... ©Scoopdyga
Actualité - 27.12.2022

Horsy Dream, le "special horse" de la famille François

Le triomphe d'Horsy Dream dans la Qualif#4 des Prix d'Amérique Races ZEturf est de ceux qui peuvent revendiquer une longue histoire antérieure. On parle même de nouvelle consécration pour toute une famille du trot, dont le patronyme s'apparente à un prénom. La famille François est aussi connue grâce au label "Closet" et a goûté à la consécration classique il y a trente-et-un ans avec Atout du Closet. La génération suivante, avec Sylvain et Thomas, a pris le relais. La page se tourne mais le livre reste le même.

C'est une nouvelle histoire de passionnés que scelle la victoire d'Horsy Dream (Scipion du Goutier) dans le Prix d'Amérique Races ZEturf Qualif#4 - Prix Ténor de Baune (Gr.1). Le poulain qui défend les couleurs de l'Ecurie du Closet n'a pas connu une trajectoire rectiligne pour en arriver là. Il y a eu des virages, voire des chicanes, mais toujours la même conviction porteuse de son entourage. Sous le label de l'Ecurie du Closet, Sylvain et Thomas François sont donc des éleveurs propriétaires comblés et récompensés d'une passion qu'ils fusionnent à leur vie. Ces quinquas ont aussi été rejoints par leur ami Yann Pottier, propriétaire associé.
[En photo : Thomas et Sylvain François au premier plan de gauche à droite, Yann Pottier au second plan]

Le palmarès sélectif de la famille François sur deux générations, depuis Maryvonne et Alain jusqu'à Sylvain et Thomas
Atout du Closet (Mon Ouiton) : 1er du Critérium des 3 Ans en 1991. Drivé au pied levé par Jean-Marie Monclin, l'homme à qui tout réussissait à l'époque, Atout du Closet bat Aiglon d'Eau (Moktar) et Ancenit (Granit) à une cote supérieure à 50/1. La première chance de l'effectif de Léopold Verroken (l'entraîneur d'Atout du Closet), Auxerrois (Passionnant), préféré par Bernard Oger, est non placé.
Récia du Closet (Lulo Josselyn - 416.770 € de gains), Titan du Closet (Jag de Bellouet - 306.790 €), Rocket du Closet (Look de Star - 244.410 €), Oakwood du Closet (Goetmals Wood - 239.380 €), Ottimo du Closet (Biesolo - 226.370 €), Culture du Closet (Ozio Royal - 196.910 €), Joker du Closet (Off Gy - 180.739 €), Speaker du Closet (Elvis de Rossignol - 170.360 €), Keystone du Closet (Viking's Way - 138.094 €), Gunner (Boccador de Simm - 105.080 €

Un trio magique au septième ciel
Gérant de l'Ecurie du Closet, Sylvain François, 51 ans, est l'aîné de Thomas. Il laisse les décisions d'élevage à son cadet mais a vécu toute l'histoire familiale avec passion. Il nous a donné en partage ses émotions samedi, quelques minutes après le sacre d'Horsy Dream : "On a vécu la course avec sérénité. Nous étions "zen" même si rien n’était fait d’avance dans une course avec une opposition très forte. On avait confiance dans notre cheval et le résultat est juste magique. Je n’avais pas personnellement de doute sur sa compétitivité mais j’ai eu peur qu’il ne se retrouve piégé dans le final. On avait gagné il y a longtemps le Critérium des 3 Ans avec mes parents grâce à Atout du Closet en tant qu’éleveurs. Revivre ce moment-là aujourd’hui, c’est fabuleux. On est éleveurs associés sur Horsy Dream. C’est mon frère Thomas qui a fait le croisement. Avec Yann (Pottier), notre ami éleveur et copropriétaire d’Horsy Dream, on fait un trio magique."

Plus d'un an sur la touche avant son retour sous la coupe de Pierre Belloche
Toujours estimé et auteur d'une série initiale de quatre victoires à l'âge de 3 ans, alors sous la responsabilité de Philippe Billard, Horsy Dream affichait un bilan flatteur de cinq succès lors de ses six premières tentatives, dont trois à Vincennes. La machine à gagner va ensuite s'enrayer à 4 ans avant de connaître des soucis de santé. Il ne sera revu que cette année, cette fois sous la responsabilité de Pierre Belloche. Tout repart dans le bon sens avec un bilan de sept nouvelles victoires dans le cadre d'une montée en puissance vers le haut niveau. Thomas François revient sur ces épisodes de vie : "Horsy Dream a eu un parcours atypique en connaissant deux entraîneurs. Chacun d’eux a posé sa pierre à l’édifice. Il y a eu des signaux que j’ai reçus d’Horsy Dream, à certains moments, qui m’ont dit qu’il ne fallait pas insister sur certaines voies. Le jour où je l’ai vu dans l’écurie de Pierre Belloche avec son œil, son regard, son moral, je me suis dit : "il est tombé dans la bonne maison". Pierre, en plus, dès le premier jour, a eu les yeux de l’amour pour lui. Il a tout de suite senti qu’il avait un truc pas comme les autres. Ce que les Américains appellent le "special horse". C’est je pense un special horse. Je n’oublierai jamais les propos de la personne qui l’a débourré, Yves-Jean Le Bezvoet, qui m’a dit : "Si un jour on doit chatouiller le derrière d’un bon cheval, ce sera avec celui-ci." On a attendu et maintenant le moment est venu. Horsy Dream a toujours été très bon. On lui a laissé le temps."


Dès le 1er jour, Pierre Belloche a eu les yeux de l’amour pour lui.
Thomas François

©Scoopdyga
©Scoopdyga
Horsy Dream prend le meilleur sur Beads (à droite), Hohneck et Happy Valley. Héraut d'Armes est lui fautif en dehors.
Une bienveillance collective et la patience récompensée
Les succès actuels d'Horsy Dream sont véritablement le fruit d'un travail collectif nous déclare Thomas François : "Quand il a un petit souci qui l’a éloigné pendant un an, l’équipe du Haras de Rollon, Céline et Emmanuelle Kowal, a fait un travail extraordinaire. Avant, chez Fabrice Souloy (entraînement de Philippe Billard), Margot Billard a aussi fait un super travail. Il y a eu beaucoup de personnes qui se sont penchés sur Horsy Dream et, aujourd’hui, grâce à tous, le rêve est possible."

UN RÊVE QUI SE RÉALISE À PARTIR D'ELITE D'ATOUT

24h au Trot.- Vous êtes celui qui a imaginé le croisement. Sur quelles bases avez-vous conçu Horsy Dream ?
Thomas François.- Quand j’étais très jeune, avant même mon adolescence, j’ai pris le stud-book de mes parents. Je le connaissais tellement par cœur, qu'à 10 ans, mon surnom était stud-book... Et je me suis vite demandé : si un jour j’ai de l’argent, quelle jument j’achèterais pour construire un élevage ? J’avais sélectionné deux juments : Veillée Charmeuse et Elite d’Atout. Je suis allé voir Jean-Pierre Viel pendant des années pour Veillée Charmeuse mais il n’a jamais voulu me la vendre. Même démarche auprès de Jean-Etienne Dubois qui a fini par céder. J’ai alors concrétisé un rêve de gamin. Alors pourquoi Elite d’Atout ? D’abord parce qu’elle est la fille de Sugarcane Hanover, un pur américain qui avait battu Ourasi dans le March of Dimes. Et en France, son sang était très rare [lire par ailleurs]. Et comme j’ai toujours voulu faire très bien mais pas comme les autres, j’ai craqué pour elle. Elle était la seule à pouvoir m’offrir le sang de Sugarcane Hanover associé à la meilleure lignée des "Atout", une souche exceptionnelle. Ensuite j’ai marié Elite d’Atout à Prince Gédé pour avoir les sangs de Quioco, Ura et Kerjacques tout en récupérant celui de Jorky. Je voulais Jorky car j’avais remarqué que ses filles croisaient bien avec And Arifant, très accessible sur le marché. Du coup, je m’étais dit que, quoi qu’il advienne, si on obtenait une pouliche (N.D.L.R. : ce sera Bonanza du Closet), elle ferait une bonne mère. Cela m’a donné raison avec Horsy Dream en mariant Bonanza du Closet à un descendant d'And Arifant, Scipion du Goutier.

Pourtant, vous parlez d'une consécration collective avec Horsy Dream. Vous pouvez développer ?
Autour de moi, il y a beaucoup de gens qui m’ont fait confiance. Mon frère a mouillé sa chemise financièrement pour suivre et appliquer mes idées car il a toujours cru en moi. Yann (Pottier), notre associé dans l’élevage aussi. Quelque part, je me suis mis une pression importante tout seul. Je n’avais pas le droit de décevoir les autres. Il ne faut pas oublier Jean-Marie Deschamps qui a été le premier éleveur d’Horsy Dream. Il a aussi cru en moi à la base et a fait un très bon travail.

Sugarcane Hanover : une rareté sans Speedy Crown
Fils de Florida Pro (Arnie Almahurst) et d’une jument par Super Bowl (Star’s Pride), Sugarcane Hanover sort des sentiers battus américains. Il présente en effet la particularité d’être outcross sur Speedy Crown. Speedy Crown apparaît par exemple onze fois dans le papier du nouveau prodige US Walner (Chapter Seven) et six fois dans celui de Chapter Seven (Windsong’s Legacy). Il est à la base de la lignée mâle la plus active outre-Atlantique des dernières décennies qui passe par Speedy Somolli, Baltic Speed, Valley Victory, Muscles Yankee, Muscle Hill. De ce point de vue, Sugarcane Hanover est une singularité peu représentée en France (avec trois filles répertoriées : Cloda Josselyn, Darcana du Rocher et Elite d'Atout).

Similitudes entre Horsy Dream et Idao de Tillard
Entre les deux vainqueurs de samedi, que constate-t-on à l'analyse des pedigrees ?
■ Que les deux sont issus d'étalon né en 2006 (Scipion du Goutier et Sévérino), chacun vainqueur classique, et eux-mêmes fils d'un étalon né en 1994 (Goetmals Wood pour Scipion et Gobernador pour Sévérino).
■ Que leur mère est une fille d'un champion monté également titré à l'attelé (respectivement Prince Gédé et First de Retz) alors que leur grand-mère est fille d'un pur américain (Sugarcane Hanover et Workaholic).
Goetmals Wood 1'11''9 And Arifant 1'16''5
Scipion du Goutier 1'11''9 Tahitienne
Gissi James 1'14''5 Jet du Vivier 1'18''5
HORSY DREAM Sissi des Monts
Prince Gede 1'11''6 Sancho Panca 1'15''2
Bonanza du Closet Favorite Gede 1'16''7
Elite d'Atout 1'15''1 Sugarcane Hanover (US)
Kaline Atout 1'17''3
©Scoopdyga

A voir aussi :
...
Théo et Clément Duvaldestin,
frères d'A(r)mérique

Dans le Prix d’Amérique Races ZETurf Legend Race , il y a une course dans la course, celle des frères, Clément et Théo Duvaldestin, qui vont s’affronter, pour le compte de leur père, respectivement ...

Lire la suite
...
Kaparka ouvre facilement son palmarès

Première course du programme breton et déjà une belle impression laissée par Kaparka (Earl Simon). Le représentant de Thierry Duvaldestin s'impose d'autant plus facilement que son principal opposant Kong (Ecu Pierji) s'est perdu dans ses allures ...

Lire la suite
...
Koctel du Dain
une question de style

Le dernier tournoi au rôle de tremplin pour les mâles vers le Prix Comte Pierre de Montesson (Gr.1) réunira une forte délégation internationale. Le Prix Paul Viel (Gr.2) compte pas moins de sept candidats étrangers, ...

Lire la suite
...
Kalamity d'Héripré
découvre de nouvelles rivales

À trois semaines du premier grand rendez-vous classique proposé aux 3 ans, le Prix Roquépine (Gr.2) offre une ultime possibilité de se tester entre elles aux meilleures pouliches du moment. La hiérarchie qui a émergé ces dernières semaines sera ...

Lire la suite