... ©Aprh
Actualité - 07.11.2020

Éversion, Quelle contribution !

Firello et Hurella lui ont fait honneur cette semaine, en s’imposant, l’un et l’autre, dans un bon style et dans de bons lots, à Vincennes, sous la même bannière « Moureaux-Bazire ». A la base de cette réussite, leur ancêtre et cinquième mère, Eversion (1970-Hermès D), matrone ayant fait le bonheur, au premier chef, de l’éleveur manchois Jean de Mondesir, puis ayant favorablement essaimé un peu partout. Jusque chez les Moureaux, donc, par l’entremise de la toute bonne Jirella (en photo ci-dessus avec Jean-Michel Bazire après leur victoire dans le Prix de Normandie 2002), double lauréate classique sous la selle et grand-mère, en l’espèce, de nos deux sujets.

Firello 1’11’’ (Goetmals Wood), lundi, puis Hurella 1’15’’ (Offshore Dream), jeudi, ont ainsi mis en lumière, pour le même élevage de Magali Moureaux et sous les mêmes couleurs de Michel Moureaux, la descendance de Jirella 1’13’’ a.-m. (Cèdre du Vivier).
Une Jirella qui compte quatorze victoires et presque un million d’euros de gains, ayant réussi le doublé du Prix de Normandie et du Prix des Elites, la même année, avant de se placer dans le Prix de Cornulier, à deux reprises (troisième de Joyau d’Amour, en 2003, puis de Jag de Bellouet, en 2004), et même dans le Prix de Paris, à l’attelage (deuxième d’Insert Gédé, en 2003).
Or, Jirella était déjà entraînée par Jean-Michel Bazire, pour le compte de Michel Moureaux. Poulinière, elle aura une dizaine de produits, parmi lesquels les deux femelles les plus performantes furent Urella 1’12’’ (Ganymède) et Sirella 1’12’’ (Love You). Urella a gagné neuf courses, y compris au niveau Groupe III, dans les Prix d’Avignon, Pierre Van Troyen et Helen Johansson, pour 380.000 euros de gains. Elle se trouve être, aujourd’hui, la mère d’Hurella.
Quant à Sirella, lauréate de cinq courses, pour un peu moins de 100.000 euros, elle est celle de Firello, mais aussi de Desperado 1’11’’ (Késaco Phédo), gagnant de huit courses et de près de 250.000 euros.

Un achat déterminant

A l’origine de ces multiples distinctions, on trouve Eversion 1’21’’, née il y a cinquante ans, au sein de l’élevage Faucon, et que Jean de Mondesir acheta, au sortir de l’entraînement, pour une somme « rondelette », selon sa propre expression, mais qui le lui rendit bien : « Ma profession dans le négoce et la transformation de la viande m’a fait connaître beaucoup de gens, tels Maurice de Folleville et Jean-Pierre Faucon. C’est chez ce dernier que j’ai achetée, en son temps, Eversion. Ce fut, pour mon élevage, une acquisition décisive.
La jument avait été accidentée, mais elle avait eu le temps de gagner plusieurs courses, notamment à Paris. D’ailleurs, Jean-Claude Hallais, qui la connaissait bien, travaillant avec les Faucon, m’avait dit qu’elle était toute bonne. Elle était, de surcroît, la sœur de la classique Version F. »
Celle-ci, fille de Nestoc, participa, en effet, de l’élite de sa génération, remportant deux semi-classiques, soit les Prix Ariste Hémard et Jean Le Gonidec, se plaçant dans plusieurs autres, comme deuxième des Prix Phaéton et Roederer ou comme troisième des Prix de Croix et Jockey, et, plus encore, se classant troisième de Verdict et Volnay II dans le Critérium Continental et cinquième d’une édition du Prix de Sélection.
Au haras, c’est Eversion – par le très influent Hermès D, davantage porteur, génétiquement, que Nestoc– qui allait prendre le relais de Version F sur la piste, comme le souligne Jean de Mondesir : « Elle a été une matrone exceptionnelle, mettant bas seize produits, dont quatorze de suite, parmi lesquels les classiques et propres frères, par Feu Vert, Querfeu et Bigfeu. Eversion a aussi eu le mérite de me laisser un grand nombre de femelles, dont descendent, entre autres, les classiques Jirella, Garinella et Cyprin d’Erable, de même que les semi-classiques Hasting, vainqueur du Prix Jockey, devenu un étalon intéressant, Ile Saint Louis, Nigella, Oh James, Tirello, Urgos, Vive Majyc, Albion, etc. »
Outre Jirella, la contribution classique d’Eversion se compose ainsi des frères Querfeu 1’17’’ a.-m. et Bigfeu 1’15’’, de la placée du Critérium Continental Garinella 1’14’’ (Workaholic) et du placé du « Président », vainqueur également du Groupe II Prix René Palyart, Cyprin d’Erable 1’13’’ m. (Prodigious). Le plus titré d’entre eux est Querfeu, qui s’imposa dans le Prix de Vincennes, en 1985, puis fut le dauphin de la championne Queila Gédé dans le Prix du Président de la République. Vainqueur à l’échelon semi-classique, Bigfeu se plaça, quant à lui, dans ces deux courses.

And Arifant 1'16''5 Sharif Di Iesolo (IT)
Goetmals Wood 1'11''9 Infante d'Aunou 1'16''2
Tahitienne Kimberland (US)
FIRELLO 1'11''5 Oligiste
Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Sirella 1'12''8 Guilty Of Love 1'17''1
Jirella 1'13''5 Cedre du Vivier 1'13''5
Chassarella 1'22''0
Reve d'Udon 1'12''8 Ejakval
Offshore Dream 1'11''4 Mavia du Vivier
Enfilade 1'19''4 Tarass Boulba (US) 1'18''8
HURELLA 1'13''3 Tableau (US)
Ganymede 1'11''4 Buvetier d'Aunou (US) 1'14''4
Urella 1'12''2 Udames
Jirella 1'13''5 Cedre du Vivier 1'13''5
Chassarella 1'22''0
A voir aussi :
...
Prosperous tout en puissance

S'il s'est déjà imposé sur la grande piste de Vincennes, qui plus est sur le parcours des 2850m., le 7 ans suédois Prosperous (Prodigious) semble quand même plus dans son élément sur une piste plate comme celle ...

Lire la suite
...
Trophée Vert : les cartes sont rebattues

À six semaines de la finale du Trophée Vert à Craon (le 6 septembre), le dénouement du circuit sur les meilleures pistes en herbe est loin d’être connu. En effet, Détroit Ace, le maillot jaune, est sur la touche ...

Lire la suite
...
Vendredi soir : de Cagnes à Pornichet

La nocturne de vendredi à Cagnes-sur-Mer a débuté par un nouveau succès d'un 3 ans de l'écurie des frères Martens, à savoir Iron Cash (Ready Cash) qui, après avoir poussé à la faute l'animateur, Ironique (Cristal Money), à l'entrée ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite