... © Aprh
Actualité - 08.10.2022

J'Aime Le Foot ou la 10e marque "Allaire" dans le Saint-Léger

La victoire de J'Aime Le Foot dans le Saint-Léger des Trotteurs (Gr.1) 2022 porte avec elle bien des symboles. Et génère aussi plusieurs records. Elle permet à Philippe Allaire de remporter l'un des plus anciens classiques français pour la dixième fois. Son pensionnaire s'impose de son côté en temps record, dans la réduction kilométrique d'1'13''2. Côté symbole, ce succès met en lumière l'association de deux grands noms du trot français : Allaire et Hawas. Des noms qui se sont souvent confrontés dans le Saint-Léger des Trotteurs lors des quatre dernières décennies. Et cette fois, c'est une première, ils sont réunis autour du vainqueur.

Pour sa première édition dans une nouvelle case du calendrier, à l'automne à la place du printemps, le Saint-Léger des Trotteurs (Gr.1) a d'abord assuré une forme de continuité. Avec Philippe Allaire au palmarès, c'est le symbole même de l'habitué qui ajoute une nouvelle mention au palmarès. J'Aime Le Foot (Boccador de Simm) offre son dixième titre au professionnel dans l'épreuve. Record absolu évidemment et, sans doute également, nouvelle marque record dans une épreuve classique française. Continuité encore avec la casaque Hawas qui s'impose dans un classique remporté trois fois par l'entraîneur Ali Hawas (dont deux sous les couleurs familiales).

En mémoire d'Ali Hawas
Si on cumule les oeuvres Allaire et Hawas dans l'épreuve, on n'arrivait avant cette édition à douze victoires. La treizième est celle de la réunion des deux signatures. Le poulain élevé par Patrick Hawas, passé en copropriété avec Philippe Allaire, est comme une somme et une synthèse des quatre dernières décennies du monté, dans la catégorie des jeunes chevaux. La première réaction de Philippe Allaire sur Equidia est d'ailleurs sur le sujet : "C’est aussi une victoire en mémoire d’Ali (Hawas) avec lequel j’avais si souvent livré bataille dans cette épreuve. Quand j’avais gagné avec Holly du Locton, son représentant Habitat avait fait la faute alors qu’on était à la lutte. Quand il avait gagné avec Mabrouka, mon partant Mon Franco Belge avait passé le poteau au galop. Avec Hawas, c’est spécial."
De son côté, Patrick Hawas nous déclare : "J’ai une pensée pour mon père aujourd’hui. On est là grâce à lui. C’est lui qui nous a transmis la passion des chevaux. Il était un préparateur de jeunes chevaux et Philippe est, en quelque sorte, un continuateur. J’adore les courses de jeunes, je regarde toujours les courses de 2 ans. J’aime le monté alors cette victoire dans le Saint-Léger est un peu la réunion des deux, comme une cerise sur le gâteau. Et puis, j’ai mis J’Aime Le Foot chez Philippe car il y a peu de professionnels qui peuvent faire mieux que lui et, comme je suis passionné du monté, je savais qu’il pouvait aussi le préparer sous la selle. C’était une obligation de mon côté."

Une course à records
Il y a les symboles et les records. Dixième victoire donc pour Philippe Allaire et nouveau record de l'épreuve en 1'13''2. J'Aime Le Foot (Boccador de Simm) efface les 1'13''3 d'Ici C'Est Paris (Dollar Macker) de l'an dernier, un représentant lui aussi de... Philippe Allaire. Un record qu'il convient à la fois de relativiser et rehausser. Relativiser car il est réalisé par un 3 ans quatre mois et demi plus tard que d'habitude, lorsque l'épreuve se disputait en mai. Ce sur quoi, Philippe Allaire nous déclare : "Les chevaux sont plus forts qu’au mois de mai à cette époque." Mais le constat unanime d'une piste fouillante et difficile (lire notre encadré en page suivante) réévalue plutôt à la hausse la performance chronométrique du jour.

Allaire qui gagne et Allaire qui perd
En fait le dénouement de l'épreuve n'est à l'unisson à l'honneur de Philippe Allaire. L'épreuve a en effet délivré une très vive explication finale entre J'Aime Le Foot et Joyner Sport (Dollar Macker), soit les deux représentants Allaire. Et, à ce jeu, le second a tout perdu dans les dernières foulées en prenant le galop. Son jockey Alexandre Abrivard a tout tenté, en vain. L'entraîneur réagit sur ce point : "C’est n’est pas simple quand on a deux chevaux à la lutte. Alexandre (Abrivard) n’avait jamais gagné cette course. Il donne une claque à Joyner Sport et prend l’avantage. L’autre repart et son partenaire se dévisse au mauvais endroit. C’est la vie, c’est comme ça. Je suis très heureux évidemment de cette victoire."
© Aprh
J'Aime Le Foot a repris le meilleur à Joyner Sport qui se dérègle
6e | SAINT LEGER DES TROTTEURS
M - 2450 m - Groupe 1 - 150 000 €
J'AIME LE FOOT 1'13"2
Boccador de Simm x Elegante de Foot (Ready Cash)
Jockey : D. Thomain - Entraîneur : Ph. Allaire
Propriétaire : P. Hawas - Eleveur : P. Hawas
2e Jessy de Banville 1'13"6 Boccador de Simm x Raquel Ouest
3e Jack Barrow 1'13"7 Uhlan du Val x Vie A Deux
4e : Jelyson - 5e : Jalisco Fligny - 6e : Jorgos de Guez - 7e : Jubile Prior

Un petit-fils de Princess Foot

Fils de Boccador de Simm (Rieussec), J’aime le Foot est le premier produit d’Elégante de Foot (Ready Cash), fille de Princess Foot (Arnaqueur) gagnante du Prix de Vincennes (Gr.1). Elégante de Foot est également la sœur de Beauty Princess (Ludo de Castelle) 1’13’’1, 12 victoires et de Célèbre de Foot (Giant Cat) 194.040 €. Le pedigree réunit donc la touche Allaire (avec Boccador de Simm et Ready Cash) à celle de la famille Hawas qui a développé la famille à partir d'Hase de la Mérité (Tarass Boulba).

Une piste objet de critiques
Jugée "fouillante" par certains, "profonde" par d'autres, la piste de Caen a été l'objet de critiques de la part de socioprofessionnels ce samedi. "On court sur un terrain par terrible", nous dira après sa victoire avec Jet des Baux, en début de réunion, Eric Raffin. "Cela ne peut pas être pire" ajoute le même driver peu après le Quinté+, à 15h30. De son côté, Philippe Allaire commentera : "La piste est irrégulière et fouillante dans le tournant après le poteau d'arrivée."
Chef d’établissement de l'hippodrome de Caen, Rose-Marie Vigorito-Somson nous a appris : "Nous avons un entrepris des travaux de nivellement de la piste à la fin septembre (N.D.L.R. : lire notre information à ce sujet par ce LIEN) avec trois jours de retard en raison d'une météo défavorable. Ce sont trois jours qui nous ont manqué pour stabiliser la piste. Depuis les équipes de Mickaël Lemarchand, et aujourd'hui encore, ont fait un gros travail pour répondre aux attentes des professionnels. La piste est encore irrégulière mais notre engagement est total pour la rendre le meilleur possible."

Un profil différent au sein du panthéon Allaire des vainqueurs du Saint-Léger
Après la continuité, il a les différences. De ce point de vue, J'Aime Le Foot propose un profil bien différent des précédents lauréats de Philippe Allaire dans ce Groupe 1. Il est le premier à y débuter sous la selle - un constat qui se renforce encore si l'on considère que l'épreuve est cette année reculée de presque cinq mois par rapport au calendrier de référence. Avec J'Aime Le Foot, on a affaire un élément tardif qui a failli ne pas prendre part à l'épreuve il y a quelques jours encore après les doutes qu'il avait nourris lors d'essais sous la selle. Philippe Allaire nous apprend à ce sujet : "J’ai travaillé régulièrement J’Aime Le Foot au monté. Une fois c’était très bien, une autre un peu moins bien. La dernière fois, quand David (Thomain) l’a essayé à la maison avec des coudes et un quart d’œillères, le cheval était parfait. Si l’épreuve était restée au mois de mai, J’Aime Le Foot n’aurait pas pu la courir. Il a pris de la force récemment. Il aurait été trop tendre en mai pour faire ce qu’il réalise aujourd’hui. Et de toute façon, je ne l’aurais pas testé au monté en mai. Je ne pense pas entreprendre une grosse carrière montée pour l’instant avec J’Aime Le Foot. On verra pour le Prix de Vincennes en fin d’année. Il va maintenant décompresser et sera au repos actif avant le meeting d'hiver."
Petit-fils de la gagnante du Prix de Vincennes (Gr.1 Princess Foot (Arnaqueur), J'Aime Le Foot devait réussir sous la selle selon son éleveur Patrick Hawas qui insiste lui aussi sur son caractère tardif : "C’est un bon cheval vraiment dur. Il s’est bien relancé sous l’attaque de l’autre cheval de Philippe et j’y ai toujours cru car je savais qu’il allait repartir. Je n’étais pas inquiet sur son aptitude au trot monté car dans la famille ils vont tous dans la discipline. Il lui faut du poids mais c’est logique car il manque encore de force et je pense que, à l’avenir, on pourra lui enlever l’alléger."

Du côté des placés
La faute finale de Joyner Sport a permis à Jessy de Banville (Boccador de Simm) de monter sur la deuxième marche du podium. La pensionnaire de Christophe Clin a remarquablement terminé et confirme qu'elle est désormais tout en haut de la hiérarchie des 3 ans montés. Son entraîneur nous a confié : "Elle était en forme et j’aurais été déçu qu’elle coure mal. Elle a besoin de courir régulièrement pour être bien tonique. Elle a pu enchaîner les sorties ces derniers temps et progresse. Elle aura comme objectifs les semi-classiques avant le Prix de Vincennes avant de courir le Groupe 1."
Débutant au monté, à l'image du vainqueur, Jack Barrow (Uhlan du Val) a suivi l'animateur Jelyson (Timoko) et n'a jamais vraiment faibli dans le final. Pour son jockey, Anthony Barrier, la performance est très bonne : "C’est un cheval assez nerveux qui s’était montré tendu au box et au heat avant l’épreuve. Je pense qu’il a laissé beaucoup d’influx avant la course, ce qui rehausse encore sa performance. Il était un peu perdu dans les autres pour sa première tentative au monté mais s’est bien relancé pour finir dans une épreuve qui a été vite. C’est un bon cheval."

Jelyson aurait dû aller plus vite
Après avoir animé l'épreuve à un rythme élevé, Jelyson a été débordé dans le dernier tournant par J'Aime Le Foot d'abord avant de sembler en perdition. Le représentant de Margaux et Alexandre Pillon s'est néanmoins bien relancé à la fin, réussissant à décrocher la quatrième place. L'entraîneur nous rapporte dans son debrief l'analyse du jockey Yoann Lebourgeois, à la manoeuvre sur Jelyon : "Yoann trouve qu’il aurait faire plus de train et moins caler sa course sur les autres. Dans le dernier tournant, il regrette de ne pas avoir été plus vite pour ne pas avoir J’Aime Le Foot sur son porte-bagage. Une fois qu’il a été passé, Jelyson a mis du temps à réagir mais est bien reparti à la fin. On est un peu déçus surtout à l’écoute du jockey qui estime qu’il a fait des erreurs dans sa conduite de course. Dans le positif, on note qu’il a bien démarré."

Couplé de Boccador de Simm, l'étalon n°1 chez les 3 ans
Père du leader des 3 ans attelés (Just A Gigolo), Boccador de Simm (Rieussec) se retrouve aussi père de potentiel chef de file sous la selle. Il signe même le couplé gagnant du jour grâce à Jessy de Banville, deuxième. Ce carton plein conforte sa place de numéro 1 des pères de 3 ans (lire nos classements au début du mois par ce LIEN).

© Aprh

A voir aussi :
...
Franck Anne
nous a quittés

Pour sa première édition dans une nouvelle case du calendrier, à l'automne à la place du printemps, le Saint-Léger des Trotteurs (Gr.1) a d'abord assuré une forme de continuité. Avec Philippe Allaire au palmarès, c'est le symbole même ...

Lire la suite
...
La Finale du GNT ParisTurf sous deux angles différents

Pour présenter la Finale du GNT ParisTurf 2022, il y a certainement deux angles de vue possibles. Ceux qui vont viser la victoire d'étape et ceux qui vont viser le classement général. Et à la croisée des ...

Lire la suite
...
Jaguar du Goutier montre ses griffes dès ses débuts montés

S'imposer en 1'14''5 au monté à 3 ans à Vincennes, sur une piste certes parfaite, n'a rien d'anodin. Et encore plus quand il s'agit de débuts au trot monté. Grosse performance donc pour Jaguar du Goutier (Ready Cash), protégé de ...

Lire la suite
...
Dynasty Peji
parvient à enchaîner

Temps fort d'une réunion marquée par la tristesse de tous ses acteurs après la terrible nouvelle de la disparition de Franck Anne, ce Prix Paul Buquet revient à la jument de ce début de meeting au monté : ...

Lire la suite