En bref - 24.03.2022

Suites de l'opération du 22 mars : 3 mises en examen ce jeudi

Le Tribunal Judiciaire de Bordeaux vient d'annoncer ce jeudi la mise en examen de trois personnes dans l'affaire de dopage équin (lire notre édition du 22 mars). L'opération de police lancée à l'échelle européenne avait permis dans un premier temps l'interpellation et la mise en garde à vue de 21 personnes en France et deux à l'étranger. D'autres gardes à vue ont été engagées mercredi et la procureure de la République Frédérique Porterie révèle ce jeudi que "24 personnes ont été interpellées puis placées en garde à vue, et 9 personnes ont été entendues dans le cadre de l'audition libre. Il s'agit principalement d'entraîneurs de chevaux de courses (galop et trot), vétérinaires et pharmaciens."
La communication de la procureure annonce au sujet des trois mises en examen : "À l'issue de gardes à vue de 48 heures, 3 individus ont été mis en examen ce jour par le juge d'instruction de la JIRS de Bordeaux, des chefs de dopage équin (délits sanctionnés d'une peine maximale de 5 ans d'emprisonnement), escroquerie en bande organisée (délit sanctionné d'une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement), participation à une association de malfaiteurs et exercice illégal de la profession de vétérinaire. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire comportant notamment l'obligation de verser un cautionnement, et l'interdiction de fréquenter les hippodromes et d'exercer toute activité en lien avec les chevaux de course."

L'affaire Propulsion examinée devant la Cour Suprême suédoise

Pendant deux jours, ces mercredi et jeudi, la Cour Suprême suédoise est en audience sur l'affaire du trotteur américain Propulsion (Muscle Hill). Le champion entraîné par Daniel Redén a perdu tous ses titres en Europe après la divulgation publique d'une névrectomie subie aux Etats-Unis en 2015 non connue au moment de son acquisition quelques mois plus tard par la Stall Zet, son actuel propriétaire suédois. Condamné par Svensk Travsport (l'organisateur en charge des courses de trot en Suède), l'entourage de Propulsion, son entraîneur Daniel Redén et la Stall Zet, a obtenu un jugement de Salomon devant le Comité suédois en charge de la régularité du trot (STAD) le 24 septembre dernier. Le jugement déclare notamment Daniel Redén responsable mais non coupable. Les deux parties en cause, l'entourage de Propulsion et Svensk Travsport, décident alors de faire appel, chacun jugeant le sentence en sa défaveur.

La recherche des responsabilités
C'est donc devant la Cour Suprême suédoise que se retrouve l'affaire en audience publique pendant deux jours. Il s'agira de définir les responsabilités et défaillances de chacune des parties dans ce scandale des courses suédoises. L'ensemble des personnes entendues lors du procès conduit par la STAD sera réentendu par la Cour Suprême a notamment précisé en amont des audiences le président Olle Sohlberg.
Mercredi, ce sont des experts qui sont venus expliquer la névrectomie. La vétérinaire américaine Patty Hogan qui a pratiqué l'acte sur Propulsion en 2015 n'était en revanche pas présente et n'a pas répondu aux demandes d'information de l'avocat de la Stall Zet. L'opération sur Propulsion n'ayant pas été communiquée et enregistrée avant la vente, les experts se renvoient la balle pour savoir à qui incombait la recherche de cette information. Ce jeudi, l'audience a entendu plusieurs responsables de Svensk Travsport sur la conduite de son enquête et la façon dont les enregistrements relatifs à Propulsion ont été (ou non) effectués. En fin de session, chaque partie (entourage de Propulsion et Svensk Travsport) a exprimé ses ultimes demandes.

D'autres mises en examen à venir

L'instruction du dossier ne s'arrêtera pas là. D'autres personnes sont dans le collimateur de la justice et vont se voir notifier une mise en examen selon les explications suivantes : "Cinq autres personnes ont fait l'objet de mandats d'amener en raison de l'éloignement du lieu de leur garde à vue et seront présentés dans les jours à venir devant le juge d'instruction en vue de leur mise en examen."
La conclusion de la procureure de la République à ce stade permet de parler de filières organisées : "L'enquête (...) a permis l'identification de plusieurs filières organisées (nationales et internationales de produits dopants destinés aux chevaux de course), qui importaient, diffusaient et faisaient usage de produits pharmaceutiques réglementés ou interdits afin d'améliorer les performances des équidés lors des courses."

A voir aussi :
...
Chaude ambiance vendredi soir à Vincennes !

La première soirée tropicale de la saison à Vincennes a été un grand succès vendredi avec quelques 7.000 personnes venues s'ambiancer au cours d'une nocturne mêlant food-court, concert et courses hippiques. Charmés par le spectacle, Harry Roselmack, ...

Lire la suite
...
Ganay de Banville, le premier succès de sa deuxième vie

La victoire était absente jusqu'alors de la deuxième vie de GANAY DE BANVILLE (Jasmin de Flore), celle que le performer classique a lancée depuis son retour à la compétition l'an dernier. Victime d'une longue interruption de carrière ...

Lire la suite
...
Le grand numéro de Jet Express

Toutes les meilleures choses ont une fin. À commencer par les séries de victoires. "Il y a de bon deuxième comme on l'a vu cette semaine avec Ino du Lupin", disait Sylvain Gérard DUPONT au micro d'Equidia avant ...

Lire la suite
...
Horsy Dream au mieux pour l'Elitloppet

Rencontré ce jeudi à Grosbois, quelques heures avant le voyage en avion de son représentant HORSY DREAM (Scipion du Goutier) pour Stockholm, Pierre Belloche nous a partagé son état d'esprit : "Le cheval a travaillé ce mercredi. Il est bien. Il ...

Lire la suite