... © Aprh
Actualité - 24.09.2022

Des « Élites » sous toutes les coutures

Une semaine après la Journée des Critériums, place aux "Élites" dimanche à Vincennes. Mais il s’agit d’une nouvelle version de ce Groupe 1 dans le cadre de la réforme du programme classique. Exit la confrontation sous forme de course-poursuite entre les 3 ans et leurs aînés (4 et 5 ans) avec un avantage de 50 mètres aux plus jeunes. Place à une épreuve pour les seuls 4 ans sur 2175 mètres. Ils sont dix à briguer la première édition de cette nouvelle formule, avec d’un côté les "confirmés", les cinq plus riches ayant tous des titres dans les Groupes 1 précédemment disputés, et d’un autre les "ambitieux", qui tentent tous leurs chances pour la première fois au niveau classique.

Parler de bataille entre "anciens" et "modernes" serait exagéré quand on évoque une course pour des trotteurs qui ont eu 4 ans il y a quelques mois seulement. Pourtant, ce Prix des Élites new-look présente bien des aspects d’une confrontation entre deux "clans" aux parcours bien différents jusque-là. Sont ainsi sur la ligne de départ les quatre derniers vainqueurs de Groupe 1 de la promotion.
Soit successivement Ici C’Est Paris (Saint-Léger des Trotteurs), Ibra du Loisir (Prix d’Essai), Idéale du Chêne (Prix de Vincennes) et Intuition (Prix du Président de la République), accompagnés par Inès des Rioults, sur le podium des Prix de Vincennes et du Président de la République. À eux cinq, ils forment l’élite de leur génération au monté dont il manque essentiellement comme représentant dimanche Indigo du Poret, le numéro 3 par les gains dans la spécialité. En parallèle, cette nouvelle formule fait naître de nouvelles ambitions, avec une composition de la moitié du peloton dont les gains dépassent sont tout juste supérieurs à 42 000 € pour la moins argentée (Isla de Banville) et à 72 000 € pour la plus argentée (Iliade Mesloise) et pour qui il s’agira d’une grande première à ce niveau, seule la pensionnaire de Pierre Belloche ayant déjà couru (sans réussite) un Groupe 2.

LE QUINTET DES CONFIRMÉS...
Lauréate du plus récent Groupe 1 et de la dernière épreuve avant ce Prix des Élites où elle a laissé ses rivaux à distance ("une fois devant, nous avons attendu que les choses sérieuses commencent et visiblement, elles n’ont pas encore commencé pour elle. C’est de bon augure !", dira ce jour-là Adrien Lamy), Intuition (Brillantissime) a, semble-t-il, pris une option sur le leadership de la génération. Mais voilà, à l’attelé comme au monté, à chaque fois que la jument entraînée par Tomas Malmqvist a couru sur le parcours des 2175 mètres, elle a été disqualifiée. Manque de chance ? Peut-être car son jockey n’est pas inquiet : "La première fois, elle s'est élancée au galop à l'attelé. La deuxième fois, elle débutait au monté et son manque d’expérience l'a desservie lorsque elle était dans le dernier tournant, un endroit du parcours où elle était moins à l’aise à l'époque et où j’avais également actionné le débouche-oreilles. La dernière fois, c’était aussi à l’attelé où elle a été victime d’un ralentissement en plaine. C’est donc plus un manque de chance qu’une réelle aversion". Et Adrien Lamy de nous confier également : "Intuition ne sera pas la plus véloce au départ. Je devrais être vigilant jusqu’en plaine. Ensuite, je serai en sécurité et nous pourrons alors enclencher. Tomas m’a confié qu’elle est restée en forme. Elle est bien réglée et toute l’équipe est sereine et confiante pour ce nouvel objectif".
Sur ce parcours, Idéale du Chêne (Bird Parker) a, elle, des références (deux victoires et deux autres podiums en huit courses) mais a subi, comme d'autres, la domination d'Intuition à l'occasion de leurs dernières confrontations. Il s'agissait toutefois d'une rentrée au début du mois. "Elle a bien évolué depuis, se satisfait Julien Le Mer, son entraîneur. Son dernier travail sérieux, mardi matin, m’a donné entière satisfaction. Il faut toujours rester vigilant mais elle semble s’amender au départ. Elle va évoluer sur une distance qu’elle apprécie et où elle sera même avantagée. Je ne sais pas si cela sera suffisant pour devancer Intuition mais elle aborde ce Groupe 1 avec des prétentions sérieuses."



PARTANTS VINCENNES - Dimanche 25 Septembre
8 PX DES ELITES - (17H35)
Premium - Monté - (1) - 240 000 € - 2 175m
1. ISLA DE BANVILLEC. Levesque
2. IRINA DU RISM. Mottier
3. IDOLE OF LOVEE. Raffin
4. IVANA DE BERTRANGEJ. Y. Ricart
5. ILIADE MESLOISEG. Martin
6. IBRA DU LOISIRA. Abrivard
7. INTUITIONA. Lamy
8. INES DES RIOULTSF. Desmigneux
9. IDEALE DU CHENEP. Ph. Ploquin
10. ICI C'EST PARISF. Lagadeuc

1'11''8 : meilleure référence

Sur ce parcours des 2175 mètres de ce Prix des Élites new-look, la meilleure référence chronométrique parmi les dix concurrents est à mettre à l'actif d'Ibra du Loisir. Une performance réalisée au mois de juin de ses 3 ans quand il remportait le Prix d'Essai dont il établissait d'ailleurs le nouveau record (sachant que ce Groupe 1 se dispute dorénavant sur 2700 mètres). Ici C'est Paris lors de sa quatrième place dans le Prix des Centaures lors de la clôture du dernier meeting d'hiver et Idéale du Chêne lors de sa victoire dans le Prix de Pardieu (Gr. 2) en tout début d'année ont été les plus rapides ensuite sur ce parcours, respectivement en 1'12'' et 1'12''3.

Réputée pour des mises en jambes compliquées et donc jamais aussi bonne que sur les parcours de longue haleine, Inès des Rioults (Carat Williams) a affiché des progrès de ce côté-ci les dernières fois. Il faudra impérativement les confirmer sur ce parcours. "Son dernier départ est toutefois assez intéressant, note Jean-François Senet, son entraîneur, mais elle n’a jamais eu l’occasion de courir sur cette distance à ce niveau. Elle démarre toujours lentement, donc elle va sûrement se retrouver très loin. Elle sera, je pense, aidée par le fait d’aborder rapidement la descente. Après, c’est une jument avec un gros moteur et nous espérons retrouver nos adversaires dans la ligne droite et en doubler quelques-uns. Elle n’a jamais déçu dans les Groupes 1 en prenant deux deuxième places. Je signe tout de suite pour le même classement !"

Les mâles pour inverser la tendance
Ici C'est Paris (Dollar Macker) et Ibra du Loisir (Booster Winner) ont été les deux premiers lauréats classiques sous la selle de leur génération. Depuis, ils ont dû se soumettre à la domination des femelles. Le premier vient tout juste de faire sa rentrée sous ses nouvelles couleurs après avoir acheté 270 000 € lors de la Vente Pop-Up d'Arqana Trot le 17 août. "Il a fait le job", avait alors jugé François Lagadeuc en prenant la deuxième place entre Inshore (Real de Lou) et Ibra du Loisir. "Il est bien rentré de sa dernière course qui nous servait de test car c’était sa première pour nous et nous avions besoin de voir son comportement. Dimanche, il sera allégé dans sa ferrure, avec des plaques collées aux antérieurs", nous apprend Nicolas Bridault, son entraîneur.
Cheval le plus riche de sa génération sous la selle, Ici C'est Paris n'a plus à faire ses preuves et ce quel que soit le type de parcours. Ce n'était pas le cas d'Ibra du Loisir jusqu'à sa récente troisième place pour son retour dans la spécialité après plus d'un an sur la touche. "Il n’avait jamais été performant sur 2700 mètres, relevait alors Alexandre Abrivard. Il a eu un bon comportement. Yoann Lebourgeois s’appliquant à le faire finir. Sa course est dans trois semaines." Nous y sommes avec ce retour sur le parcours de son triomphe dans le Prix d'Essai dans le chrono record de 1'11''8. "Il est monté en puissance ces dernières semaines. Ce Prix des Élites est son objectif mais Intuition semble difficile à devancer à l’heure actuelle", nuance toutefois le leader de l'Étrier d'Or.

... FACE À UN QUINTET D'AMBITIEUX

Ils sont donc cinq à défier les meilleurs spécialistes de la génération. Les gains de ce quintet d'ambitieux oscillent entre 42 250 € pour Isla de Banville (Ready Cash) à 72 750 € pour Iliade Mesloise (Uriel Speed), alors que Ici C'est Paris cumule à bientôt 600 000 €. Il y a bien donc une nouvelle vague qui se dessine dans ce Prix des Élites, une vague qui devra donc bousculer une hiérarchie qui repose sur des bases assez solides.





Le rêve éveillé de Martin d’Archimbaud
À 28 ans seulement, Martin d'Archimbaud (Écurie du Londel) est déjà un propriétaire avec une expérience des grandes épreuves. Cela a commencé avec Daytona Jet même si les deux tentatives à ce niveau de cette fille de Goetmals Wood s'étaient mal passées. Il en a été tout autrement avec Intuition au mois de juin dans le Prix du Président de la République. "Nous sommes de jeunes propriétaires. Cela fait seulement cinq ans que l’écurie a vu le jour, revient-il. Nous avons su nous entourer des bonnes personnes, il y a également eu des investissements. Dimanche, nous serons une trentaine à venir encourager et soutenir Intuition. La famille bien évidement mais également des amis et des futurs investisseurs. C’est important de partager et de fédérer autour des chevaux. La communication entre les entraîneurs et les propriétaires est primordiale. Après les victoires comme dans les défaites, nous avons besoin d’ouvertures pour faire connaître notre passion et attirer de nouveaux propriétaires."
Martin d'Archimbaud a pleinement conscience d'être au coeur d'une aventure extraordinaire avec sa jument, achetée avec une âme d'éleveur. "C’est magique de vivre ça ! Au fil des mois, elle est devenue la leader au monté. Du coup, nous abordons ses courses en position de favori et la pression est totalement différente, convient-il. Tomas (Malmqvist) et son équipe font un super boulot. Je suis allé la voir à l’entraînement et elle est visiblement en pleine forme. Sa dernière course ne l’a pas marquée physiquement. Elle a surtout marqué les esprits car elle s’est imposée avec une telle facilité... Nous sommes récompensés de notre patience. Elle a évolué dans son physique. Tomas n’a jamais brûlé les étapes avec elle. Cela fait un bout de temps que nous pensons à cette épreuve et plus les jours passent, plus la pression monte. Nous avons la chance de connaître actuellement cette adrénaline que l’on cherche dans le sport de haut niveau."

Plus les jours passent, plus la pression monte.
Martin d'Archimbaud, gérant de l'Écurie du Londel

© ScoopDyga
Deux éléments de ce quintet vont faire leurs premières armes dans la spécialité directement dans un Groupe 1. Il s'agit d'Isla de Banville (Ready Cash) et d'Idole Of Love (Real de Lou), respectivement montées par Camille Levesque et Éric Raffin. "Mathieu Mottier qui la connaît bien m’a conseillé de la monter. Nous l’avons essayée le matin et elle était bien sans être parfaite. Elle manque peut-être encore de force pour cette spécialité mais le parcours lui convient à merveille. Nous tentons notre chance car la course est ouverte, justifie Thomas Levesque pour expliquer la présence de la première. Il y a des chevaux qui se détachent mais les places sont belles. Si Camille arrive à lui faire passer la descente, elle pourra alors prétendre aux places." Isla de Banville a aussi pour elle d'appartenir à une famille dont les gènes du monté sont bien présents. Descendante de Champenoise (Pacha Grandchamp), on retrouve entre autres Vaflosa Gédé (Lurabo), placée au monté des Prix des Élites et de Normandie, et Benjamine Gédé (Insert Gédé), plus proche d’elle puisque leurs mères sont soeurs et qui s'est aussi distinguée sous la selle (6 victoires et une quatrième place dans le Prix du Calvados). Isla de Banvile a pour soeur Héra de Banville (Goetmals Wood), gagnante du Prix Camille Blaisot (Gr. 2) en début d’année.
Soeur de Fine Perle Of Love (Théo Josselyn), Idole Of Love n'était pas prévue pour être au départ de ce Groupe 1 où elle fera aussi ses premiers pas au monté. "Je l’ai engagée bizarrement, raconte son entraîneur Emmanuel Varin. Je cherchais une course montée car son essai était bon. L’épreuve s’est creusée, alors pourquoi pas tenter notre chance ? La jument est en forme. Elle a fait un dernier travail jeudi matin pour valider sa participation. Au vu des images, avec son jockey (Éric Raffin), nous avons décidé de la déclarer partante. Elle sera plaquée aux antérieurs et déferrée des postérieurs, ce qui sera une première." Et l'entraîneur manchois de poursuivre : "Dans la vie, il faut prendre des risques et provoquer la chance ! Elle peut prendre une troisième ou quatrième place. Elle a de la tenue. Une fois la plaine passée, elle sera capable de venir dans la montée. Ce n’est pas la course de sa carrière mais je ne serais pas surpris si elle parvenait à accrocher une bonne place".
De coup de poker, il est en aussi question avec la candidature d'Irina du Ris (Bilibili) après un début de carrière chaotique, ponctuée de nombreuses disqualifications à l'attelé avant de trouver sa voie sous la selle. "Elle n’avait pas de belles courses fermées dans les semaines à venir, explique Charley Mottier. Je n’ai pas l’impression que gagner un prix de série soit moins compliqué que de prendre une place dans ce classique peu fourni en partants. C’est un coup de poker. Elle est en forme et apprécie les paramètres car elle a besoin de rythme pour bien respirer et donner son maximum. Elle va être prise de vitesse au départ mais, si elle commence à doubler ses concurrents dans la montée, cela va lui donner l’envie de se battre." Une dimension sentimentale se mêle à cette candidature. "Il y a vingt-et-un ans, mon père prenait la deuxième place de cette épreuve avec Instant Gédé (Jet du Vivier) en rendant la distance. J’avais 7 ans et j’aimerais marcher dans ses pas", confie le jeune entraîneur mayennais. d'Ivana de Bertrange (Akim du Cap Vert) est elle issue des réclamers où elle a été achetée (23 502 €), le 10 février, à Vincennes après une victoire. Elle a depuis fait du chemin pour son nouvel entourage et a confirmé son aptitude au monté. Bruno Marie nous explique son choix : "C’est toujours un plaisir de disputer un Groupe 1. Son propriétaire (Patrice Gentil) est ravi de sa participation. Mais il faut être réaliste même si le nombre de partant est faible. Si elle venait à accrocher la septième place, l’objectif serait atteint".
Reste le cas d'Iliade Mesloise (Uriel Speed). Si elle n’est pas un modèle de régularité, elle est capable de bonnes choses lorsqu’elle est appliquée. Son jockey, Guillaume Martin, tenant du titre de ce Prix des Élites, livre son sentiment : "C’est une petite jument qui est capable de suivre tous les trains. Nous allons démarrer à la corde et subir la course. Mais s’il y a une défaillance des favoris, il faudra compter avec elle. Je vais la monter pour elle, sans faire trop d’efforts. Sur cette distance, elle n’aura pas l’occasion de tirer. J’ai hâte de voir son comportement. Ce n’est pas le même profil que Girly Béco (Tiego d’Etang) mais c’est toujours un plaisir de participer à ces épreuves. Je suis content de la monter".

Au vu des images, avec son jockey (Éric Raffin), nous avons décidé de la déclarer partante.
Emmanuel Varin au sujet d'Idole Of Love


A voir aussi :
...
Iona de Feugères prend sa revanche

Dans ce réclamer, on prend les mêmes que le 19 janvier et on recommence ! Enfin pas tout à fait car, si Iona de Feugères (Uniclove) et Izio du Pommereux (Clif du Pommereux) composent encore une fois le couplé gagnant, ...

Lire la suite
...
In Race Lorraine ou la victoire qui fait du bien

L'entraînement de Gabriel Pou Pou n'avait pas encore réussi à gagner une course lors de ce meeting d'hiver de Vincennes. Mais ça c'était avant, avant ce samedi où In Race Lorraine (Un Mec d'Héripré) remporte le Prix ...

Lire la suite
...
Indigo de Fontaine sait tout faire

Irréprochable cet hiver à Vincennes à l'attelé en deux courses où il s'est imposé en cheval en retard de gains, Indigo de Fontaine (Niky) découvre le monté avec autant de réussite ce samedi. "Nous avons changé de spécialité ...

Lire la suite
...
Kipling Iron
est aussi performant au monté

Après deux premières victoires à l'attelé en province, Kipling Iron conserve son invincibilité ce samedi en débutant au monté pour ses premiers pas à Vincennes. Son entraîneur Tony Le Beller ne cache pas des ambitions de niveau Groupe ...

Lire la suite