... © Aprh
Actualité - 06.10.2022

Jack Tonic : une réussite en forme d’hommage

Valeur montante au sein de la génération des 3 ans, venant de s’octroyer deux Groupes 3 consécutivement, Jack Tonic 1’12’’ (Charly du Noyer) est de grande naissance, sa famille maternelle remontant à la championne et matrone Neuilly 1’16’’ (1979-Amyot), puis à la mythique Sa Bourbonnaise. Elevé par Sylvie Thourain-Garçon, il est le résultat, de surcroît, d’une belle et émouvante histoire.

Sylvie Thourain-Garçon, infirmière libérale dans les Hauts-de-France, est éleveur sans sol. Au reste, rien ne la prédisposait à l’élevage, sinon qu’elle partageait la vie de Dominique Dossin, agriculteur et éleveur de trotteurs, disparu il y a six ans, mais qui lui a laissé sa passion en héritage. Dominique Dossin avait acheté Class de Touchyvon, yearling. Cette fille de Repeat Love 1’13’’ lui a gagné une course en province, à 3 ans, aux soins d’Hervé Habart, et a pris nombre d’accessits, pour un peu moins de 30.000 euros de gains, se retirant avec un record de 1’17’’. Une compétitrice honnête, donc, sans plus toutefois.


Les bons comptes de "Jack"
Vendredi dernier, à Vincennes, dans le Prix Timocharis (Groupe 3), Jack Tonic a signé sa septième victoire, en onze sorties, depuis l’automne de ses 2 ans. Invaincu à cet âge, en trois tentatives, dont une à Vincennes, il a placé la barre encore un peu plus haut cette année, en particulier à partir de l’été. Ses deux titres les plus récents sont autant de Groupes 3, s’agissant de la Yearling Cup, d’Arqana Trot, et du susnommé Prix Timocharis. Jazzy Perrine et J’Aime le Foot y ont été ses dauphins, soit deux lignes spécialement consistantes et du meilleur augure pour lui.

Une mère qui remonte à Neuilly et à Sa Bourbonnaise

Class de Touchyvon a, cependant, un pedigree. Sa mère, Squaw de Touchyvon 1’18’’, lauréate à Cagnes-sur-Mer, a produit utilement et est la sœur utérine, par l’étalon de tête Ganymède 1’11’’, du semi-classique Tsar de Touchyvon 1’12’’ (Look de Star), gagnant de douze courses et de plus de 300.000 euros. Tous deux sont nés des œuvres de Joy du Buisson 1’21’’ (Cézio Josselyn), vierge de performances, ou quasiment, mais se recommandant de sa mère, Utopie du Buisson 1’19’’ (Ura), qui s’imposa à Vincennes, avant d’essaimer via ses filles, en particulier Féerie du Buisson 1’19’’ a.-m., génitrice du classique Olitro 1’11’’ (deuxième du Critérium des 4 Ans et du Prix Albert Viel) et de la semi-classique La Fée 1’14’’ ou encore grand-mère des actuels Féerie Wood 1’10’’ (dix succès et plus de 500.000 euros ; Championnat Européen des 5 Ans, Prix Ténor de Baune) et Eclat de Gloire 1’10’’ (vingt victoires et près de 750.000 euros ; Grand Prix des Baléares, deux fois ; Grand Prix de la Toussaint).
Utopie du Buisson se trouve être la sœur aînée d’Hermès du Buisson 1’14’’ (Buvetier d’Aunou), lauréat du Critérium Continental (Groupe 1). Leur mère n’est autre que Neuilly 1’16’’ (Amyot), qui s’adjugea elle-même ce tournoi classique, aux dépens, dans une arrivée mémorable, de sa proche parente, Natacha du Buisson, après s’être classée deuxième de Noble Atout dans le Critérium des 3 Ans (Groupe 1). Nous sommes là au cœur du meilleur de l’élevage Deloison, à travers l’une des branches émanant de l’exceptionnelle Sa Bourbonnaise 1’23’’ (Karoly II), dont on rappellera que, née en 1940, elle fut l’une des vedettes trotteuses des années d’Occupation, puis de la Libération, inscrivant à son palmarès le Critérium des 4 Ans, le Critérium des 5 Ans, deux Prix de Sélection, le Prix du Président de la République, le Prix de Normandie et le Prix des Centaures, sans oublier son accessit du Prix d’Amérique, derrière Mistero et Quick Star, en 1947. Sa Bourbonnaise a eu une descendance hors pair, dont émerge, pour faire court, un trio composé de Hermès D 1’20’’, Roquépine 1’15’’ et Sabi Pas 1’17’’.


Jack Tonic domine Jazzy Perrine dans la Yearling Cup Arqana Trot en août à Vincennes

© Aprh
Un double attrait
En termes de consanguinité, le pedigree de Jack Tonic a un double attrait. Il affiche, en effet, un rare et proche inbreeding sur les propres frères, Halimède et Ganymède (3x3), en même temps qu’il répète le nom d’Armbro Glamour (4x4), la mère de Coktail Jet.

Un beau legs et un bel héritage
Le legs de Dominique Dossin à Sylvie Thourain-Garçon a donc fière allure et on comprend l’émotion ressentie par celle-ci, aujourd’hui, à la faveur des réussites, allant crescendo, de Jack Tonic : "Ce fils de Charly du Noyer est le premier produit de Class de Touchyvon, souligne-t-elle, et, d’emblée, le succès est au rendez-vous, en forme d’hommage. Le poulain n’avait pourtant pas attiré les convoitises aux ventes de Deauville, où, dans un premier temps, je l’avais racheté pour 8.000 euros. J’en voulais, raisonnablement, me semble-t-il, 15.000 euros, et c’est le prix que je l’ai vendu à l’amiable, au lendemain de la vente, à MM. Duvaldestin et Beauvisage, ainsi qu’à l’Ecurie du Haras des Quatre Vents. Je suis, évidemment, ravie de la tournure que prennent les choses, d’autant que Thierry Duvaldestin me dit que le poulain n’est pas encore arrivé à maturité et qu’il sera meilleur l’an prochain."
Class de Touchyvon a eu, ensuite, un mâle de Ni Ho Ped d’Ombrée, Kashmire Tonic, qui s’est qualifié, à Caen, au mois de mai, et qui vient de rejoindre la Suède. Aux récentes ventes sélectionnées d’Arqana Trot, le troisième produit de Class de Touchyvon, Lord Tonic, un fils d’Orlando Vici, a fait tomber le marteau à 27.000 euros, intégrant les effectifs de Colette Chassagne. Ce printemps, la jument était suitée d’une fille de Ni Ho Ped d’Ombrée et a été testée pleine de Niky. L’an prochain, l’idée est de la faire à nouveau rencontrer Charly du Noyer. "Class de Touchyvon est en pension chez les Candon, à Cardonville, dans le Calvados, près de Grandcamp-Maisy, précise Sylvie Thourain-Garçon. Ce sont devenus des amis, chez lesquels je me rends deux fois par an pour voir ma jument et ses produits, passant plusieurs jours là-bas. Lionel Lebourgeois, basé dans l’Orne, s’occupe, quant à lui, de présenter mes yearlings aux ventes. Il est, lui aussi, un vrai soutien, à l’instar de mon beau-fils, qui est toujours de bon conseil."

Lord Magic, frère de Jack Tonic, vendu 27.000 € yearling (Arqana Trot)

© Arqana Trot

A voir aussi :
...
Vincennes au rythme quotidien :
l'hippodrome unique au monde

Depuis lundi 28 novembre, Vincennes est à l'affiche chaque jour. L'hippodrome parisien proposera 21 réunions quotidiennes jusqu'au dimanche 18 décembre. En décembre, ce sont 27 rendez-vous sur l'hippodrome du plateau de Gravelle qui seront proposés. Des données qui sont strictement ...

Lire la suite
...
Kracovia révèle
son vrai visage

Kracovia (Ready Cash) efface d'un coup d'un seul ses quatre premières disqualifications avec une première victoire probante dans un excellent chrono. Son entraîneur-driver était finalement plus étonné de courir que de gagner.

Lire la suite
...
Les couleurs de Léo Abrivard à l'honneur à Vincennes

Léo Abrivard avait eu la joie de remporter sa première victoire en tant qu'entraîneur le 16 janvier dernier à Vincennes avec Héroïne du Gite (Tabriz du Gîte). Un peu plus de dix mois plus tard, c'est ...

Lire la suite
...
Ikyta de la Vallée vole sans ses fers

Quelle fin de course tonitruante ! Encore très loin à l'amorce du tournant final, Ikyta de la Vallée (Niky) avait peu de chance de triompher. Et pourtant, la protégée de Matthieu Abrivard l'a fait. Déferrée des ...

Lire la suite