... ©Aprh
Actualité - 17.01.2023

Eric Raffin : "dans le Cornulier, j'ai eu la sensation de voler"

Place au Prix de Cornulier (Gr.1). Le monument français, mais aussi par extension mondial du trot monté, est riche en exploits, immenses bonheurs et grandes désillusions aussi. Durant cette semaine, nous vous proposons d'éclairer le Cornulier par ceux qui l'ont fait et vécu au plus près en ouvrant la boîte aux souvenirs de quelques jockeys qui s'y sont imposés. En commençant par celui qui n'a pas manqué une seule édition depuis 2002, Eric Raffin. Il y sera associé cette année à Gladys des Plaines.

À vingt ans tout est possible. Pour Eric Raffin, ce sera une première tentative dans le Prix de Cornulier en 2002, "une course inaccessible" dans le souvenir de jeunesse du désormais quintuple Etrier d'Or et quadruple Sulky d'Or. L'épreuve est toujours unique à ses yeux et le transporte à chaque fois. Il y retrouvera cette année une partenaire qu'il a très bien connue à ses débuts, la championne Gladys des Plaines (Opus Viervil) dont le partenaire habituel Mathieu Mottier s'est engagée sur la tenante du titre Flamme du Goutier (Ready Cash). Avec un bilan de 3 victoires et 17 citations dans les sept premiers (81 %) en 21 tentatives depuis 2002 dans le Cornulier, Eric Raffin a connu bien des bonheurs comme celui "d'être transporté sur une autre planète avec la sensation de voler".


©Aprh

LE PALMARÈS COMPLET D'ERIC RAFFIN DANS LE PRIX DE CORNULIER
2002 – Historien – 6e
2003 – Joyau d'Amour – 1er
2004 – Joyau d'Amour – 4e
2005 – Energetic – 7e
2006 – Joyau d'Amour – 2e
2007 – Nouba Turgot – Dai
2008 – Hot Tub – 5e
2009 – Nouba Turgot – Dai
2010 – Priscilla Blue – 4e
2011 – Priscilla Blue – 2e
2012 – Save The Quick – 2e
2013 – Save The Quick – 6e
2014 – Roxane Griff – 1re
2015 – Roxane Griff – 1re
2016 – Tornade du Digeon – 6e
2017 – Tornade du Digeon – 2e
2018 – Draft Life – 2e
2019 – Dryade du Parc – 8e
2020 – Feeling Cash – 3e
2021 – Feeling Cash – 7e
2022 – Freeman de Houelle – np
2023 – Gladys des Plaines – ?
Bilan (21 participations) : 3 vict. (14,3 %) / 6 places sur le podium (28,6 %) / 17 fois dans les 7 premiers (81,0 %)
Gains cumulés dans l'épreuve : 2.003.000 €


24h au Trot.- Quel est votre premier souvenir de Cornulier, avant même que votre première participation ?
Eric Raffin.- Honnêtement, mon souvenir initial le plus net de cette épreuve restera la victoire d’Arcadia, en 1996. J’avais 14 ans à l’époque et ce qui m’avait marqué était le fait que Pierre-Yves Verva soit un jeune jockey. J’ai de plus lointains souvenirs de Reine du Corta avec Michel Lenoir. À l’époque, nous allions avec des copains voir la jument dans l’écurie d’Alain Roussel pendant les vacances à Grosbois et j’avais même eu la chance de la monter dans son box. Il y a également la victoire de Queila Gédé avec Minou Gougeon mais je n’ai pas de souvenirs vraiment précis de ces épreuves.

Que représentait pour vous le Prix du Cornulier à 14 ans ?
Pour moi, c’était une course inaccessible. Lorsque vous êtes gosse et que vous montez à cheval, le rêve est déjà de courir le Cornulier, alors le gagner, vous pensez que c’est inaccessible. Pour moi, cette course représentait un rêve.

Parlez-nous maintenant de votre première participation au Cornulier.
J’avais 20 ans et c’était avec Historien. Nous avions conclu au sixième rang. Lorsque Jean-Luc Dersoir était venu me demander de monter le cheval, c’était vraiment une joie pour moi. J’étais honoré de porter une casaque classique comme celle de monsieur Luck.

Et vous n'avez pas attendu longtemps pour remporter la grande course. Racontez-nous votre première victoire.
C’était avec Joyau d’Amour en 2003 mais, en fait, je n'aurais pas dû le monter ! Lors du dernier préparatoire d'alors, le Prix de l’Île-de-France, je ne l’avais pas bien monté et son entourage avait alors décidé de faire appel à Jean-Philippe Mary pour la belle. Mais Jean-Philippe s’était déjà engagé avec Joël Van Eeckhaute sur Grace Ducal et il a respecté sa parole. Honnêtement, je n’avais pas de pression car, quel que soit le classement, je pensais que c’était notre dernière association. Et finalement, nous nous sommes imposés. Je m’en rappelle comme si c’était hier…

Dites-nous en plus.
Nous avions le numéro 3. C’est magnifique ! C’est impossible de décrire mon ressenti ce jour-là. Au passage du poteau, nous sommes transportés sur une autre planète avec la sensation de voler. C’était ma plus grande victoire ! Le rêve s’était réalisé. Même si j’avais connu la grande joie de remporter le Prix de Normandie en 2000 avec Hugo du Bossis pour la casaque familiale, ce n’est pas comparable avec une victoire dans le Cornulier. C’est comme aujourd’hui, je n’ai jamais remporté le Prix d’Amérique, c’est LA course attelée que je souhaite gagner.


©Scoopdyga
Avec Joyau d'Amour
On peut affirmer que vous avez tissé une belle histoire avec cette course, encore renforcée avec votre rencontre avec Roxane Griff.
J’ai effectivement eu la chance de gagner deux fois cette épreuve avec Roxane Griff, ma jument de cœur. Roxane, c’était la jument de classe. Elle alternait les deux spécialités avec réussite et on peut la qualifier de jument d’exception. Nous nous élancions avec le plus gros numéro et il ne fallait pas se louper car nous étions attendus. J’ai également pris de nombreuses places. Je n’ai qu’un seul regret, c’était avec Tornade du Digeon en 2016 (N.D.L.R. : qui s'est classée sixième). Je découvrais la jument et je pense que si je l’avais connue avant, nous aurions pu nous imposer. L’année d’après, nous étions deuxièmes de Bellissima France.

En quoi cette course est particulière ?
Lorsque l’on commence à parler d’une course plusieurs semaines avant, c’est qu’il se passe quelque chose. Cette épreuve est dans les têtes depuis de nombreuses semaines voire des mois. Il ne se passe pas une réunion sans que l’on parle dans les vestiaires des différents chevaux qui vont y participer. Il y a une ambiance particulière autour de cette épreuve. Déjà, dans les raquettes de départ, il n’y a pas un bruit, le silence est total. Les différents jockeys sont tous concentrés pour prendre le meilleur départ possible car la course fait souvent le plein de partants. Il faut savoir doser l’effort dès les premiers mètres de course et ne pas brûler trop d’énergie pour se placer.

Vous avez connu les deux façons de monter (l'ancienne monte et la monte actuelle dite "en avant"). Est-ce que cela vous a posé des problèmes ?
J’ai eu la chance d’être jeune au moment de la transition des positions et cela a été assez facile pour moi de trouver mon équilibre avec la nouvelle monte. Certains cavaliers n’ont pas réussi la transition et ont mis fin à leur carrière.

Quel sera votre favori(te) cette année ?
Ma favorite sera Flamme du Goutier. Son entourage a tout axé sur cette course et elle a eu une superbe préparation. Sa récente deuxième place dans le Prix de Bourgogne est top et elle sera associée à un jockey (Mathieu Mottier) qui mériterait de gagner cette épreuve. De mon côté, j’espère que Gladys des Plaines aura son mot à dire pour les places.








Éric Raffin et Roxane Griff
■ 73 courses communes : 16 victoires et 21 places sur le podium (2.600.038 €)
■ Au monté : 18 courses communes / 7 victoires / 6 places (1.090.400 €)
■ Meilleurs résultats au monté avec Eric Raffin : Prix de Cornulier (Gr.1) en 2014 et 2015, Prix de l'Île-de-France (Gr.1) en 2014
Roxane Griff 1'10''8 a. 1'11''3 m. (Ténor de Baune et Julia Mesloise par Sancho Pança)
122 courses : 21 victoires et 39 places sur le podium
Principaux titres : Prix de Cornulier (Gr.1) [2 fois], Prix de Paris (Gr.1), Prix de l'Île-de-France (Gr.1), 2e Prix d'Amérique (Gr.1), de l'Atlantique (Gr.1), René Ballière (Gr.1), 3e Prix de Paris (Gr.1)
Gains : 3.107.318 €

Roxane Griff, ma jument de cœur.
Eric Raffin

Éric Raffin et Gladys des Plaines
■ 12 courses : 2 victoires et 4 places sur le podium (130.970 €) - 11 courses à 3 et 4 ans
■ Au monté : 9 courses / 1 victoire / 4 places (112.250 €)
■ Meilleurs résultats : 2e dans les Prix Raoul Ballière (Gr.2), Prix Urgent (Gr.3) et Phact (Gr.3) en 2019 (à l'âge de 3 ans pour Gladys des Plaines)
■ Dernière sortie commune : 5e dans le Prix du Calvados - Cornulier Races Q3 (Gr.2)
Gladys des Plaines 1'11''3 m. (Opus Viervil et Thetis de Vaujours par Hernani)
46 courses : 10 victoires et 8 places sur le podium
Principaux titres : Prix du Président de la République (Gr.1), de Normandie (Gr.1)
Gains : 683.245 €

Comment vous vous sentez à cheval à 41 ans ?
Ça va, je ne suis pas encore rasé (rires) ! Je prends toujours autant de plaisir à courir au monté. Je ne veux pas absolument tout monter mais j’apprécie lorsque je suis à cheval et, en plus, je ne peine pas. C'est très bien comme cela.

En conclusion, avec votre expérience et votre parcours, le Prix de Cornulier a-t-il toujours autant d'importance ou sa stature a-t-elle un peu diminué à vos yeux ?
Oh que non. Je dirais même que c'est une course qu’il vaut mieux gagner à 40 ans qu’à 20 ans car tu savoures plus. Avec le recul, je trouve qu'on se rend compte de l’importance de cette épreuve lorsque vous la remontez l’année d’après et que tu réalises que c’est toi le tenant du titre. Non, vraiment, le Cornulier a toujours cette place à part à mes yeux.


ENCORE 22 ENGAGÉS DANS LE PRIX DE CORNULIER 2023
Ils sont 22 ce mardi à quelques heures des forfaits. Comme l'avait annoncé initialement son entourage, la 5 ans Intuition (Brillantissime) est passée dans le tableau des forfaits. Il ne reste de facto plus aucun 5 ans dans la liste principale des engagés. Le contingent des candidats étrangers a perdu depuis la veille Belker (Scarlet Knight). Il reste donc trois concurrents non français à ce stade : Zarenne Fas (Varenne), Jerry Mom (Ready Cash) et Vaprio (Adrian Chip). Le 18e candidat en remontant la liste depuis l'engagée la plus riche Flamme du Goutier (Ready Cash) est Faubourg (Magnificent Rodney). La première éliminée, si la liste n'évolue pas dans les prochaines heures, serait Galipette Pierji (Tucson).

A voir aussi :
...
Iona de Feugères prend sa revanche

Dans ce réclamer, on prend les mêmes que le 19 janvier et on recommence ! Enfin pas tout à fait car, si Iona de Feugères (Uniclove) et Izio du Pommereux (Clif du Pommereux) composent encore une fois le couplé gagnant, ...

Lire la suite
...
In Race Lorraine ou la victoire qui fait du bien

L'entraînement de Gabriel Pou Pou n'avait pas encore réussi à gagner une course lors de ce meeting d'hiver de Vincennes. Mais ça c'était avant, avant ce samedi où In Race Lorraine (Un Mec d'Héripré) remporte le Prix ...

Lire la suite
...
Indigo de Fontaine sait tout faire

Irréprochable cet hiver à Vincennes à l'attelé en deux courses où il s'est imposé en cheval en retard de gains, Indigo de Fontaine (Niky) découvre le monté avec autant de réussite ce samedi. "Nous avons changé de spécialité ...

Lire la suite
...
Kipling Iron
est aussi performant au monté

Après deux premières victoires à l'attelé en province, Kipling Iron conserve son invincibilité ce samedi en débutant au monté pour ses premiers pas à Vincennes. Son entraîneur Tony Le Beller ne cache pas des ambitions de niveau Groupe ...

Lire la suite