... © ScoopDyga
Actualité - 30.09.2022

Onesto, un candidat de "l'Arc" tellement trotteur

Le lauréat du Grand Prix de Paris, Onesto, sera l’un des concurrents en vue au départ du Prix de l’Arc de Triomphe, dimanche, la plus fameuse course de galop au monde. Or, l’entourage du fils de Frankel est constitué, pour une bonne part, de partenaires venus du monde du trot ou (et) manifestant de l’intérêt pour les deux spécialités. Jusque son éleveur et naisseur américain. D’une certaine manière, les espoirs du trot seront donc portés par Onesto, ce dimanche, à Longchamp.

Dès le printemps, à la suite de la victoire du poulain dans le Prix Greffulhe (Gr.2) et en prélude à sa participation au Prix du Jockey-Club (Gr.1), nos confrères de Jour de Galop avaient, sous la plume d’Adrien Cugnasse, pointé la forte implication d’Onesto dans la mouvance trotteuse. Non seulement au travers de la copropriété du cheval, s’articulant alors, principalement, autour de Jean-Etienne Dubois (33 %), Jean-Pierre Dubois (25 %), l’Ecurie Hunter Valley de Matthieu Millet (10 %) et l’Ecurie Elag de Fabien Rycroft (5 %), mais encore au travers de l’entité qui en est l’éleveur, à savoir Diamond Creek Farm, structure américaine principalement dédiée aux trotteurs et aux ambleurs, tout en ayant opéré une récente diversification au galop.


Diamond Creek Farm : un élevage d’élite de trotteurs et d’ambleurs aux U.S.A.

Diamond Creek Farm, c’est, présentement, quelque quatre-vingts poulinières trotteuses et ambleuses, au sein d’un élevage d’élite, se répartissant sur deux haras, dans le Kentucky et en Pennsylvanie. C’est aussi une douzaine d’étalons, notamment, parmi les noms qui nous parlent le plus, de ce côté-ci de l’Atlantique, Creatine (Andover Hall), Father Patrick (Cantab Hall), Gimpanzee (Chapter Seven) ou Sweet Lou (Yankee Cruiser). Au galop, c’est, pour l’heure, huit juments, dont Onshore (Sea the Stars), la fort bien née mère d’Onesto, issue d’une propre sœur de la matrone de l’élevage Abdullah, Hasili, d’où cinq gagnants de Groupe 1, en Europe et aux Etats-Unis – Banks Hill, Cacique, Champs Elysées, Heat Haze et Intercontinental –, ainsi que le très bon performer et étalon, Dansili.

"Le galop demeure une petite partie de notre activité, dans de raisonnables proportions." Adam Bowden, animateur de Diamond Creek Farm, éleveur d’Onesto


Animateur de Diamond Creek Farm, Adam Bowden explique, à propos d’Onesto et de son jeune élevage de galop : "Nous avons diversifié notre élevage il y a, environ, cinq ans. L’histoire d’Onesto commence lors d’un voyage en Irlande, où nous étions allés pour sponsoriser une course de trotteurs standardbreds. Nous en avions profité pour visiter le prestigieux site de galop de Coolmore et, de fil en aiguille, nous avons investi dans des poulinières, à l’amiable, d’abord, puis en ventes publiques, en privilégiant, évidemment, le papier, les grands pedigrees et les grands croisements, en particulier à résonance européenne (N.D.L.R. : le croisement d’Onesto, fils de Frankel, petit-fils de Sea the Stars et arrière-petit-fils de Kahyasi, soit trois vedettes du turf et de l’élevage en Europe, est, soit dit au passage, l’application de ce principe). J’ai toujours suivi les courses sur le gazon européen. Ce sont même elles qui m’ont fait m’intéresser au galop. D’ailleurs, si vous creusez les pedigrees américains pur-sang, sur le dirt, vous retrouvez toujours des familles européennes de gazon, à vocation classique, possédant de la tenue. Le galop demeure une petite partie de notre activité, dans de raisonnables proportions. Notre effectif s’y partage entre les Etats-Unis et l’Europe."


© Aprh
© Site internet Diamond Creek
Un profil international

Onesto est né et a été élevé en Irlande, à Coolmore, où il fut un yearling apprécié. Présenté, dans un premier temps, aux ventes de sélection d’Angleterre, à Tattersalls, il a été racheté par ses vendeurs, qui ont ensuite pris l’option de le préparer pour les ventes de 2 ans américaines (Breeze Up). Le poulain a rapidement montré des moyens, chez son préparateur, confirmant l’estime dans laquelle le tenait Adam Bowden : "C’est la raison pour laquelle nous ne l’avions pas laissé partir à Newmarket. Là, il a atteint 535.000 dollars et le marteau est tombé favorablement, sur une enchère du courtier français Hubert Guy. Après la vente, nous avons bu une bière avec ce dernier en lui souhaitant le meilleur pour la suite. Nous ne croyions pas si bien dire !"

"Après le Prix du Jockey-Club, j’ai vendu ma part à M. Augustin-Normand (...) qui a fait le chemin inverse au mien, venant du galop pour ensuite s'essayer au trot." - Jean-Pierre Dubois

Hubert Guy est un courtier de galop, mais il agissait là, principalement, pour des intérêts trotteurs, du moins à l’origine, car on sait l’éclectisme et les facultés d’adaptation de la famille Dubois, devenue pareillement, avec le temps, un incontournable dans le monde du pur-sang. Jean-Etienne Dubois est, en effet, au premier chef, derrière cette acquisition, dont il fera profiter son père : "Et, aujourd’hui, je l’en remercie, confie celui-ci, sous les couleurs duquel le poulain a effectué toute la première partie de sa carrière. Cela a été un bel achat, chez des gens que je connais un peu, de surcroît, et qui sont d’importants éleveurs de trotteurs américains, s’impliquant maintenant, aussi, dans le galop. C’est mon parcours également, de l’autre côté de l’Atlantique. Après le Prix du Jockey-Club, j’ai vendu ma part – car j’ai toujours besoin de faire du commerce et de réaliser, pour réinvestir en parallèle – à M. Augustin-Normand, qui a, lui, fait le chemin inverse, venant du galop et s’étant essayé au trot, où il a gagné un Prix de Cornulier, voilà une dizaine d’années, avec Quif de Villeneuve."
À noter que Gérard Augustin-Normand vient, du reste, d’acheter à nouveau des trotteurs, à la vente du Haras des Rouges-Terres, étant partie prenante dans le top-price, Just A Dream, adjugé 460.000 euros à Charles-Antoine Mary, ou encore ayant acquis, sur une enchère de Pierre Vercruysse, à 100.000 euros, la jeune Krackmania.



Adam Bowden (ici en 2017) est âgé de 41 ans et est désormais un acteur international du trot et du galop

© Diamond Creek Farm
Le parcours, presque sans faute, d’Onesto
Onesto compte sept sorties, à ce jour. Il a débuté à 2 ans, au mois de septembre, il y a tout juste an, s’imposant, d’entrée de jeu, sur le mile de l’hippodrome de Chantilly, à la faveur du Prix de Villebon, une compétition réputée pour poulains inédits. Après quoi, un mois plus tard, il s’est classé deuxième à Deauville, sur la piste en sable fibré, devancé seulement par Welwal, un estimé pensionnaire de Jean-Claude Rouget, appelé à remporter le Groupe 3 Prix de Fontainebleau, cette année, et à terminer en tête des battus dans la Poule d’Essai des Poulains, avant son exportation pour l’Australie. Onesto a, quant à lui, manqué sa rentrée printanière, dans le même Prix de Fontainebleau, à Longchamp – c’est la seule fois où il n’a pas figuré à l’arrivée –, puis il s’est octroyé facilement le Prix Greffulhe (Groupe 2), sur 2.100 mètres, à Saint-Cloud, appréciant, visiblement, l’allongement de la distance. Il sera ensuite cinquième du Prix du Jockey-Club (Groupe 1), à Chantilly, finissant fort bien, puis trouvera à exprimer tout son potentiel sur les 2.400 mètres du Grand Prix de Paris (Groupe 1), à Longchamp, y ouvrant son palmarès classique. En prélude à sa tentative de dimanche dans le Prix de l’Arc de Triomphe, il vient de se classer deuxième – entre le local Luxembourg et Vadeni, le vainqueur du Prix du Jockey-Club –, sur les 2.000 mètres de l’hippodrome irlandais de Leopardstown, dans les Irish Champion Stakes (Groupe 1).
Lors de ses cinq premières course, dont sa victoire du Prix Greffulhe et son accessit du Jockey-Club, Onesto s’est présenté sous les couleurs de Jean-Pierre Dubois, avant que celles de Gérard Augustin-Normand ne prennent le relais. Son entraîneur est le professionnel cantilien, Fabrice Chappet, et son jockey a toujours été Stéphane Pasquier, le "Monsieur Quinté" de la discipline du plat, ce qui sera un atout supplémentaire pour le plus trotteur des participants à l’"Arc", dimanche, puisque la course sera, précisément, le support des paris à la carte.

Un partenariat multiculturel ou transdisciplinaire
Dans l’état actuel de l’association, Onesto continue d’appartenir, pour un tiers, à Jean-Etienne Dubois, qui va faire le voyage d’Australie pour le voir courir, dimanche, tandis que Gérard Augustin-Normand a donc repris le quart de Jean-Pierre Dubois, en même temps que sa casaque relayait celle de celui-ci. Dans le clan du galop, le courtier, Hubert Guy, et l’entraîneur, Fabrice Chappet, complètent le partenariat, à hauteur de 5 % chacun, de même que le Haras d’Etreham (10 %) et l’Ecurie Billon (7 %). Pour le trot, les Ecuries Elag, avec 5 % des parts, et Hunter Valley, avec 10 % d’entre elles, parachèvent cet ensemble multiculturel, serait-t-on tenté d’écrire, faisant dire à Matthieu Millet, animateur de la seconde nommée : "Pour Hunter Valley, la présence dans l’association autour d’Onesto est vraiment une affaire d’opportunité. C’est Jean-Etienne Dubois qui m’a proposé de prendre une part du cheval. Il s’agit d’une histoire d’amitié et de partage, sans volonté de développer un effectif, sous un format plus engageant, au galop. Pour le moment, l’activité d’Hunter Valley se concentre bien au trot. Il reste que l’aventure que nous vivons avec Onesto est évidemment magnifique et me fait énormément plaisir."

Onesto sous les couleurs de Jean-Pierre Dubois lors de sa victoire dans le Prix Greffulhe

© Aprh
© Site internet Diamond Creek

A voir aussi :
...
Kajou Josselyn confirme, Kool and the Gang gagne en débutant

Deux courses pour 2 ans figuraient au programme des réunions de Châteaubriant et de Vire. En Loire-Atlantique, Kajou Josselyn (Love You), dont la troisième mère est la matrone Quezira, a confirmé ses brillants débuts victorieux à Chartres. ...

Lire la suite
...
Yoann Lebourgeois, un baroud d'honneur brillant avec Emeraude del Phédo

Deuxième au classement général du Grand National des Jockeys avant la Finale du jour, Yoann Lebourgeois ne pouvait pas remonter le leader Alexandre Abrivard vu leur écart de 35 points. Cela n'a pas éteint l'enthousiasme du jockey avec ...

Lire la suite
...
Inshore emporté
par le tourbillon Abrivard

Le Prix Philippe du Rozier (Gr.2) n'a pas du tout livré un dénouement attendu. Son favori Indigo du Poret a mal couru, suscitant même des inquiétudes dans la bouche de son jockey Eric Raffin (lire plus loin). ...

Lire la suite
...
Jean-Michel Bazire,
le champion hors-norme du GNT

Campionissimo ! Hors du commun. Hors norme. Si les formules les plus élogieuses fusent depuis longtemps à l'adresse de Jean-Michel Bazire et de ses exploits, l'homme a ajouté dimanche une nouvelle ligne d'exception à son palmarès. Il a remporté le Prix Maurice ...

Lire la suite