... ©DR
Actualité - 16.03.2022

Forum de l'emploi : des paroles et des actes

L'avenir de la filière se joue maintenant. Et c'est bien plus qu'une simple accroche d'article. C'est devenu une réalité indiscutable, les études menées par l'IFCE confirmant le sentiment répandu partout d'une difficulté grandissante de recruter ou/et de garder les effectifs : le marché de l'emploi est sous tension dans la filière courses. Une difficulté qui parfois se transforme même en impossibilité : "le développement de la filière est soumis au marché de l’emploi car nous ne manquons ni de chevaux ni de courses mais de salariés" a lancé Guillaume Herrnberger, directeur de l'emploi à l'Afasec, en guise d'introduction au premier Forum de l'emploi et de la formation dans les courses et l'élevage.

Un peu plus de soixante personnes ont assisté à cette journée d'échanges et de travail, puisque le but était de conclure avec trois actions réalisables dans les meilleurs délais afin d'instruire le changement (voir page 3), à ParisLongchamp, répondant présents à l'invitation de l'Afasec, de France Galop et de LeTROT. Des personnalités de tous horizons, ayant pour point commun d'être investies, concernées par la thématique de l'emploi dans la filière. On en veut pour preuve le slogan choisi pour illustrer la journée : "tous engagés pour les courses". La matinée a été dédiée aux prises de paroles de différents intervenants, de Pierre Pilarski en introduction aux constats implacables de l'IFCE, aux mises en perspectives avec d'autres secteurs d'activité via une table ronde réunissant des chefs d'entreprise d'envergure et enfin à un éclairage international grâce à Anna Powell.

Quelques morceaux choisis
Pierre Pilarski avec sa casquette de chef d'entreprise (franchisé de sept restaurants Mc Donald's en Haute-Savoie) a ouvert les débats sur le sujet des aspérités de la jeune génération : "Notre génération voulait réussir dans la vie, les jeunes veulent réussir leur vie, c'est très différent. Ce sont des sprinters pas des marathoniens en termes d'emploi : ils ne projettent pas aussi loin qu'on pouvait le faire. Aujourd’hui c’est à nous les employeurs de leur plaire, et non plus l’inverse. Hier les entreprises disparaissaient pour des problèmes de trésorerie ou d’impayés, demain je crains que des entreprises s’arrêtent faute de personnel. Le piège se refermant sur nous est mortel si on ne change pas."

Le changement n'est plus une option
Alors changer d'accord mais quoi ? En substance, changer l'essentiel voire tout. Le rapport sur l'attractivité des courses est sur ce point implacable (voir notre édition du 29 octobre dernier pour en connaitre les lignes principales). Mais des solutions existent et les conclusions du même rapport préconisent plusieurs leviers d'actions :
■consacrer du temps au management des parcours professionnels des salariés,
■travailler à une meilleure intégration des stagiaires en entreprise,
■optimiser les stratégies d'orientation vers les métiers des courses.
Trois recommandations principales qu'il est intéressant de mettre en perspective avec les recommandations proposées par les groupes de travail l'après-midi (voir page 3).

Un marché spécifique mais pas unique au monde
Vivant trop souvent en vase clos, le milieu des courses a du mal à se comparer avec d'autres secteurs d'activité, convaincu de présenter des spécificités introuvables par ailleurs. Pourtant si, bien sûr, et ce que sont venus expliquer Antoine Namand, Thibault Vautier et Alexis de Galembert tous confrontés également à des enjeux d'attractivité ("nos employés s'occupent de l'entretien de distributeurs automatiques et font jusqu'à 600km dans la journée chez Selecta"), de rétention ("les salaires sont un enjeu pour le tout le monde mais quand on augmente les salaires : le problème revient en permanence" chez La Fabrique Cookies) ou de développement ("toutes nos analyses prouvent que la formation continue et le travail en ressources humaines sont des composantes incontournables des entreprises modernes" pour Adecco - 500 000 recrutements par an -).

Les expériences autour de nous
Se comparer c'est aussi regarder ce qui se passe ailleurs que chez nous en France. Et là aussi, plusieurs méthodes et initiatives peuvent inspirer. Comme celle rappelée par Anna Powell de TfRI : "Une journée nationale de portes ouvertes des écuries de courses et d'élevage a été organisée en Angleterre et 11.000 personnes y ont participé. 95 % des participants ont déclaré avoir une image positive des courses de chevaux à l'issue de celle-ci !" Simple, efficace, peu onéreux. Êtes-vous prêts ?

Les intervenants
Pierre Pilarski, propriétaire (trot/plat/obstacle), franchisé Mc Donalds.
Françoise Chastanet, IFCE
Isabelle Dumay, PMU
Ophélie Stroumza, cavalière d'entraînement
Antoine Namand, Directeur Général de Selecta
Thibault Vautier, DG d'Adecco
Alexis de Galembert, Fondateur et DG de La Fabrique Cookies
Anna Powell, Directrice du Développement à Together for Racing International

UN MOMENT DE VÉRITÉ
Changer ses habitudes bien qu'ayant la conviction de bien faire son travail (ce qui est le cas) d'autant que les résultats sportifs sont là n'a rien de facile. Pourtant, Jean-Bernard Roth, éminent représentant de l'entraînement de Jean-Claude Rouget, a su livrer un plaidoyer sincère pour le changement d'état d'esprit global. Le matin, Ophélie Stroumza, cavalière d'entraînement, était venue témoigner d'une arrivée à son poste particulièrement perfectible ! "Ce forum est extraordinaire. Je vais tout changer dès demain matin". D'évidence le message était bien passé...

Je retiendrai de cette journée le moment de vérité vécu par et avec Jean-Bernard Roth
Guillaume Herrnberger

Les problèmes actionnables
Après les échanges, place à l'action. Douze thèmes, définis comme des "problèmes actionnables" à propos desquels des mesures immédiates sont possibles, ont été proposés aux participants, lesquels devaient justement proposer groupe par groupe des solutions selon le principe des ateliers. Soumis ensuite au vote, trois dossiers prioritaires sont ressortis :

1De façon transversale
Création d'un réseau hippique des ressources humaines
Il s'agirait de mettre à disposition des entreprises de la filière des professionnels du domaine des ressources humaines dans chaque Fédération afin de répondre aux problématiques liées aux RH, d'accompagner sur la mise en place de procédures et outils adaptés et d'assurer des cessions de formation continue

2Comment positiver l'image et la perception autour de nos métiers ?
Création d'une série : 52 semaines / 52 métiers de la filière courses et élevage décrits de façon moderne et relayés chaque semaine sur les réseaux sociaux avec le soutien d'influenceurs.

3Accompagner les entrepreneurs de la filière dans le développement de leur entreprise et l’accélération de leur croissance grâce à l’humain
Création d'un label de bien-être social pour les différentes entreprises du secteur avec récompense des meilleures d'entre elles en qualité de modèles.

Les autres thèmes étudiés
■ Faire savoir, très largement, que nos métiers recrutent
■Trouver et embaucher des personnes pour combler nos besoins immédiats en recrutement sur les métiers des courses et de l’élevage
■ Renforcer le goût de l’effort, de la résilience et le mental des jeunes
■ Construire une bonne ambiance au sein des entreprises, pour s’y sentir bien et pleinement intégré
■ Dans la réalité d’un quotidien prenant, réussir à se rendre davantage disponible et à l’écoute des apprentis
■ Former différemment pour avoir des jeunes qui savent mieux monter à cheval
■ Réduire la pénibilité et améliorer la sécurité au travail ?
■ Offrir des perspectives de carrière attractives et lisibles au sein de notre filière
■ Accompagner les cavaliers d’entraînement et lads-drivers dans les étapes et la construction de leur carrière

En conclusion de cette journée, et en la présence des deux Présidents des sociétés-mères, le rendez-vous a été pris pour de futurs forums avec pourquoi pas de nouveaux participants car, après cette première pierre, le plus important débute : il va falloir motiver tous les entrepreneurs à s'engager dans cette voie d'une approche de l'entreprise moderne et tournée vers l'avenir. Pour les organisateurs, s'est crée ce mardi le premier réseau d’ambassadeurs pour l’emploi dans les courses et l’élevage.

Les conclusions des travaux en ateliers

©Afasec
©Afasec
Les participants au premier forum de l'emploi dans la filière courses et élevage - ParisLongchamp, le 15 mars 2022

A voir aussi :
...
Théo et Clément Duvaldestin,
frères d'A(r)mérique

Dans le Prix d’Amérique Races ZETurf Legend Race , il y a une course dans la course, celle des frères, Clément et Théo Duvaldestin, qui vont s’affronter, pour le compte de leur père, respectivement ...

Lire la suite
...
Kaparka ouvre facilement son palmarès

Première course du programme breton et déjà une belle impression laissée par Kaparka (Earl Simon). Le représentant de Thierry Duvaldestin s'impose d'autant plus facilement que son principal opposant Kong (Ecu Pierji) s'est perdu dans ses allures ...

Lire la suite
...
Koctel du Dain
une question de style

Le dernier tournoi au rôle de tremplin pour les mâles vers le Prix Comte Pierre de Montesson (Gr.1) réunira une forte délégation internationale. Le Prix Paul Viel (Gr.2) compte pas moins de sept candidats étrangers, ...

Lire la suite
...
Kalamity d'Héripré
découvre de nouvelles rivales

À trois semaines du premier grand rendez-vous classique proposé aux 3 ans, le Prix Roquépine (Gr.2) offre une ultime possibilité de se tester entre elles aux meilleures pouliches du moment. La hiérarchie qui a émergé ces dernières semaines sera ...

Lire la suite