... © Province Courses
Actualité - 01.06.2022

Richard Westerink nous dit tout sur son incroyable week-end

Deux jours après son retour de Suède, Richard Westerink est toujours sur son nuage. Comment pourrait-il en être autrement ? Etonnant a fait un "truc de fou" pour reprendre une formule tant partagée dans l’Elitloppet. Après les tumultes et l’embrasement de la victoire, c’est l’heure du retour à la vie normale. L’entraîneur a accepté de revenir sur son week-end et d’aborder à froid les différents moments de l’exploit.

24H au Trot.- Votre week-end a commencé par le voyage. Tout d’abord, est-ce qu’il y avait de l’appréhension concernant le déplacement en avion, mode de transport qu’Etonnant découvrait ?
Richard Westerink.- Les éventuels doutes ont été tout de suite levés. L’embarquement a été long et compliqué sur l’aéroport de Liège car il y a eu des problèmes avec certaines stalles et il y avait tout de même quatorze chevaux à embarquer. Nous avons perdu deux heures mais ils sont tous restés très calme. J’ai ensuite été surpris de voir que, pendant le vol, Etonnant puisse poser sa tête tranquillement sur le dos de Vivid Wise As qui était dans la stalle d’à côté et que personne ne bouge.


Le voyage n’a donc pas été éprouvant pour votre cheval ?
Absolument pas, il est arrivé en Suède en pleine forme sans être marqué par le long déplacement. C’était évidemment primordial.

Revenons sur la journée de dimanche, comment avez-vous vécu l’avant course ?
Nous étions concentrés avec Anthony (Barrier), pas stressés mais nous étions à notre boulot. La présentation des drivers a été un moment sympa de communion avec le public. Le cheval était très calme au moment de son heat. Il l’était encore au moment de la première batterie. L’important était de le qualifier, ce qu’il a fait sans faire trop d’effort. La récupération s’est bien déroulée et il a abordé la finale avec toujours autant de décontraction.

Il a déjà été en indélicatesse avec l’autostart en France, comment avez-vous géré cela ?
Les départs sont différents à Solvalla. En France, la voiture attend les chevaux alors qu’en Suède, les chevaux doivent rattraper la voiture. Anthony a donc pu venir bien lancé avec son numéro 7 et Etonnant n’a pas eu le temps de se fâcher. J’étais plutôt satisfait du tirage au sort de la batterie. Sachez d’ailleurs que s’il avait eu un meilleur classement dans sa batterie et que nous avions pu choisir entre plusieurs places dans la Finale, nous aurions choisi le 6 ou le 7. Sans doute que tout le monde nous aurait pris pour des fous (rires).

Et le moment de la finale arrive. Dans quel état émotionnel êtes-vous ?
J’ai confiance en mon cheval, je suis serein. Tendu mais serein. Je le vois très calme et bien souple dans le rond avant d’aller en piste. La concentration est à son comble. Il s’élance bien et se trouve une place correcte. Ils abordent le tournant d’après les tribunes et là, en l’espace d’un instant, le ciel me tombe sur la tête lorsqu’il se met au galop. Anthony le rattrape dans la foulée et je vois que mon cheval change de comportement. Il s’est tendu aussitôt et c’est peut-être cela qui le fait gagner. Moi, je suis en bord de piste, à l’intérieur de la ligne d’arrivée, et le vois remonter les autres à une vitesse folle. Au moment où il passe devant moi, il n’a pas encore pris l’avantage, je me retourne ensuite face à l’écran géant et vois Anthony exulter au passage du poteau. Je comprends que c’est fait mais je n’y crois pas !

Vous avez déjà connu cette victoire dans l’Elitloppet, deux fois même avec Timoko. Qu’est-ce qui change avec Etonnant ?
Timoko était une machine à trotter. Il ne pouvait rien nous arriver avec lui. Nous étions sereins tout le parcours. Avec son fils, c’est une autre histoire. Il est plus dur certes, mais également plus difficile et même s’il devient plus sûr qu’avant, rien n’est jamais gagné. La seule chose dont j’étais quasiment certain est le fait que courir en batterie allait parfaitement lui convenir. Il faudrait même essayer avec une troisième course pour voir, il serait peut-être encore meilleur. (rires)

Comment a-t-il récupéré ?
Très bien. Il était fatigué, ce qui est normal après de tels efforts, mais pas plus marqué que cela. L’embarquement a été très rapide et en trente minutes, nous étions prêts à décoller. Le vol s’est bien déroulé et la route jusqu’en Mayenne a été plus longue pour moi que pour lui. Il était content de retrouver son paddock au Haras d’Avireau.

Les derniers participants français de l'Elitlopp ont eu souvent des contrecoups au retour de Solvalla. On pense évidemment en premier lieu à Earl Simon qui est resté très longtemps sur la touche. Comment gérez-vous ce retour ? Etonnant aura-t-il des soins particuliers ?
Non. Il retrouve le Haras d'Avireau où il est stationné depuis plusieurs mois et aura seulement droit à du repos. Dans l'immédiat, il est en repos total pour quinze jours.

Timoko, en état de grâce
Alors que son fils Etonnant propulse Timoko dans une dimension jusque là inconnue (comme premier vainqueur de l'Elitloppet à donner un vainquer d'Elitlopet), l'étalon connaît aussi une incroyable réussite dans l'Hexagone. Chez nous, il est actuellement en tête des pères de vainqueurs sur le dernier mois glissant (du 2 mai au 1er juin) avec 21 victoires. Il précède Bold Eagle (20 victoires), Prodigious et Love You ex aequo (18 succès chacun).


Nous étions concentrés avec Anthony (Barrier), pas stressés.
Richard Westerink lors de la parade de présentation des entraîneurs et drivers

Le cheval est stationné chez Franck Leblanc depuis le début de la saison de monte, comment se déroule l’organisation ?
C’est Franck qui le prend en piste car il reste spécial, il le travaille avec un bonnet fermé pour qu’il soit à son travail car, avec les chevaux autour de la piste, même en pleine vitesse, il ne cesse de hennir. En général, je viens lui faire un bon travail à dix jours de ses objectifs. Le reste du temps, il va au paddock et au marcheur aquatique. Ce n’est pas un cheval qui travaille beaucoup, Il n’avait fait qu’un boulot entre Caen et Solvalla. J’accorde toujours un temps de repos complet après les courses, environ dix jours. Je faisais pareil avec Timoko. Je tiens d’ailleurs à remercier l’ensemble des collaborateurs de Franck Leblanc car cette victoire est aussi la leur.

Parlons maintenant de quelque chose que l’on sait difficile pour vous. Vous gardez toujours un goût amer du dernier Prix d’Amérique ?
Oui absolument. Nous étions favoris et son classement final est nul (N.D.L.R. : Etonnant a conclu huitième). Je ne suis pas déçu du comportement du cheval mais de sa place à l’arrivée. Cela a été difficile à « digérer » mais nous reviendrons plus forts.

Et la suite justement, comment se dessine-t-elle ?
C’est Etonnant qui va nous le dire. Comme je vous l'ai déjà dit, pour le moment, le cheval est en repos total pour quinze jours. Dans les plans, il y a le Prix René Ballière qui se profile. Le reste, nous allons y réfléchir. Nous prendrons nos décisions au fil du temps. Nous avons reçu des invitations de partout : de la Finlande, des Etats-Unis, du Canada, de la Suède, etc. Nous n’allons pas faire n’importe quoi.

Etonnant est-il meilleur que Timoko ?
Ce sont deux grands champions qui sont très différents. J’ai eu la chance de tomber sur Timoko. J’ai aussi connu de grandes joies avec Dreammoko, avec lequel on s’était classé troisième de la finale de l’Elitloppet. Avec un cheval comme Etonnant désormais, c’est juste incroyable. J’ai dû faire des bonnes choses dans une vie antérieure pour être aussi chanceux. Timoko était un cheval précoce et, même s’il avait son caractère, il était assez facile. Par comparaison, Etonnant nous a donné plus de boulot. Il a un caractère bien affirmé et est toujours capable de faire des bêtises. Il a pour lui sa dureté. Ce qu’il a fait dimanche, son père n’aurait pas pu le faire. Je ne veux pas faire de comparaison entre mes deux cracks car ils sont vraiment différents.

Une victoire comme cela, ça se fête ?
Oh que oui ! Ne vous inquiétez pas pour cela. Nous avons célébré ce moment dès le soir à Stockholm, avec la famille, les amis et la team France. Notre fils de 8 ans a même fait sa première soirée dans un club. C’était super d’avoir une partie de mes proches à mes côtés. Il faudra maintenant organiser une autre soirée pour remercier toutes les personnes qui ont été dans l’aventure : mes salariés, Quentin Machet et Etienne Clozier, mes maréchaux, les vétérinaires, les ostéopathes, qui prennent soin de nos chevaux au quotidien. Je tiens également à adresser des remerciements à ma famille, à mes amis et à tous les supporters d’Etonnant.


© Province Courses

A voir aussi :
...
Des podiums
qui se conjuguent au pluriel

Avec le premier week-end d’octobre, c’est le dernier trimestre de l’année qui commence. Une sorte de dernier quart temps d’une partie dont les tableaux d’honneur commencent à se dessiner de plus en plus, de mieux ...

Lire la suite
...
Haziella d'Amour finit à la vitesse du vent

Dans une intéressante épreuve qualificative au Trot Open des Régions - Grand Nord, réservée aux 5 ans, le dernier mot est revenu à Haziella d'Amour (Un Amour d'Haufor). Bien qu'ayant fortement penché sur sa droite dans la phase ...

Lire la suite
...
Enjoy The Game de plus en plus fort

Entraîné en début de carrière par le danois Steen Juul, Enjoy The Game (Ens Snapshot) a rejoint l'effectif d'Erik Bondo au printemps dernier. Préparé en France dans la Sarthe, ce cheval âgé de 6 ans a eu ...

Lire la suite
...
Débuts éblouissants de Firos pour son nouvel entourage

Acheté 34.000 € à la vente mixte d'Arqana Trot à Deauville le 20 septembre dernier, Firos (Memphis du Rib) n'aura pas mis de temps à faire plaisir à son nouvel entourage, fédéré sous les couleurs de Mathieu Bedouet. L'élève d'Alain Roussel, un petit-fils ...

Lire la suite