... © abytravet.se
Actualité - 06.05.2022

Délia du Pommereux prête à un exploit historique

Samedi, en Suède, Délia du Pommereux remet son titre en jeu dans la Paralympiatravet. La fille de Niky y sera drivée par son partenaire désormais attitré, David Thomain. L’an passé, elle s’était imposée avec Eric Raffin, dans une arrivée qui avait fait quelques vagues, en raison de la sanction prononcée par les commissaires à l’encontre du driver français. Sur le moment, en vertu de la décision de son propriétaire, Noël Lolic, on pensait même ne plus revoir la championne de Sylvain Roger sur le sol suédois. Douze mois plus, c'est un exploit français jamais réalisé que tente la jument : réaliser un doublé dans le Groupe 1.

L’empreinte française sur la course : de l'ordre de la feuille de cigarette
La Paralympiatravet, ex-Olympiatravet (lire en page 2), n’a pas été souvent gagnée par des trotteurs français. Depuis la création de la course, à la fin des années 1970, on ne pointe que deux vainqueurs issus de notre élevage, Délia du Pommereux (Niky), donc, en 2021, et le hongre Etain Royal, vingt ans plus tôt, en 2001, mais le fils d’Ulf d’Ombrée s’imposait alors sous pavillon finlandais. Les accessits français, en revanche, ne manquent pas.

La fiche d'identité de la Paralympiatravet
La Paralympiatravet, ex-Olympiatravet – un changement de nom intervenu voilà trois ans, mettant désormais en avant, y compris le jour J, sur le site, les activités paralympiques –, est l’un des rendez-vous majeurs du printemps européen. Nous sommes sur l’hippodrome d’Åby, à Göteborg, en Suède, où il s’agit de la première grande compétition de la saison. La distance proposée est de 2.140 mètres, avec départ à l’autostart. La course est évidemment catégorisée Groupe 1 et l’allocation promise au vainqueur est de 1,5 million de couronnes (N.D.L.R. : environ 150.000 euros). L’édition 2022 réunit dix concurrents, dont la candidate française et tenante du titre Délia du Pommereux.

Parmi les nombreux champions tricolores qui sont montés sur le podium, aux places d’honneur dans ce qui s’appelait alors l’Olympiatravet, citons Ogorek et Lapito, deuxième et troisième de Meadow Road, en 1985, Mon Tourbillon, dauphin d’Utah Bulwark, en 1986, Timonier, troisième de Bravo Sund, en 1992, Général du Pommeau et Giant Cat, respectivement deuxième et troisième de Varenne, en 2000, Flambeau des Pins, deuxième de Gidde Palema, en 2003, Kart de Baudrairie, deuxième du même Gidde Palema, en 2005, Oiseau de Feux, deuxième de Triton Sund, en 2009, Roxana de Barbray, dauphine de Maharajah, en 2013, Voltigeur de Myrt, troisième de B.B.S. Sugarlight, en 2015, Anna Mix, troisième de Your Highness, en 2016. On peut encore ajouter à cette liste les noms de nos récentes "retraitées", Bahia Quesnot, deuxième de Handsome Brad, en 2019 – après le distancement, pour les raisons que l’on sait, de Propulsion –, et Billie de Montfort, troisième d’Elian Web, en 2020.

Une belle présence des étalons français
En revanche, plusieurs étalons français sont au palmarès de la course, par l’entremise de produits d’autres nationalités. Tel est le cas de Look de Star, auteur de Lionel, lauréat, pour la Norvège, en 2017, de Juliano Star, père de Commander Crowe, vainqueur, pour la Suède, en 2012, et, plus lointainement, de deux fils de Fandango devenus des reproducteurs de tête en Scandinavie, à savoir Tibur, géniteur de Callit, le gagnant de 1989, et Utah IX, d’où Utah Bulwark, à l’honneur en 1986, sans oublier Train Bloc,le père de Jana Bloc, la lauréate de 1982. Globalement, le sang trotteur français est donc, tout de même, favorablement représenté au palmarès de la course. Un palmarès qu’en termes de nationalités, la Suède domine largement, jouant, il est vrai, à domicile, avec vingt-quatre succès depuis quarante ans.


Record à battre : 1’10’’
Le meilleur temps de la course est, jusqu’alors, l’apanage de Ringostarr Treb, vainqueur, pour l’Italie, en 2018, sur le pied de 1’10’’, tout rond. Le deuxième meilleur chrono est celui affiché par B.B.S. Sugarlight, lauréat en 1’10’’7, en 2015, sous bannière suédoise. Délia du Pommereux, gagnante en 1’10’’9, l’an passé, vient ensuite.

Un triplé et quatre doublés
Si Délia du Pommereux venait à s’imposer, une nouvelle fois, demain, elle rejoindrait le club très fermé des doubles lauréats de l’épreuve, imitant Queen L, gagnante en 1993 et 1994, Copiad, vainqueur en 1995 et 1996, Scandal Play, monté sur la plus haute marche du podium en 1997, puis en 1999, et Varenne, au palmarès des éditions 2000 et 2002. Un autre champion a cependant fait mieux encore, s’agissant de Gidde Palema, qui signa trois victoires dans la course, de 2003 à 2005.


Délia du Pommereux est arrivée à Åby ce vendredi

Etalons : deux coups de quatre et une passe de trois
Trois étalons dominent le palmarès de l’épreuve : les américains Texas et Alf Palema, ainsi que l’italien Viking Kronos. Les produits des deux natifs d’outre-Atlantique y ont enregistré quatre succès, Grades Singing (1987), Karaté Chop (1991) et Copiad (1995, 1996), pour le compte du premier, et Gidde Palema (2003, 2004, 2005), puis Torvald Palema (2008), pour celui du second. Quant à Viking Kronos, on lui doit trois vainqueurs différents, en Thai Tanic (2006), Triton Sund (2009) et Maharajah (2013).

Paralympiatravet 2022
Groupe 1 - 2.140m autostart
Partant (père) / driver
1. Extreme (M6) (Chocolatier) / B. Goop
2. Upstate Face (H6) (Joke Face) / A. Kolgjini
3. Délia du Pommereux (F9) (Niky) / D. Thomain
4. Who's Who (M8) Maharajah) / Ö. Kihlström
5. Born Unicorn (H8) (Raja Mirchi) / M-A. Djuse
6. Spickleback Face (H8) (Raja Mirchi) / D. Wäjersten
7. Best Ofdream Trio (M5) (Nad Al Sheba) / K. Eriksson
8. Night Brodde (M7) (Up and Quick) / C. Lugauer
9. Mindyourvalue W.F. (H9) (Hövding Lavec) / R. Bergh
10. Pacific Face (H10) (Igor November) / G. Lubrano

Une édition 2022 encore très imprégnée de sang français
Le plateau réuni dans la présente édition fait, à lui seul, la part belle au sang français. Il va de soi que Délia du Pommereux en est la première illustration, mais elle est épaulée par un certain nombre d’autres. Dans l’ordre du programme, on relève, de la sorte, Upstate Face, dont le père, Joke Face, est un fils de la française Kalmie Melody (Full Account) ; Who’s Who (Maharajah), dont la mère, Reality Pride, est une fille de la française Elitloppa (Kimberland) ; Born Unicorn, dont le père, Raja Mirchi, est issu d’une fille de notre Quito de Talonay ; Spickleback Face, autre produit de Raja Mirchi, dont la mère est une sœur, par Buvetier d’Aunou, d’Enfilade, génitrice d’Offshore Dream et Tornado Bello ; Night Brodde, qui est par le français Up and Quick ; Mindyourvalue W.F. (Hövding Lavec), dont les deux grands-pères, Echo et Dahir de Prélong, sont français ; et Pacific Face (Igor November), dont la mère, Pêche de Ginai (And Arifant), est française.

Dans l'édition 2022, Viking Kronos : l’étalon dominant
Raja Mirchi est le seul étalon doublement représenté au départ. Il est par Viking Kronos, dont la lignée mâle est dominante, avant le coup, déléguant la moitié des candidatures, soit celles d’Upstate Face (Joke Face-Viking Kronos), de Who’s Who (Maharajah-Viking Kronos), de Born Unicorn (Raja Mirchi-Viking Kronos), de Spickleback Face (Raja Mirchi-Viking Kronos) et de Pacific Face (Igor November-Viking Kronos), sans compter que le fils d’American Winner est également le père de mère de Night Brodde.

Le "bémol" de 2021
La victoire de Délia du Pommereux dans l’édition 2021 de la Paralympiatravet avait laissé un goût quelque peu amer à son entourage, dans la mesure où Eric Raffin, driver de la jument, avait été sanctionné par les commissaires suédois pour avoir levé le bras plus haut que l’épaule en sollicitant sa partenaire. A la clef, une amende de 1.500 euros et une mise à pied de trois jours. Très mécontent de cette décision, la considérant comme foncièrement injuste, Noël Lolic, le propriétaire de Délia du Pommereux, en annulera la participation de celle-ci à l’Elitloppet et annoncera même qu’il n’était plus question de revenir en Suède avec elle. Un an plus tard, il a revu sa position et c’est tant mieux pour le sport.

La victoire de Délia du Pommereux dans la Paralympiatravet 2021

A voir aussi :
...
Délia du Pommereux prête à un exploit historique

L’empreinte française sur la course : de l'ordre de la feuille de cigarette La Paralympiatravet, ex-Olympiatravet (lire en page 2), n’a pas été souvent gagnée par des trotteurs français. Depuis la création de la course, à la ...

Lire la suite
...
Lovissime : le monté lui va comme un gant

La grande piste de Vincennes et la discipline du monté lui vont comme un gant. LOVISSIME (Love You) a survolé le Prix Auriga du départ à l'arrivée, ne trouvant jamais l'ombre d'une opposition à sa mesure. La représentante de ...

Lire la suite
...
Champagne
sur Solvalla !

Pour la troisième année consécutive, la team France a « ramené la coupe à la maison » pour reprendre une expression du moment. On pourrait même dire « les coupes à la maison » avec les triomphes d’...

Lire la suite
...
Lucky Jackson hausse le ton

Une heure après le succès de LIZA JOSSELYN (Ready Cash) dans le Prix Ozo (Gr.2), c'est un nouveau produit de READY CASH (Indy de Vive) qui s'adjuge le pendant pour les mâles, le Prix Kalmia (Gr.2) avec ...

Lire la suite