...
En bref - 13.05.2022

Et si Etonnant rejouait le même numéro douze mois après ?

Il est le tenant du titre du Prix des Ducs de Normandie (Gr.2). Il avait ajouté l'an dernier à son succès le panache du record (en 1'10''4). Etonnant (Timoko) n'avait d'ailleurs dû son chrono record qu'à lui même après avoir endossé le rôle d'animateur. Il y a douze mois, nous avions titré "Etonnant : une fusée traverse la Prairie" (lire notre édition du 19 mai 2021 par ce LIEN). La même fusée peut-elle reproduire le même tir ? Evidemment. Et les raisons sont nombreuses à pointer dans cette direction.

Etonnant a surtout cette année élargi sa palette de talents. Il a gagné en maniabilité et a soigné sa mise en jambes notamment derrière l'autostart. C'est en fait une sorte d'obligation pour nourrir quelques ambitions dans l'Elitloppet, son grand objectif de la fin du mois. Lorsqu'il s'est imposé dans le Critérium de Vitesse cagnois, Richard Westerink avait souligné : "Je voulais voir si derrière la voiture il allait bien se comporter et c’est dans les plans (d'aller sur l'Elitloppet)." Même s'il s'est fait prendre de vitesse au départ du Groupe 1 français sur le mile, il est resté au trot (contrairement à 2021) et parfaitement cadencé par la suite, avec la victoire à la clé dans une réduction kilométrique (1'09''9) plus qu'acceptable.
Dernièrement dans le Prix de l'Atlantique, il a fait la faute dans le dernier tournant (déclenchant une enquête) mais a su se relancer avec comme commentaire de son pilote Anthony Barrier : "On allait vite dans le virage et il s'est un peu affolé comme il peut le faire parfois. À cet endroit et à cette vitesse, le rattraper prouve combien il est adroit." Cette dernière formule ("Combien il est adroit"), Anthony Barrier l'aurait-il émis sur son partenaire il y a un an ? Pas sûr.

Un profil caennais à son avantage
Etonnant n'a foulé qu'une seule fois la piste de Caen, lors de son triomphe dans les Ducs de Normandie l'an dernier. Le profil de l'anneau (grande piste de quasiment deux mille mètres de tour, tournants ouverts) est à l'avantage d'un concurrent qui a besoin d'espace. Richard Westerink nous avait d'ailleurs debriefé sur le sujet l'an dernier : "Caen correspond parfaitement à ses aptitudes. Il y a une grande aire de départ et il a 500 mètres pour se placer."

En synthèse : beaucoup de positif
Maniabilité en progrès, profil de piste à sa convenance, forme étincelante. Les arguments en faveur d'Etonnant sont légion. Une réserve néanmoins peut s'inviter dans cette énumération enthousiaste. Le représentant de Richard Westerink sera ferré samedi, contrairement à l'an dernier et à Cleangame (Ouragan de Celland) ou Rebella Matters (Explosive Matter). Il s'agit d'une décision de l'entraîneur en vue de l'Elitloppet. Mais le professionnel a toujours défendu les capacités d'Etonnant en version ferrée. Pour preuve, son cheval a remporté le Prix de Paris 2021 dans cette configuration.

Un autre billet pour l'Elitloppet ce samedi ?
Et si le Prix des Ducs de Normandie servait à délivrer un ticket rose d'invitation à son vainqueur si Etonnant ne s'impose pas ? On sait que l'épreuve caennaise est regardée de près par les organisateurs suédois. Un scénario qui pourrait s'envisager pour Ampia Mede Sm par exemple mais tomberait à l'eau dans le cas de Cleangame sachant que Jean-Michel Bazire a déjà réfuté tout déplacement en Suède.

Caen correspond parfaitement à ses aptitudes.

Il y a d'abord la forme actuelle du champion. Après un meeting d'hiver où il a plus soufflé le froid (avec la désillusion du Prix d'Amérique évidemment) que le chaud (sa victoire dans le Prix du Bourbonnais avec Face Time Bourbon dans le rôle inattendu de la victime), Etonnant est au top. Il n(a d'ailleurs produit une séquence comme celle qu'il signe actuellement dans les Groupes 1. Deuxième du Prix de Paris - Marathon Race (Gr.1), vainqueur du Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur (Gr.1) et deuxième du Prix de l'Atlantique (Gr.1), il fait mieux que l'an dernier à cette époque de l'année. Il vient de jouer "à toi à moi" avec Vivid Wise As (Yankee Glide), le battant une fois, lui servant de dauphin ensuite. Nulle infamie là-dedans mais plutôt, au contraire, la plus solide des références avec celui qui s'annonce comme l'un des prétendants majeurs de l'Elitloppet (Gr.1) dans deux semaines à Solvalla.

Caen correspond parfaitement à ses aptitudes.

A voir aussi :
...
Renaud Lavillenie et Pierre Pilarski remportent un Groupe ce samedi à Auteuil

La casaque de Hugo et Pierre Pilarski, celle de Bold Eagle (Ready Cash) au trot, paraîtra deux fois lors du grand week-end de l'obstacle français, à Auteuil. Ce samedi, elle était portée par Villa Rica (Cokoriko) dans le ...

Lire la suite
...
Insolent Somolli nominé chez les espoirs

Pieds nus pour la première fois de sa carrière, Insolent Somolli (Booster Winner) a triomphé sans être encore à 100 % de ses moyens. Voilà l'enseignement du Prix de Banville, avec l'analyse de Mathias Dudouit, son driver, au micro d'Equidia Racing. "...

Lire la suite
...
Jolie Baraka a trouvé ses marques

Entraînée par Philippe Allaire, Jolie Baraka (Love You) n'est plus la même depuis la réunion deux facteurs : Caen d'une part et le monté d'autre part. Difficile en début de carrière à l'attelé, cette nièce ...

Lire la suite
...
Richard Westerink inscrit
Étonnant dans les traces de Timoko

Richard Westerink et l’Eliloppet, c’est une histoire de fascination. Celle d’un gamin hollandais pour la plus grande course scandinave, celle qui se rapprochait le plus de sa référence, le Prix des Géants, disputé dans ...

Lire la suite