... ©ScoopDyga
Actualité - 17.11.2020

Juvisy et sa fille Sévigny, Duchesses de Normandie

« La descendance de Fandango : le « fin du fin », en termes de mental ».
Paul Viel, à propos de Juvisy et de sa progéniture

Juvisy (1975-Fandango) est notre vedette hebdomadaire. Souvenez-vous : elle fut la mère d’un crack, Ultra Ducal. C’était au carrefour des années 1980 et 1990. Elle produisit aussi plusieurs femelles de qualité, parmi lesquelles la meilleure fut Sévigny, lauréate semi-classique et brillante poulinière, dont les dix produits se sont qualifiés et dont neuf sont vainqueurs. Or, c’est de Sévigny que descendent tant Gwendolo Bello, le gagnant de la Finale Régionale des 4 Ans du Sud-Ouest, à Beaumont-de-Lomagne, le 8 novembre, que Fétiche Atout, celui de la Finale des 5 Ans Anjou-Maine, une semaine plus tard, c’est-à-dire hier, à Laval. Une double actualité qu’il s’imposait de pointer et de relayer.

Gwendolo Bello 1’12’’ (Booster Winner) et Fétiche Atout 1’13’’ (Ganymède) sont des arrière-petits-fils de Sévigny 1’ (Moktar), par le canal de la même Jihlava 1’18’’ (Hêtre Vert), leur grand-mère commune. Après quoi, pour aller jusqu’au premier, on rencontre Rovaniémi 1’14’’ m., une « Jeanbat du Vivier » aux deux victoires, l’une et l’autre obtenues à Vincennes, et aux 60.000 euros de gains, et, pour aboutir au second, on passe par Santa Ella, fille, non qualifiée, de Jag de Bellouet. Gwendolo Bello est, pour l’heure, l’unique vainqueur engendré par Rovaniémi, tandis que Fétiche Atout suit Elfe Atout 1’12’’ (sept victoires et plus de 150.000 euros de gains), au sein de la production de Santa Ella.
Sévigny, le fleuron féminin de Juvisy

Elève de Paul Viel, comme sa mère et ses filles, Jihlava a signé quatre victoires, principalement dans le Midi, où l’avait envoyée, pendant un temps, son mentor, chez le regretté Roland Jaffrelot. Jument délicate, elle s’illustra surtout là-bas, où elle fut, aussi, souvent disqualifiée. Poulinière, elle n’a donné que deux gagnants, Rovaniémi et Terra Amata 1’14’’ m. (trois victoires et 67.840 euros), propre sœur de Santa Ella.

Lauréate du semi-classique Prix Louis Jariel (Groupe 2), Sévigny 1’17’’ (Moktar), la poulinière précédente, était d’une autre dimension, avec des contributions au haras de la trempe de Montésicar 1’12’’ (Capitole), qui échoua de peu, contre Memphis du Rib, dans le Critérium des 4 Ans (Groupe 1), où il précédait Mage de la Mérité ou encore Mara Bourbon, de Navalcarnéro 1’12’’ (Derby du Gîte), gagnant de cinq courses et de 230.000 euros, et de Kochlani 1’14’’ (Turquétil), dix fois victorieux, pour plus de 200.000 euros de gains.

Les filles de Sévigny produisirent bien, de surcroît, à l’image d’Eustasie 1’16’’ (Turquétil), mère de Lana Svelte 1’13’’ (quatorze victoires et plus de 500.000 euros), lauréate du Groupe 2 Prix de la Marne, et de sa propre sœur, Helgi 1’16’’, génitrice de Rex Normanus 1’14’’ m. (huit victoires et près de 400.000 euros), quadruple vainqueur semi-classique sous la selle, à la faveur des Prix Louis Le Bourg, René Palyart, Legoux-Longpré et Céneri Forcinal.

Une génération plus tôt, on s’arrête sur Juvisy 1’17’’, une gagnante de six courses, semi-classique montée, qui plus est, issue du chef de race Fandango. En son temps, Paul Viel nous en avait dit : « C’est une jument qui a très bon caractère, un caractère froid. Une jument avec du « sang », certes, mais, au bout du compte, facile. Et cela me semble primordial. C’est d’ailleurs le propre des descendants de Fandango, des chevaux vraiment sans problème, le « fin du fin », à mon avis, en termes de mental. » Juvisy aura donné à Paul Viel celui qui fut, sans doute, le cheval de sa carrière, à savoir Ultra Ducal 1’12’’ – même si Abo Volo, qui lui offrit le Prix d’Amérique, est en concurrence, mais, en classe pure, Ultra Ducal, à nos yeux (et aux siens, pensons-nous…), lui était supérieur –, né des œuvres du phénomène Buffet II, un étalon qui réussit si bien à l’élevage Viel.

Abo Volo, pour venger Ultra Ducal

Ultra Ducal, qui doit son nom au double inbreeding sur Duc de Normandie II (5x5) qui caractérise son pedigree, vaincra six fois au plus haut niveau, dans le Critérium des 3 Ans, le Prix de Sélection, le Grand Prix de l’U.E.T., le Prix de France, le Prix de Paris et le Critérium des 5 Ans. Deux fois, il échouera dans le Prix d’Amérique – que n’avait alors pas encore remporté la casaque Viel –, comme troisième de Ténor de Baune et Rêve d’Udon, en 1991, puis comme deuxième, battu d’un rien, de Verdict Gédé, en 1992. Abo Volo, autre petit-fils de Fandango, viendra remettre les pendules à l’heure, en 1997, signant un succès plein d’émotion dans la grande course, quelques jours avant la disparition d’Albert Viel.

Buvetier d'Aunou (US) 1'14''4 Royal Prestige (US)
Ganymede 1'11''4 Nesmile 1'17''4
Udames Quioco
FETICHE ATOUT 1'12''8 Gadames
Jag de Bellouet 1'09''9 Viking's Way 1'15''6
Santa Ella Vaunoise 1'26''0
Jihlava 1'18''7 Hetre Vert
Sevigny 1'17''7
Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Booster Winner 1'10''2 Guilty Of Love 1'17''1
Quille Viretaute 1'13''8 Elvis de Rossignol 1'13''0
GWENDOLO BELLO 1'12''4 Aube Et Vire 1'23''4
Jeanbat du Vivier 1'10''3 Coktail Jet 1'11''2
Rovaniemi 1'14''6 Duchesse des Vaux 1'18''0
Jihlava 1'18''7 Hetre Vert
Sevigny 1'17''7
A voir aussi :
...
Wild Love pour le duo
Prat - Lindqvist

Seule course européenne de la réunion, le Prix du Cantal a été dominé par les chevaux originaires hors de l'Hexagone, le succès revenant à Wild Love après la disqualification de Millie Millionaire.

Lire la suite
...
Jumelé de Laurent Laudren à Vincennes

Cette photo et les autres du Prix de Bémécourt, sixième épreuve du programme du jour à Vincennes, devraient trôner rapidement en bonne place dans les albums professionnels de Laurent Laudren. Le professionnel signe en effet le jumelé ...

Lire la suite
...
Ils seront 15
à la conquête de Paris

Le dernier volet hivernal des Ultimate Finals des Prix d’Amérique Races ZEturf se courra à quinze dimanche. Des seize engagés de mercredi, seul Jerry Mom a quitté la liste définitive. Hormis Face Time Bourbon, le Groupe 1 sur ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite