... © JLL - LeTROT
Actualité - 05.10.2022

Le Saint-Léger des Trotteurs dans le scénario des origines

L’une des plus anciennes courses classiques françaises a été déplacée. Le Saint-Léger des Trotteurs (Gr.1) ne figure plus au grand rassemblement du mois de mai de Caen mais se dispute désormais en octobre. Il aura lieu samedi, sur l’hippodrome de la Prairie. Ce n’est pas une première. L’épreuve a déjà voyagé dans le calendrier sans jamais néanmoins être dépaysée. Son recul dans la saison en fait désormais le deuxième classique monté pour 3 ans, après le Prix d’Essai. Voilà qui nous réinstalle dans le scénario d’origine en quelque sorte. Revue d’histoire et décryptage de la dernière réforme du Saint-Léger.

C’est l’une des conséquences de la réforme du programme de sélection. Le Saint-Léger des Trotteurs (Groupe 1) de Caen quitte sa case du mois de mai pour se retrouver à l’automne, à Caen toujours. La course qui était le premier jalon classique pour les 3 ans sous la selle laisse désormais cette position au Prix d’Essai (Gr.1) maintenu pour sa part en juin. Que le Saint-Léger recule dans la saison pour prendre la place du milieu dans la filière classique des 3 ans montés, entre le Prix d’Essai et le Prix de Vincennes (en décembre), n’est en fait qu’un retour au schéma originel. Et plus près de nous, c’est aussi un retour à la configuration des années 1980.

Les partants : 16 dans le Saint-Léger samedi après quatre éliminations (lire en page 3)


Une course disputée en août à l’origine
La première période du Saint-Léger des Trotteurs, dont le vainqueur inaugural a pour nom Tentateur en 1878 (gagnant dans la réduction kilométrique d’1’49’’3/4), le positionnait en août. Le Prix d’Essai fait son apparition encore plus tôt, en 1865, est organisé à Caen à ses débuts et était alors disputé plus tôt au printemps. Le Prix de Vincennes fait son apparition en 1924 à… Vincennes et concluait déjà la saison pour les meilleurs 3 ans montés.

La réforme des années 1990
Ce n’est pas si loin et pourtant la mémoire l’aura facilement oblitéré. Dans les années 1980 (et avant), le programme classique commençait plus tôt pour les plus jeunes éléments dans la discipline du monté. Le premier classique était alors le Prix d’Essai et se disputait en avril mais sur courte distance (de 2.175 mètres récemment à 2.300 ou 2.250 mètres en fonction des parcours de Vincennes). Le Saint-Léger des Trotteurs (sur le parcours emblématique de Caen, soit un tour et ligne droite de sa piste – 2.450m.) venait alors après, à la fin du mois de juin. La réunion était positionnée lors du dernier dimanche de juin sans autre épreuve de premier plan à ses côtés. On pouvait notamment y trouver alors le Prix du Conseil Général du Calvados (pour 5 à 7 ans) par exemple. Pendant ce temps, le Prix d’Essai était la tête d’affiche d’une réunion qui pouvait bouger (un samedi en 1991 mais un mercredi en 1992 et 1995). En 1995, le Saint-Léger (édition remportée par Express Cat) est avancé en mai (dimanche 14) dans une grande journée avec les Ducs de Normandie et le Prix Henri Ballière. Le scénario est reconduit en 1996 (avec Fine Perle comme lauréate) avant de changer de nouveau l’année suivante. Le 25 mai 1997 (avec Gai Brillant comme vainqueur), l’épreuve est toujours un dimanche mais dans une réunion différente de celle des Ducs de Normandie. Idem en 1998 (Holly du Locton). En 1999, le Saint-Léger est organisé un lundi, comme seule tête d’affiche de la réunion de Caen. La configuration qui a été la règle ces dernières années est lancée en 2000, avec une réunion de mercredi, réunissant les Prix des Ducs de Normandie, Henri Ballière, du Calvados et Georges Dreux autour du Saint-Léger des Trotteurs.
Jusqu'en 1995, le Saint-Léger des Trotteurs demeure le deuxième Groupe 1 pour 3 ans montés, sachant que le Prix d'Essai (aussi décroché par Express Cat cette année-là) se court toujours en avril. Le passage de l'Essai en juin en 1996 change la donne et fait du Saint-Léger le premier classique du programme des 3 ans montés.

Les principes de la refonte actuelle du programme classique
Deux grandes règles ont été retenues lors du redéploiement du programme de l’élite et de sélection pour élaborer le nouveau calendrier. D’une part, il s’agit de ne pas sur-solliciter trop tôt les jeunes organismes en décalant le premier classique (Saint-Léger des Trotteurs) de mai à juin (Prix d’Essai). D'autre part, le programme classique bannit dorénavant les épreuves sur courte distance – jugées par certains plus éprouvantes pour les jeunes organismes que les efforts sur plus longue distance. On ne trouve dorénavant plus d’épreuves sur 2.175 mètres au programme des meilleurs 3 ans montés. Pour arriver à cette nouvelle offre, le Prix d’Essai, qui ouvre le ban en juin, est passé (en 2021) de 2.175 mètres à 2.700 mètres. Et simultanément, le Prix des Elites a disparu du programme des 3 ans. L’exercice de la course-poursuite, dans le rôle de cible pour leurs aînés de 4 et 5 ans en septembre, allège de fait la première année classique des meilleurs éléments sous la selle. Avec un Groupe 1 de moins à leur disposition (qui sera en fait ajouter lors de l’année de 4 ans), on parle bien d’une révision d’ensemble du volet de sélection dans une logique de "protection" à l'égard des 3 ans [lire la nouvelle répartition des Groupes 1 montés à 3, 4 et 5 ans ci-dessous]. Avec, en arrière-plan, l'envie de "manager" (ou ménager) des carrières sur le plus long terme.

Le programme de sélection monté avec un nombre d'occurrences de Gr.1 identique de 3 à 5 ans

La seule course classique disputée hors Vincennes
Créé en 1878 à Caen, à une époque où le modèle classique était directement inspiré des courses anglaises, le Saint-Léger des Trotteurs fait référence au plus ancien classique anglais, les St Leger Stakes de Doncaster, dont la première édition remonte à 1776. Dans la période fondatrice du trot, entre 1870 et 1890, on parlait alors des Oaks de Cherbourg pour les pouliches, créées en 1877), du Derby de Rouen (1874), du Derby du Cotentin à Cherbourg (1877), du Derby de Rennes (1884), du Derby de Nevers (1886), etc.
Parmi les singularités du Saint-Léger des Trotteurs, il y a son statut de course classique. Avant l’émergence de la catégorisation des Groupes, le Saint-Léger était catalogué "Classique" dans le sens de course de sélection pour l’élevage du Trotteur Français. Il est la seule épreuve du genre à se disputer aujourd’hui encore hors des murs de Vincennes. Les autres Groupes 1 nationaux dispersés à l’extérieur du plateau de Gravelle (le Prix de l’Atlantique, le Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur, le Grand Prix du Sud-Ouest lors de ses débuts) ne peuvent en effet entrer dans la catégorie à proprement parler de classiques.


L’avis d’Alexandre Pillon sur le déplacement à l’automne du Saint-Léger

Initialement programmés au printemps, les poulains et pouliches de 3 ans ont désormais cinq mois de plus pour préparer le classique caennais. Est-ce que cela change des choses ? Alexandre Pillon, entraîneur de Jelyson, nous livre son analyse.
"Personnellement, cela ne change pas grand-chose pour un cheval comme Jelyson. Il a couru le Prix Pierre Gamare à Caen en mai qui servait de préparatoire au Prix d'Essai. Malgré une faute ce jour-là, son comportement était bon. Il prouvait déjà son aptitude au tracé et à la distance dès ce printemps. Il a rapidement confirmé ses capacités, gagnant le Prix d’Essai fin juin à Vincennes sur 2.700 mètres. Par contre, pour Jivago de Beylev, qui a été engagé mais éliminé dans le Saint-Léger, il n’aurait pas été question de penser à cette course si elle avait eu lieu en mai. Il a découvert le monté seulement en septembre et sa course nous a poussés à le réengager dans cette spécialité. Avec ce nouveau calendrier, je trouve que les chevaux ont eu le temps de prendre leurs marques sur plus long au printemps et ont également eu plus de temps pour se souder. La hiérarchie est déjà présente à cette époque et cela va peut-être changer la configuration de la course en temporisant les ardeurs de certains - ce qui n'était pas toujours le cas au printemps. Par ailleurs, cette nouvelle position du Saint-Léger permet aux chevaux de niveau classique de sortir un peu de Vincennes avant d’attaquer le meeting."
16 PARTANTS APRÈS 4 ÉLIMINATIONS
Le nombre de partants maximum dans une épreuve montée pour 3 ans (avec un seul échelon de départ) est fixé à 16. C'est pourquoi, il a fallu procéder à l'élimination de quatre candidatures ce mercredi (dans l'ordre croissant des gains : Jabadao, Jacovia Madrik, Java de Corday et Jivago de Beylev). Le concurrent le plus riche est Joyner Sport (Dollar Macker), avec Alexandre Abrivard. Philippe Allaire sera aussi représenté par J'Aime Le Foot (Boccador de Simm), débutant dans la discipline et confié à David Thomain. Eric Raffin sera le partenaire de Jalisco Fligny (Brillantissime), ce qui propulse Anthony Barrier sur Jack Barrow (Uhlan du Val). En raison des différents engagements, Matilde Herleiksplass découvrira Junon (Bold Eagle), Guillaume Martin Jipsy du Noyer (Eridan) et Alexis Collette Jorgos de Guez (Briac Dark).
Des trois premiers du Prix Pierre Gamare (Gr.2), disputé sur la piste caennaise en mai, on ne retrouvera que le troisième Jocdor (Boccador de Simm), les deux premiers Jaspers Turgot (Korean) et Jazzy du Pré (Roc Meslois) n'étant pas actuellement opérationnels.

A voir aussi :
...
Héroïne du citrus exacte au rendez-vous

"Héroïne du Citrus (Bilibili) est bien sur la fraîcheur !" Voilà les premiers mots d'Alexandre Abrivard, son partenaire, à son retour aux balances. La représentante de l'Ecurie de Jean-Pierre Barjon s'est imposée avec beaucoup de facilité dans ...

Lire la suite
...
Isla Jet
comme une pouliche de groupe

Auteure d'un retour sortant de l'ordinaire, Isla Jet est revenue arracher la décision au prix d'un sprint décoiffant dans le Prix de Picardie, qui réunissait un lot de 4 ans très intéressants.

Lire la suite
...
Un "Banville"
peut en cacher une autre

Troisième, Jewel de Banville n'a pas démérité. Mais dans ce Prix Urgent (Groupe 3), les lauriers sont revenus à Jessy de Banville, également élevée par la famille Duprey.

Lire la suite
...
Fée de Ranchval se transcende

Meilleure finisseuse, dans une arrivée serrée, Fée de Ranchval (Opium) remporte son deuxième Quinté+, associée à Matthieu Abrivard. La femelle de 7 ans a donné raison à son entraîneur, Emmanuel Varin, qui pour la première a ...

Lire la suite