... ©DR
Actualité - 21.08.2022

Zoom sur les lots les plus attendus

À dix jours du coup d’envoi des ventes de yearlings sélectionnés d’Arqana Trot, nous passons en revue les lots dont les profils, sortant de l’ordinaire, sont propres, sur le papier, à ce que se livrent, autour d’eux, les plus belles batailles d’enchères. C’est, par là même, la qualité du catalogue 2022 qui s’en trouve illustrée.

Une douzaine de références directes à des gagnants de Groupe 1

Sur l’ensemble des trois vacations, on dénombre neuf frères ou sœurs de gagnants de Groupe 1, ainsi que trois produits de lauréates de Groupe 1. Au total, on en est à douze références directes à des vainqueurs de Groupe 1. Ils sont donc relativement peu nombreux dans ce cas, mais c’est aussi ce qui fait leur attrait et contribuera à faire grimper les enchères à leur endroit : la rareté, c’est bien connu, engendre la cherté.

Le premier produit de Doria Desbois, le deuxième de Chancelière Citrus…

Les trois produits issus de gagnantes de Groupe 1 sont L’As Desbois (numéro 70), Léonie (numéro 95) et Lilas d’Axel (numéro 108), soit un mâle et deux femelles. Le premier, présenté par le Haras d’Ecouché, est le poulain initial, par Booster Winner, de la lauréate du Critérium Continental, Doria Desbois. La deuxième, déléguée par Clare Kelly (Ecurie Foxglen), est une fille de Ready Cash et de la gagnante du Prix du Président de la République, Chancelière Citrus, dont elle est le deuxième produit. La troisième, enfin, en provenance du Haras d’Ecouché, est par Cristal Money et la toute bonne Axelle Dark, qui remporta le classique Prix Albert Viel, ainsi que plusieurs semi-classiques.


Jeunes étalons et poulinières chevronnées : l’alliance de deux contraires bien faits
Du côté des frères et sœurs de vainqueurs de Groupe 1, on relève, dans la première section, celle des étalons confirmés, la présence de Logo Majyc (numéro 2), un fils de Niky, présenté par le Haras de Sassy, frère de la grande gagnante internationale, aux trente-trois victoires et au million d’euros de gains, Uza Josselyn (Grand Prix des Nations, deuxième des Prix de France, René Ballière et de l’Atlantique), et celle de Livo Dark (numéro 121), qui nous ramène à Axelle Dark, dont il est le frère –de même que de Briac Dark, soit dit au passage–, par Carat Williams.

« Un nouvel étalon, c’est un peu un saut dans l’inconnu et l’unir à une jument confirmée apparaît comme un moindre risque, comme un gage en quelque sorte. »

Mais c’est plus avant dans le catalogue, lors de la séance dédiée aux yearlings issus d’étalons de première ou de deuxième production, que l’on trouve le plus de frères et sœurs de performers lauréats au plus haut niveau. L’intérêt des acheteurs et, par voie de conséquence, des éleveurs, pour les jeunes reproducteurs, ne s’est jamais démenti, mais, en regard, comme pour faire bonne mesure, il est préférable que la poulinière ait une production éprouvée. Un nouvel étalon, c’est un peu un saut dans l’inconnu –quoiqu’il y ait tout de même des indices favorables en termes de performances et d’origines– et l’unir à une jument confirmée apparaît comme un moindre risque, comme un gage en quelque sorte. Dans cette dernière partie de la vente, on s’arrêtera donc, plus particulièrement, sur les numéros :
- 360, Longwood d’Héripré, ambassadeur du Haras de la Futelaie, frère, par Face Time Bourbon, de l’excellent Gu d’Héripré (Critérium Continental, troisième du Prix d’Amérique).
- 363, Looking France, une représentante du Haras d’Atalante, fille de Follow You, ayant pour sœur la championne montée, millionnaire en euros, Bellissima France, lauréate des Prix de Cornulier et de Normandie.
- 387, Lovely Green, présentée par Clare Kelly (Ecurie Foxglen), une sœur, par Feliciano, de Green Grass (Critérium des Jeunes, deuxième du Grand Prix de l’U.E.T.).
- 434, Lady des Molles, amenée par l’Elevage Madrik, née des œuvres de Gotland et sœur d’Hanna des Molles, gagnante du Critérium des 3 Ans et deuxième du Critérium des 4 Ans.
- 447, Lana de Bruyère, en provenance du Haras de la Volue, sœur, par Gotland, de la lauréate du Prix de Normandie et deuxième du « Cornulier », Etoile de Bruyère.
- 457, Lascar du Wallon, aux soins du Haras d’Atalante, un frère, par Davidson du Pont, de Gangster du Wallon (Prix de Vincennes, deuxième du Critérium des 5 Ans).
- 520, Limoncello, sous la bannière du Haras d’Ecouché, un frère, par Feliciano, du remarquable Django Riff (Critérium des Jeunes, Prix Albert Viel, Championnat Européen des 3 Ans).

RENDEZ-VOUS DEMAIN LUNDI POUR UNE PRÉSENTATION COMPLÈTE DE LA VENTE DES ROUGES TERRES - Auctav

Une vingtaine d’autres profils phares, se répartissant à peu près équitablement entre les trois sessions
Sans participer de la fratrie d’un vainqueur de Groupe 1 ou être issus d’une gagnante à ce niveau, d’autres lots attirent l’attention et méritent, en prolongement, d’être mentionnés ici, tels, lors de la première vacation :
- Loki de Beaufour (numéro 3 ; Elevage de Beaufour), le frère d’Elie de Beaufour, l’un des hongres vedettes du moment, par Prodigious.
- Lord River (numéro 14 ; Haras d’Ecouché), le frère du classique Gamble River, deuxième du Prix Albert Viel, par Carat Williams.

- Lotus des Champs (numéro 19 ; Hubert Bunel), le frère de la toute bonne compétitrice montée, gagnante de dix-sept courses et de près de 750.000 euros, Ulka des Champs, par Uriel Speed.
- Lover Still (numéro 33 ; Elevage Madrik), le deuxième produit, par Bold Eagle, de la classique Fortaléza, deuxième du Prix Albert Viel.
- Lady’s Pride (numéro 58 ; Elevage Madrik), la sœur, par Eridan, du classique Heaven’s Pride et du semi-classique Ever Pride.
- L’Amour Suprême (numéro 62 ; Haras de Guergué), le troisième produit, par Cristal Money, de la classique Biche des Clos, deuxième du Prix de l’Etoile.
- Lara Pierji (numéro 63 ; Haras de l’Etre), le quatrième produit de la classique Véra Pierji, autre deuxième du Prix de l’Etoile.
- Larry Bond (numéro 68 ; Elevage Madrik), le premier produit, par Bird Parker, de la classique montée, troisième du Prix d’Essai, Cincinnati Bond.
- Little Atout (numéro 118 ; Haras de Sassy), le frère, par Bold Eagle, du placé de « Président » Hermès d’Ecotay.
- Little Perrine (numéro 120 ; Haras d’Ecouché), la propre sœur, par Django Riff et Trendy Perrine, de la classique Jazzy Perrine, deuxième du Critérium des Jeunes.
La deuxième vacation, qui n’a cessé de monter en puissance, ces dernières années, n’est pas en reste, avec, notamment :
- Lolita Pierji (numéro 129 ; Elevage Pierji), la sœur, par Ouragan de Celland, de la précitée Véra Pierji.
- Lucky Gin (numéro 183 ; Clare Kelly, Ecurie Foxglen), le propre frère, par Repeat Love et Toscara Pellois, du classique File Gin, placé du Critérium des Jeunes et du Prix Albert Viel. - Lys du Mont (numéro 207 ; Clare Kelly, Ecurie Foxglen), le frère des classiques sous la selle, Vaquero du Mont et Elégante du Mont, par Saxo de Vandel, auteur, précisément, de cette dernière.
- Libye de Vandel (numéro 310 ; Elevage de la Tour de Vandel), la sœur, par Brillantissime, du classique Vulcain de Vandel, deuxième du Critérium des 5 Ans.

L’esprit et la lettre
De la sorte, c’est une dense édition 2022 qui s’annonce, à Deauville, avec certaines présences inédites ou exceptionnelles, qui plus est, comme celle de yearlings du Haras de la Futelaie, animé par Eugénie Quintin (les « Héripré »), sujet sur lequel nous reviendrons dans une prochaine édition. Une vente a ses piliers, ses « incontournables », mais il est bon également qu’elle ait son lot de nouveautés. Depuis peu, le passage sur le ring de quelques yearlings étrangers est de celles-là (N.D.L.R. : voir notre encadré), même si la candidature de ces derniers demeure marginale et est vouée, a priori, à le rester, à la fois dans l’esprit et à la lettre du mode de fonctionnement des courses de trot en France.


La troisième journée parachève l’ensemble, avec la présence, entre autres, de :
- Love Cauvellière (numéro 384 ; Elevage de la Cauvellière), le frère du classique monté Atwood Griff, par Golden Bridge.
- Lamy Mérité (numéro 446 ; Lionel Lebourgeois), le frère du champion hongre, Bugsy Malone, par Fabulous Wood.
- L’Aziza Dream (numéro 468 ; Elevage du Noyer), la sœur, par Caïd Griff, du placé de « Cornulier » Canadien d’Am.
- Le Dernier Slow (numéro 471 ; Coutainville Elevage), le frère, par Gu d’Héripré, du classique sous la selle Hispanien, troisième du Prix d’Essai.
- Lézira Sport (numéro 506 ; Haras de l’Etoile), la sœur, par Uzo Josselyn, de la gagnante de Groupe 2 attelée et placée de Groupe 1 montée, Florida Sport.
- Limone Cut (numéro 521 ; Haras de l’Etre), le frère de l’excellent Gélati Cut, par Feeling Cash.
- Liverpool Sport (numéro 532 ; Haras de l’Etoile), la sœur du classique, attelé-monté, Joyner Sport, par Uzo Josselyn.

5 yearlings labellisés suédois
Assez singulière est la présence de trois yearlings issus d’étalons américains, soit les numéros 77, Le Spécial One, 114, Lisbeth Dry, et 355, Don Quijote Face. Le premier, délégué par le Haras de la Gravelle, est un fils de Googoo Gaagaa et d’une poulinière française par Ganymède, petite-fille de Goetmals Wood et de la semi-classique Nina des Racques. La deuxième, en provenance de l’Elevage Dry, est une fille de Trixton (Muscle Hill) et d’une jument française, sœur utérine, par Love You, du classique Inferno Piper, de la famille proche de Village Mystic. Le troisième, présenté par Lutfi Kolgjini, est par Greenshoe et Racing Dreams, une poulinière américaine, importée en Suède, petite-fille de Valley Victory. Ces trois lots sont inscrits au stud-book suédois et ne pourront courir, en France, que les courses européennes ou internationales. Cela vaut également pour le numéro 104, Diamond Smartface, une fille de Ready Cash et d’une jument par Muscle Hill illustrant une souche classique en Scandinavie et en Allemagne, et pour le numéro 467, Fawaz Mil, fils de Gu d’Héripré et d’une jeune poulinière italienne ; la première est vendue sous la bannière de Lutfi Kolgjini et le second sous celle du Haras d'Atalante.

Destins croisés pour 534 yearlings
Du mercredi 31 août au vendredi 2 septembre, ce sont 534 yearlings qui monteront sur le ring d’Arqana Trot, à Deauville, et y joueront leur destin. Non sans logique, la lignée mâle de Ready Cash est la plus représentée dans le catalogue, que ce soit dans les rangs des étalons confirmés ou dans ceux des plus jeunes. Celle de Coktail Jet s’octroie, non moins logiquement, la deuxième place.

A voir aussi :
...
Lluna des Bosc valide son potentiel parisien

Un match était attendu dans le premier rendez-vous du jour à Mauquenchy entre deux pouliches âgées de 3 ans : Lluna des Bosc (Falcao de Laurma) et Lily Margot (Royal Dream). Le match a bien eu et la victoire est revenue (aisé...

Lire la suite
...
L'occasion est belle dans le Trophée Vert pour Iron Jet

On peut parler du début d'une belle histoire entre Iron Jet (Charly du Noyer) et le Trophée Vert. Le représentant de l'Ecurie Hunter Valley s'est produit dans trois étapes du circuit sur herbe cette année pour ...

Lire la suite
...
Nicolas Ensch fait coup double mercredi à Cagnes

Lors de la réunion disputée en nocturne, ce mercredi sur l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer, Nicolas Ensch s'est offert un doublé tant comme driver que comme entraîneur. Il a mené au succès Jazzissime (Brillantissime), pour son entraînement, ...

Lire la suite
...
Åby World Grand Prix :
Horsy Dream, seul Français ?

Le champion Horsy Dream (Scipion du Goutier) sera au départ le samedi 10 août prochain de l'Åby World Grand Prix en Suède. La nouvelle formule de cette course emblématique et surtout son allocation record ont de ...

Lire la suite