Résultat de course - 15.10.2020

Fresneaux, un coup de vent sur Marseille

À mi-ligne droite, je savais qu'il allait gagner.
Christophe Martens

Le Grand Prix d’Automne est tombé sous le coup d’une bourrasque, ce jeudi à Marseille-Borély. Une bourrasque nommée Fresneaux qui a terminé très vite pour remporter un deuxième succès consécutif. Sous un temps venteux, Fresneaux s’est lui-même transformé en coup de vent.

Fresneaux en chiffres
7 victoires dont 1 à Vincennes
6 titres dans le Sud
2 succès à main droite

Son été passé sur les hippodromes du sud a été couronné de succès (trois courses, deux victoires, une place). Fresneaux (Timoko) réitère sa dernière performance de Beaumont-de-Lomagne en s'imposant dans le Grand Prix d'Automne, à Marseille-Borély. Sous un vent omniprésent tout au long de la réunion, le pensionnaire de Vincent Martens n’a été qu’un éclair dans la ligne droite. Une performance soulignée par son driver Christophe Martens, au micro d’Equidia Racing. « Avec un parcours comme celui que j’ai eu, c'est un top cheval. C’est un bon trotteur, qui a beaucoup de classe. Il est capable d'aller de l'avant. À mi-ligne droite, je savais qu'il allait gagner. » Le lauréat réalise sa meilleure réduction kilométrique de la saison, en 1’12’’9.

Le triomphe de la jeunesse

Seul 5 ans au départ de l'épreuve, Fresneaux avait pour seul paramètre défavorable une place en seconde ligne derrière l'autostart. C'est aussi cette postion au départ qui explique pour bonne part la course d'attente prolongée du partenaire de Christophe Martens.

La forme de la famille Martens

Christophe et Vincent Martens sont des grands voyageurs et leurs déplacements sont souvent payants. Depuis le 15 septembre dernier, en 16 courses, les représentants de Vincent Martens ont remporté quatre courses (25 % de réussite à la gagne) et ont terminé à cinq reprises sur le podium. En fait, seules quatre de leurs tentatives n'ont pas été récompensées d'une allocation. Ce jeudi, à Marseille, ils ont une nouvelle fois fait montre de leur efficacité. Avec quatre partants, ils ont signé deux succès (Deko de Tilou et Fresneaux), ainsi qu’une deuxième place (Fabulous Jet).

D'où vient-il ?

Elevé par Etiennette Dubois, Fresneaux est le deuxième produit le plus riche de Perrière. Sa sœur n'est autre que Viva la Vida (248 052 € - lauréate de Groupe 2). Dans sa souche maternelle, on retrouve la millionnaire Autour d’Aunou (Championnat européen des 3 ans (Gr.1) 1991 - Prix de Sélection (Gr.1) 1992), mais aussi Hooper (273 882 €).

8e | GRAND PRIX D'AUTOMNE - PRIX VANS BARBOT
Att - 2300 m - Course C - 31 000 €
FRESNEAUX 1'12"9
Timoko x Perriere (Defi d'Aunou)
Driver : C. Martens - Entraîneur : V. Martens
Propriétaire : E. Meydan - Eleveur : E. Dubois
2e Brindor 1'13"
3e Ce Retour d'Oscar 1'13"3
4e : Derby de Souvigne - 5e : Citizen Kane - 6e : Conchitana Jenilou - 7e : American Dollar
Imoko 1'14''6 Viking's Way 1'15''6
Timoko 1'09''1 Sepia 1'15''6
Kiss Me Coulonces 1'18''6 And Arifant 1'16''5
FRESNEAUX 1'11''8 Allez Coulonces
Defi d'Aunou (US) 1'11''3 Armbro Goal (US)
Perriere 1'15''0 Nesmile 1'17''4
Kundera 1'16''6 Coktail Jet 1'11''2
Nevadara 1'20''5
A voir aussi :
...
Hugo Abergs Memorial :
le sprint royal scandinave

C'est le grand événement du trot scandinave au coeur de l'été. Le Hugo Abergs Memorial est fort d'une riche histoire mais se veut aussi très attractif avec un peu plus 157 000€ promis à son vainqueur. En monnaie locale, cela ...

Lire la suite
...
Prosperous tout en puissance

S'il s'est déjà imposé sur la grande piste de Vincennes, qui plus est sur le parcours des 2850m., le 7 ans suédois Prosperous (Prodigious) semble quand même plus dans son élément sur une piste plate comme celle ...

Lire la suite
...
Trophée Vert : les cartes sont rebattues

À six semaines de la finale du Trophée Vert à Craon (le 6 septembre), le dénouement du circuit sur les meilleures pistes en herbe est loin d’être connu. En effet, Détroit Ace, le maillot jaune, est sur la touche ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite