... ©DR
Actualité - 14.10.2020

Ecurie D : « le meilleur cheval du monde » pour le clan Hamre

Officiellement danois, dont il possède un passeport via son inscription au stud-book, français par une part de son pedigree et son éleveur Jean-Pierre Dubois, suédois par ses performances et norvégien par son entraîneur, le redoutable Frode Hamre. Voilà bien la carte d’identité d’Ecurie D, le concentré d’européanité que tout le monde redoute dans l’édition 2020 du Grand Prix de l’U.E.T. (Gr.1), ce vendredi à Vincennes. Atle Hamre, frère et assistant de Frode Hamre, présente sur leur compte Facebook l’histoire pas comme les autres du champion.

Chef de file des entraîneurs en Norvège depuis 2011, Frode Hamre joue la carte nationale en précisant que jamais un cheval norvégien n’a remporté le Grand Prix de l’U.E.T.. Avec Ecurie D (Infinitif), ce serait donc une première, dès lors qu’on classe bien le poulain sous bannière norvégienne. Atle Hamre dévoile toute l’histoire d’Ecurie D.
« Tout a commencé quand on avait une écurie l’hiver à Malmö, en Suède. Jean-Pierre Dubois nous dit un jour qu’il a un poulain qu’il veut m’envoyer, un poulain de nationalité danoise. C’était Ecurie D. Très vite, quand il est arrivé, Tina (une responsable d’écurie) est venue me voir et m’a dit : « Atle, celui-là, il sort vraiment de l’ordinaire. J’ai dit « D’accord » à Tina et lui ai demandé d'aller à Jägersro afin de tester en piste Ecurie D. Je voulais voir quel feeling on aurait avec lui. Je me rappelle qu’on a trotté 1’22’’ ce jour-là. C’était à l’automne de ses 2 ans. J’ai dit à Tina : « Ok, celui-là, c’est une star. » Je n’ai pas eu besoin d’aller plus vite pour le sentir. Tina m’a répondu : « C’est ce que tu dis toujours » et elle a souri, comme d’habitude. Ensuite, elle est restée seule à Malmö avec Ecurie D pendant un mois. Un jour, elle m’appelle et me dit : « Tu avais raison. » Voilà le début de l’histoire. Puis, Tina et Ecurie D sont rentrés en Norvège et nous avons déclaré le cheval à l’entraînement. On a tout de suite compris qu’il avait un moteur et un physique pour être très bon. Il avait tout en fait. La seule chose qui nous embêtait est qu’il aille un peu aux genoux et j’avais hâte de pouvoir le déferrer. Lors de ses premières courses, il était ferré lourd. Dans les tournants, il n’était pas très à l’aise et on l’a travaillé en conséquence sur ce point, avec la confiance de Jean-Pierre Dubois. Il a rapidement attiré l’attention. Plusieurs personnes se sont manifestées pour l’acheter. Jean-Pierre Dubois était clair sur le fait qu’il n’avait pas besoin de le vendre et qu’il pouvait le garder. Mais les offres ont été de plus en plus sérieuses et il a convenu d’un accord avec des acheteurs pour que le cheval reste chez nous. Comme je l’ai déjà dit, c’est le meilleur cheval que j’ai entraîné. Pourtant, aux Etats-Unis et en France, j’ai pu sentir ce que c’est d’avoir dans les mains un des meilleurs chevaux du monde. Il n’y a pas besoin d’aller très vite pour sentir leur puissance, leur impulsion, leur action et leur geste différents des autres. C’est comme en athlétisme, celui qui a la meilleure technique gagne. Ecurie D a une telle palette physique et technique qu’il s’épuise moins que les autres qui doivent souvent travailler tout le temps. Il a tout : le modèle, de la tenue, de la force et une capacité respiratoire hors-norme. Son cœur et ses poumons le rendent exceptionnel. Je pourrais en parler des heures. La petite chose qu’il reste à travailler est son mental. Quand il faudra vraiment qu’il aille au bout de ses capacités, le pourra t-il ? Je ne le sais pas encore. Il a déjà trotté en 1’09’’ et a fait toutes les distances. Il a trotté 1’11’’ sur 2 600 mètres et pourtant j’ai l’impression qu’il n’a fait que jogger pour l’instant. En fait, je pense qu’il a le mental d’un champion et qu’il peut encore faire mieux. Aux courses, quand il sort du box, l’hippodrome lui appartient. C’est un cheval qui a toujours les oreilles pointées quand il est en piste, qu’il soit sur le pied de 1’20’’, 1’10’’ ou 1’05’’. Je ne suis peut-être pas entièrement objectif mais, en toute objectivité, il est parfait !
C’est clair, cela va être extraordinaire de le voir à l’œuvre [à Vincennes]. Je pense que c’est le meilleur cheval du monde. Les entraîneurs français et américains peuvent penser ce qu’ils veulent. Je ne suis pas nouveau dans le métier. J’ai de l’expérience et Ecurie D est un super cheval ! Je suis impatient d’être vendredi à Vincennes. »

A voir aussi :
...
Ventes de Magny-Cours : sous la ligne de flottaison

Bien qu'elles ne revendiquent pas plus que le statut de ventes de services, la vacation de Magny-Cours, organisée par l'Association des Éleveurs de Trotteurs du Centre-Est à la Ferme du Marault, a eu du mal à générer de l'activité. ...

Lire la suite
...
Instant Grave ou la troisième de Matthieu Abrivard

Après la déception causée par Haldo des Champs en début de réunion, Matthieu Abrivard a vite retrouvé le sourire. Son bilan après six courses faisait ainsi afficher trois victoires ! Vainqueur pour son entraînement ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard monte d'un palier avec style

Passer d'un succès à Montignac à une épreuve Premium à Amiens pouvait, sur le papier, ne pas être une sinécure. Cela n'a nullement perturbé Idao de Tillard (Severino) qui a signé ce mercredi son quatrième succès en cinq tentatives. ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite