... © Aprh
Actualité - 07.09.2022

En cinq dates, quelques-uns des hauts faits du Prix d’Eté

Le Prix d’Eté est la course vedette de cette fin de semaine. Toutes proportions gardées, il s’agit là, un peu, du Prix d’Amérique des beaux jours, avec, en prime, une autorisation de participation pour les hongres. L’épreuve est vieille de quatre-vingts ans. Autant dire qu’elle a une histoire. Nous avons fait le choix – par définition subjectif – de ne retenir, ici, rétrospectivement, que cinq éditions, lesquelles, pour des raisons diverses, se révélèrent parmi les plus marquantes. En photo : l'édition 2019 (lire ci-dessous).

2019 La baraka de Bahia Quesnot !
Le grand affrontement annoncé entre le champion hongre Cleangame et ses homologues mâles, Propulsion et Bold Eagle, a bel et bien lieu. La somptueuse affiche de l’édition 2019 de la Finale European Trotting Masters tient toutes ses promesses, 380.000 euros d’allocations à la clef. Mindyourvalue W.F. anime les débats. Cleangame se porte à sa hauteur, aux 1.500 mètres, et semble contrôler la course, même lorsque Propulsion passe à l’attaque, un peu plus loin, à quelque huit cents mètres du poteau. Cleangame contient, en effet, aisément l’assaut de son rival américano-scandinave et paraît filer vers la plus sûre des victoires. À cinquante mètres du disque, cependant, coup de théâtre : le protégé de Jean-Michel Bazire s’enlève et laisse, du coup, la voie libre à Propulsion, qui s’impose devant Bahia Quesnot, excellente finisseuse, et Bold Eagle.
À terme, on n’en a toutefois pas terminé avec les rebondissements. Bien plus tard, Propulsion sera dépossédé de son succès, dès lors que l’on s’apercevra qu’avant son importation en Europe, il avait subi un névrectomie, pratique tolérée outre-Atlantique, mais interdite sur le vieux continent. Aussi la valeureuse Bahia Quesnot héritera-t-elle de la victoire – et des 171.000 euros de gains qui l’accompagnent ! –, bénéficiant de deux disqualifications : celle, sur le champ, de Cleangame, puis, donc, celle de Propulsion, sur décision ultérieure des commissaires. Notons que, les deux années suivantes, Cleangame prendra sa revanche sur le mauvais sort, faisant coup double au palmarès de la course et en signant le record, sur le pied de 1’11’’, tout rond, lors du premier de ses deux succès.

2017 Aubrion du Gers, pour les hongres et pour "JMB"
Il pleut sur Vincennes, mais il y a de l’électricité dans l’air, à la faveur de cette première rencontre entre le hongre numéro un du moment, Aubrion du Gers, et le double vainqueur du Prix d’Amérique, Bold Eagle, alors au faîte de sa gloire, qui n’a pas été battu sur l’hippodrome du Plateau de Gravelle depuis près d’un an, y demeurant sur six victoires, dont quatre de Groupe 1. Bien que disputée dans des conditions difficiles, eu égard aux intempéries, la course est à la hauteur de toutes les attentes. Jusqu’alors détenu par Ready Cash, lors de son succès de 2013 (N.D.L.R. : voir ci-après), en 1’11’’9, le record de l’épreuve va tomber. Ce n’est cependant pas Bold Eagle, fils du crack de Philippe Allaire, qui, en prolongement, va se l’approprier, mais Aubrion du Gers, lequel tient en respect son adversaire tout au long de la phase finale, le contraignant à négocier le dernier tournant à l’extérieur, puis maintenant le cap avec assurance dans la ligne droite. Le visiteur italien Twister Bi est troisième, non loin, devant Valko Jénilat, qui a mené l’épreuve rondement et auquel on doit, en partie, le nouveau chrono référence de 1’11’’6 affiché par le lauréat.
Aubrion du Gers battra son propre record lors de son succès de l’été suivant, sur le pied de 1’11’’2, portant à cinq le nombre de victoires d’entraîneur-driver de son mentor, Jean-Michel Bazire, dans la course. C’est que "JMB" s’y est déjà imposé, avec cette double casquette, grâce à Jeanbat du Vivier, en 2003, Kazire de Guez, en 2005, et Bélina Josselyn, en 2016. Or, il s’apprête à rééditer avec Cleangame en 2020 et en 2021, ce qui en fait le recordman de titres, au nombre de sept, dans ce Prix d’Eté, gagné, soit dit au passage, à ce jour, par, seulement, cinq hongres différents, à savoir, outre Cleangame et Aubrion du Gers, Commander Crowe, vainqueur en 2011, Rapide Lebel, lauréat en 2010, et Général du Lupin, héros de l’édition 2004.

2013 À Ready Cash le "jackpot" !
À trois reprises, le Prix d’Eté a coïncidé avec la Finale European Trotting Masters et, à chaque fois, son allocation s’en est trouvée boostée, distribuant une enveloppe de 500.000 euros en 2013, puis de 400.000 euros en 2017 et de 380.000 euros en 2019. A tout seigneur, tout honneur, le phénomène Ready Cash est celui qui a bénéficié de la rémunération la plus élevée de l’histoire de la compétition. Ainsi était-ce en 2013. Pour la seconde année consécutive, le fils d’Indy de Vive s’octroie le Prix d’Eté, sous la férule de Thierry Duvaldestin et la drive de Franck Nivard. Ce faisant, il empoche 225.000 euros, tandis que, la saison précédente, il n’avait glané "que" 100.000 euros. Par comparaison, le vainqueur de cette année encaissera 90.000 euros, pour une allocation globale de 200.000 euros.
Ready Cash est l’un des cinq chevaux à avoir remporté deux fois le Prix d’Eté, au cours du demi-siècle écoulé (N.D.L.R. : se référer, à ce sujet, notre encadré), et, lors du second de ses succès, il s’est attribué le record, provisoire, de la course, trottant le kilomètre sur le pied de 1’11’’9. Cela étant, en matière de performance, son chrono de 1’12’’, réussi à la faveur de l’exercice précédent, est supérieur encore, dans la mesure où la course se disputait alors sur 2.850 mètres. Ce n’est qu’à partir de 2013 et du deuxième sacre de Ready Cash que les 2.700 mètres de la grande piste se sont substitués aux 2.850 mètres.

En 2017 : Jean-Michel Bazire et Aubrion du Gers dominent Franck Nivard et Bold Eagle

© Aprh
Les doublés du Prix d’Eté
Depuis un demi-siècle, c’est-à-dire depuis 1972 – sachant que la course fut créée trente ans plus tôt, en 1942 –, cinq trotteurs se sont imposés à deux reprises dans le Prix d’Eté. Il s’agit, dans l’ordre chronologique, de Minou du Donjon (1983, 1985), Olga du Biwetz (2008, 2009), Ready Cash (2012, 2013), Aubrion du Gers (2017, 2018) et Cleangame (2020, 2021), soit, en une belle répartition, deux mâles (Minou du Donjon, Ready Cash), deux hongres (Aubrion du Gers, Cleangame) et une femelle (Olga du Biwetz).

1987 L’été meurtrier de Quito de Talonay
L’été 1987 fut le sien. A 5 ans, au sommet de son art, Quito de Talonay commence par s’adjuger le Prix Jockey, aux dépens de Quartz et Quadrophénio. Neuf jours plus tard, Quartz prend sa revanche, de peu, dans le Critérium des 5 Ans. Une semaine passe encore et c’est au tour de Quito de Talonay de renverser la vapeur dans la poursuite du Prix de l’Etoile, où il surclasse Quartz et consorts, sur le pied de 1’13’’5, nouveau record général de Vincennes. C’est le prélude à une autre promenade de santé, à neuf jours d’écart, dans le Prix d’Eté, où il n’a que quatre adversaires, qui ne pèsent pas lourd face à lui, bien qu’il s’agisse des fort talentueux Poroto, Ogorek, Olvéra et Olympio de Corseul.
Seul Ourasi, peut-être, aurait pu donner du fil à retordre à Quito de Talonay, ce jour-là, quoiqu’il lui eût fallu rendre la distance, selon les conditions de course de l’époque… Curieusement, Ourasi n’a d’ailleurs jamais pris part au Prix d’Eté, alors qu’il a pourtant couru jusqu’à l’âge de 10 ans, sans faire abstraction de la saison estivale, mais en privilégiant Enghien et les campagnes étrangères. Sa sœur cadette, Vourasie, l’y suppléera en montant sur la plus haute marche du podium, en 1993, puis en se classant deuxième, en 1994.

1979 Hillion Brillouard, pour le centenaire de Vincennes et pour les 20 ans de Philippe Allaire
Le jeudi 13 septembre 1979, on fête les cent ans de l’hippodrome de Vincennes et le traditionnel Prix d’Eté est rebaptisé Prix du Centenaire. Cela s’assortit d’une allocation de 500.000 francs (N.D.L.R. : environ 75.000 euros, en monnaie transformée), soit un montant supérieur aux Groupes 1 de ce temps-là, à l’exception du Prix d’Amérique et du Prix de Cornulier. Le challenge est donc grand, à tous égards, pour les candidats au titre, une quinzaine au total. Drivé par un Philippe Allaire tout juste âgé de 20 ans et auréolé de leur titre commun, un mois plus tôt, aux Etats-Unis, à Roosevelt Raceway, dans la Challenge Cup, Hillion Brillouard tire vite son épingle du jeu, animant la compétition, en compagnie de la concurrente suédoise, Grande Frances, et repartant de plus belle, sous les attaques, dans la phase finale. Son contemporain, Hadol du Vivier, qui lui rendait vingt-cinq mètres, ne peut que venir finir à sa hanche.
Doté de beaucoup de vitesse et meilleur encore, sans doute, sur piste plate qu’à Vincennes, Hillion Brillouard aura signé ses principaux succès, hormis celui-ci, en dehors de nos frontières. En plus de la Challenge Cup ci-dessus mentionnée, citons le Grand Prix de la Loterie, à Naples, ou bien le Grand Prix d’Oslo. Comme son aîné, Grandpré, vainqueur du Prix d’Amérique, l’année d’avant, il fut découvert et révélé par Pierre-Désiré Allaire, qui, alors sous le coup d’une mise à pied, s’en remit à son fils pour parachever l’ouvrage.

9 partants dans l'édition 2022 avec Etonnant en tête d'affiche
Ils seront neuf à tenter d'inscrire leur nom au palmarès du Prix d'Eté (Gr.2) dans sa version 2022. Etonnant (Timoko) emmènera le champ et retrouvera à la fois un parcours de tenue et le départ volté qu'il n'a plus fréquentés depuis le mois de mai. Autres candidats affichant plus du million d'euros de gains, Délia du Pommereux (Niky) et Dorgos de Guez (Romcok de Guez) auront des ambitions. Trois 6 ans seront au départ : Galius (Love You), Gu d'Héripré (Coktail Jet) et Gangster du Wallon (Let's Go Along). Le gagnant du Prix Jean-Luc Lagardère (Gr.2), Delfino (Speedy Blue), tente l'enchaînement. Enfin Jean-Michel Bazire présente aussi en complément de Dorgos de Guez (qu'il pilotera) Rebella Matters (Explosive Matter) et Chalimar de Guez (Nahar de Béval).

Etonnant a une belle denture mais aussi un beau jeu de jambes.

© Aprh

A voir aussi :
...
Des podiums
qui se conjuguent au pluriel

Avec le premier week-end d’octobre, c’est le dernier trimestre de l’année qui commence. Une sorte de dernier quart temps d’une partie dont les tableaux d’honneur commencent à se dessiner de plus en plus, de mieux ...

Lire la suite
...
Haziella d'Amour finit à la vitesse du vent

Dans une intéressante épreuve qualificative au Trot Open des Régions - Grand Nord, réservée aux 5 ans, le dernier mot est revenu à Haziella d'Amour (Un Amour d'Haufor). Bien qu'ayant fortement penché sur sa droite dans la phase ...

Lire la suite
...
Enjoy The Game de plus en plus fort

Entraîné en début de carrière par le danois Steen Juul, Enjoy The Game (Ens Snapshot) a rejoint l'effectif d'Erik Bondo au printemps dernier. Préparé en France dans la Sarthe, ce cheval âgé de 6 ans a eu ...

Lire la suite
...
Débuts éblouissants de Firos pour son nouvel entourage

Acheté 34.000 € à la vente mixte d'Arqana Trot à Deauville le 20 septembre dernier, Firos (Memphis du Rib) n'aura pas mis de temps à faire plaisir à son nouvel entourage, fédéré sous les couleurs de Mathieu Bedouet. L'élève d'Alain Roussel, un petit-fils ...

Lire la suite