... © ScoopDyga
Résultat de course - 19.12.2020

C'est Ganay de Banville qui gagne toujours à la fin

Le matin, il montre qu’il peut encore faire mieux que ces catégories-là.
Jean-Michel Bazire

C'était une première pour Ganay de Banville. Jamais il ne s'était produit sur une distance aussi réduite que les 2 100 mètres proposés par le Prix Jules Lepennetier. Cela n'a nullement modifié le dénouement attendu : à la fin, c'est bien Ganay de Banville qui gagne !

Depuis le 1er novembre, à Laval, à la fin, c'est toujours Ganay de Banville (Jasmin de Flore) qui gagne. Cela fait quatre fois maintenant. Le changement de registre - en passant sur un parcours qui exige de la vitesse et l'obligation de partir vite - n'a pas véritablement perturbé le futur lauréat même s'il a fait profil bas au début, laissant les autres prendre en charge les opérations, tout concentré qu'il était à entrer en progression dans sa course. Et, dans la montée, Ganay de Banville nous a fait une "Bazire", contournant le peloton pour lancer l'épreuve de loin, à l'intersection des pistes, à 600 mètres du but. Jean-Michel Bazire nous a confié à son retour aux balances : « Le poulain gagne bien. Il a été pris de vitesse au début mais, ensuite, il a fait un très bon bout depuis l intersection des pistes. Il se montre un peu froid mais il répond à toutes mes demandes. Il progresse et, pour le moment, il est irréprochable. Il ne va pas en rester là. Je continue à dire que c’est un poulain que j’adore et qu’il peut continuer à monter les échelons. Je prends mon temps avec lui car, le matin, il montre qu’il peut encore faire mieux que ces catégories-là. »

Un saut chronométrique de presque deux secondes
En portant son record personnel à 1'11''6 (en réduction kilométrique), Ganay de Banville efface, et de beaucoup, les 1'13''4 qu'il avait signés sur les 2 850 mètres de la grande piste en août dernier. Au total, les quatre premiers de cette épreuve (tous en moins de 1'12'') ont amélioré leur record.

D'où vient-il ?

C'est le premier des trois produits répertoriés de sa mère, Anaïs de Banville 1'17'' (Quaker Jet), qui n'a pu que se placer, à quatre reprises, dans le nord de la France. La deuxième est Hope de Banville, une fille de Késaco Phédo non qualifiée, et le troisième son foal de l'année, Legend de Banville, par Chablis d'Herfraie. Anaïs de Banville est la sœur de Quéron de Banville 1'13'' (Epicondyle) et de Rush de Banville 1'15'' (Achille), qui totalisent, à eux deux, près de 250.000 € de gains. Comme tous les "Banville", Ganay de Banville, né des oeuvres du champion pluridisciplinaire Jasmin de Flore 1'13'', provient de l'élevage du G.A.E.C .de Banville, animé, dans la Manche, par la famille Duprey.

2e | PRIX JULES LEPENNETIER
Att - 2100 m - Course B - 37 000 €
GANAY DE BANVILLE 1'11"6
Jasmin de Flore x Anais de Banville (Quaker Jet)
Driver : J.-M Bazire - Entraîneur : J.-M Bazire
Propriétaire : Ec. J. M. Bazire - Eleveur : G.A.E.C. du Petit Banville
2e Gai Printemps 1'11"7 Boccador de Simm x Praline Brune
3e Gondole Jenilou 1'11"8 Goetmals Wood x Pirogue Jenilou
4e : Gimy du Pommereux - 5e : Gilmour - 6e : Goodman Turgot - 7e : Good Morning
A voir aussi :
...
M. Abrivard : "Je vais remonter directement dans le Cornulier"

Aune semaine tout juste du Prix de Cornulier (Gr. 1) dont il est le tenant du titre avec Bahia Quesnot (Scipion du Goutier) annonce qu'il ne va se remettre en selle en course que le jour J, lui qui a passé ...

Lire la suite
...
Equinoxe : c'est bon pour le moral

Depuis son retour à la compétition après son accident le mois dernier, Matthieu Abrivard n'avait pas encore repassé le poteau en tête. Voilà qui est chose faite à une semaine du Prix de Cornulier où il se remettra en ...

Lire la suite
...
Diamant de Tréabat,
nettement un ton au-dessus

Dans le Prix Djérid (Groupe 3) ouvert aux chevaux d'âge n'ayant pas gagné 675 000 €, Diamant de Tréabat avait face à lui une opposition largement dans ses cordes, quand bien même la courte distance et la petite piste n'étaient ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard
enchaîne et prend date

Fils et petit-fils de deux vainqueurs de Critérium Continental, Idao de Tillard (Sévérino) a la vitesse qui coule dans ses veines. Mais pas seulement. La preuve aujourd'hui avec son succès convaincant dans ce Prix de Riberac, ...

Lire la suite