... © Aprh
Actualité - 18.12.2022

Le sacre d'une vie, des déluges d'émotion

LES GRANDS FAITS DU JOUR DE L'ETRIER LE PLUS LONG

Le sacre ou le cheval d'une vie est une formule qui est revenue plusieurs fois ce dimanche à Vincennes lors de la réunion inaugurale des premières Qualifs aux Cornulier Races. Du triptyque de Groupes 1 sous la selle, Jessy de Banville (Boccador de Simm) a lancé la journée sous la formule "cheval d'une vie" dans la bouche de l'entraîneur Christophe Clin qui connaît, tout comme le jockey Florian Desmigneux et le propriétaire François Pourrier, son premier sacre classique. L'émotion particulière a aussi fusé des propos de l'entourage d'Idéale du Chêne (Bird Parker), la lauréate de la Cornulier Races Qualif#1-Prix Jag de Bellouet (Gr.1), qui retrouve un titre de Groupe 1 un an jour pour jour après son premier dans le Prix... de Vincennes. Yvonne Guedj, Julien Le Mer et Paul Ploquin ont tous exprimé leur pensée envers Claude Guedj, l'homme qui a construit le label du Chêne, disparu en février dernier et dont on peut parler ici du premier Groupe 1 posthume. Le cheval d'une vie a refait son apparition enfin à l'arrivée de la Cornulier Races Qualif#2-Prix Bilibili (Gr.1). Hanna des Molles (Village Mystic) a honoré à sa façon son ancien compagnon d'entraînement, faisant dire à Laurent Abrivard : "Bilibili a été grand champion et le cheval d’une vie."

Un jour dominé par les pouliches et/ou juments
Avec trois Groupes 1 remportés par trois femelles (Jessy de Banville, Idéale du Chêne et Hanna des Molles), ce sont bien les pouliches et juments qui sont les grandes gagnantes du jour. Plus que cela, le Prix Jag de Bellouet compte sept pouliches à ses sept premières places et le Prix Bilibili cinq aux cinq premières places. C'est dans les rangs des 3 ans, avec la deuxième place de Jubilé Prior (Prince de Montfort), qu'on trouve le premier mâle classé.

L'étalon du jour : Bird Parker
Père d'Idéale du Chêne, Bird Parker a aussi vu He And Me remporter le Prix Général du Pommeau en fin de réunion. Il est le seul à avoir réalisé un doublé ce dimanche.



L'entourage du jour :
Celui de Jessy de Banville : l'entraîneur Christophe Clin, le jockey Florian Desmigneux et le propriétaire François Pourrier. Un premier sacre classique est évidemment un moment à part.

Les déceptions du jour :
J'Aime Le Foot (Boccador de Simm) n'a jamais vraiment donné l'illusion d'être un gagnant en puissance ans le Prix de Vincennes (Gr.1) avant sa faute dans le dernier tournant où il baissait de rythme. Dans la Cornulier Races Qualif#1-Prix Jag de Bellouet (Gr.1), Intuition (Brillantissme) n'a pas non plus produit son final attendu. Elle se classe quatrième à nette distance des deux premières, Idéale du Chêne et Ina du Rib.

La phrase du jour (ci-dessous) :

Quand mon mari est parti, c’était l’évidence même de continuer son œuvre.
Yvonne Guedj

© Aprh
Prix de Vincennes

L'INCROYABLE REMONTÉE DE JESSY DE BANVILLE
Dans un Prix de Vincennes où il a fallu s'y reprendre à plusieurs reprises pour valider le départ, Jessy de Banville a effectué une "remontada" impressionnante pour aller chercher son premier Gr.1. Après avoir perdu plus de 35 mètres sur une faute initiale et toujours aussi loin aux mille mètres, elle ne doit son succès qu'à elle-même dans un scénario à rebondissements, parmi lesquels la disqualification de J'Aime le Foot dans le dernier tournant alors qu'il était dominé. L'émotion n'en a été que plus grande pour Christophe Clin, son entraîneur, Florian Desmigneux et François Pourrier, ses jockey et propriétaire.

Au moment où le départ de ce premier Groupe 1 de la réunion était tout juste validé, l'entourage de Jessy de Banville avait déjà fait une croix sur la course. Que ce soit Florian Desmigneux en selle sur la fille de Boccador de Simm, Christophe Clin en tribune et François Pourrier devant son écran de télévision en Guadeloupe, pour tous ce Prix de Vincennes était déjà terminé alors qu'il avait à peine commencé. Comment espérer en effet remporter un Groupe I en accusant un retard de 37 mètres dans la partie initiale ? "Je n’y croyais plus. La course était faite pour moi, confie l'entraîneur normand. Je suis passé par toutes les émotions." Impossible alors d'imaginer les effusions de joie qu'il partagera avec sa femme et ses filles à l'arrivée. Sur la piste, Florian Desmigneux est dans le même état d'esprit. "Je me suis dit que c’était fini, que j’avais perdu la course même si ce n’était pas un pénalty, revient le pilote qui devait finir par se croire maudit dans les Groupes 1. Elle est spéciale en partant. Le premier départ, elle a déjà volté au galop, heureusement il y a eu la sirène. J’étais content d’avoir une deuxième chance. Mais la deuxième chance n’a pas été mieux. Mais j’ai quand même réussi à la remettre." La position de Jessy de Banville ne s'est pas beaucoup améliorée quand elle a passé le poteau des 1 500 mètres, au contraire même, puisqu'elle pointait encore à 39,5 mètres ! Ce ne sont pas les quelques petits mètres gagnés à celui des 1 000 mètres qui changeaient quelque chose à l'affaire alors que Joyeuse (First de Retz) relayait Jodianne Deschoot (Voltigeur de Myrt). "Avec ce scénario, il n’y avait plus qu’à essayer de prendre une place pour sauver les meubles et limiter la casse, poursuit Florian Desmigneux. En plaine, j’avais du mal à suivre mais je ne me suis pas affolé. J’ai commencé à me rapprocher dans la montée. Je sais que, quand on lui débouche les oreilles, elle réagit vraiment très bien. C’est ce que j’ai fait à l’intersection des pistes."
3e | PRIX DE VINCENNES
M - 2700 m - Groupe 1 - 240 000 €
JESSY DE BANVILLE 1'13"3
Boccador de Simm x Raquel Ouest (Cygnus d'Odyssee)
Jockey : F. Desmigneux - Entraîneur : Ch. Clin
Propriétaire : F. Pourrier - Eleveur : G.A.E.C. du Petit Banville
2e Jubile Prior 1'13"3 Prince de Montfort x Dotation Prior
3e Jakartas des Pres 1'13"3 Scipion du Goutier x Union des Pres
4e : Joyner Sport - 5e : Jaguar du Goutier - 6e : Junon - 7e : Jodanne Dieschoot

Une descendante de Hémevèze

Du côté maternel, Jessy de Banville descend de la poulinière phare de l’élevage du regretté Jean-Raoul Deshayes, Hémevèze 1’26’’ (1973-Kéomiko), laquelle est sa cinquième mère. Elle est le septième et dernier produit répertorié de Raquel Ouest 1’25’’ (Cygnus d’Odyssée), en même temps que son deuxième vainqueur, après la plus modeste Enora de Banville 1’16’’ (Soleil d’Enfer). Comme Kalamity d’Héripré, lauréate ce dimanche du Prix Une de Mai (Gr.2), Jessy de Banville est inbred sur Workaholic (5x3).

Rieussec 1'12''9 Goetmals Wood 1'11''9
Boccador de Simm 1'12''6 Ironie Jet 1'15''0
Poupee Charmeuse 1'14''4 Hetre Vert
JESSY DE BANVILLE Erika Charmeuse
Cygnus d'Odyssee 1'13''9 Workaholic (US)
Raquel Ouest Nymphe d'Odyssee 1'17''5
Jilta 1'18''2 Arnaqueur 1'13''4
Except You
© Aprh
Difficile pour autant de voir dans la pouliche de François Pourrier celle qui allait succéder à Idéale du Chêne (Bird Parker) au palmarès de ce Prix de Vincennes. Mais l'espoir reprend dans son clan. "Dans le dernier tournant (N.D.L.R. : Jessy de Banville est alors à un plus de 13 mètres des premiers), je me suis dit qu’il y avait peut-être la possibilité de prendre une bonne place. À l’entrée de la ligne droite, on voit qu’elle vient sur eux, commente élogieux Christophe Clin. Elle ne cale pas, elle a un moteur. Si elle restait au trot, je pensais qu’elle ne serait pas loin des favoris. Elle a une mise en jambes un peu compliquée des fois, ça a été le cas aujourd'hui."

Au final, c'est encore Boccador de Simm qui gagne
Il y avait deux produits de Boccador de Simm 1’12’’ au départ de ce Prix de Vincennes et il faut bien dire qu’on attendait davantage J’Aime le Foot 1’12’’ m. que Jessy de Banville 1’13’’ m. sur la première marche du podium. Toujours est-il que Jessy de Banville est le troisième vainqueur de Gr.1 engendré par le fils de Rieussec 1’12’’, au sein de la génération des seuls actuels 3 ans, après le susnommé J’Aime le Foot (Saint-Léger des Trotteurs) et, surtout, le champion attelé Just A Gigolo 1’11’’ (4 Gr.1).

Alors que Julien Balu avec Jakartas des Prés (Scipion du Goutier) et Aurélien Desmarres avec Jubilé Prior (Prince de Montfort) se sont certainement et légitimement tour à tour vus passer le poteau en tête, c'est donc Jessy de Banville qui a raflé la mise en étant la plus rapide dans les 200 derniers mètres en 1'11''5. "À l’entrée de la ligne droite, j’ai pensé pouvoir aller chercher une quatrième voire une troisième place, débriefe Florian Desmigneux. J’ai commencé à y croire. Maintenant qu’on était là, il fallait aller au bout."
Dans un chrono tout proche du record de la course (1'13''3 contre 1'13''2), cette pouliche qui ne fait que progresser depuis des mois offre donc à son entourage un premier Groupe 1, le second pour l'élevage de la famille Duprey (GAEC du Petit Banville) un peu plus d'un an après celui de Ganay de Banville (Jasmin de Flore) dans le Prix de l'Étoile. "Je ne sais pas si je réalise. Courir à ce niveau c’est bien mais gagner c’est merveilleux", lâche Christophe Clin. Un soulagement pour son jockey qui, s'il réalise sa meilleure saison avec 66 victoires et des premiers succès dans des Groupes 2 et 3 et donc maintenant dans un Gro.1, est passé par des moments plus difficiles : "J’avais été quatre fois deuxième à ce niveau et on me disait que je n’étais pas capable d’en gagner un. C’est un pied de nez à ceux qui ne m’en pensaient pas capable".

De la frustration mais pas de déception
Quand l'arrivée d'un Groupe 1 est aussi serrée entre les trois premiers, on s'attend à ce que les battus (de si peu) soient déçus. Ce n'est pourtant le cas ni d'Aurélien Desmarres pour Jubilé Prior (Prince de Montfort), ni de Maxime Bézier pour Jakartas des Prés (Scipion du Goutier). "On n’ambitionnait pas un si bon résultat, donc on n’a aucun regret d’être battu de si peu, commente le premier. Être à Grosbois chez Jean-Michel Bazire lui a permis d’être plus réveillé. Du coup, il était vraiment tonique. C’est ce que l’on recherchait." "Il allait très facilement en haut de la montée mais, quand il a pris le meilleur, il a un peu rendu la main à son jockey, analyse le second. Le poteau était un peu trop loin. C’est dommage d’être battu de si peu mais on aurait signé avant pour une troisième place."
François Pourrier depuis la Guadeloupe
Quelques heures après l'élection de Miss Guadeloupe au titre de Miss France, la Guadeloupe est encore à l'honneur en quelque sorte. François Pourrier, le propriétaire de Jessy de Banville, est en effet installé là-bas depuis cinquante ans. C'est devant sa télé sur les coups de 7 heures du matin qu'il a vécu la course. "J'en suis encore tout bouleversé, nous répond-il. J'ai des chevaux depuis vingt-trois ans et c'est ma plus belle émotion ! Je suis aussi très content pour les éleveurs de la pouliche, la famille Duprey, que je connais très bien et à qui je l'ai achetée."

Je ne sais pas si je réalise. C’est merveilleux.
Christophe Clin

© Aprh
© Aprh
Qualif#1 Cornulier Races - Prix Jag de Bellouet

IDÉALE DU CHENE, LA PLUS FORTE ET LA MEILLEURE

Un an, jour pour jour, ou presque, après sa victoire dans le Prix de Vincennes (Groupe 1), Idéale du Chêne (Bird Parker) réédite dans le nouvellement créé Prix Jag de Bellouet-Cornulier Races Q1, s’octroyant, de la sorte, son deuxième Groupe 1. Un succès amplement mérité, pour cette pouliche, qui est de tous les combats depuis l’âge de 2 ans, à l’attelage, d’abord, puis sous la selle, où elle a intégré l’élite dès l’hiver de ses 3 ans.

La course a été fertile en émotions, avec la disqualification, d’entrée de jeu du très en vue Inshore (Real de Lou), vainqueur de la dernière épreuve préparatoire, le Prix Philippe du Rozier (Groupe 2), ainsi que celle de la débutante dans la spécialité, I Love Me (Love You). Ensuite, aux 1.000 mètres, c’est au tour d’Izoard Védaquais (Bird Parker), l’attraction de l’épreuve, présenté, pour la première fois, au trot monté, avec de grandes ambitions, de subir les foudres des juges. "Le "gaz", je l’ai, dira Eric Raffin, après coup. Mais le poulain a un petit problème d’allures. C’est dommage." Attentiste, à l’arrière-garde, Inès des Rioults (Carat Williams) se montre également fautive, mais parvient à éviter le pire et revient très bien finir, à la troisième place, laissant, toutefois, des regrets à son jockey, Benjamin Rochard : "Je pense que sa faute, en montant, me coûte la deuxième place..."

Qui m’aime me suive !

Pendant ce temps, Idéale du Chêne n’a attendu personne, prenant la tête dans la montée, sûre de son fait, et faisant le forcing en haut de celle-ci, pour ne plus s’en laisser conter, même par Ina du Rib (Uhlan du Val), pourtant venue facilement, dans son dos, à l’amorce du tournant final, mais devant finalement se contenter du premier accessit. Partenaire de celle-ci, Jean-Loïc-Claude Dersoir révèle à son propos : "Elle est en pleine progression. Elle a toujours eu de la classe, mais aussi des problèmes à un genou. J’espère que cela va tenir, car elle a une carrière à faire."

5e | CORNULIER RACES Q1-PRIX JAG DE BELLOUET
M - 2700 m - Groupe 1 - 200 000 €
IDEALE DU CHENE 1'13"
Bird Parker x Royale du Chene (Hello Jo)
Jockey : P. Ph. Ploquin - Entraîneur : J. le Mer
Propriétaire : Y. Guedj - Eleveur : Cl. Guedj
2e Ina du Rib 1'13"3 Uhlan du Val x Tina du Rib
3e Ines des Rioults 1'13"8 Carat Williams x Nelly des Rioults
4e : Intuition - 5e : Iliade Mesloise - 6e : Irina de Bailly - 7e : Ile Aux Moines

Le sceau de l’élevage Guedj

Idéale du Chêne est frappée du sceau de l’élevage Guedj, auquel ressortissent ses trois premières mères, à commencer par celle dont elle est issue, la semi-classique Royale du Chêne 1’13’’ (Hello Jo), qui fut, notamment, deuxième du Prix Ariste Hémard (Groupe 2). Elle est, par ailleurs, l’un des trois vainqueurs de Groupe 1 engendrés, à ce jour, par Bird Parker 1’09’’, avec Hussard du Landret 1’10’’ (Critérium des 5 Ans) et Izoard Védaquais 1’10’’ (Prix Ourasi). Son pedigree recèle un rare et bel inbreeding sur Mickey Viking (5x4).

Ready Cash 1'10''3 Indy de Vive 1'11''9
Bird Parker 1'09''5 Kidea 1'18''2
Belisha 1'16''0 Fakir du Vivier
IDEALE DU CHENE Benares
Hello Jo 1'14''7 Buvetier d'Aunou (US) 1'14''4
Royale du Chene 1'13''3 Rencoo 1'22''3
Imperiale du Chene 1'16''2 Cezio Josselyn (US) 1'12''2
Vie du Chene 1'16''5
Idéale du Chêne n’avait plus gagné, en vérité, depuis près de onze mois et son succès dans le semi-classique Prix de Pardieu (Groupe 2). Celui-ci avait été précédé, de peu, par son Prix de Vincennes victorieux. Avant quoi, il faut remonter au Prix Holly du Locton (Groupe 3), au début du mois de mars 2021, pour lui trouver un autre "petit bâton". Au total, en trente-deux sorties, la fille de Bird Parker compte six victoires. Pour le reste, ce ne sont, pratiquement, que des accessits, notamment dans le Prix des Elites (quatrième, puis troisième) et dans le Prix du Président de la République (quatrième). C’est beaucoup de constance, en fait, et d’abnégation. "Elle en a fait plier plus d’un, depuis le temps, résume son entraîneur, Julien Le Mer. Le propre des champions, c’est d’être toujours là, de durer. Elle a ce profil. C’est aussi la victoire de l’émotion, en hommage à Claude Guedj, à l’origine de l’aventure, sachant que Kobana, la quatrième mère d’Idéale du Chêne, fut sa première poulinière."

Yvonne Guedj, la veuve de Claude Guedj, qui a repris le flambeau, à la disparition de celui-ci, il y a un an, reconnaissait vivre là un grand moment : "Il doit être content, là-haut. Il nous manque, mais on est heureux. Quand il est parti, c’était l’évidence même de continuer son œuvre. Nous avons une bonne équipe, qui plus est. La course d’aujourd’hui a été préparée à la perfection et la récompense est là. C’est un jour à marquer d’une pierre blanche."
Paul Ploquin, partenaire d’Idéale du Chêne, vante les qualités de bravoure de sa pouliche : "C’est un succès on ne peut plus mérité. Elle est toujours là, ne dit jamais non. C’est mon cinquième Groupe 1 pour Julien Le Mer et la casaque Guedj. C’est une belle histoire. On gagne et on perd ensemble ! Cela parachève une vraie bonne année pour moi, au terme de laquelle j’espère, pourquoi pas, atteindre le cap des cent victoires (N.D.L.R. : Paul Ploquin affiche, pour l’instant quatre-vingt-treize succès, au cours du présent exercice.)."
En s’imposant dans ce Cornulier Races Q1-Prix Jag de Bellouet, Idéale du Chêne gagne son ticket pour une participation au Prix de Cornulier. Il semble, toutefois, que son entourage n’envisage pas de l’aligner dans le championnat du quatrième dimanche de janvier.

Intuition, passée de forme
Favorite au betting, la lauréate en titre des Groupes 1 Prix du Président de la République et des Elites, Intuition (Brillantissime), n’a pu conclure, ici, qu’au quatrième rang, suivant, un moment, Idéale du Chêne, mais ayant tôt fait de ne pouvoir soutenir la comparaison. Adrien Lamy, son jockey, analyse : "Ce n’est pas la jument de l’été dernier. Je n’ai jamais été vraiment dans la course. Dès le premier tournant, j’ai senti que ce n’était pas cela. Elle a le droit de demander à souffler, étant sur la brèche depuis un moment. En outre, son entraîneur me dit qu’il y a, peut-être, un virus qui sévit dans son écurie. A voir…"


Il doit être content, là-haut. Il nous manque, mais on est heureux.
Yvonne Guedj, rendant hommage à son époux disparu

© Aprh
© Aprh
Les 3 premières de la Qualif#1
Qualif#2 Cornulier Races - Prix Bilibili

HANNA DES MOLLES EN SOUVENIR DE BILIBILI

L'émotion est aussi au rendez-vous à l'arrivée du Prix Bilibili - Qualif#2 Cornulier Races (Gr.1). Non que les honneurs échoient pour la première fois à un entourage novice au niveau d'élite, comme ce fut le cas pour Christophe Clin et Florian Desmigneux grâce à Jessy de Banville dans le Prix de Vincennes (Gr.1). Avec Laurent et Alexandre Abrivard en artisans du sacre d'Hanna des Molles, on ne fait guère plus habitués des grands honneurs. Et pourtant... Cette victoire a un goût particulier dans leurs bouches.

Qu'est ce qui peut rendre ainsi Laurent et Alexandre Abrivard aussi émus, l'un comme l'autre, dans leur rôle respectif d'entraîneur et de pilote ? La réponse porte un nom : Bilibili. Avec Hanna des Molles (Village Mystic), ils remportent pour les couleurs de Jean-Louis Béraud la première édition du Prix Bilibili. Leur champion aux 15 victoires dont cinq Groupes 1, incluant deux Prix de Cornulier (Gr.1), a accompagné leur histoire récente de la plus belle des façons. Laurent Abrivard réagit d'abord en ces mots : "Bilibili nous a tellement apporté que c’est extraordinaire de lui rendre ainsi ce bel hommage aujourd’hui. C’est un grand champion et le cheval d’une vie. Il nous accompagne toujours évidemment. On voit ses produits arriver sur les programmes. C’est bien. C’est vraiment bien qu’on ait gagné la première édition du Prix Bilibili."
De son côté Alexandre Abrivard parle aussi du souvenir de son ex partenaire mais installe aussi ce succès dans la dynamique d'une saison exceptionnelle : "Gagner une course baptisée du nom de Bilibili procure beaucoup d’émotion. On a fait une grosse saison, moi comme l’écurie, et cette victoire couronne la très belle année. Tout était réuni aujourd’hui pour générer beaucoup d’émotion."

Une seconde carrière commence pour Hanna des Molles
Et si cette victoire de Groupe 1, la deuxième pour Hanna des Molles après son sacre dans le Critérium des 3 Ans en décembre 2020, était le signal de départ d'une seconde carrière, au monté celle-ci ? La jument est désormais invaincue dans la discipline en deux tentatives, après ses débuts victorieux en octobre dans le Prix Edmond Henry (Gr.2) aux dépens, déjà, d'Happy And Lucky (Ready Cash). C'est du moins l'avis du leader du classement de l'Etrier d'Or qui ajoute sur sa partenaire : "Hanna a trouvé quelque chose qui lui plaît au monté. Elle a une seconde carrière qui s’offre à elle. C’est une jument au caractère particulier qu’il faut vouvoyer. Avec elle, l’essentiel pour nous est de lui conserver sa souplesse. Il faut qu’elle reste bien musculairement."

7e | CORNULIER RACES Q2-PRIX BILIBILI
M - 2700 m - Groupe 1 - 200 000 €
HANNA DES MOLLES 1'11"9
Village Mystic x Ultimate Jet (Nuage de Lait)
Jockey : A. Abrivard - Entraîneur : L. Cl. Abrivard
Propriétaire : J. L. Beraud - Eleveur : SAS J. Management
2e Happy And Lucky 1'12"1 Ready Cash x Tosalima
3e Histoire d'Una 1'12"4 Bolero Love x Una Notte Galante
4e : Hotline de Carsi - 5e : Hannah - 6e : Hatchet Man - 7e : Hudson Vedaquais

Un inbred sur Armbro Glamour

Splendide pedigree que celui d’Hanna des Molles 1’11’’, chef-d’œuvre de la production de Village Mystic 1’11’’ et dont la grand-mère, la semi-classique Delmonica Jet 1’16’’ (Tarass Boulba), n’est autre que la sœur cadette d’un certain Coktail Jet 1’10’’. Or, Village Mystic est un petit-fils de ce dernier, en lignée mâle, ce qui confère à Hanna des Molles un bel inbreeding sur Armbro Glamour (4x3), génitrice tant de "Coktail" que de "Delmonica".

Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Village Mystic 1'11''1 Guilty Of Love 1'17''1
Netchka d'Orgeres 1'14''9 Full Account 1'13''2
HANNA DES MOLLES Falamine
Nuage de Lait 1'11''5 Defi d'Aunou (US) 1'11''3
Ultimate Jet 1'13''5 Harlotta 1'16''3
Delmonica Jet 1'16''0 Tarass Boulba (US) 1'18''8
Armbro Glamour (US)
Une épreuve hautement sélective
Sous l'impulsion d'Hatchet Man (Goetmals Wood) qui fait afficher la réduction d'1'11''2 à la marque du dernier kilomètre, l'épreuve n'a pas lambiné. Ce sont les meilleures qui l'ont emporté, celles qui ont produit l'effort final le plus soutenu. Les trois premières ont tout simplement été les plus rapides dans le dernier kilomètre : 1'12''4 pour Hanna des Molles, 1'13''1 pour Happy And Lucky et 1'13''2 pour Histoire d'Una (Boléro Love).

Un top-chrono et un futur qui passe par le Prix de Cornulier
En signant 1'11''9 sur les 2.700 mètres de la grande piste, Hanna des Molles signe un top-chrono, pas si loin du record établi pour les juments de 5 ans par Draft Life (Ubriaco) en 1'11''5 dans le Prix de Cornulier 2018 sur le même parcours. Le Cornulier pour laquelle Hanna des Molles dispose désormais d'une place réservée est aussi dans la bouche de Laurent Abrivard qui debriefe la performance sportive de sa pensionnaire en ces termes : Laurent Abrivard : "La jument a été parfaite. Tout s’est bien passé pour elle dans une épreuve qui a eu du rythme. Elle allait vraiment facilement en montant et Alex a pu la décaler quand il a voulu. C’est une bonne jument qui a toujours montré beaucoup de classe mais qui doit maintenant garder la forme. On a quelquefois du mal à la conserver au meilleur de sa forme."

Quelques regrets chez Adrien Lamy
Jockey d'Happy And Lucky, Adrien Lamy plaide coupable sur sa monte : "La jument a été très bonne mais le jockey peut-être un peu moins. Je pense que j’ai perdu la course dans le premier tournant. J’ai alors le choix de coller Hatchet Man ou de reprendre un peu et de laisser glisser Alexandre (Abrivard sur Hanna des Molles) devant moi. J’ai pris la décision de coller Hatchet Man avec Hanna des Molles dans mon dos. Si le scénario est inversé, la course n’était plus la même et on avait plus de chance de la dominer. Il reste qu’on est battus par une très bonne jument. Ma partenaire a été très bonne et n’a pas lâché le morceau mais Hanna des Molles est venue nous refaire pour finir. Je suis content car on a retrouvé la vraie Happy par rapport à ses deux dernières courses qui étaient un peu décevantes."

La belle histoire écrite par Histoire d'Una
Débutante sous la selle, Histoire d'Una monte sur le podium. Il s'agit d'un nouvel épisode lumineux pour une jument achetée 36.000 € en juin dernier à Angers, lors de la vente "Courses aux enchères". Son entraîneur Antoine Marion nous en dit plus : "L’histoire est belle car elle a été achetée par mon meilleur ami Baptiste Santamaria pour faire de l’élevage. Mais on voulait d’abord continuer sa carrière de courses. Comme elle est pratique, il faut la monter pour une place et venir au milieu des autres. C’était mon premier partant dans un Groupe 1 et cette troisième place vaut une victoire. C’est aussi le fruit du travail de toute mon équipe. Si elle dispose d’un bon engagement au monté, elle y retournera car son chrono est excellent (1’12’’4) sur une piste bonne mais pas forcément très rapide."

Hirondelle du Rib pas à l'aise sans protection aux pieds
Présentée cette fois déferrée, Hirondelle du Rib (Rolling d'Héripré) s'est vite montrée peu à l'aise. Fautive en entrant dans le premier tournant, elle a été vite disqualifiée. Si la condition de la représentante de Joël Hallais fait peu de doute (en bien), c'est la question du niveau de protection de ses appuis qui va être réétudiée par le professionnel avant une éventuelle participation au Cornulier.

C'est extraordinaire de rendre un si bel hommage à Bilibili.
Laurent Abrivard

© Aprh

A voir aussi :
...
Indigo de Fontaine sait tout faire

Irréprochable cet hiver à Vincennes à l'attelé en deux courses où il s'est imposé en cheval en retard de gains, Indigo de Fontaine (Niky) découvre le monté avec autant de réussite ce samedi. "Nous avons changé de spécialité ...

Lire la suite
...
Kipling Iron
est aussi performant au monté

Après deux premières victoires à l'attelé en province, Kipling Iron conserve son invincibilité ce samedi en débutant au monté pour ses premiers pas à Vincennes. Son entraîneur Tony Le Beller ne cache pas des ambitions de niveau Groupe ...

Lire la suite
...
Karma Quick élu "pépite du mois"

Il réalise un début de carrière sans fausse note et est même invaincu à Vincennes en deux tentatives à Vincennes où il a enchaîné deux succès en janvier. Cette carte visite a permis à Karma Quick (Unique ...

Lire la suite
...
Exposition médiatique et note
parfaite pour Granvillaise Bleue

Les Cornulier Races entrent dans une nouvelle ère. Après le sommet du Prix de Cornulier, voilà l'heure de la revanche dans le Prix de l’Île-de-France. En l'absence de la reine de la grande épreuve, Flamme du Goutier, les ...

Lire la suite