... ©Aprh
Actualité - 27.01.2023

Étonnant, atteint de la maladie de Lyme, ne courra pas dimanche

C’est une terrible nouvelle que Richard Westerink nous a communiquée en toute fin de journée ce jeudi dans le cadre d'un échange régulier afin de publier une série d'articles consacrée à Étonnant et débutée dans nos colonnes hier avec François Hallopé. Les résultats des dernières analyses de sang montrent qu'Étonnant est touché par la maladie de Lyme. À plus de 72 heures de son départ, la course perd l’un de ses concurrents-phares.

Depuis qu’Etonnant a été victime d’une myosite le 10 janvier, cinq jours avant le Prix d’Amérique Races ZEturf Qualif#6-Prix de Belgique, Richard Westerink était lancé dans un contre-la-montre pour être au départ du Prix d’Amérique Legend Race. Après avoir dû stopper le travail, Etonnant a repris l’exercice ce lundi matin et, quand bien même la préparation n’était pas idéale, Richard Westerink était rassuré sur la présence de son champion au départ, d’où sa déclaration de partants à la mi-journée ce jeudi (à l’heure du bouclage de ce numéro, l’officialisation de son forfait n’était pas encore connu de la société-mère). En parallèle, des analyses de sang étaient régulièrement pratiquées pour comprendre ce qui s’était passé. Les derniers résultats connus peu avant 20 heures ce jeudi indiquent qu’Etonnant souffre de la maladie de Lyme, comme nous l’a annoncé l’entraîneur qui venait lui-même de l’apprendre de son vétérinaire. Un diagnostic qui tend à comprendre pourquoi le cheval avait souffert de contractures musculaires. Richard Westerink est touché par la situation, lui qui sait au moins aussi bien que nombre de ses confrères les conséquences que peut avoir cette maladie sur le métabolisme d’un sportif de haut niveau puisque Timoko, le père d’Etonnant, en avait lui-même été victime au cours de sa carrière. Fidèle à lui-même, Richard Westerink était aussi contrarié par la dimension sportive de ce forfait intervenu à trois jours de la course. « On a pris la place d’un autre », nous a-t-il confié.
Ce forfait quelques heures après la clôture des partants du Prix d’Amérique Legend Race où quatre chevaux ont été éliminés faute de qualification ou de gains suffisants remet sur le devant de la scène la question d’un système de réserviste(s). Nous nous en sommes faits l’écho quand Calgary Games (Readly Express) a été déclaré non partant la veille de la Qualif#6, ce qui laissait là aussi, et pour d’autres circonstances, une place libre sur la ligne de départ. Dans ce scénario encore plus, c’est-à-dire à trois jours de la course, la réintroduction d’un réserviste pourrait palier le problème.

©Aprh
©Scoopdyga

des années 1980, n’a été en lice, dans la grande course, qu’un total de quarante-sept 5 ans, soit une moyenne de 1,1 par édition. C’est très peu et parfaitement révélateur de la prudence à l’instant soulignée. Du reste, au cours de la même période, soit en quarante-deux hivers, seuls quatre 5 ans ont pu s’imposer et quatre autres s’y classer dans les trois premiers. Sachant que trente éditions seulement sont concernées par la tentative de chevaux de 5 ans, sur les quarante-deux listées, la proportion de réussite sur le podium est, tout de même, de 26,6 % (N.D.L.R. : pour le détail des participations et résultats, voir notre tableau).

Tout, sauf un tombeau
Les quatre gagnants recensés sont Verdict Gédé, en 1992, Offshore Dream, en 2007, Bold Eagle, en 2016, et Face Time Bourbon, en 2020. Hormis Verdict Gédé, qui laissera son cœur dans cette course –où une terrible lutte finale l’avait opposé à son aîné d’un an, Ultra Ducal–, le trio restant n’a eu nullement à souffrir de cette performance précoce, puisque chacun de ses membres a réédité, à 6 ans, sa victoire de l’année précédente. Quant au quatuor placé, il est composé d’Ultra Ducal, troisième, en 1991, Qualita Bourbon, troisième, en 2009, The Best Madrik, troisième, en 2012, et Gu d’Héripré, à la même place en 2021. Si Qualita Bourbon est entrée au haras peu après son accessit « américain », Ultra Ducal avait, alors, le meilleur de sa carrière à venir, à commencer par son succès dans le Prix de France, à la faveur duquel il mit fin à l’invincibilité de l’un de ses deux devanciers du jour J, Ténor de Baune ; une victoire immédiatement

Face Time Bourbon, le dernier vainqueur du Prix d'Amérique à 5 ans

©Scoopdyga

confirmée dans le Prix de Paris, puis, plus tard, dans le Critérium des 5 Ans, un classique que remporta également The Best Madrik, postérieurement à sa troisième place le dernier dimanche de janvier, avant de se placer, à nouveau, dans le championnat, l’hiver suivant. Gu d’Héripré, enfin, est toujours là, deux ans après, au plus haut niveau, même s’il n’a plus, tout à fait, la même étincelle.

Une victoire à 5 ans : le critère suprême de l’excellence

On ne peut donc pas dire, objectivement, que le Prix d’Amérique soit un tombeau pour les 5 ans. D’ailleurs, dans un passé plus ancien, en particulier de la fin des années 1950 à celle des années 1960, les victoires à cet âge se sont succédé, ainsi qu’en témoigne notre encadré. Or, qu’on se réfère à Jamin, lauréat, à 5 ans, en 1958, ou à Masina (1961), Newstar (1962), Ozo (1963), Roquépine (1966) et Upsalin (1969), le Prix d’Amérique a été, pour eux, bien davantage un tremplin qu’une porte de sortie. Cette demi-douzaine de noms fait, en effet, partie de la légende des courses, nourrie par des carrières longues et prolifiques, souvent internationales, et parfois même illustrée de doublés (Jamin, Ozo), voire d’un triplé (Roquépine), dans l’épreuve vedette. Simplement, il s’agit de compétiteurs hors normes, à tout le moins de grands champions et, plus encore, de cracks. De sorte que la victoire dans un Prix d’Amérique à 5 ans fait référence, en tant que critère suprême de l’excellence, raison pour laquelle ils ne sont que seize, depuis la création de la course, en 1920, à avoir mené leur tâche à bien à cet âge.

Autres temps, autres moeurs

Moyennant quoi, les 5 ans, y compris champions, voire cracks avérés, se sont montrés frileux, par moments, à se frotter à leurs aînés. Spécialement dans les années 1980, où Sancho Pança et Ténor de Baune se refusèrent à l’affrontement avec Ourasi, après que ce dernier se fut, lui-même, dérobé face à Lurabo et à Lutin d’Isigny. C’était une autre époque, notamment en termes de programme. Le Critérium Continental se courait en été et n’avait rien de l’épreuve qualificative qu’il est devenu, aujourd’hui, incitant ses vainqueurs à franchir le pas. D’ailleurs, toutes ces dernières années –notre tableau l’indique–, les 5 ans ont fourni des partants réguliers, sinon nombreux, à la course. Ce sera encore le cas cet hiver, avec la présence d’Idao de Tillard, qualifié à l’issue de son Critérium Continental victorieux, et d’Italiano Vero, assuré de sa participation depuis le début meeting et sa place de deuxième dans le Prix de Bretagne-Prix d’Amérique Races ZeTurf Q1. La succession de Face Time Bourbon, dernier gagnant de 5 ans en date, est plus que jamais ouverte.




En un siècle, seize 5 ans victorieux
De 1920, date de la première édition de la course, à 2020, seize sujets de 5 ans ont remporté le Prix d’Amérique, à commencer par le lauréat initial, Pro Patria. Voici la liste de ces seize vainqueurs :
1920 – Pro Patria
1922 – Reynolds V
1936 – Javari
1939 – De Sota
1954 – Feu Follet X
1958 – Jamin
1961 – Masina
1962 – Newstar
1963 – Ozo
1966 – Roquépine
1969 – Upsalin
1974 – Delmonica Hanover
1992 – Verdict Gédé
2007 – Offshore Dream
2016 – Bold Eagle
2020 – Face Time Bourbon

N.B. : pour rappeler qu’en 2021, Face Time Bourbon a réédité, à 6 ans, sa victoire de l’année précédente, tandis qu’en 2022, c’est le vétéran –9 ans– Davidson du Pont qui s’est imposé.

Bold Eagle

Deux 4 ans au palmarès
Avant-guerre deux trotteurs venus d’Italie, sous pedigree américain se sont imposés encore plus jeune, à 4 ans : Muscletone, en 1935, puis De Sota, en 1938,. Ce sont les deux seuls à y être parvenus. Muscletone (2ème à 5 ans), passera une nouvelle fois le poteau en vainqueur en 1937, à 6 ans. Quant à De Sota, il garda son titre à 5 ans, en 1939. Aujourd’hui, la course est toujours ouverte aux 4 ans, mais ceux-ci n’y tentent plus guère leur chance. Depuis un demi-siècle, on citera les essais de Fakir du Vivier, en 1975, Lass Quick, en 1984, Ruanito d’Arc (1987), Embassy Lobell (1991), Return Money (2009) et Vanika du Ruel (2013).

Cette année, ce sera donc aux deux leaders de la promotion 2018 de relever le défi. Idao de Tillard (Severino) et Italiano Vero (Ready Cash) se sont tous deux brillamment qualifiés : respectivement dans la Q3-Critérium Continental qui ne distribuait qu'un ticket qualificatif et dès la première qualificative en novembre avant que Philippe Allaire ne prépare la course avec minutie. Or, comme les trains à grande vitesse, un 5 ans peut en cacher un autre.


Prix d'Amérique Legend Race 2023 - LES PARTANTS
1-Hip Hop Haufor (Up and Quick) - Ch. Bigeon
2-Horsy Dream (Scipion du Goutier) - E. Raffin
3-Hussard du Landret (Bird Parker) - B. Robin
4-Ampia Mede SM (Ganymède) - F. Nivard
5-Décoloration (Prince d’Espace) - G. Gelormini
6-Idao de Tillard (Sévérino) - Cl. Duvaldestin
7-Honey Mearas (Readly Express) - Ö. Kihlström
8-Italiano Vero (Ready Cash) - D. Thomain
9-Hooker Berry (Booster Winner) - J.M. Bazire
10-Moni Viking (Maharajah) - B. Goop
11-Hohneck (Royal Dream) - F. Lagadeuc
12-Vernissage Grif (Varenne) - A. Gocciadoro
13-Don Fanucci Zet (Hard Livin) - Y. Lebourgeois
14-Flamme du Goutier (Ready Cash) - Thé. Duvaldestin
15-Cokstile (Quite Easy) - V.P. Dell'Annunziata
16-Délia du Pommereux (Niky) - P.Y. Verva
17-Etonnant (Timoko) - A. Barrier
18-Vivid Wise As (Yankee Glide) - M. Abrivard

A voir aussi :
...
Le Prix des Centaures
en précieuse aide à la hiérarchie

La confrontation classique par excellence entre les 4, 5 et 6 ans, mise en scène dans le Prix des Centaures (Gr.1), jouera pleinement son rôle en terme de sélection. La confrontation réunit en effet les protagonistes de chaque gé...

Lire la suite
...
AG de la Société du Cheval Anglo-Normand

La Société du Cheval Anglo-Normand, association des éleveurs de Basse-Normandie, bien connue via ses ventes annuelles de yearlings et de foals à Caen, tenait ce vendredi son Assemblée Générale sur l'hippodrome de la Prairie. Devant une assemblé...

Lire la suite
...
Ino du Lupin dans une course sans concession

Dans une course au rythme très élevé sous l'impulsion d'Ibiki de Houelle (Love You), Ino du Lupin (Scipion du Goutier), la nouvelle pépite de l'écurie Marmion, domine de toute une classe dans la phase finale l'animateur de ...

Lire la suite
...
Le Trot
dans tous ses états

C’est déjà la fin. La 91ème réunion du meeting d’hiver, ce samedi, ferme une séquence commencée le jeudi 2 novembre 2023. L’affiche est belle, comme d’habitude, mais revêt pourtant cette année un ...

Lire la suite