...
Actualité - 13.05.2022

Prix des Ducs de Normandie : les héros sont surtout français

Telle une forteresse bien gardée, peut-être comme pour honorer l'histoire de ceux à qui la grande course est dédiée, le Prix des Ducs de Normandie est une sorte d'enclave française. Les trotteurs internationaux se font assez rares au départ et, logiquement, encore plus au palmarès. Le défi d'Ampia Mede Sm (Ganymede), jument attraction de la course, est par conséquent d'autant plus relevé samedi.

La protégée de Fabrice Souloy ne sera d'ailleurs pas la seule à battre pavillon international : il y aura aussi Rebella Matters (Explosive Matter), pour Jean-Michel Bazire. Ces deux-là ont aussi pour point commun d'être les symboles d'une tendance bien connue depuis plusieurs saisons : la présence dans des écuries françaises d'éléments à fort potentiel, aptes à briller en France. Avec 499.150 € décrochés sur notre sol en comparaison des 573.496 € qui garnissent son compte en banque (soit 87 % du total !), Ampia Mede Sm est un exemple parfait. Samedi, elle relèvera plusieurs défis.
Tout d'abord bien sûr le challenge sportif d'être plus forte que Cleangame et/ou Étonnant notamment. Ensuite, comme on le disait dans notre édition de mercredi, elle devra mieux faire que toutes les juments présentées au départ depuis 1994 et le succès de Bahama. Autre statistique à balayer d'un revers de sabot donc, celle de la réussite des trotteurs étrangers dans ces Ducs de Normandie. On ne retrouve au palmarès que trois vainqueurs non nés en France : les Suédois Solo Hagen en 1984 (entraîné en France par Jacky Béthouart) et Activity en 1995 (entraîné en France par Anders Lindqvist) puis l'Allemand Unforgettable en 2009 (drivé par Pierre Vercruysse pour le Néerlandais Arnold Mollema).
Comment expliquer ces maigres résultats internationaux dans les Ducs de Normandie ?
Il y a avant tout la dimension purement statistique. S'ils sont peu nombreux au palmarès, c'est aussi (pas seulement) car ils sont peu nombreux au départ.

Depuis 2000 (trotteurs non Français)
23 chevaux différents pour 27 partants
1 victoire (Unforgettable)
3 places de 3ème (Royal Gull, Ilaria Jet et Traders)
Cette relative discrétion du parterre international à La Prairie peut s'expliquer par plusieurs facteurs. Tout d'abord le parcours corde à droite* sur un anneau de 1950m de Caen avec un départ volté (la course a parfois utilisé l'autostart dans le passé) doivent en refroidir plus d'un. Ensuite, la place dans le calendrier international : la saison bat son plein en Scandinavie et l'échéance de l'Elitlopp laisse les trotteurs déjà invités à leurs dernières préparations locales (sur des pistes plus équivalentes à celle de Solvalla) et ceux qui ambitionnent une place sur la grille de départ préfèrent briller à domicile. Et comme l'histoire se nourrit d'elle-même : moins les statistiques sont en la faveur d'une tendance moins celle-ci a de chance de s'améliorer. Confirmation donc de notre affirmation de mercredi : un succès d'Ampia Mede Sm ou de Rebella Matters releverait de l'exploit historique.

Quatre à la suite pour les visiteurs intérieurs
Si les visiteurs internationaux ont donc du mal à se faire une place au palmarès de l'événement normand, les visiteurs tricolores sont également minoritaires au palmarès mais restent sur quatre succès consécutifs : deux pour le représentant Anjou-Maine Jean-Michel Bazire (Aubrion du Gers x2), un pour l'Ile-de-France (du Suédois) Jarmo Niskanen (Earl Simon en 2020) et un pour le Sud-Ouest (du Néerlandais) Richard Westerink (tenant du titre avec Étonnant). On peut donc signaler que les trotteurs européens sont récemment suppléés par les entraîneurs d'Europe installés hors de Normandie. Et pour retrouver un vainqueur normand dans les Ducs, il faut remonter à 2017 et la victoire d'Amiral Sacha pour le compte de Florent Lamare.







*À propos de la corde à droite
Les deux juments de ce Prix des Ducs de Normandie présentent la particularité d'avoir déjà bien fait corde à droite. À plusieurs reprises même pour Rebella Matters (Grand Prix du Conseil Municipal de Vichy et récemment 2e du Grand Prix Angers métropole). Ampia Mede Sm a, quant à elle, une seule performance corde à droite pour une victoire, à l'occasion de sa première victoire en France, à Argentan, il y a un tout petit peu plus d'un an. Depuis elle a gagné douze courses de plus.

Ampia Mede Sm et Rebella Matters font face à un double défi statistique : d'une part les femelles et d'autre part les trotteurs étrangers au palmarès


©Scoopdyga
Unforgettable, le dernier vainqueur international du Prix des Ducs de Normandie. C'était il y a treize ans.

A voir aussi :
...
Renaud Lavillenie et Pierre Pilarski remportent un Groupe ce samedi à Auteuil

La casaque de Hugo et Pierre Pilarski, celle de Bold Eagle (Ready Cash) au trot, paraîtra deux fois lors du grand week-end de l'obstacle français, à Auteuil. Ce samedi, elle était portée par Villa Rica (Cokoriko) dans le ...

Lire la suite
...
Insolent Somolli nominé chez les espoirs

Pieds nus pour la première fois de sa carrière, Insolent Somolli (Booster Winner) a triomphé sans être encore à 100 % de ses moyens. Voilà l'enseignement du Prix de Banville, avec l'analyse de Mathias Dudouit, son driver, au micro d'Equidia Racing. "...

Lire la suite
...
Jolie Baraka a trouvé ses marques

Entraînée par Philippe Allaire, Jolie Baraka (Love You) n'est plus la même depuis la réunion deux facteurs : Caen d'une part et le monté d'autre part. Difficile en début de carrière à l'attelé, cette nièce ...

Lire la suite
...
Richard Westerink inscrit
Étonnant dans les traces de Timoko

Richard Westerink et l’Eliloppet, c’est une histoire de fascination. Celle d’un gamin hollandais pour la plus grande course scandinave, celle qui se rapprochait le plus de sa référence, le Prix des Géants, disputé dans ...

Lire la suite