...
Actualité - 14.11.2020

L'élite des 3 ans : renouvellement dans la continuité

Le samedi qui lançait le compte à rebours vers les grandes échéances de fin d'année pour les 3 ans a plutôt conforté les positions déjà acquises lors des dernières semaines. Il a aussi permis d'introduire un zeste de renouvellement dans les hiérarchies qui restent solides. Le champion des 3 ans Helgafell a ainsi été dominé dans le Prix Abel Bassigny par un étincelant Hohneck. Le premier est battu avec certains honneurs et des explications recevables quand le second égale le record absolu des 3 ans sur le parcours. Un chassé-croisé nullement surprenant. Renouvellement dans la continuité, voilà bien l'impression générale de la journée.

Aucun des éléments les plus attendus n'a totalement déçu ce samedi. À une exception près, celle d'Havana d'Aurcy (Royal Dream), rapidement fautive et qui n'a pu être jugée. La pensionnaire de Jean-Michel Bazire nous maintient dans le camp de l'incertitude à son sujet. Où en est-elle vraiment ? Reverra t-on un jour la pouliche du premier semestre, dominante à l'envi ? Cette question n'a pas trouvé de réponse dans le Prix Reine du Corta (Gr.2) qui a, par contre, confirmé toutes les autres assertions en cours dans le tableau féminin des 3 ans attelées. D'une part, Hirondelle Sibey (Gazouillis), la lauréate, confirme sa montée en gamme dans le domaine du mental. Elle est dorénavant devenue fiable et répète ses performances. C'est bien l'actuelle numéro 1 des pouliches, au moins sur le créneau des "courtes" distances (celui des 2 175 mètres à Vincennes). Mais depuis qu'elle se gère mieux en course et est capable d'attendre, ce point de la distance n'inquiète nullement son entraîneur Jean-Michel Baudouin qui nous a confié : « Certes, elle excelle sur courte distance mais, sur plus long, ce ne sera surtout pas un souci pour elle. » Et comme souvent, dans ce genre de tournois, beaucoup trouvent matière à satisfaction. C'est ainsi qu'Alexandre Abrivard, au sulky de la deuxième, Hanna des Molles (Village Mystic), explique : « Je suis très content. On n’a fait que pousser la gagnante dans la ligne droite mais on aura notre revanche. » Et le positif est aussi dans les propos de Franck Nivard à propos d'Hunter Valley (Charly du Noyer), troisième, qui effectuait ses débuts dans cette catégorie : « Elle a peu couru par rapport à ses adversaires du jour et n’est pas assez endurcie. Pourtant, elle se comporte très bien et va encore progresser là-dessus. Elle montre qu’elle a le niveau des meilleures, qu'importe la distance et la piste. »

Passons aux mâles réunis dans le Prix Abel Bassigny (Gr.2) avec comme héros du jour Hohneck (Royal Dream). Le poulain s'est montré exceptionnel pour égaler le record du parcours pour un 3 ans en 1'12''0, partagé antérieurement par Biche du Clos et Billie de Montfort depuis 2014. Mais aucune surprise de la part d'un élément en plein épanouissement, y compris sur le fait qu'il prenne l'ascendant sur Helgafell (Charly du Noyer).
La drôle de performance d'Hohneck : tout sauf une surprise
Si le succès d'Hohneck dans le Prix Abel Bassigny couronne une nouvelle fois la méthode et l'effectif de Philippe Allaire, il concrétise le potentiel d'un poulain qui s'était déjà imposé au niveau semi-classique durant l'été et déjà devant Hooker Berry (Booster Winner). Ce véritable élément témoin de sa génération produit lui aussi sa valeur ce samedi en concluant deuxième - dans le même chrono record de 1'12''0 qu'Hohneck. S'il y a une contre-performance, c'est sans doute du côté d'Helgafell (Charly du Noyer) qu'il faut regarder. Mais contre-performance est inadéquat pour un poulain qui signe 1'12''2 et a été contraint de s'installer tôt en tête pour relayer Hédé Darling (Password) qui a présagé de ses forces. Et Philippe Allaire a tout de suite réagi, comme pour s'excuser, nous expliquant : « Helgafell a dû venir un peu tôt mais il a bien tenu sa partie. L’autre jour, il a gagné facilement sans faire de vraie course et, aujourd'hui, il soufflait après la course. J'ai aussi trouvé qu'il avait la jambe lourde aujourd’hui. C’est un peu une deuxième tentative de rentrée si on peut dire. Elle va lui faire du bien. Le cheval va certainement pouvoir être allégé et muni d'un débouche-oreilles pour le Critérium. » On imagine que le professionnel va corriger le tir dans les prochaines semaines et, sans doute, monter dans les tours avec Helgafell au sujet duquel il ajoute encore : « On n’aime pas voir un tel cheval perdre. Mais on sait aussi qu’un cheval ne peut pas tout gagner. »
On ne peut parler d'une véritable contre-performance du champion Helgafell avec toutes ces explications. Ici, nous sommes bien dans la continuité des valeurs.




Les débuts victorieux d'Heartbreaker One sous la selle : logique
Quand un des éléments les plus constants de sa promotion à l'attelé effectue des débuts victorieux au monté, peut-on vraiment être dans le registre de la surprise ? Non. C'est bien sous cet angle qu'il fait voir la victoire d'Heartbreaker One (Alto de Viette) dans le Prix Louis Tillaye (Gr.2), ce samedi en début de réunion. Un constat conforté par les déclarations de Luc Roelens, entraîneur du vainqueur : « À l'attelage, je le trouve barré par deux ou trois concurrents, c'est pour cela que j'ai voulu le courir au monté. Hanna (Huygens) l'avait essayé une fois en Belgique, il avait fait 250 mètres sur le pied de 1'05'' en étant bien d'allures. Du coup, on était confiants. »
Et qui mieux que Frédéric Prat, entraîneur du deuxième et favori Héros de Fleur (Ludo de Castelle), pour entériner les valeurs du jour ? Le professionnel nous a dit : « Je suis content du cheval qui, après avoir demandé à souffler dans le dernier tournant, est bien reparti dans la ligne d’arrivée. Deux mois sans courir lui ont peut-être été préjudiciables mais il est battu par le cheval de classe du lot. Il va continuer dans la suite logique des Groupes montés. Peut-être qu’à l'avenir, il sera meilleur sur plus court. » Quant à Adrien Lamy, en selle sur Hopla des Louanges (Gazouillis), troisième du Groupe 2, lui aussi exprime du positif : « Super : Hopla finit bien. Elle a progressé et va encore faire un bel hiver car elle va monter là-dessus. Aujourd’hui, elle n’est battue que par les mâles. »
Dans ce préparatoire monté au Prix de Vincennes (Gr.1), les réserves peuvent venir des camps du débutant sous la selle Hussard du Landret (Bird Parker) et des pouliches Hytte du Terroir (Boccador de Simm) et Happiness Ellis (Opus Viervil), ces dernières à la recherche de leur meilleure valeur. Mais, globalement, le Prix Louis Tillaye a bien produit, lui aussi, du renouvellement dans la continuité.

A voir aussi :
...
PMU : échanges tendus avant une Assemblée Générale jeudi prochain

Une semaine après la révélation d'un désaccord profond entre Cyril Linette et les deux Présidents Rothschild et Barjon, la situation a connu un nouvel épisode ce vendredi. Philippe Augier, Président du Conseil d'Administration du ...

Lire la suite
...
Grand Prix du Sud-Ouest : un
nouveau challenge pour Cleangame

Le Grand Prix du Sud-Ouest, dont la quarante-quatrième édition est programmée dimanche sur l’hippodrome de Beaumont-de-Lomagne, constitue l’événement de ce week-end. En quête d’un quarantième succès et d’une deuxième ...

Lire la suite
...
12 et fractions : le tarif pour Fantaisie

Lauréate en 1'12''5 en mai à Caen, en 1'12''1 (!) au Mont-Saint-Michel en septembre, Fantaisie (Un Mec d'Héripré) signe une troisième victoire 2021 en moins d'1'13'' en remportant le Prix de Coquainvilliers à Cabourg ce samedi. Pour ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite