire la suite
...
Lovissime : le monté lui va comme un gant

La grande piste de Vincennes et la discipline du monté lui vont comme un gant. LOVISSIME (Love You) a survolé le Prix Auriga du départ à l'arrivée, ne trouvant jamais l'ombre d'une opposition à sa mesure. La représentante de ...

Lire la suite
...
Champagne
sur Solvalla !

Pour la troisième année consécutive, la team France a « ramené la coupe à la maison » pour reprendre une expression du moment. On pourrait même dire « les coupes à la maison » avec les triomphes d’...

Lire la suite
...
Lucky Jackson hausse le ton

Une heure après le succès de LIZA JOSSELYN (Ready Cash) dans le Prix Ozo (Gr.2), c'est un nouveau produit de READY CASH (Indy de Vive) qui s'adjuge le pendant pour les mâles, le Prix Kalmia (Gr.2) avec ...

Lire la suite