... © B. Vandevelde/SETF
Thierry Duvaldestin
Actualité - 02.12.2023

Thierry Duvaldestin, décryptage d'un record

Les 240 et 241èmes victoires de l’année de Thierry Duvaldestin auront eu pour cadres Angers et Vincennes mais surtout auront eu lieu un 2 décembre. Ce sont deux succès de plus qu’en 2021 qui était depuis sa référence et la référence nationale avec 239 gagnants. À 29 jours du terme de la saison, Kahina de Faël et le crack Idao de Tillard ont fait entrer l’écurie normande dans une dimension encore supérieure dont on connaîtra les contours définitifs au soir du 31 décembre. Au-delà du mois d’avance par rapport à 2021, l’étude des datas montrent que ce nouveau record a été réalisé avec une centaine de partants de moins et qu’il s’accompagne d’un pourcentage de victoires d’un niveau tout à fait exceptionnel qui tutoie les 31 % !

Pouvait-on s'attendre à ce que le record de victoires d'un entraîneur en France soit battu cette année ? Quelle cote cela valait-il au 1er janvier ? Assez vite, cette possibilité s'est dessinée au fil des premiers mois à la vue des résultats des chevaux entraînés par Thierry Duvaldestin, le détenteur justement dudit record deux ans auparavant. Pour cela, il s'appuie sur son expérience, sa parfaite connaissance des programmes - "j’essaie de trouver les meilleurs engagements pour chacun de mes pensionnaires en fonction des profils de pistes" ou "je connais dorénavant toutes les pistes françaises", nous disait-il il y a quelque temps - et la présence de plus en plus déterminante de Clément et Théo, ses fils, à ses côtés le matin à l'entraînement et l'après-midi.
C'est bien connu, on est toujours plus fort à plusieurs, surtout quand on profite en plus de la dynamique de champions comme Flamme du Goutier (Ready Cash) et Idao de Tillard (Sévérino). En ce sens et à la lumière des résultats de cette année, les 239 victoires de 2021 ont montré que c'était possible de multiplier les victoires et avec quelques ajustements de faire même mieux encore en même temps que ses deux fils s'affirmaient comme drivers.

Plus de 30 % de réussite à la gagne !

Évidemment, le nombre de victoires est un indicateur essentiel dans l’étude d’une saison mais ce n’est pas le seul. Dans le cas présent, le nouveau record du nombre de gagnants de Thierry Duvaldestin s’accompagne d’une exceptionnelle réussite à la gagne de 30,6 % ! Sur le cumul de l’année, ce taux a été au plus fort de 36,4 % (fin avril) et n’a jamais été en dessous de 30 %. Son écurie compte plus de gagnants avec moins de partants (une centaine environ) par rapport à l'ensemble de la saison de son précédent record où ce taux était de 27 %, ce qui était déjà remarquable. Pour bien prendre conscience de cette réussite à la gagne, on peut la comparer avec celle des confrères de Thierry Duvaldestin qui composent le top 10 au nombre de victoires. Parmi ceux-ci, Matthieu Abrivard et Yannick Henry sont ceux qui présentent les pourcentages les plus élevés, respectivement à 18,3 et 17,9.
Il est un autre indicateur auquel l’entraîneur normand est sensible, c’est le ratio de victoires par cheval. Quand en 2009, il franchissait pour la première fois la barre des 200 gagnants dans l’année (210 précisément), l’une de ses plus grandes satisfactions avait été son ratio victoires/cheval de 2,38. "C’était réellement exceptionnel", avait-il souligné avec raison. Il y a deux ans, ce ratio était de 1,86, le nombre de chevaux passant de 88 à 128. Cette saison, l’effectif est quasiment identique à celui de 2021 et ce ratio est très proche (1,84). Cette faculté à maintenir un tel ratio est aussi remarquable.

Un début de saison décisif

On se souvient que, dans ses commentaires sur son précédent record, Thierry Duvaldestin avait confié qu'il avait annoncé à ses fils dès février qu'ils allaient gagner 200 courses. "Ils m’ont regardé avec des grands yeux, se demandant si j’avais perdu la tête (rires)", rappelait-il comme anecdote. Deux ans après, a-t-il eu la même vision ? Toujours est-il que 2023 a débuté pour son écurie sur les chapeaux de roue.

© J.-L. Lamaère/SETF

Après quatre mois seulement, le compteur de victoires affichait déjà un excédent de +26 par rapport à 2021, avec un nombre de courses légèrement inférieur (-11). Les mois de janvier, avec 25 victoires, et plus encore d’avril avec 30 succès (soit un par jour !) et un stratosphérique 41 % de réussite à la gagne pour ce seul mois sont les symboles de cette réussite initiale. Au soir du 30 juin, Thierry Duvaldestin comptabilisait 137 victoires contre 119 deux ans plus tôt.
Le début du second semestre a été dans la même veine avec 35 gagnants pour le seul mois de juillet (en 2021, août avait été le meilleur mois avec 36 vainqueurs). Si octobre a été nettement en retrait en comparaison de 2021 (-10 victoires avec 20 partants de moins), la moyenne mensuelle de victoires est de 21,6 après onze mois, soit supérieure à 2021 où elle dépassait tout juste 21.

Plus forts à trois

Le record de 2021 trouvait en partie son origine dans l’affirmation de la présence et du rôle de Clément et Théo Duvaldestin auprès de leur père au sein de l’écurie familiale. "S’ils n’étaient pas dans la cour, je n’aurais pas remis ce coup de collier", avait alors dit leur père. Au-delà du travail du matin sur le centre d’entraînement, cela s’était notamment traduit dans les faits par le nombre de courses remportées par les deux frères pour l'écurie : 54 pour Théo et 47 pour Clément. Auxquelles il fallait ajouter les 46 de leur père, soit plus de 61 % de l’ensemble des victoires. Deux ans plus tard, cette proportion grimpe à 74 % (73,9). Théo Duvaldestin s’affirme en effet de plus en plus comme l’un des meilleurs drivers pour sa septième saison pleine, ayant remporté 90 courses pour l'écurie familiale. Son frère aîné et son père restent dans leur standard des deux derniers exercices, avec une mention spéciale au second qui a considérablement moins drivé qu’en 2021, tant et si bien que son taux de réussite à la gagne grimpe à 45 % ! Derrière les Duvaldestin père et fils, les deux autres plus gros contributeurs de victoires sont Matthias Legros (16), qui avait cette année la responsabilité de l’antenne du Sud-Ouest à Castéra-Verduzan, et Mathieu Mottier (11).

3 ans : les forces vives

Le champion Idao de Tillard (Sévérino) est le cheval de l’écurie qui a remporté le plus de courses (9) devant Gitano (Tucson), qui est celui qui a couru le plus fois (13), Invictus d’Orgères (Atlas de Joudes), Jack des Ass (Alberic) et Katinka du Mouchel (Prodigious), tous à 6 victoires. La palme du nombre de victoires revient à la génération des 3 ans qui totalise 106 victoires, dont celle de Kety du Goutier (Timoko) vendredi soir qui a permis d'égaler le record, devant celle des 4 ans (45) et celle des 5 ans (40). Il y a là une logique puisque les "K" représentent le plus gros contingent de chevaux de l’écurie, avec près de 60 éléments devant les "J" (27) et les "I" (16).

Plus de 40 propriétaires gagnants

Une quarantaine de propriétaires ont gagné au moins une course sous l’entraînement Duvaldestin en 2023. Parmi ceux-ci, le Nordiste Philippe Beauvisage est celui qui a eu le plus de partants (115) et totalise le plus de gagnants (33). Le dernier en date est Katinka du Mouchel, son premier dans un Groupe 2. À vingt victoires et plus, on trouve aussi la propre écurie de Thierry Duvaldestin (24), l’Écurie Haras des Quatre Vents (23) et l’Écurie Quick Star (21).

Paris et la province

Ce nouveau record s'est construit en région parisienne, où près d'un tiers des victoires a été obtenu, mais aussi bien sûr en province. Cette année, les "Duvaldestin" ont ainsi gagné sur 75 hippodromes différents en région !

A voir aussi :
...
Entre bon et mauvais Karma

Sous une pluie battante, Karma (Prodigious), pour la première fois allégé dans sa ferrure, et Thomas Levesque ont su dominer leurs adversaires dans la phase finale du Prix de l'Authie avec une certaine autorité. Fils de la bonne ...

Lire la suite
...
Epsom d'Herfraie, souverain cagnois

Il y a des longs voyages qu'on ne regrette pas. C'est bien le cas de Louis Baudouin ce vendredi. Le pilote d'Epsom d'Herfraie (Rieussec) a connu avec son partenaire un nouveau facile succès après leur précédente ...

Lire la suite
...
Tony Parker mobilise 2.800 investisseurs pour un haras

Passionné par les courses et animateur de l'écurie de galop Infinity Nine Horses, l'ex star de la NBA Tony Parker aime faire bouger les lignes. C'est ainsi qu'il a décidé de recourir au financement participatif, via la plateforme ...

Lire la suite
...
Amiens : 1ère Premium, GNT et emploi !

L'actualité de la société des courses d'Amiens sera chargée dans les prochains jours. L'hippodrome ouvrira ses portes ce samedi pour sa première réunion de l'année, sous label Premium. Et dans la foulée, mercredi 6 mars, ...

Lire la suite