... © Mark Kentell
Actualité - 23.10.2022

Delfino, la grande victoire dans la Prairie

Il n'y pas vraiment eu de suspense dans le final du Prix de la Ville de Caen (Gr.3). Delfino s'est imposé avec une incontestable autorité, prouvant une nouvelle fois sa capacité au très haut niveau sur les pistes plates. Il est venu à bout des deux tours de piste de la Prairie caennaise et de ses rivaux sans même avoir besoin de recourir aux artifices possibles (œillères non abaissées). C'est dire la supériorité du représentant de la famille Mottier qui trouvait ce dimanche tous les paramètres les plus favorables à son entreprise. Et comme nous l'a dit son entraîneur et driver Mathieu Mottier : "L'engagement était bon mais, les courses, il faut d'abord les courir."

Le podium du Grand Prix de la Ville de Caen (Gr.3) mérite de s'y attarder. Composé de Delfino (Speedy Blue), Fakir du Lorault (Vaillant Cash) et Divine Monceau (Uniclove), il réunit les trois seuls candidats qui s'étaient déjà exprimés sur plus de 4.000 mètres. Un constat qui ne doit sans doute rien au hasard dans l'exercice particulier et inhabituel imposé par le Groupe 3 caennais sur 4.400 mètres (et plus pour ceux qui rendre de la distance). Idéalement engagé au deuxième échelon de départ, Delfino a d'abord laissé aux autres, dont son challenger désigné Hatchet Man (Goetmals Wood), la responsabilité d'assumer le train. Et la machine à avaler le dernier kilomètre s'est ensuite mise en marche.

Une arrivée de spécialistes
Ils étaient trois au départ de cette édition 2022 du Prix de la Ville de Caen à s'être déjà produits sur plus de 4.000 mètres. Il s'agissait du tenant du titre de l'épreuve, Fakir du Lorault (Vaillant Cash), remarquable deuxième cette fois au gré d'une fin de course tranchante. Contraint de rendre 50 mètres cette année, contre 25 l'an dernier lors de son succès, il signe la réduction kilométrique d'1'14''2 (contre 1'13''7 il y a douze mois). Divine Monceau (Uniclove) s'est imposée de son côté récemment dans le Critérium d'Endurance de Vichy, une épreuve d'amateurs qui sort des cadres, sur la distance de 4.275 mètres et dans laquelle elle rendait 50 mètres. Quant à Delfino (Speedy Blue), il avait participé au Prix de Buenos-Aires (Gr.2) en 2019, à l'époque où il se courait encore sur 4.150 mètres. L'édition avait été remportée par Cleangame sans que Delfino ne puisse y jouer un rôle. Voilà en tout cas un podium qui confirme en sous-texte la tenue obligatoire et exigée pour briller sur les 4.000 mètres et plus de Caen.

L'alignement de toutes les bonnes étoiles pour Delfino
Idéalement engagé comme concurrent le plus riche du deuxième échelon de départ, Delfino restait sur des prestations de premier plan (victoire dans le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr.2), sixième avec les honneurs dans le Prix d'Eté (Gr.2)). Il se présentait avec la fraîcheur qu'il affectionne avec six semaines depuis sa dernière prestation. Quant à la distance, il l'a dans les jambes (lire l'encadré "Une arrivée de spécialistes"). Il restait à gérer au mieux le déroulement de course. Là encore, tout s'est parfaitement agencé comme nous l'a déclaré Mathieu Mottier : "Tout s’est bien mis pour nous. Il n’y a pas eu beaucoup de train au début et j’ai pu faire le dernier kilomètre à fond comme il sait faire. Il est quand même bien meilleur sur piste plate et la distance ne l'a pas gêné. Il n’a pas tiré, il était parfait aujourd’hui. L'engagement était bon mais les courses il faut d'abord les courir."

Entrée au haras annoncée pour Delfino en 2023
Le vainqueur du jour Delfino effectuera sa première saison de monte l'an prochain au haras de la Beunelière (53) au prix de 200 € à la réservation et 1.500 € poulain vivant.

8e | PRIX DE LA VILLE DE CAEN
Att - 4400 m - Groupe 3 - 80 000 €
DELFINO 1'14"4
Speedy Blue x Miss Volo (Gazouillis)
Driver : M. Mottier - Entraîneur : M. Mottier
Propriétaire : Ec. D. Mottier - Eleveur : D. Mottier
2e Fakir du Lorault 1'14"2 Vaillant Cash x Native du Lorault
3e Divine Monceau 1'15"1 Uniclove x Ortie d'Erable
4e : Hatchet Man - 5e : Flaubert Gede - 6e : Concerto Cointerie - 7e : Emeraude de Bais

La famille de Girl Blanche

Issu de l'élevage Mottier, Delfino est le frère cadet du valeureux hongre Taphir (7 victoires et 159.550 €) mais aussi d'Agino (72.360 €). On compte après lui dans la fratrie Glamina (89.900 €). Leur mère, Miss Volo, est la sœur utérine du classique Evolo, deuxième d'Eclair de Vandel dans le Prix de Vincennes, et du bon Hardi Volo (7 succès et 175.771 €). C'est une mère de grande qualité : elle compte huit vainqueurs différents dans sa production. La lignée maternelle est sous le sceau des "Blanc" et "Blanche" de la famille Maillet et a été exploitée par plusieurs grands nom du trot comme Alec Wesweiller (Taxi Blanc) et la famille Rayon puisque cette lignée est celle de la classique Girl Blanche et de Davidson du Pont.

Echo 1'11''8 Qlorest du Vivier 1'17''8
Speedy Blue 1'13''1 Jolie Perle 1'18''8
Mathilda Blue Gai Brillant 1'14''7
DELFINO Alexane 1'13''3
Gazouillis 1'12''8 Lutin d'Isigny 1'14''3
Miss Volo 1'21''1 Utiska 1'17''4
Uvella Jet du Vivier 1'18''5
Hotesse Blanche
Un cheval d’été supérieur sur piste plate
Sur sa démonstration du jour, le Prix de Paris-Speed Race (Gr.1) pourrait devenir une cible de choix pour Delfino. Mathieu Mottier ferme presque immédiatement cette porte au micro d’Equidia : "L’hiver, il est moins bon. Là, il est encore en plein dans sa saison et on verra pour le meeting d’hiver de Vincennes comment il sera mais cela me paraît peu probable." Elément qui a souvent montré un fort tempérament, Delfino est aussi un vrai cheval de piste plate qui ne reproduit pas les mêmes valeurs sur la grande piste de Vincennes. Il est par ailleurs devenu plus simple selon Dominique Mottier, le père de Mathieu : "À vieillir, il s’amende un peu, il démarre mieux. Piste plate, il est parfait. Il fait bien Enghien et Caen."

Retour en grâce de Fakir du Lorault
Décevant au goût de son entourage la semaine passée à Bordeaux, dans le Grand Prix du Sud-Ouest (Gr.2), dont il a conclu septième, Fakir du Lorault a terminé vite pour s'emparer de la deuxième place ce dimanche à Caen. Pour son entraîneur Mickaël Charuel, il n'y a que du positif : "Il nous avait un peu refroidis à Bordeaux. Aujourd’hui, il fait une sacrée course en produisant deux efforts. Il sait donner un coup de rein et a encore mis son cœur sur la piste." En signant 1'14''2, Fakir du Lorault signe le meilleur chrono dans l'édition de l'année. Il demeure toujours le propriétaire du record de l'épreuve comme vainqueur avec ses 1'13''7 réalisés l'an dernier. Le concurrent qui a été le plus vite dans le Grand Prix de la Ville de Caen est Bugsy Malone (Ready Cash), troisième l'an dernier en rendant 25 mètres à Fakir du Lorault et auteur d'1'13''6.

La victoire du jour après une abstention
Engagé dimanche dernier dans le Grand Prix du Sud-Ouest (Gr.2), Delfino avait été déclaré non partant. Une décision qui lui a permis de rebondir immédiatement sur ce succès du jour avec l’explication de Dominique Mottier, le père de Mathieu : "Il avait toussé plusieurs fois en fin de semaine dernière et on a préféré éviter le long voyage à Bordeaux sachant qu’il avait cette autre course dans la foulée."

Hatchet Man a encore à apprendre dans l'exercice de la grande tenue
Propulsé favori de l'épreuve, le 5 ans Hatchet Man (Goetmals Wood) s'est montré brillant lors du premier tour de la grande piste caennaise avant de s'installer en tête à un tour du but. Mis sous pression par Delfino dans le dernier tournant, il n'a pu soutenir le rythme final du vainqueur mais n'a néanmoins pas complètement cédé, conservant la quatrième place. Son partenaire Anthony Barrier évoque son manque d'expérience préjudiciable dans l'exercice particulier de la très longue distance : "On venait pour faire mieux mais il a trop tiré lors du premier tour de piste et c’est pour cela que je suis venu assez tôt avec les premiers. Il ne m’a rendu la main que quand je suis venu en tête à un tour du but. Il en a trop fait en début de course et ne sait pas encore s’économiser. Il est battu par manque d’expérience et par des "vieux cuirs" qui ont eu des matchs difficiles. Lui, c’est encore un grand bébé. Il a toujours des choses à apprendre. Il s'est quand même très bien comporté et son chrono est bon (1'14''8). Il ne démérite absolument pas."
Concurrent le moins riche au départ, Flaubert Gédé (Orlando Vici) a produit une fin de course remarqué pour conclure tout près d'Hatchet Man.
© Mark Kentell

A voir aussi :
...
Théo et Clément Duvaldestin,
frères d'A(r)mérique

Dans le Prix d’Amérique Races ZETurf Legend Race , il y a une course dans la course, celle des frères, Clément et Théo Duvaldestin, qui vont s’affronter, pour le compte de leur père, respectivement ...

Lire la suite
...
Kaparka ouvre facilement son palmarès

Première course du programme breton et déjà une belle impression laissée par Kaparka (Earl Simon). Le représentant de Thierry Duvaldestin s'impose d'autant plus facilement que son principal opposant Kong (Ecu Pierji) s'est perdu dans ses allures ...

Lire la suite
...
Koctel du Dain
une question de style

Le dernier tournoi au rôle de tremplin pour les mâles vers le Prix Comte Pierre de Montesson (Gr.1) réunira une forte délégation internationale. Le Prix Paul Viel (Gr.2) compte pas moins de sept candidats étrangers, ...

Lire la suite
...
Kalamity d'Héripré
découvre de nouvelles rivales

À trois semaines du premier grand rendez-vous classique proposé aux 3 ans, le Prix Roquépine (Gr.2) offre une ultime possibilité de se tester entre elles aux meilleures pouliches du moment. La hiérarchie qui a émergé ces dernières semaines sera ...

Lire la suite