... ©Aprh
Résultat de course - 05.11.2020

Boss du Meleuc se rend maître d'un très bon Étonnant

Ça a été dur mais il a été costaud.
Alexandre Abrivard

Comme sur le papier, Boss du Meleuc a su être le patron du Prix Reynolds au départ duquel il partait écrasé d'argent. Ses preneurs à la gagne ont dû trembler, tant Étonnant a fait preuve d'une grande ténacité.

Il faut être deux pour faire un beau match. Le Prix de l'Île-de-France fut un parfait exemple l'hiver dernier et si Bilibili signait ce jour-là le nouveau record absolu de Vincennes au monté en 1'10'', c'est qu'Étonnant (Timoko) avait également réalisé une grande performance.
En lice dans ce Prix Reynolds, le protégé de Richard Westerink a de nouveau fait le spectacle en figurant très longtemps comme le lauréat potentiel avant d'être dépassé dans les ultimes battues par Boss du Meleuc (Lucky Blue). À sa descente de son gentil géant (le cheval toise bien 1m75 au garrot), Alexandre Abrivard pouvait souffler : "Il a 9 ans mais ne vieillit pas. Là, c'était dur à l'entrée de la ligne droite mais il a su bastonner pour venir chercher quand même la victoire. Ce sont des chevaux qui ont le même mental que des jeunes de 5 ans."
Un combattant qui pourrait suivre un programme analogue à celui de l'an passé : après avoir fini 3ème de l'édition 2019 de cette course, Boss du Meleuc avait ensuite remporté les Prix Auguste François (en décembre) et du Pontavice de Heussey (en fin de meeting). Dans sa ligne de mire : la barre du million d'euros de gains.
Pour son dauphin Étonnant, le programme est plus incertain, les options étant plus nombreuses pour cet entier de 6 ans. Richard Westerink nous a dit : "Pour la suite, c'est un peu compliqué car j'ai envie de courir attelé mais je n'ai pas trop regardé... Je l'ai engagé dans le Prix de Bretagne mais, s'il y a une belle course sous la selle, ne faut-il pas le courir monté ? Je ne sais pas, on verra."

D'où vient-il ?

Boss du Méleuc excelle vraiment sur le tracé court de Vincennes, où il en est à sa huitième victoire. Il est l'oeuvre majeure de sa mère, Rafale du Méleuc (Talassius), gagnante de deux courses, à Marseille, et n'ayant eu que quatre produits, dont un autre vainqueur, en devenir, à savoir Guépard du Méleuc (Uno du Méleuc), également pensionnaire de Yannick-Alain Briand, qui compte deux succès et deux places de deuxième, en cinq sorties, en tout et pour tout, cette année. Fils du valeureux Lucky Blue, Boss du Meleuc a pour bisaïeule la toute bonne Jézabel d’Ouches (1975-Caprior), qu'exploita, avec l'efficacité qu'on lui connaît, Jean-Pierre Dubois, la faisant s'imposer dans le "Pontavice du Heussey", se classer deuxième du "Cornulier" ou encore troisième, à l'attelage, du Critérium des 5 Ans et du Prix de l'Etoile.

4e | PRIX REYNOLDS
M - 2175 m - Groupe 2 - 85 000 €
BOSS DU MELEUC 1'10"8
Lucky Blue x Rafale du Meleuc (Talassius)
Jockey : A. Abrivard - Entraîneur : Y. A. Briand
Propriétaire : Y. A. Briand - Eleveur : J. Cos
2e Etonnant 1'10"8
3e Chalimar de Guez 1'10"9
4e : Caban Prior - 5e : Fado du Chene - 6e : Accord Marjacq - 7e : Etoile de Bruyere
A voir aussi :
...
Triplé Éric Raffin samedi aux Sables d'Olonne

La dernière réunion de l'année à l'hippodrome de la Malbrande (Sables d'Olonne) a été marquée du sceau d'Eric Raffin, auteur d'un triplé. Deux succès à l'attelé pour le double Sulky d'Or, avec In Chenu (Meaulnes du Corta) ...

Lire la suite
...
Gwendolo Bello décroche un premier titre européen

Il s'agissait d'un engagement à ne pas manquer. Idéalement placé au premier échelon de départ, à la limite du recul pour... vingt euros, Gwendolo Bello (Booster Winner) a livré une grande prestation. Arrivé en tête par le jeu des ...

Lire la suite
...
Iway en impose dès sa rentrée

Malgré quasiment cinq mois sans compétition - sa dernière tentative remonte au 29 mai -, Iway (Look de Star) a fait preuve d'une grosse autorité dans le Prix d'Agen-Le Passage. Le pensionnaire de Sébastien Guarato s'est imposé à la ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite