... © ScoopDyga
En bref - 30.01.2023

Vitale Ciotola, un Italien qui rêve d'Amérique

Une journée inoubliable. Vitale Ciotola a décroché le premier Groupe 1 de sa carrière, dimanche, à l'occasion du Sulky World Cup 5 ans - Prix Bold Eagle, avec Cocco Bfc. A l'arrivée, le professionnel italien est sur un nuage. Le plus grand moment de sa carrière vient de se produire, en France, un pays dont il est tombé amoureux et qui l'a adopté.

C'est dans les bagages d'un trotteur italien, comme accompagnateur, que s'est installé la première fois Vitale Ciotola pour découvrir l'hexagone. Il nous détaille ce premier choc : "Je suis arrivé en France grâce à un cheval qui s'appelait Rombo di Cannone sur lequel mon père était associé avec un ami. Ce dernier m'a demandé un jour si je voulais accompagné le cheval en France, et j'ai découvert Grosbois. C'était en 2015. J'étais déjà venu une fois, pour l'Amérique d'Oyonnax en 2010. J'ai tout de suite aimé la France et la façon de travailler. J'ai vu des grands drivers et des entraîneurs qui enchaînaient les journées sans compter. Cela m'a donné envie de rester. Ce n'est pas la même mentalité qu'en Italie. Ici, tout le monde fait tout. J'adore ce pays. Tout le monde travaille et peut avoir sa place. Ma vie est ici désormais."
Âgé aujourd'hui de 43 ans, Vitale Ciotola a rapidement baigné dans l'univers des chevaux. "Mon père travaillait chez Fiat et a toujours eu des chevaux. J'habitais à Agnano, à côté de l'hippodrome de Naples, à seulement 400 mètres. J'entendais le speaker Salvio Cervone, la légende des courses napolitaines ! J'ai commencé à 14 ans, au côté de l'ami de mon père et, 25 ans plus tard, c'est grâce à lui que je suis venu en France. Hier, il était là à Vincennes, juste derrière moi sur le podium. C'est comme un deuxième père. Pour mon premier Groupe 1, il était là, c'est magnifique !"
Durant ces premières années en France, Vitale travaille notamment chez Vincent Lacroix. "C'était les années Nene' Degli Ulivi, que montait Alexandre Abrivard, sûrement mon pilote favori. J'ai eu l'occasion de driver à cette époque Buzz Mearas, qui défendait la casaque de M. Pilarski. Alors que je suis ravi d'avoir gagné le Prix Bold Eagle. Après je me suis installé tout seul. Je remercie tous les gens qui m'ont fait confiance."
Cette grande victoire dimanche est une magnifique récompense pour ce professionnel qui espère encore de très belles choses. Avec environ 25 chevaux, le transalpin est bien armé avec Bilo Jepson notamment. "Je travaille avec la Scuderia Nininni mais aussi la famille Minopoli." Avec des étoiles dans les yeux, il conclut. "Je rêve du Prix d'Amérique ! J'y crois avec Cocco Bfc."

A voir aussi :
...
Ino du Lupin dans une course sans concession

Dans une course au rythme très élevé sous l'impulsion d'Ibiki de Houelle (Love You), Ino du Lupin (Scipion du Goutier), la nouvelle pépite de l'écurie Marmion, domine de toute une classe dans la phase finale l'animateur de ...

Lire la suite
...
Le Trot
dans tous ses états

C’est déjà la fin. La 91ème réunion du meeting d’hiver, ce samedi, ferme une séquence commencée le jeudi 2 novembre 2023. L’affiche est belle, comme d’habitude, mais revêt pourtant cette année un ...

Lire la suite
...
Jamaïca Phedo en mode supersonique

Pour sa première sortie à Vincennes, Jamaïca Phédo (Magnificent Rodney) a marqué les esprits ce vendredi. Cette descendante de Féria de Vrie (Hêtre Vert), mère du champion Kesaco Phedo (Cabalio in Blue), vainqueur du Prix ...

Lire la suite
...
Lexie de Banville, la corde gagnante

Depuis ses premiers pas en compétition en décembre, Lexie de Banville (Réal de Lou) affiche une progression constante qui lui permet ce vendredi à Vincennes de remporter une première victoire. "Au mois d'octobre, je ne pensais pas ...

Lire la suite