...
Actualité - 03.03.2022

Le meeting d'hiver par ceux qui l'ont fait - épisode 2

Deuxième volet de notre consultation des acteurs qui ont fait le meeting d'hiver. Après le leader des pilotes Eric Raffin et plusieurs jeunes qui se sont montrés particulièrement en vue autour de lui, place cette fois aux entraîneurs. Parmi eux, le n°1 du classement du meeting, Jean-Michel Bazire.

Comme dans notre précédente édition, nous avons posé à chacun et chacune les mêmes questions : qui sont à leurs yeux l'entraîneur, le driver, le jockey, le cheval du meeting ? Quel événement, quel coup de cœur voudraient-ils mettre en avant sur la période ? Et enfin, nous leur avons demandé ce qu'ils ont particulièrement réussi cet hiver et leur grande déception.
Au-delà des bilans sur les performances de leur propre effectif, la jeunesse du podium du Prix d'Amérique est revenue dans plusieurs bouches, Yves Dreux notant par exemple que jamais deux drivers de 21 ans n'avaient pu monter sur le podium de notre grande épreuve. Comme autre expression partagée, on trouve l'importance du retour du public durant ce meeting et la qualité irréprochable de la piste.

Dans ce deuxième opus, nous donnons la parole à quatre figures des entraîneurs de l'hiver. Il s'agit du n°1 de la catégorie Jean-Michel Bazire, de Christian Bigeon, toujours aussi actif en meeting, de Séverine Raimond, qui a connu les plus grandes joies avec Galius, et d'Yves Dreux qui voit dans ce meeting la montée en puissance de la jeunesse. Un autre épisode suivra dans notre prochaine édition.

© Aprh

Jean-Michel Bazire : "J'ai connu le Graal avec la victoire de mon fils dans le Prix d'Amérique"

Entraîneur du meeting : Laurent Abrivard car il a des chevaux pas faciles mais bien dressés qui allaient vite. Il a eu une grande réussite avec ses deux fils. On voit que tout le monde est concentré à son travail et ça paye.
Driver du meeting : J’ai bien aimé François Lagadeuc qui a drivé des belles courses et qui a été en forme tout l’hiver. Il y a aussi Éric Raffin qui nous a tous dominés.
Jockey du meeting : Comme d’habitude Alexandre Abrivard dont je suis fan.
Cheval du meeting : Izoard Vedaquais. Il a été battu d’un nez une fois mais il a aussi beaucoup gagné. Son palmarès d’ensemble est impressionnant avec déjà 13 victoires. Je trouve qu’il domine sa génération.
Événement du meeting : La qualité de piste car je suis toujours inquiet pour mes chevaux et ceux des autres. Cet hiver à Vincennes, il n’y a quasiment pas eu de fausses notes. Je tiens d’ailleurs à remercier ceux qui ont en charge l’entretien des pistes, tant à Vincennes qu’à Grosbois.
Coup de Cœur du meeting : La victoire de mon fils Nicolas dans la plus grande course du monde. Elle me restera gravée à vie. Je suis un privilégié de cette discipline car j’ai tout gagné en France, j’ai gagné un peu partout dans le monde mais là c’est le graal. C’est au-delà du 10/10, c’est 12/10.
Satisfaction du meeting : Le meeting exemplaire de Farrell Seven. Le cheval appartient à ma compagne qui venait à chacune de ses courses avec ses copines. Il y a toujours eu une bonne ambiance avec ces victoires. On en a bien profité.
Déception du meeting : Le meeting fossé par la toux de Ganay de Banville. Ça m’a perturbé. Mais tout va bien, il faut relativiser. On n’habite pas en Ukraine.

Stats meeting de Jean-Michel Bazire : n°1 des entraîneurs en nombre de victoires et gains avec 50 succès (et 2.426.010 €) - 44 titres comme driver (n°2).
© Aprh
Christian Bigeon avec Hip Hop Haufor

Christian Bigeon : "Tous mes chevaux ont fait leurs courses"

Entraîneur du meeting : Jean-Michel Bazire forcément. Il a encore gagné énormément de courses, un peu moins que l’année dernière mais avec un effectif plus réduit.
Driver du meeting : Éric Raffin, égal à lui-même. Il a fait son meeting comme son année, c’est-à-dire parfait.
Jockey du meeting : Alexandre Abrivard. Il est sur la montante, il a fait un superbe hiver !
Cheval du meeting : Pour moi, c’est Hip Hop Haufor !
Événement du meeting : Je parlerais plutôt d’un événement qui se décide actuellement. On peut rappeler que l’élevage trotteur français est en péril actuellement. Je pense à des projets comme le transport du sperme qui va inévitablement vers l’ouverture du stud-book et entraînera en conséquence une augmentation énorme du nombre de courses européennes. L’élevage du trotteur français est en péril.
Coup de Cœur du meeting : Un constat positif d’abord avec l’état de la piste a été parfait tout au long de l’hiver même si la météo a été clémente. En coup de cœur, on peut parler de la victoire d’un jeune comme Nicolas (Bazire) dans le Prix d’Amérique.
Satisfaction du meeting : Mon meeting dans son ensemble s’est bien passé. Tous mes chevaux ont fait leurs courses. Mais forcément, le cheval d’avenir c’est Hip Hop Haufor. Il n'a cessé de progresser cet hiver, toutes ses courses sont bonnes et il ne va pas taper loin des bons prochainement.
Déception du meeting : Face Time Bourbon a manqué à tout le monde dans le Prix d’Amérique. Pour moi, il a été le meilleur cheval de tous les temps. Il aurait été favori du Prix d’Amérique et ça aurait été beau à voir. Du côté de l’ambiance, on n’a pas retrouvé celle que l’on connaissait avant. Il y a beaucoup de choses à faire dans le domaine.

Stats meeting de Christian Bigeon : n°1 des propriétaires en nombre de victoires avec 20 succès

Séverine Raimond : "On est passés par tous les états dans le Prix d'Amérique"

Entraîneur du meeting : Jean-Michel Bazire comme d’habitude. Il est toujours là dans les belles épreuves. Qui gagne à la fin ? C’est Jean-Michel !
Driver du meeting : On a vu François Lagadeuc s’affirmer plus à l’attelage. Il y a aussi Benjamin Rochard qui s’est montré. Ces jeunes poussent derrière les ultra constants Éric Raffin et Franck Nivard.
Jockey du meeting : Je n’ai pas vu de vraie révélation. Les meilleurs jockeys ont répondu présent.
Cheval du meeting : Galius évidemment ! Je trouve qu’Hohneck a fait un beau meeting. J’ai aussi adoré Havanaise en fin de meeting. C’est une bonne jument qui peut devenir une grosse pointure à l’avenir.
Événement du meeting : Retrouver le public et l’engouement des tribunes, cela fait très plaisir. Les tribunes vides, c’est triste.
Coup de Cœur et satisfaction du meeting : Galius nous a donné des frissons. Dans le Prix Ténor de Baune d’abord. On ne savait pas alors si on allait courir le Prix d’Amérique car on ne le trouvait pas encore trop venu. On se disait qu’il serait meilleur l’année prochaine. Et puis on s’est dit que l’année prochaine, il serait peut-être moins en forme. Avec les chevaux, c’est tellement aléatoire. La ligne d'arrivée du Prix d’Amérique a été horrible. Le poteau aurait dû être un mètre avant, cela été génial pour nous (rire). On ne regrette rien.
Déception du meeting : Avec la deuxième place de Galius dans le Prix d’Amérique, on est passés par plusieurs phases. On est est passés par tous les états. À l’entrée et à mi-ligne d’arrivée, on se dit on va gagner. On est battus, on se dit sur le coup, ce n’est pas grave. Et puis huit/dix jours après, on se dit « un nez pour une telle course, c’est un peu rageant ». Ce sont les courses, c’est grave et pas grave à la fois.

Stats meeting de Séverine Raimond : n°39 (ex aquo) des entraîneurs en nombre de victoires avec 4 succès - 16e entraîneur par les gains (438.800 €).
© Aprh

Yves Dreux : "le podium très jeune du Prix d'Amérique est un événement"

Entraîneur du meeting : Jean-Michel Bazire a été égal à lui-même réalisant un nouveau très bel hiver.
Jockey /driver du meeting : Pour moi il y a un driver/jockey qui a explosé, c’est François Lagadeuc. Ce n’est pas forcément celui qui a gagné le plus de courses mais c’est celui qui a le plus monté dans la hiérarchie.
Cheval du meeting : Si c’est un de chez moi je dirais Impérial Mabon car il a répondu à mes attentes. Si on parle d’un cheval extérieur, je dirais Hohneck.
Événement du meeting : Qu'un gamin de 21 ans (Nicolas Bazire) gagne le Prix d’Amérique. Si le deuxième Galius l’avait emporté, cela aurait été aussi un événement avec une femme, Séverine Raimond, qui remportait l’épreuve comme entraîneur. Je pense que l’événement est aussi un podium qui n’a jamais été aussi jeune avec deux drivers de 21 ans et Yoann Lebourgeois qui n’a pas 40 ans. On n’a jamais vu cela.
Coup de Cœur du meeting : Le podium du Prix d’Amérique encore car il représente la jeunesse au rendez-vous. Forcément, il y a comme un passage de témoin. Ces jeunes représentent l’avenir des courses. On peut aussi parler de la piste de Vincennes en très bon état grâce à une météo favorable mais aussi grâce aux compétences de Julius Le Tutour et de son équipe.
Satisfaction du meeting : Les mois de novembre et décembre ont été très bons. Après un mois de janvier compliqué, c’est reparti en février. Ce meeting reste correct.
Déception du meeting : J’ai eu un coup d’arrêt en janvier où j’ai eu des chevaux malades ou blessés. Hacker Boy a eu un problème à une jambe, Imagine Girl aux cervicales. C’est ensuite reparti en février (lire ci-dessus). Si on parle du meeting dans son ensemble, je dirais que la grande déception a été le manque de public au Prix d’Amérique à cause du Covid. À trois jours près, avec le temps qu’on a eu, il y aurait eu entre 35.000 à 40.000 personnes à Vincennes.

Stats meeting d'Yves Dreux : n°18 (ex aquo) des entraîneurs en nombre de victoires avec 7 succès (et 290.975 €) - 2 titres comme driver (n°45 ex aequo).

A voir aussi :
...
Beads dans le "Luxebourg",
c'est l'Amérique !

Acteur en vue du meeting d'hiver mais finalement passé à côté d'une qualification dans le Prix d'Amérique Legend Race, Beads (Archangel) gagne sa course de prestige, laquelle joue en plein son rôle historique de consolante : le Prix du ...

Lire la suite
...
Anthony Barrier retrouve le sourire

Il y avait du monde pour accueillir Anthony Barrier et Image Charentaise (Canadien d'Am) à l'arrivée de l'épreuve de clôture de cette réunion veille de Prix d'Amérique Legend Race. Une épreuve que le pilote mayennais ne ...

Lire la suite
...
Express de l'Iton transforme en victoire son engagement en or

À 340€ du plafond des gains, présenté avec un émoji vert, Express de l'Iton (Echo) a su transformer ce superbe engagement en victoire dans le Prix de Vittel. Le jour de l'anniversaire de Patrick Terry son entraîneur, il y a ...

Lire la suite
...
Jean-Michel Bazire lance son week-end

On a beau avoir vingt Sulky d'Or à son palmarès, avoir gagné toutes les plus grandes courses de Vincennes, à commencer le Prix d'Amérique Legend Race à quatre reprises, terminer régulièrement tête de liste du meeting d'hiver de ...

Lire la suite