... (© ScoopDyga)
Actualité - 29.10.2022

Eclat de Gloire en mission à domicile

La 22ème édition du Grand Prix du Centre-Est est l’affiche de la réunion de dimanche sur l’hippodrome de Saint-Galmier, clôturant ainsi le cycle automnal des grands prix des fédérations régionales. Installé en Isère, Frédéric Morel verrait bien sa casaque, celle de l’Écurie du Vieux Chêne, remporter (enfin) ce Groupe 3. C’est en quelque sorte la mission du fer de lance de son écurie, Eclat de Gloire, lauréat samedi dernier à Mons (Belgique) de la finale du Tour Européen du Trotteur Français, un challenge dont il est désormais le double tenant du titre.

Il est difficile d’être plus dans l’actualité. À huit jours d’intervalle, Eclat de Gloire enchaîne les échéances. La première, à Mons samedi dernier, la plus importante sans conteste, était de mettre un point final à son Tour Européen du Trotteur Français dont il était le tenant du titre. Le fils de Tiego d’Etang l’a fait de la meilleure des manières, s’imposant comme l’an dernier sur l’hippodrome belge dans la finale (Groupe 2) et inscrivant ainsi son nom pour la deuxième fois au palmarès du challenge, comme avant lui Soléa Rivellière (Calife des Noues) et Billie de Montfort (Jasmin de Flore).
La seconde échéance est aussi sportive avec le Grand Prix du Centre-Est (Groupe 3), dimanche à Saint-Galmier. En 2020, Frédéric Morel, son propriétaire, nous avait dit au sujet de cette course que convoitait déjà Eclat de Gloire : "C'est une course importante pour notre région que j'aimerais vraiment bien gagner". Deux ans plus tard, l’importance est toujours la même mais le discours est un peu plus nuancé en raison de la proximité de la dernière course de son cheval. "Pour être honnête, c’est plus moi qui étais chaud pour recourir que Loris, lequel est d’ailleurs en vacances, ce qui explique qu’on fait appel à Yannick-Alain Briand, confie le propriétaire isérois. J’ai envie de me faire plaisir, sachant que le cheval a bien récupéré de Mons. Et puis, je n’ai toujours pas gagné ce Grand Prix." Une remarque qui vaut aussi pour les chevaux entraînés dans le Centre-Est, puisqu’aucun ne figure au palmarès en plus de vingt ans d’existence. "Maintenant, rendre vingt-cinq mètres à Saint-Galmier corde à droite, qui n’est pas sa meilleure corde…", prévient Frédéric Morel, dont les analyses et les connaissances en font l’un des principaux joueurs du pays.

FOCUS SUR SAINT-GALMIER
Épreuve tournante entre les deux hippodromes lyonnais, Feurs et Saint-Galmier, le Grand Prix du Centre-Est (Gr. 3), doté de 100 000 € d’allocations, est de retour dimanche sur la piste de la société hippique de Saint-Galmier Saint-Étienne, une piste de 1 200 mètres corde à droite entièrement refaite en 2020 via un investissement de 200 000 € et sur laquelle se déroulent aussi à l'année huit séances de qualifications. Ce rendez-vous est naturellement le temps fort de la saison pour l'équipe du président François-Xavier Jay, élu en mai 2021. L’hippodrome de la Loire organise 13 réunions annuelles dont 9 avec le label Premium au trot, sachant que la piste en gazon accueille des courses plates, notamment dans le cadre de deux réunions mixtes. Depuis son élection, le président Jay s'est attelé à divers chantiers et améliorations via, notamment, la création d'un club entreprise VIP Business, ce qui a débouché sur des partenariats entre des entreprises d’importance et la société hippique ainsi que le renforcement des relations avec les élus et collectivités territoriales (en particulier de Saint-Étienne Métropole), alors que la reconduction du partenariat avec l’AS Saint-Étienne a été signé cette année.

C’est effectivement des paramètres à prendre en considération. Mais Eclat de Gloire ne traverse-t-il pas une période de forme comme il n’en a pas connu depuis quelque temps ? "C’est vrai qu’il a été très performant aussi bien à Gelsenkirchen où il a lutté jusqu’au bout avec Ecureuil Jenilou (Village Mystic), qui lui mettait régulièrement quinze mètres à Cagnes-sur-Mer, qu’à Mons où il a ramené dans son dos Hussard du Landret (Bird Parker) qui, je pensais, allait venir le chercher", détaille-t-il. Une satisfaction d’autant plus grande que le début d’année ne présageait pas forcément d’une telle issue. "À Vincennes, sa tâche est compliquée face à des chevaux comme Elie de Beaufour (Royal Dream) et Ampia Mede Sm (Ganymède) pour ne citer que ceux-là. On voulait donc défendre son titre dans le TETF mais, comme il n’avait pas très bien couru à deux ou trois reprises à Cagnes-sur-Mer sans trop de raisons, on s’était dit qu’il lutterait plutôt pour les places."

L'Écurie du Vieux Chêne en chiffres
■ 2010 : création de l'écurie. Auparavant, Frédéric Morel faisait courir sous son nom, avec une casaque à damiers identique, celle que L'Ecu du Vernay (Viking's Way) et Nostras d'Amos (Gai Brillant) ont défendu brillamment.
■ 338 : le nombre de succès en France. Il faut ajouter ceux décrochés à l'étranger par Eclat de Gloire (6).
■ 2019 : la meilleure année, avec 48 victoires et 1,3 M€ de gains pour un effectif de 45 chevaux. L'Écurie du Vieux Chêne termine à la cinquième place du classement national des propriétaires.
■ 9 : le nombre de succès de Groupe, répartis ainsi : quatre Gr. 2 et cinq Gr. 3, tous obtenus par Eclat de Gloire (5) et Balbir (4).


J’ai envie de me faire plaisir. Et puis, je n’ai toujours pas gagné ce Grand Prix.
Frédéric Morel (Écurie du Vieux Chêne)

(© Lamia Leclercq)
Eclat de Gloire a brillamment relevé le challenge sportif tout en gonflant son capital gains de plus de 93 000 € rien que dans le TETF. "Bien sûr, j’ai plaisir à le voir gagner de belles courses mais, financièrement, c’est aussi important, n’élude pas Frédéric Morel. Ça permet notamment d’acheter d’autres chevaux."
En ce domaine, Frédéric Morel est actif sur différents marchés : les réclamers qu’il regarde toujours, les achats à l’amiable - c’est d’ailleurs qu’il a fait l’acquisition d’Eclat de Gloire auprès de Jean-Pierre Dubois alors que le poulain entamait son année de 3 ans - même s’il trouve que cela est plus compliqué qu’à une époque, et les achats aux ventes où il relève qu'il faut aussi compter 20 à 25 % de plus qu'il y a quelques années. En septembre dernier, il a ainsi acheté par l’intermédiaire de Mickaël Cormy, l’un de ses entraîneurs, quatre yearlings, pour un total de plus de 120 000 €. Sur le ring d’Arqana, Frédéric Morel a eu plusieurs fois la main heureuse, notamment avec Balbir (Ganymède), acheté 28 000 € et qui a terminé sa carrière avec plus de 863 000 €. En 2019, ce dernier a contribué avec Eclat de Gloire à ce que l’Écurie du Vieux Chêne termine à la cinquième place du classement national des propriétaires. "C’est mon année référence mais c’est difficile de répéter quand vous ne vous appuyez pas sur un élevage comme c’est mon cas, note-t-il. Les années suivantes ont été correctes (N.D.L.R. : plus de 770 000 € en moyenne) mais il faut avoir un bon cheval et trouver la relève."

Des visiteurs toujours ambitieux
Depuis la création de l'épreuve en 2001, pas un trotteur entraîné dans la fédération n'est parvenu à s'imposer dans la meilleure épreuve de l'année du Centre-Est. À leurs corps défendant, certaines éditions étaient particulièrement relevées. Cette année, les visiteurs sont encore ambitieux, qu'ils viennent de Normandie comme Cash du Rib (Ready Cash), Copsi (L'Océan d'Urfist) et Edy du Pommereux (Niky), d'Anjou-Maine comme Fine Colline (Village Mystic), du Sud-Ouest comme Fakir Mérité (Uaukir) ou de l'Île-de-France comme Douceur du Chêne (Quif de Villeneuve). Cash du Rib est de retour puisqu'il a remporté l'édition 2020 à Lyon-La Soie, un autre parcours corde à droite. Cette fois, le pensionnaire et partenaire de Jean-Loïc Dersoir doit rendre 25 mètres, le seul d'ailleurs dans ce cas avec Eclat de Gloire. Récent troisième du Grand Prix Anjou-Maine (Gr. 3) à Laval, Copsi ne peut rêver meilleur engagement à la limite du recul, d'autant que la corde à droite ne lui pose pas de problème. La même remarque vaut aussi pour Fine Colline qui se retrouve dans une configuration de ferrure (déferrée des antérieurs) dans laquelle la jument de Matthieu Abrivard a remporté ses six derniers succès.

La victoire de Cash du Rib dans le Grand Prix du Centre-Est 2020 à Lyon-La Soie. (© Studio H. Durand)
PARTANTS SAINT-GALMIER - Dimanche 30 Octobre
7 CREDIT AGRICOLE LOIRE HTE LOIRE-G.P.C.E - (15H32)
Premium - Att. - (3) - Internationale - 100 000 € - 2 650m
1. FORMITh. Lemoine
2. FUEGO DE HOUELLEQ. Chauve-laffay
3. EDY DU POMMEREUXD. Bekaert
4. DIEGO SAUTONNEA. de Vaugiraud
5. ELU DE DOMPIERREB. Ruet
6. DROP DES DURIEZS. Peltier
7. COMTE DES TITHAISP. Callier
8. FAKIR MERITET. le Beller
9. EPIC JULRYJ. P. Gauvin
10. DOUCEUR DU CHENEJ. Ch. Feron
11. FINE COLLINEM. Abrivard
12. COPSID. Locqueneux
13. CASH DU RIBJ. L. Cl. Dersoir
14. ECLAT DE GLOIREY. A. Briand

Yannick-Alain Briand, le plus titré

Des 14 pilotes au départ de cette édition, Yannick-Alain Briand est le plus titré puisqu'il a déjà remporté ce Grand Prix du Centre-Est à deux reprises, avec Scarlet Turgot (Dahir de Prélong) en 2015 sur cette même piste de Saint- Galmier et l'an dernier avec Cristal du Lupin (Ganymède) qui a hérité du succès avec la disqualification de Cleangame (Ouragan de Celland), vainqueur sur la piste de Lyon-Parilly. Charge à Eclat de Gloire de lui permettre d'inscrire son nom au palmarès pour la troisième fois et de rejoindre Jean-Michel Bazire.

A voir aussi :
...
Kajou Josselyn confirme, Kool and the Gang gagne en débutant

Deux courses pour 2 ans figuraient au programme des réunions de Châteaubriant et de Vire. En Loire-Atlantique, Kajou Josselyn (Love You), dont la troisième mère est la matrone Quezira, a confirmé ses brillants débuts victorieux à Chartres. ...

Lire la suite
...
Yoann Lebourgeois, un baroud d'honneur brillant avec Emeraude del Phédo

Deuxième au classement général du Grand National des Jockeys avant la Finale du jour, Yoann Lebourgeois ne pouvait pas remonter le leader Alexandre Abrivard vu leur écart de 35 points. Cela n'a pas éteint l'enthousiasme du jockey avec ...

Lire la suite
...
Inshore emporté
par le tourbillon Abrivard

Le Prix Philippe du Rozier (Gr.2) n'a pas du tout livré un dénouement attendu. Son favori Indigo du Poret a mal couru, suscitant même des inquiétudes dans la bouche de son jockey Eric Raffin (lire plus loin). ...

Lire la suite
...
Jean-Michel Bazire,
le champion hors-norme du GNT

Campionissimo ! Hors du commun. Hors norme. Si les formules les plus élogieuses fusent depuis longtemps à l'adresse de Jean-Michel Bazire et de ses exploits, l'homme a ajouté dimanche une nouvelle ligne d'exception à son palmarès. Il a remporté le Prix Maurice ...

Lire la suite