... ©APRH
Actualité - 17.10.2020

Power ou le scénario fou fou fou

Le duel entre le meilleur scandinave, Ecurie D, et le meilleur tricolore, Gu d'Héripré, a bien eu lieu dans le Grand Prix de l'UET (Gr.1). Et pourtant ni l'un ni l'autre n'a pu se classer à l'arrivée à l'arrivée. Ils se sont successivement enlevés dans le final, laissant les honneurs à Power, le meilleur finisseur.

C'est à un final fou fou fou auquel on a assisté dans le Grand Prix de l'UET (Gr.1) 2020. À l'entrée de la ligne d'arrivée, c'est le scénario partagé par la grande majorité des prévisionistes qui s'écrit sous nos yeux. Ecurie D (Infinitif) sort du dernier tournant en tête, collé au plus près de Gu d'Héripré (Coktail Jet). Depuis la mi-ligne opposée, il y a eux et les autres. Les deux titans des 4 ans, le scandinave Ecurie D et le français Gu d'Héripré s'expliquent sans concession. Et puis tout se retourne en quelques mètres. Gu d'Héripré prend le galop alors que la belle mécanique d'Ecurie D s'enraye et se grippe à moins de cent mètres du but. Leurs poursuivants deviennent les aspirants vainqueurs. Green Grass (Bold Eagle) tente sa chance, à fond, mais ne peut résister à l'ultime rush de Power (Googoo Gaagaa). Robert Bergh a du mal à réaliser. Il est encore complètement dans sa course lorsqu'il nous explique : « Power est un très bon cheval et tout s’est passé au mieux pour nous, troisième à l’intérieur derrière les leaders. »
Il s'agit du plus grand succès dans l'Hexagone de Robert Bergh en tant que driver, sachant que le professionnel suédois figure déjà au palmarès du Prix de France (Gr.1) avec Hilda Zonett en 2003 comme entraîneur. Power fait partie des meilleurs de sa génération en Suède, avec comme grand titre son succès dans le Svenskt Trav-Kriterium (Gr.1), l'équivalent de notre Critérium des 3 Ans, en septembre 2019. Il avait dû subir la domination de plusieurs contemporains cette saison, notamment celle d'Ecurie D, qui l'avait battu avec de la marge dans l'épreuve qualificative à cette finale européenne, et d'Aetos Kronos (Bold Eagle) notamment. Il demeure que Power est un vrai élément classique. Le diable se cache dans les détails et Robert Bergh a fait le bon choix en décidant, juste avant d'entrer en piste, d'ajouter une paire de cloches à son partenaire qui s'était montré peu concluant pendant son canter.

Green Grass perd le titre pour un nez
Remarquable de courage dans la ligne d'arrivée, une fois dégagée du dos de Gu d'Héripré, Green Grass (Bold Eagle) avait encore le meilleur à quelques mètres de la ligne. Elle perd un deuxième Groupe 1 pour un nez (voir photo d'arrivée page suivante). Son propriétaire Sébastien Dewulf savoure pleinement cette grande performance et voit le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide dans cette deuxième place : « Il n’y a pas grand-chose mais c’est super quand même. On aurait signé avant le coup pour être troisième ou quatrième. La jument fait une super valeur. Elle marche 1’11’’2. Je ne suis pas déçu d’être battu surtout que le gagnant finit mieux que nous à l’extérieur. Ce qui fait la différence la concernant, c’est qu’elle était déferrée des quatre pieds ce soir. Cela ne lui était pas arrivé depuis le mois de février. On l’a soignée aussi à un genou après sa qualification et la jument était parfaite. »

Guzz Mearas prend aussi sa revanche
A l'image de Power qui reprend le premier rôle après l'avoir laissé à Ecurie D dans son épreuve qualificative à Solvalla, Guzz Mearas (Muscle Mass) signe sa revanche sur Aetos Kronos, son tombeur de Solvalla, en le précédant pour la troisième place. Entraîneur et driver du poulain, Johan Untersteiner apprécie : « Je suis très heureux. Le cheval a fait une super course. On a eu le bon parcours à l’intérieur et, quand je suis sorti, je pensais qu’on allait être cinq ou six. Mais à la fin, j’ai réalisé qu’on pouvait lutter pour la victoire. Il a alors donné son maximum et on est finalement pas si loin que cela de la victoire. Je suis très content. » Côté programme, on parle pour Guzz Mearas de Breeders' Crown et de Critérium Continental (Gr.1) chez nous en fin d'année.

©ScoopDyga

J'étais confiant car mon cheval venait de très bien gagner en Suède pour se préparer.
Robert Bergh, à propos de Power

Un échec à analyser pour Ecurie D
C'est évidemment la déception dans le camp d'Ecurie D. Björn Goop ne comprend pas et nous fait partager ses interrogations : « Le cheval a bien démarré et il était tranquille en face, où je n'ai eu aucun souci. En début de ligne droite, il a commencé à se perdre dans ses allures. Il n'était pas fatigué mais il ne pouvait pas avancer. Ça n'allait pas, il a eu quelques soucis qui l'ont gêné. Il n'était pas du tout fatigué mais il n'a jamais été comme ça. Pour tout dire, je n’ai pas encore d’explication. »

Le fer du malheur pour Gu d’Héripré
Du côté de Gu d'Héripré, il y a une raison objective à la faute de l'alezan dans le final. Franck Nivard explique en effet sur Equidia Racing : « Quand il a fait sa faute, il n’était pas battu. C’est parce qu’il a perdu un fer en entrant dans la ligne d’arrivée. Il était peut-être un petit peu fatigué, on avait fait fort aussi mais je pense qu’il aurait été au poteau comme ça. C’est vraiment un coup malheureux. »

Un dernier kilomètre à haute vitesse
L'explication entre Ecurie D et Gu d'Héripré dans le dernier kilomètre a aspiré l'ensemble des participants. C'est Aetos Kronos qui signe la meilleure réduction dans les derniers mille mètres en 1'08''7 selon les données Tracking. Le lauréat Power signe pour sa part 1'09''1 pour un chrono final remarquable de 1'11''2 sur les 2 100 mètres de la petite piste de Vincennes. Le tout pour une issue avec quatre chevaux sur la même ligne au moment de couper la ligne d'arrivée (voir la photo-finish ci-dessous) ! Si c'est passé tout près pour Green Grass, Guzz Mearas et Aetos Kronos sont aussi passés à quelques centimètres d'un titre prestigieux.

Les enjeux PMU sur le Quinté+ à la hausse
Pari gagné. Avec seulement douze partants dont une moitié peu ou pas connue des quintéistes, le Grand Prix de l'UET n'était pas un choix évident pour servir de support au Quinté+, a priori. Mais a priori seulement. Car les chiffres prouvent que la qualité et les références priment sur la quantité. Confirmation ce vendredi soir avec un bloc événementiel en progression globale de 2,8 % et des paris tous en progression par rapport à l'an dernier. La soirée de ce vendredi dans son intégralité progresse de 12 % au total.





4e | GRAND PRIX DE L'U.E.T.
Att - 2100 m - Groupe 1 - 400 000 €
POWER 1'11"2
Googoo Gaagaa x La Vici (Orlando Vici)
Driver : R. Bergh - Entraîneur : R. Bergh
Propriétaire : In The Zone Ab - Eleveur : Fonds de Courses
2e Green Grass 1'11"2 Bold Eagle x Tootsie Smiling
3e Guzz Mearas 1'11"2 Muscle Mass x Intensity Kronos
4e : Aetos Kronos - 5e : Gallant Way - 6e : Golden Bridge - 7e : Gotland

D'où vient-il ?

Power appartient à une lignée mâle ambleuse, ce qui n'est pas la moindre des curiosités, son grand-père paternel, Cam's Rocket 1'09'', étant, effectivement, ambleur. Son père, Googoo Gaagaa 1'08'', fut, cependant, un crack trotteur, grand vainqueur aux Etats-Unis, où il battit des records de vitesse. De même, Lady Lexington 1'12'' (1980-Speedy Crown), la troisième mère de Power, fut une championne outre-Atlantique, remportant le World Trotting Derby et se classant deuxième des Hambletonian Oaks. Importée en Suède, elle y a fait souche, notamment par l'entremise de La Louvière 1'17'' (Shogun Lobell), la grand-mère de Power, et de La Vici 1'17'', la mère de celui-ci, qui n'est autre qu'une fille de notre Orlando Vici 1'12'', très prisé des éleveurs scandinaves.

Cam's Rocket Cam's Card Shark
Googoo Gaagaa Queen Of Rock
Kora's Trotter Veeba Rova
POWER Misty Tickles
Orlando Vici Quadrophenio
La Vici Irlande du Nord
La Louviere Shogun Lobell
Lady Lexington
A voir aussi :
...
À la découverte de Passerelle (#2/3) : valoriser les formidables qualités du Trotteur Français

Suite de notre série en trois volets sur l’association Passerelle, laquelle œuvre afin que la race Trotteur Français puisse développer ses qualités dans toutes les disciplines du sport. Aurélie Malet, présidente fondatrice en ...

Lire la suite
...
Gamin Jaba reprend sa marche en avant

Sanctionné pour ses allures à l'entrée de la ligne droite, Gigolo Lover a laissé les lauriers à son compagnon d'écurie, Gamin Jaba (Kesaco Phedo), qui a pris la mesure d'un Gump du Poncelet, une nouvelle fois remarquable. "C'est un cheval ...

Lire la suite
...
Falco d'Havaroche mate Ingo

Récent lauréat sur le parcours des 2.850 mètres de la grande piste, Falco d'Havaroche (First de Retz) a doublé la mise lors de ce meeting. En costaud, il est venu prendre la mesure d'Ingo, avant de se dé...

Lire la suite
...
170 000 € pour une part de Face Time Bourbon

La première journée des Ventes du Prix d'Amérique Arqana Trot s'est tenue ce jeudi à Deauville avant les Ventes Prestige de demain qui auront également lieu dans l'Établissement Élie de Brignac. De cette session consacrée à l'é...

Lire la suite