...
Actualité - 29.01.2023

Le Bazire total show !

LES GRANDS FAITS DU JOUR


L'éleveur du jour
Il a beau avoir fait carrière dans la concession automobile, Michel Aladenise, l'éleveur-propriétaire de Hooker Berry, se définit lui-même comme un "homme de la terre" ayant grandi au milieu des vaches charollaises dans son Berry natal. A la tête de son élevage qu'il a construit de A à Z lui-même, sur le domaine appelé "Gros-bois", il avait déjà connu les lauriers des Groupes 1 grâce à Quokine Berry, la tante de Hooker Berry. Aujourd'hui c'était jour de la consécration ultime.

Le cheval du jour
Hooker Berry est présent sur la scène sportive depuis l'âge de ses 2 ans et il parvient à l'hiver de ses 6 ans à remporter le graal trotteur, le Prix d'Amérique. Animateur du feuilleton des Prix d'Amérique Races ZEturf, il avait gagné sa Qualif avec un réel brio aussi.

L'étalon du jour
Love You est la vedette dans le rang des sires. Grand-père paternel d'Hooker Berry (Booster Winner), il est aussi le père de Just Love You, la lauréate de la Sulky World Cup 4 ans.

Le chiffre du jour
5. Comme le nombre de victoires de Jean-Michel Bazire dans le Prix d'Amérique Legend Race : Moni Maker (1999), Kesaco Phedo (2004), Up And Quick (2015) et Belina Josselyn (2019).

La performance du jour
Ce qu'a réalisé Ampia Mede Sm (Ganymede) dans le Prix d'Amérique Legend Race sort de l'ordinaire. Pointée à vingt mètres de la tête à 350m de l'arrivée, elle a fini à une vitesse folle, flashée en 1'03"5 sur ses 200 derniers mètres.

La déception du jour
Elle est forcément double. En premier lieu, Idao de Tillard (Severino) qui a perdu l'équilibre dans le premier virage et l'autre favori de la course Horsy Dream (Scipion du Goutier) qui a baissé pavillon dans les 150 derniers mètres.






Du côté des chiffres
34 067 personnes ont été recensées sur l'hippodrome, une grande bouffée d'air après deux années restreintes par le Covid-19.
En termes de chiffres d'affaires, le total de la journée PMU approche, d'après les informations annoncées en conférence de presse en fin de journée, les 30 millions d'euros et affiche une progression par rapport à l'année dernière.


Avec Moni Maker, toute la ligne droite j’étais facile, je n’avais plus d’opposition et c’était la même chose aujourd’hui.
Jean-Michel Bazire


Prix d'Amérique Legend Race

LE BAZIRE TOTAL SHOW

C’est le sacre dans la Legend Race le plus démonstratif des temps modernes. Hooker Berry n’a pas remporté le Prix d’Amérique. Il a dynamité ses rivaux dans le final offrant une victoire à Jean-Michel Bazire dès l’entrée de la ligne d’arrivée. Le driver star ne s’est pas privé de profiter du moment, bras et jambes levés très longtemps et longuement avant la ligne finale. Un Bazire total show qui permet à l’éleveur et propriétaire Michel Aladenise de monter sur le toit du monde.

Cela fait maintenant vingt ans que Michel Aladenise et Jean-Michel Bazire se cotoîent. Leur première rencontre s'est nouée autour et grâce à Mich Phili (Podosis) vainqueur semi-classique monté en 2003. À l'époque, ils ne se connaissent pas vraiment. Michel Aladenise regarde de loin son entraîneur dans le cadre d'un cheval en copropriété. Et semble même intimidé. Il y a quelques mois, il nous avait expliqué comment il avait poursuivi l'aventure avec lui : "Je voulais continuer à avoir des chevaux chez Jean-Mi (Jean-Michel Bazire) car je trouvais ce mec monstrueux. Un jour, je l’ai appelé pour lui proposer un cheval et il a accepté. C’est parti comme cela."
En 2023, le duo Bazire/Aladenise remporte la plus grande course française et pour tout dire mondiale.
Cinquième Prix d'Amérique pour Jean-Michel Bazire
Après Moni Maker (1999), Kesaco Phedo (2004), Up And Quick (2015) et Bélina Josselyn (2019), Jean-Michel Bazire ajoute donc un cinquième titre dans le Prix d'Amérique comme driver. Il rejoint ainsi Franck Nivard, qui était au départ le pilote en activité le plus capé dans l'épreuve. Il est d'ailleurs amusant de voir que les deux composent le couplé gagnant de cette édition 2023. Comme entraîneur cette fois, JMB en est à trois (après Kesaco Phedo et Bélina Josselyn).

Une victoire au-delà du rêve
Le berrichon Michel Aladenise a du mal à réaliser en direct. Le titre suprême est difficilement concevable : "C'est plus que mon rêve qui est devenu réalité. Je ne m’y attendais pas. J’espérais être dans les cinq premiers mais pas gagner. Surtout de cette façon là ! Je n’ai jamais pensé gagner le Prix d’Amérique. Comme éleveur, le plus important pour moi a toujours été d’avoir des chevaux qui peuvent courir et gagner à Vincennes. Mais je ne rêvais pas à plus."
Lors de sa découverte des courses, dans les années 1980, il nourrissait déjà des rêves accessibles (lire dans notre édition du 14 septembre) : "Mon rêve à l'époque était d’avoir un compétiteur, un cheval qui court et gagne. Je voulais gagner, que ce soit à Lyon, Saint-Galmier ou ailleurs. Pas plus. Je n’étais pas dans l’esprit de vouloir gagner à Vincennes ou de participer au Prix d’Amérique." La vie en a décidé autrement...

Une fierté pour sa région d'élevage
Michel Aladenise : "Je suis très fier pour ma région. Je l’ai toujours défendue par le nom de mon élevage. C’est génial ce qu’il se passe. L’élevage n’est pas toujours facile, j’ai eu droit à des catastrophes. C’est comme cela, il faut se relever. Et un jour, on a un poulain comme les autres dans les boxes qui gagne le Prix d’Amérique. Poulain, Hooker Berry était un peu frêle. Quand il avait un mois, je me demandais s’il allait voir un champ de courses. En fait, il est différent des autres. Il comprend tout ce qu’on lui demande. Dès que j’ai commencé à m’occuper de lui, j’ai vu que tout était facile."

Jean-Michel Bazire et Michel Aladenise

© ScoopDyga
© ScoopDyga
Une première victoire de Gr.1 dans le Prix d’Amérique !
Ce n’est pas une première mais on peut parler de rareté. Elément classique par définition, Hooker Berry ne comptait pourtant aucun titre de Groupe 1 à son palmarès. Il comptabilisait en revanche trois premiers accessits (2e Critérium des Jeunes, Prix Albert Viel et Sulky World Cup 5 Ans Finale). Il rejoint ainsi Oyonnax (vainqueur 2010) qui ouvrait son palmarès au niveau Groupe 1 dans le Prix d’Amérique.

Une dernière défaite radicale qui a relancé la dynamique
Quatrième dernièrement (en fait sixième avant de gagner deux places après enquête) mais de manière décevante dans le Prix d'Amérique Q6 - Prix de Belgique (Gr.2), après avoir été en difficulté dans le dernier tournant, Hooker Berry n'avait pas alors convaincu Jean-Michel Bazire. Ce que nous confirme Michel Aladenise : "Jean-Michel était un peu déçu de sa dernière sortie. Pas trop de mon côté car je trouvais qu’il avait vu le jour trop tôt. Je pense que cela a aidé Jean-Michel à corriger des choses aussi. Il l’a un peu réveillé au travail aussi car Hooker ne bosse pas dur habituellement. Il n’aime pas travailler." Voilà ce qu'on peut sans doute appeler un mal pour un bien. Un constat repris par Jean-Michel Bazire lors de la conférence de presse [lire en page suivante].
7e | PX D'AMERIQUE RACES ZETURF PX D'AMERIQUE
Att - 2700 m - Groupe 1 - 1 000 000 €
HOOKER BERRY 1'11"7
Booster Winner x Osaka Berry (Caballio In Blue)
Driver : J-M Bazire - Entraîneur : J-M Bazire
Propriétaire : M. Aladenise - Eleveur : M. Aladenise
2e Ampia Mede Sm 1'11"9 Ganymede x Polimpia Slide Sm
3e Italiano Vero 1'11"9 Ready Cash x Baraka d'Henlou
4e : Hip Hop Haufor - 5e : Hohneck - 6e : Don Fanucci Zet - 7e : Hussard du Landret

D'où vient-il ?

C’est l’élevage des "Berry" et de Michel Aladenise. L’aventure remonte à Idée du Corta (1996-Battling Joe), la grand-mère du héros du Prix d’Amérique Legend Race, non qualifiée, mais qui a remarquablement essaimé. Mère de dix produits, dont huit qualifiés et sept vainqueurs, ces derniers ayant engrangé quelque 2,25 millions d’euros, elle se recommande, tour à tour, d’Osaka Berry 1’13’’, Paolo Berry 1’13’’ a.-m., classique, Quokine Berry 1’11’’ m., classique, Téquila Berry 1’12’’, semi-classique, ou encore Dayana Berry, 1’11’’ m., semi-classique. Gagnante de quatorze courses et de plus de 250.000 euros, Osaka Berry est la mère d’Hooker Berry, mais aussi de Darling Berry 1’12’’, Eliska Berry 1’12’’ a.-m. et Falco Berry 1’11’’, un quatuor dont les gains cumulés s’élèvent à deux millions d’euros, ou presque. Au sein des "Berry", les générations se suivent et se ressemblent !

Love You 1'10''2 Coktail Jet 1'11''2
Booster Winner 1'10''2 Guilty Of Love 1'17''1
Quille Viretaute 1'13''8 Elvis de Rossignol 1'13''0
HOOKER BERRY Aube Et Vire 1'23''4
Caballio In Blue 1'16''2 Quadrophenio 1'13''9
Osaka Berry 1'13''8 Starlette Begonia 1'23''9
Idee du Corta Battling Joe 1'15''6
Salsa des Quartes
© Aprh
La déception Idao de Tillard
À la faute dans le premier tournant, Idao de Tillard (Sévérino) n'a pu défendre ses chances. Thierry Duvaldestin nous a expliqué : "Le cheval s’est déséquilibré après avoir dû être déplacé. Il a alors fait la faute. C’est une déception mais le principal est qu’il soit bien rentré. On devrait tenter le Prix de France (Speed Race)."
Quant à Flamme du Goutier (Ready Cash), l'autre représentante de Thierry Duvaldestin très attendue, elle n'a jamais vraiment pu jouer de rôle, concluant dixième. L'entraîneur nous a appris : "Flamme du Goutier n’avait pas de gaz du parcours. Peut-être n’avait-elle pas récupéré de son Prix de Cornulier ? Elle devrait maintenant participer au Prix de Paris (Marathon Race) dans quatre semaines."

Jean-Michel Bazire : "J'ai eu envie de faire le spectacle pour le public"
Lors de la conférence de presse d'après-course, Jean-Michel Bazire reconnaît une déception générée par Hooker Berry dans la Q6-Prix de Belgique : "Je me suis mis à le travailler parce que le Prix de Belgique m’a perturbé et m’a poussé à le réveiller."
Le professionnel français le plus titré de l'histoire a tenu à vivre ce succès sous la forme d'un partage avec le public. La grande ambiance du jour a été communicative et le driver a levé les bras une centaine de mètres avant la ligne finale. Un spectacle rare sur lequel il est revenu : "Quand le public est là, on a envie de faire le spectacle avec et pour lui. En fait, j’ai été concentré toute la route et encore à l'entrée de la ligne d'arrivée pour ne pas m'accrocher avec le cheval de Benoît (Robin, sur le sulky d'Hussard du Landret). Quand le public est là, autant faire le spectacle et le show. Et j'avais un cheval qui s'y prêtait merveilleusement bien. Hooker Berry est un véritable poney, il n’a jamais galopé de sa vie (N.D.L.R : une seule fois dans le Critérium des 5 Ans avec Nicolas Bazire). Et, dès l’entrée de la ligne droite, je savais que c’était fait.
Les jambes levées largement au-dessus du sulky, voilà une scène qui rappelle le succès de 2004 avec Kesaco Phédo. Au jeu des comparaisons, on pourrait dire que c'est la même position qu’avec Késaco Phédo et les mêmes facilité et certitude de gagner qu’avec Moni Maker (en 1999). Sur cette dernière Jean-Michel Bazire déclare : "Avec Moni Maker, toute la ligne droite j'avais gagné, je n'avais plus d’opposition. J'avais pu jouer avec le public. Et c’était la même chose aujourd’hui. Voilà pourquoi cette victoire d'aujourd'hui me rappelle celle de Moni Macker."


© ScoopDyga
Horsy Dream dominé dans le final
Vite exposé après avoir pris position aux côtés de l'animateur Don Fanucci Zet (Hard Livin) aux termes d'un effort dans la descente, Horsy Dream (Scipion du Goutier) n'a jamais été en mesure de prendre l'ascendant sur son rival suédois et a marqué le pas à la fin, concluant huitième (en 1'12''2). Pierre Belloche nous a debriefé : "Sa performance est bonne mais il a fait un effort trop fort et trop tôt dans la descente. On verra pour ses prochains engagements mais il a beaucoup de possibilités vu ses gains encore peu élevés. Il ne fera pas la monte cette année compte tenu des problèmes qu’il a eu aux postérieurs. On ne veut pas prendre de risque à le faire monter sur le mannequin."

Le rôle décisif de Don Fanucci Zet
Animateur de l'épreuve à un rythme régulier, Don Fanuzzi Zet (Hard Livin) n'a baissé pied qu'à la fin pour prendre la sixième place. Il aura néanmoins usé Horsy Dream, en tête du wagon de deuxième épaisseur. Ce sont en fait les attentistes qui ont ramassé les places derrière Hooker Berry parti le premier dans le dernier tournant. En signant 1'11''7, le vainqueur fait moins bien que ses prédécesseurs des trois dernières éditions. Très en retrait dans le dernier tournant, Ampia Mede Sm (Ganymède) a fini en trombe (1'03''5 ses derniers 200 mètres) pour chiper la deuxième place à Italiano Véro (Ready Cash).
■ Franck Nivard – Ampia Mede Sm (2e) : "Elle n’a vraiment pas été heureuse. On était derrière le cheval d’Alessandro Gocciadoro (Vernissage Grif) qui n’a fait que laisser la place à tout le monde. On n’a fait que de reculer. C’est dommage car si Alessandro Gocciadoro avait vraiment couru sa course, cela aurait tout changé. Ampia Mede Sm aurait pu tout simplement gagner. Elle s’est vraiment bien allongée pour finir. Elle est revenue au mieux et refait les valeurs qu’elle réalisait l’hiver dernier."
■ David Thomain – Italiano Véro (3e) : "On a eu un bon déroulement de course, celui qu’il nous fallait. Le cheval a bien jailli et a fait une très bonne dernière ligne droite. J’ai cru à la deuxième place avant d’être toisé par Ampia Made Sm. Son entraîneur Philippe Allaire a toujours dit que c’était un grand champion et il avait bien sûr raison."
■ Christian Bigeon – Hip Hop Haudor (4e) : "Il réalise une belle performance mais j’ai néanmoins des regrets car on a perdu beaucoup de temps dans le dernier tournant à cause d’un concurrent qui nous a pris la roue. C’est dommage, il aurait obtenu la deuxième place sans cela. Content de sa grande performance mais déçu du résultat."
■ François Lagadeuc – Hohneck (5e) : "Le cheval était parfait sans enrênement pour la première fois. J’ai le regret de ne pas avoir pris le dos au cheval de Yoann Lebourgeois (Don Fanucci Zet) au départ. En fait, Hohneck est sorti tardivement et a fini très vite. Il aurait pu être deuxième tout aussi bien. Vu ce qu’il réalise, j’ai maintenant hâte de courir le Prix de France dans un exercice qui sera vraiment son truc."

Des précédents américains
La lignée mâle de Love You et de Coktail Jet aura, finalement, été la meilleure, à l’arrivée de l’édition 2023 du Prix d’Amérique Legend Race, grâce à Hooker Berry (Booster Winner-Love You-Coktail Jet), alors qu’elle n’était pourtant pas la plus représentée au départ. Il n’empêche… On ajoutera qu’elle est également à la cinquième place, grâce au concours d’Hohneck (Royal Dream-Love You-Coktail Jet), tandis que Buvetier d’Aunou est au deuxième et au quatrième rang, avec Ampia Mede SM (Ganymède-Buvetier d’Aunou) et Hip Hop Haufor (Up and Quick-Buvetier d’Aunou). Ready Cash complète le champ, via la place de troisième d’Italiano Vero (Ready Cash). On ajoutera que trois des cinq premiers sont par des étalons ayant eux-mêmes remporté le Prix d’Amérique, soit Italiano Vero, Hip Hop Haufor et Hohneck. Et que Coktail Jet, tête de lignée du gagnant et du cinquième, a pareillement remporté notre championnat, en 1996.

La course finalement à 16
Dimanche matin un nouveau forfait est venu s'ajouter à celui d'Étonnant annoncé par notre titre jeudi soir : la Suédoise Honey Mearas (Readly Express), fiévreuse, a été déclarée non-partante par Daniel Redén. Le Prix d'Amérique à seize partants, cela n'était plus arrivé depuis 1987 avec un peloton à quinze partants et une course remportée par Ourasi.

Le sulky d'Hooker Berry tombé lors du transport
Drôle d'épisode qui aurait pu changer la grande course du jour. Lors du transport de Hooker Berry de Grosbois à Vincennes, le sulky s'est décroché du camion. Après avoir rebroussé chemin l'équipe de JMB l'a retrouvé intact sur le bord d'une portion de quatre voies. Un épisode sans conséquence qui nourrit la grande histoire du jour.

A voir aussi :
...
Et si vous versiez la taxe d'apprentissage à l'Afasec?

Le versement de la taxe d'apprentissage concerne toutes les entreprises employant au moins un salarié, domiciliée en France et sujette à l'impôt sur les sociétés. Aussi, afin de soutenir le travail de formation menée par la ...

Lire la suite
...
Belina entretient
le rêve Josselyn

La Journée des Champions sera exceptionnelle. Sept Groupes sont à l’affiche dont cinq Groupes 1. Les champions du moment, génération par génération, répondront à l’appel. Pour tout éleveur, se voir représenter dans ces temps ...

Lire la suite
...
Lady Princess confirme son beau potentiel

Dans nos radars depuis sa qualification en février à Grosbois (2 étoiles Province Courses), Lady Princess (Gotland) remporte une deuxième course consécutive. Après celle de la fin avril sur cette même piste de La Capelle, la proté...

Lire la suite
...
Dimanche, c'est aussi jour de Trophée Vert

La place de leader du classement général du Trophée Vert pourrait être en jeu dimanche à l'occasion de la 7ème étape du circuit des meilleures pistes en herbe, à Niort. À Feline De Calvi (Tag Wood) de défendre sa ...

Lire la suite