... (© APRH)
Actualité - 07.12.2020

Gladys et Billie, toujours plus incroyables

En ce premier premier lundi de décembre, deux juments françaises ont réalisé deux grandes performances sportives. Chronologiquement, Gladys des Plaines a donné le ton à Vincennes en dominant sans contestation le Prix Philippe du Rozier avant que Billie de Montfort ne remporte le Grand Prix des Nations à Milan ! On vous fait vivre ou revivre un après-midi au féminin exceptionnel.

En cette année 2020 si particulière, les courses ont plus que jamais besoin d'histoires qui permettent d'échapper à un climat préoccupant voire lourd. A ce titre, Gladys des Plaines (Opus Viervil) mérite une mention toute particulière. A elle seule, cette jument achetée 23 000 € à la vente mixte d'Arqana Trot il y a un peu plus de deux ans concentre tout ce que les courses sont capables de produire et de susciter comme émotion. Ce ne sont pas ni Gilles Curens, son entraîneur associé sur sa propriété, ni Augustin Radu, sous les couleurs duquel elle court, ni Julien Coulon, le troisième et dernier membre de cette association, qui diront le contraire. "Ce que j’aime dans les courses, c’est la montée d’adrénaline qu’on peut avoir", rappelle régulièrement Augustin Radu. Ce lundi, le propriétaire a été encore servi grâce à la performance de sa jument. Alors qu'à la veille de ce Prix Philippe du Rozier, on se demandait si son absence de victoire sur les parcours de vitesse était dû à une inaptitude ou aux circonstances. Gladys des Plaines a apporté
une réponse qui souffre aucune discussion avec, à la clé, un chrono de 1'11''3 ! A quatre dixièmes du record de la course établi l'an dernier par Flèche Bourbon (Saxo de Vandel). "Avant la course, la distance me faisait peur, reconnaît Gilles Curens qui n'a pas changé de discours après le résultat. En revanche, mon jockey (Mathieu Mottier) était très confiant. Je ne pensais pas pouvoir battre Gospel Pat (Uriel Speed) sur cette distance." En six courses avec celui qui sera le prochain Étrier d'Or, Gladys des Plaines s'est imposée à quatre reprises dont un Groupe 1 et trois Groupes 2 maintenant. "On a l'impression qu'elle a un deuxième cœur. Deux cœurs, quatre poumons... Elle est super généreuse, réagit un Mathieu Mottier admiratif et en pleine confiance avec sa partenaire. Ce n'est pas la jument qui est la plus rapide pour prendre un départ mais j'ai durci ensuite dans la montée, contrairement à sa dernière tentative sur ce parcours où j'avais trop attendu. Elle est bonne, tout simplement, et elle s'adapte même au 2175 m." Un jugement que partage évidemment Gilles Curens : "C'est une grande championne. Elle a montré que c'était elle la meilleure, que ce soit sur 2175m. ou sur plus long".
Crise sanitaire oblige, Augustin Radu a regardé la course de sa jument devant sa télévision comme cela avait déjà été le cas au mois de juin pour le Prix du Président de la République. "Quelle jument mais quelle jument ! Dès qu’il y en a un qui l’approche, elle reprend un mètre d’avance, confie-t-il au téléphone. C’est quand même incroyable ! Moi, le Covid ça me réussit. Les courses devant la télé, ça me va bien (rires) ! En plus, aujourd’hui (lire lundi), j’ai vécu ça avec mes parents. On a vibré devant la télé, je peux vous l’assurer."

Et maintenant ?
A cette question, Gilles Curens, fidèle à lui-même, ne se pose trente-six questions. "En avant !", répond-il du tac au tac. Évidemment, en toile de fond, il y a le Prix de Cornulier le 24 janvier prochain et avec lui l'épouvantail Bilibili qui partira à la conquête d'un troisième sacre consécutif. "On la reverra le 27 décembre, dans le Prix Léon Tacquet, où elle sera sûrement ferrée. Puis début 2021 dans le Prix Émile Riotteau, où elle sera déferrée des quatre pieds. Si elle fait un numéro ce jour-là, elle sera très sûrement revue dans le Cornulier." Le mot est lâché. "C'est la jument qui nous dira si on le court, prolonge Augustin Radu. Vous savez, à mon humble niveau, c'est déjà tellement extraordinaire de vivre tout ce qu'on a vécu jusqu'ici avec elle que je ne me fixe aucun objectif. Et je fais totalement confiance à la maestria de Gilles (Curens) pour parfaitement gérer la situation. En tout cas, je peux vous assurer que je ne me lève pas tous les matins en me disant : "Pourvu qu'on court le Cornulier"."

Les réactions des placés :
David Thomain (Gospel Pat) : "Il fournit une bonne performance, avec un bon chrono. Rien à dire".
Matthieu Abrivard (Grâce de Faël) : "Elle a été généreuse et s'est bien bagarrée jusqu'au poteau. Elle est battue par de très bons chevaux. Je suis satisfait. J'aurais signé avant coup pour prendre cette place".

D'où vient-elle ?

Fille d'Opus Viervil 1'11'', Gladys des Plaines, élevée par l'ex-entraîneur Stéphane Rouxel (Écurie des Plaines) -qui s'est recyclé aujourd'hui, pour raisons de santé, dans le commerce d'aliments pour chevaux-, est le premier produit de Thétis de Vaujours 1'13'' (210.970 €), lauréate de sept tournois provinciaux. La troisième mère est la classique montée Comme Elle 1'15'' (181 308 €), gagnante de dix courses et placée du Prix d'Essai. Le meilleur produit de Comme Elle fut Nina de Bootz 1'14'' a.-m. (treize victoires et 217.230 €). Rappelons que Gladys des Plaines provient de la vente mixte d'été d'Arqana Trot, à Deauville, où elle fut adjugée 23.000 €, à l'âge de 2 ans, qualifiée, inédite, en septembre 2018. Son frère cadet, Indigo des Plaines 1'17'' (Qualypso Jiel), a débuté deuxième, sur l'hippodrome de Reims, au mois de septembre 2020, pour le même tandem Radu-Curens, et n'a, pour l'heure, pas été revu.

2e | PRIX PHILIPPE DU ROZIER
M - 2175 m - Groupe 2 - 85 000 €
GLADYS DES PLAINES 1'11"3
Opus Viervil x Thetis de Vaujours (Hernani)
Jockey : M. Mottier - Entraîneur : G. Curens
Propriétaire : A. Radu - Eleveur : E. d. Plaines
2e Gospel Pat 1'11"7
3e Grace de Fael 1'11"8
4e : Grazia - 5e : Greta du Chatelet - 6e : Goforme de Houelle
A voir aussi :
...
I Love Me, candidate à la succession d'Hohneck

En l'absence des meilleurs 3 ans attelé, le Prix Timocharis (Groupe 3) regroupe un lot de qualité. Quatrième du Prix de l'Etoile (Groupe 1) le 19 septembre, I Love Me (Love You) trouve une très belle occasion de renouer avec le succè...

Lire la suite
...
Formalité pour Farrel Seven

Triple lauréat lors du dernier meeting d'hiver sur la cendrée parisienne, Farrel Seven (Rédéo Josselyn) a ridiculisé ses adversaires ce lundi à Enghien avec Nicolas Bazire à son sulky. Ménagé par Jean-Michel Bazire en vue du meeting ...

Lire la suite
...
Joker des Molles commence à dévoiler ses atouts

Seulement devancé par un certain Just A Gigolo (Boccador de Simm) le jour de ses débuts à Vincennes (le 14 septembre), Joker des Molles (Eridan) a confirmé son potentiel en s'imposant cette fois-ci avec brio ce mardi sur le plateau de ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite