...
Actualité - 29.01.2023

Un monument sportif aux cinq enjeux

Le Prix d’Amérique Legend Race n’est définitivement pas une course comme les autres. Par ses enjeux, son exposition médiatique, ses résonances internationales, tout concourt à en faire LA course à part. Elle est toujours surprenante et l’édition 2023 ne déroge nullement à la règle avec un feuilleton qualificatif qui a additionné les surprises et rebondissements, l'ultime en date étant le forfait de dernière minute d’Etonnant. Place à l’édition 2023 et à ses enjeux spécifiques. Nous en avons retenu cinq. Un quintet qui rend la course cinq fois surprenante.

La révélation d’un crack
Il y a d’abord au cœur de l’édition 2023 la question de la possible révélation au grand jour d’un crack. Idao de Tillard (Sévérino) a pour le moment tous les atours du champion d’exception. Un sentiment partagé qui fait quasi consensus au sein de la communauté professionnelle. Il n’y a qu’à entendre les propos des camps opposés pour le désigner favori. Idao est-il du même tonneau que Ready Cash et Bold Eagle (les deux ont gagné le Prix d’Amérique ferrés des antérieurs) ou du même bois que Bold Eagle - encore - et Face Time Bourbon (gagnants à 5 ans) ? Ce sera aussi l’enjeu de l’édition 2023, comme l’envol médiatique d’un crack, possible locomotive du trot pour les années à venir. Une édition qui pourrait en quelque sorte marquer le début d’une nouvelle ère après celles marquées des noms de Bold Eagle et Face Time Bourbon.

Un coup de pied dans les conventions
Le pied est déjà l’un des invités du Prix d’Amérique Legend Race 2023. Avec un favori ferré des antérieurs et la victoire ferrée d’Horsy Dream (Scipion du Goutier) dans la Q6-Prix de Belgique, les pratiques de ferrage et déferrage sont plus présents que jamais. Depuis les victoires de Bold Eagle (2016 et 2017), présenté dans une configuration similaire à Idao de Tillard, tous les vainqueurs de Prix d’Amérique l’ont fait en étant déferrés.

Retrouvez la présentation détaillée des partants du Prix d'Amérique Legend Race en pages 3 à 8.

Vendredi, lors de l’Expo Etalons et d’un échange sur le sujet, sous le titre "Les maréchaux-ferrants sont-ils les faiseurs de rois ?" (retransmis sur le facebook de 24h au Trot – Province Courses, à retrouver par ce lien), trois maréchaux-ferrants ont donné leur point de vue. Tous, Mathieu Delapiere, Jérémy Gabard et Sébastien Grisez, se retrouvent sur la nécessité de recourir au déferrage avec discernement et non de façon systématique : "Le travail du maréchal est de préserver les pieds au maximum. Tous les chevaux ne vont pas déferrer. Il doit être pratiqué à bon escient. Flamme du Goutier est le bon témoin des chevaux déferrés à bon escient. Horsy Dream aussi. C’est un déferrage préparé et anticipé et non répétitif et abusif." Mathieu Delapiere précise la nature de l'enjeu pour le favori avec son regard de maréchal-ferrant : "Un cheval comme Idao de Tillard, sans Combi Pad, ne pourrait certainement pas gagner le Prix d’Amérique. La question est maintenant de savoir s’il sera capable de le gagner avec." Tous attendent la réalisation de cet exploit dimanche.

La jeunesse au défi
Avec deux 5 ans au départ (Idao de Tillard et Italiano Vero), on est dans un scénario rare (le dernier similaire date de 2016). Le deuxième favori est le 6 ans Horsy Dream. D’autres 6 ans auront de grandes ambitions (Hohneck, Hussard du Landret, Hip Hop Haufor). Avec une moyenne d’âge de 7,5 ans en 2023, le plateau du Prix d’Amérique est le plus jeune des 10 dernières années.

Match de générations entre les drivers
La course réunit trois générations de pilotes bien catégorisées. On n’a d’une part une vague jeune avec les frères Duvaldestin qui vont affronter un candidat intermédiaire en âge, Eric Raffin, toujours à la recherche d’un premier titre dans le Prix d’Amérique. À l’autre bout du spectre, il y a bien sûr la référence absolue avec Jean-Michel Bazire, auquel on peut adjoindre Franck Nivard, l'homme de "l'Amérique".

Des étrangers au palmarès des grandes épreuves internationales de 2022
Avec sept candidats d’origine étrangère, on est dans les derniers standards (6 étrangers en 2022 ; 7 en 2021). Ce qui frappe à l’énoncé des présents est de retrouver les vainqueurs des plus grandes épreuves internationales de 2022. Avec Vivid Wise As (Yankee Glide), on a un vainqueur de 4 Groupes 1 de la saison passée dont les Prix de France-Speed Race et René Ballière sur notre sol. Avec Cokstile (Quite Easy), c’est le titulaire de deux Groupes 1 de 2022 auxquels il faut ajouter l’International Trot. Quant à Vernissage Grif (Varenne), il a décroché deux Groupes 1 l’an dernier dont la fameuse Loterie napolitaine. La Legend Race 2023 va hiérarchiser tout cela.

A voir aussi :
...
Thierry Duvaldestin en force avec ses 3 ans

La réunion CSI de dimanche à Lisieux comportait quatre courses de "L" dont 22 étaient inédits. Thierry Duvaldestin a ouvert la réunion avec LULU QUICK (Enino du Pommereux) qui restait sur une disqualification pour ses débuts à Angers fin ...

Lire la suite
...
Gaetane du Vivier-Gisèle Ambrogio : victoire à domicile

Au bout de cette belle journée de courses dans le Vaucluse, Gisèle Ambrogio et GAETANE DU VIVIER (Vittel de Brévol) s'offrent une victoire à domicile, elles qui sont venues en voisines. Une victoire facile pour une jument parfaite ...

Lire la suite
...
Lefort Fligny ouvre son palmarès

Deuxième le jour de ses débuts à Angers, n’étant battu que par L'ARGENTIER (Earl Simon), un poulain entrainé par Philippe Allaire, LEFORT FLIGNY s’impose avec style à Chartres. Vite sur jambes, puis dans le sillage du favori, LE ...

Lire la suite
...
Gauthier Tugend, l'apprenti du moment dans le Sud-Est

C'est la grande forme pour Gauthier Tugend. Déjà lauréat cette semaine en Avignon, il remporte aussi ce dimanche la 2ème étape du Trophée Vert des apprentis, associé à HYPOLIT DE BEL AIR (Gogo). Le jeune homme de 20 ans ...

Lire la suite