... © Aprh
Actualité - 04.12.2022

Jean-Michel Bazire, le champion hors-norme du GNT

Campionissimo ! Hors du commun. Hors norme. Si les formules les plus élogieuses fusent depuis longtemps à l'adresse de Jean-Michel Bazire et de ses exploits, l'homme a ajouté dimanche une nouvelle ligne d'exception à son palmarès. Il a remporté le Prix Maurice de Folleville - Finale du Grand National du Trot ParisTurf (Gr.2) avec Gently de Muze. Cela n'a en soi pas une importance démesurée dans le palmarès du driver français le plus titré de tous les temps, vingt fois Sulky d'Or. Et pourtant ce titre compte si on le met perspective. JMB décroche ce dimanche sa septième Finale consécutive du GNT sous statut d'entraîneur. Personne ne peut dire mieux bien sûr.

L'histoire du Grand National du Trot s'écrit souvent longtemps à l'avance. Au sujet de cette finale, désignée comme objectif pour Gently de Muze (Perlando), cela fait quasiment six mois qu'elle occupe l'esprit de Jean-Michel Bazire qui déclare sur Equidia : "On attend ce moment-là depuis sa victoire de Toulouse (N.D.L.R. : le 22 juin 2022 dans la septième étape). C’est un peu stressant même si on a l’habitude." Tout a été organisé ensuite pour amener le cheval au mieux sur l'épreuve. Par la grâce d'un déroulement de course limpide et idéal, le représentant du Belge Yannick Desmet s'est montré impérial dans le final. JMB nous a lui-même fait revivre sa course : "Aujourd’hui il m’a embêté au heat, comme la fois dernière, et j’ai décidé de changer son embouchure. Il s’est tendu un peu devant les tribunes mais, ensuite, c’était bien. On a eu une bonne course dans une épreuve qui s’est décantée à la fin de la descente et l'entrée de la plaine. J’ai ensuite décidé de relayer Gamay de l’Iton et de faire la montée gentiment. À mi-tournant, j’ai démarré mais c’est dur de décrocher Goéland d’Haufor quand il est en forme. On a réussi à prendre deux ou trois longueurs et ensuite c’était fini."
C'était fini et pourtant cela n'a fait que commencer pour le propriétaire Yannick Desmet, ému aux larmes pour sa plus grande victoire à ce jour.
Yannick Desmet : "C'est énorme pour moi"
Après la victoire de son représentant (sur lequel il est associé avec des amis et éleveurs du cheval), Yannick Desmet étreint à tout-va. Il est heureux et a du mal à retenir des sanglots d'émotion. Il nous confie : "C’est énorme. Jean-Michel Bazire, c’est un crack. Il est hors du commun. Le cheval est très bon mais le pilote est super aussi. Je vis tellement pour les chevaux. Je n’avais jamais remporté un Groupe 2 dans ma vie. Je suis tellement heureux aujourd’hui (Yannick Desmet ne peut contenir des larmes de bonheur) de remporter une grande finale comme ça. En plus, je partage ça avec quelques copains et les deux éleveurs du cheval, Lieven Lannoo et Joris de Brabander. Je me souviens encore quand je m’occupais de Gently. Après un travail à la plage, j’avais dit à Lieven Lannoo, ce n’est pas un cheval pour moi mais pour un top entraîneur. Je l’ai emmené chez Jean-Michel Bazire et il a fait le travail que l’on sait."

Un dénouement limpide
La domination de Gently de Muze, tant elle a été nette, ne suscite pas de réserve ou d'évocation d'une autre dénouement possible. C'est ainsi que Christian Bigeon, dont le représentant Goéland d'Haufor (Voltigeur de Myrt) a pris la deuxième place, nous partage son analyse : "Goéland a fait une très belle course. Après avoir été en mode récréation la dernière fois à Mauquenchy, il était en éveil aujourd’hui et déferré des quatre pieds, une configuration qui le rend plus tonique. Il est dans son jardin à Vincennes, est battu par meilleur et réalise une très belle valeur."




8e | FINALE GRAND NATIONAL DU TROT PARISTURF
Att - 2850 m - Groupe 2 - 150 000 €
GENTLY DE MUZE 1'13"3
Perlando x Obade Mancellerie (Halimede)
Driver : J.-M Bazire - Entraîneur : J.-M Bazire
Propriétaire : Y. Desmet - Eleveur : J. de Brabander
2e Goeland d'Haufor 1'13"5 Voltigeur de Myrt x Santa Haufor
3e Edy du Pommereux 1'13"6 Niky x Kubrune
4e : Fakir de Mahey - 5e : Echo de Chanlecy - 6e : Fine Colline - 7e : Farah des Caux

Le meilleur élément d'une fratrie bien fournie

Gently de Muze est né de l’union entre Perlando (Giant Cat) 1’11’’8 et Obade Mancellerie (Halimède) titulaire de 2 victoires et et qui a terminé sa carrière avec presque 48.000 € de gains. Gently de Muze est le 7e des 10 produits de la fille d’Halimède (Buvetier d’Aunou) et est le frère, entre autres, d'Un de Muze (Capriccio), dont les gains s'élèvent à 133.2538€, d’As de Muze (Jag de Bellouet), qui affiche pour sa part 182.340 € de gains, et de Docteur de Muze (Jag de Belllouet), riche de 136.622 € de gains. C'est la famille du vainqueur semi-classique monté Major de Tillard (Quioco), lauréat du Prix Lavater 1982.

Une neuvième victoire pour Jean-Michel Bazire dans la Finale du GNT
Depuis le sacre d’Aubrion du Gers dans l’édition 2016, aucun Prix Maurice de Folleville – Finale du GNT ParisTurf n’a échappé à un candidat présenté par Jean-Michel Bazire. Sur ces sept derniers titres (avec, du plus ancien au plus récent : Aubrion du Gers (2016), Bel Avis (2017), Blé du Gers (2018), Cleangame (2019 et 2021), Elie de Beaufour (2020) et Gently de Muze (2022)), le professionnel a piloté lui-même cinq des vainqueurs, seuls Blé du Gers et Cleangame, en 2019, ayant été confiés à respectivement Alexandre Abrivard et Eric Raffin. Au total, depuis 2002 et une première apparition au palmarès avec Général du Lupin en tant que driver, Jean-Michel Bazire comptabilise un total de neuf victoires, tant dans le tableau des drivers que dans celui des entraîneurs.

Du côté du Tracking : Gently de Muze aussi
S'il n'a pas réalisé le meilleur dernier kilomètre (en 1'11''5), un titre à l'apanage en retrait de Farah des Caux (Isigny de Montfort) en 1'10''2 (7e), Gently de Muze détient le meilleur temps dans les 500 derniers mètres en 1'10''0. Tout près de lui, toujours sur le segment des 500 derniers mètres, on note les 1'10''2 de Fine Colline (Village Mystic), sixième, les 1'10''3 d'Edy du Pommereux (Niky), troisième, et les 1'10''3 de Fado du Chêne (Singalo), onzième. Très satisfait du comportement d'Edy du Pommereux, son entraîneur Sylvain Roger nous a déclaré : "Il fait une magnifique course. David (Thomain) lui a donné un parcours sur mesure en se faisant ramener jusque dans le dernier tournant. Le cheval a très bien fini. Aujourd’hui, je lui voyais plutôt la cinquième ou sixième chance de la course mais il s’est encore surpassé. Il répond toujours présent. On va maintenant essayer de lui trouver des bons engagements dans des courses où il n’aura pas à rendre 25 mètres. Il pourrait courir à Vincennes ou à Cagnes en fonction des engagements."


LE TITRE DE L'ANNÉE POUR ECHO DE CHANLECY

Auteur d'une belle fin de course, Echo de Chanlecy (Quinoa du Gers) a conclu cinquième. Sachant la leader du classement général, avant cette finale, Eire d'Hélios (Ni Ho Ped d'Ombrée) neuvième, il décroche le titre de l'année sur le fil. La satisfaction est grande pour son mentor Eric Blot : "C’est super de remporter le titre de l’année. En plus, on a mis l’ambiance avec les supporters. Le cheval court une nouvelle fois très bien. Il "marche" 1’13’’2. Il n’y a rien à redire. Il est battu par quatre chevaux qui s’élançaient devant lui et a réalisé une super ligne d’arrivée. Tony (Le Beller) l’a très bien drivé et il n’y a vraiment aucun regret."

La bonne ambiance du club des supporters
Les tribunes voyaient rouge ce dimanche à Vincennes. Le rouge de la casaque d'Echo de Chanlecy pour lequel un véritable club de supporters s'était constitué. Il s'agissait de soutenir le représentant d'Eric Blot dans la quête du titre national. Mission réussie avec banderole et encouragements sonores à l'appui. Sur cette initiative, venue de l'Ille-et-Vilaine et des confins de la Mayenne, l'entraîneur nous dit : "J’ai plusieurs amis qui s’en sont occupé. Tout s’est organisé avec le PMU de La Guerche (de Bretagne) et tout le monde s’est vite pris au jeu. Pour certains, c’est l’occasion de découvrir Vincennes. Avec une telle ambiance, remporter le classement c’est encore plus magnifique." Des encouragements auxquels n'a pas été insensible Tony Le Beller aux commande d'Echo de Chanlecy : "Cela nous a amusés. L’ambiance était sympa. Le cheval mérite de remporter le circuit car il a participé de nombreuses étapes et récolte avec son titre le fruit de son travail. Eric (Blot) mérite aussi cette récompense car il a patiemment façonné son cheval et a réalisé un travail d’orfèvre."
© Aprh

A voir aussi :
...
Il faut reprendre Jewel de Banville

Remporté l'an dernier par Idaho à la Bruyère (Quido du Goutier), le Prix de Dozulé (Gr.3) réunit chaque année des bons chevaux âgés de 4 ans sous la selle. Dôté de sérieux moyens, Jewel de Banville (...

Lire la suite
...
L'Europe du trot
proposera 101 Groupes 1 en 2023

La tendance est à la reconduction de l’offre 2022. Après avoir atteint et finalement dépassé 100 Groupes 1 l’an dernier, le calendrier international européen reprend la même structure et annonce 101 Groupes 1 en 2023. Telles sont les données actuellement à ...

Lire la suite
...
Hulken Sisu montre un tout autre visage

Arrivé dans la team "Bazire" il y a environ deux mois, Hulken Sisu (Readly Express) avait laissé une impression correcte pour ses premiers pas pour son nouvel environnement dans le Prix d'Amérique Races ZEturf Q#4-Prix Ténor de ...

Lire la suite
...
Héroïne des Landes fait la différence pieds nus

Il fallait remonter au 2 février 2022 pour trouver la dernière fois que Sébastien Hardy avait déferré des quatre pieds Héroïne des Landes (Opium). Cette date correspond aussi à sa dernière course à Vincennes. Pieds nus ce ...

Lire la suite