...
Actualité - 22.12.2020

Le Prix de Vincennes : une pierre angulaire historique

Fandango remporta aussi deux « Cornulier », dont le premier à 4 ans, peu après son Prix de Vincennes victorieux

Le palmarès du Prix de Vincennes est jalonné de quelques-uns des plus grands noms de l’histoire du trot. Parangon de la sélection à l’ancienne, « à la française » –en ce qu’il se dispute sous la selle, à 3 ans, l’âge classique par excellence, et sur la distance–, il a procuré son lot d’étalons fameux, à l’influence déterminante, tout en générant aussi certaines déceptions. À cinq jours du verdict de l’édition 2020, c'est l'occasion de plonger dans l'histoire.

Rien que pour l’apport de Carioca II, vainqueur en 1949, et de Fandango, lauréat trois ans plus tard, en 1952, le Prix de Vincennes fait figure de pierre angulaire de l’élevage trotteur français de ces soixante dernières années.
À eux deux, ils ont été, en effet, neuf fois tête de liste de nos étalons – Carioca II en 1960, puis de 1962 à 1966 ; Fandango de 1967 à 1969– et Carioca II est à la tête de la lignée mâle de Coktail Jet et Love You, par l’entremise de Sabi Pas, Fakir du Vivier et Quouky Williams. Il n’avait couru que treize fois, de 2 à 4 ans, étant acheté par les Haras Nationaux à l’issue du meeting d’hiver au cours duquel il avait remporté le Prix de Vincennes.
Sa réussite ne fut pas longue à se faire jour, grâce aux Harold D III (Prix d’Essai), Jariolain (Prix de Paris, Grand Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur, Premio Europa), Kubler L (Prix d’Essai), Olten L (Critérium des 5 Ans, Prix de l’Atlantique), Quito (Prix d’Essai), Quovaria (Prix de Cornulier, des Elites et des Centaures), Seddouk (Prix de Vincennes, du Président de la République, des Elites, des Centaures, de Sélection, Critérium Continental) ou encore Vanina B (Prix de France, Critérium des 5 Ans, Prix de l’Etoile, Prix de Sélection, deuxième du Prix d’Amérique). Carioca II a engendré aussi des sujets comme Mario et Ura, compétiteurs un peu moins doués que les susmentionnés, mais étalons de qualité.
Seddouk a été également un géniteur de valeur et c’est pareillement à mettre à l’actif du Prix de Vincennes, qu’il a remporté en 1965 ; il a donné les Dinès P (Prix de Vincennes, des Elites, Grand Prix d’Aby, Grand Prix des Pays-Bas), Girl Blanche (Critérium des Jeunes, Prix Capucine, désormais Prix Albert Viel, Critérium des 5 Ans), Homérien (Prix d’Essai), Jolenka (Prix de Normandie), L’As d’Atout (Prix Capucine-Albert Viel) et autres Prince Atout (Prix des Flandres et du Calvados, à deux reprises ; deux fois deuxième du « Cornulier »).
Fandango a été un crack, qui, à la différence de Carioca II, s’est exprimé dans la durée. Pensez qu’il a signé trente-huit succès consécutifs, sous la selle, de 3 à 5 ans, restant invaincu dans cette discipline pendant plus de deux ans et demi ! Il a inscrit tous les classiques montés du programme à son palmarès, dont certains plusieurs fois, à savoir les Prix des Elites, à trois reprises, et le Prix des Centaures, par deux fois. Il remporta aussi deux « Cornulier », dont le premier à 4 ans, peu après son Prix de Vincennes victorieux (sic !), ce qu’il est le seul trotteur de l’histoire à avoir fait. Il avait également des moyens à l’attelage, où il s’octroya le Critérium des 3 Ans (N.D.L.R. : voir aussi, à ce sujet, notre encadré), puis se classa deuxième de celui des 4 Ans et troisième de celui des 5 Ans. Comme Carioca II, il fut acquis par les Haras Nationaux, qui le rendirent cependant, de façon assez incompréhensible, pour cornage…
Du coup, Fandango fit la monte dans le privé, chez les Ballière, où il se révéla un étalon de toute première grandeur, père, principalement, de Narvick DJ (Prix de Normandie, Prix de Paris), Nicias Grandchamp (Critérium des 3 Ans, Critérium des 5 Ans, Prix de l’Etoile, Prix de l’Atlantique, Saint-Léger des Trotteurs), Otkha, classique en Suède, Pacha Grandchamp (Prix de Vincennes), Paléo (Saint-Léger des Trotteurs), Prince des Veys (Prix de Cornulier), Quérido II (Prix de Cornulier, deux fois, Prix de France, deux fois, de Paris, deux fois, du Président de la République, des Elites), Ténébreuse D (Critérium des 5 Ans), Tibur, favorablement exporté en Scandinavie, Valmont (Prix de Normandie et des Elites), Catharina (Critérium des 5 Ans, Prix de l’Etoile, deuxième et troisième du Prix d’Amérique), Corlay (Prix de Normandie), Dame de Carreau (Critérium des 3 Ans), Flamenco (Prix des Elites) et autres.
La plupart des fils de Fandango ont bien produit, à l’image de Pacha Grandchamp, au palmarès lui aussi, on l’a vu, du Prix de Vincennes, mais force est de reconnaître que sa lignée mâle n’a pas la vigueur de celle de Carioca II, même si elle subsiste via l’améliorateur Gazouillis (ascendance Lutin d’Isigny-Firstly-Quérido II). Par ses filles, Fandango constitue, en revanche, un inestimable capital.

D’autres étalons phares, bien sûr, ont enlevé le Prix de Vincennes, tel Gaël (1931), auteur d’Abner, d’où le phénomène Jamin ; tel Atus II (1947), géniteur, notamment, de l’exceptionnelle Roquépine ; tel Quioco (1963), futur père de Jiosco, sacré quatre fois numéro un de nos étalons ; tel Podosis (1984), qui descend de Fandango par sa mère, tête de liste des pères de vainqueurs en 1998, au moment des exploits de son champion Gai Brillant, d’ailleurs vainqueur du Prix de Vincennes ; ou bien tel Scipion du Goutier (2009), le père des actuelles Bahia Quesnot et Erminig d’Oliverie ; sans compter qu’un Bird Parker (2014), par exemple, s’annonce fort bien. En regard, toutefois, figurent des déceptions ou semi-déceptions, comme, dans un passé relativement récent, Texas Charm (2010), Gai Brillant (1997) ou Eclair de Vandel (1995), voire, plus lointainement, Elpénor (1973), Bellino II (1970) ou Tabriz (1966). Il y a aussi des chevaux complètement oubliés, à l’instar d’Ighanian (1999), Fra Diavolo (1996), Dimitrio (1994) ou, en remontant le temps, Hippy Kermorvan (1976), Gauchy (1975), Caléo (1971)…

D’autres pourraient être cités, au sein d’un palmarès en fin de compte mélangé, y compris lorsque ce sont des femelles qui l’emportent, les futures matrones, telles Dapile (1928), Reine Charmeuse (1942) ou Karolyne (1957), côtoyant les presque anonymes Hésione D(1954), Jalinotte (1978) et autres Charmeuse Bégonia (1993).

Et avec l’appoint du Critérium ?

Il fut un temps où le doublé du Critérium des 3 Ans et du Prix de Vincennes, tenté, sans succès, l’an passé, par Gunilla d’Atout, était régulièrement l’objet des convoitises des meilleurs. Dans l’histoire des deux courses, il a tout de même été réussi une dizaine de fois, de 1929 à 2001. Pour autant, ces champions –car il faut être un champion pour mener à bien pareille prouesse– ont-ils été de grands reproducteurs ? Oui et non. Fandango (1952), bien sûr, l’a été, ainsi que nous le soulignons par ailleurs, mais on n’a guère le souvenir de la production d’un Fakir V (1930), d’un Igloo (1933) ou d’un Vaccarès II (1968). En revanche, Emblème Royal (1929) est le père de Varus (Critérium des 4 Ans, Prix du Président de la République) et de Son Petit Fils, un… petit-fils d’Uranie, qui fut deux fois deuxième du Prix de Paris et troisième du « Président » ; Emblème Royal a, en outre, été un père de mères intéressant. C’est le cas également d’Elope (1951), dont les filles ont produit Carnaval, qui résista au crack Bellino II dans un Prix des Centaures, ainsi que les frères Ersin (gagnant de sept semi-classiques ; placé des Prix de Cornulier, de Normandie, du Président de la République et des Centaures) et Franc Quito (Critérium des Jeunes, Prix Capucine, aujourd’hui Prix Albert Viel, Prix de Vincennes). Voronoff (1946), invaincu à 3 ans, fut, quant à lui, un bon père de vainqueurs, dont le meilleur produit fut l’excellente Kracovie, qui s’illustra dans l’exercice de la vitesse, s’imposant dans l’Elitloppet, le Grand Prix de la Loterie, la Flèche d’Europe et le Grand Prix d’Aby ou encore se classant deuxième du Yonkers International et de la Challenge Cup, aux Etats-Unis ; les classiques ou semi-classiques Neyja, Ob, Quassia A, Queyja, Séduisant M et Toréador II sont les autres contributions les plus notables de Voronoff. Dernier en date à avoir réussi la passe de deux, en 2001, Késaco Phédo se signale comme étant l’auteur d’Ave Avis (Critérium des 5 Ans) et de Cassandre d’Em (Prix de Vincennes), sans oublier les bons étrangers Caballion et Elles W. Phédo. Seule femelle à avoir gagné le Critérium des 3 Ans et le Prix de Vincennes –c’était en 1967–, Une de Mai n’a pu, de son côté, être jugée en tant que génitrice, n’ayant eu qu’un seul produit.

A voir aussi :
...
Ventes de Magny-Cours : sous la ligne de flottaison

Bien qu'elles ne revendiquent pas plus que le statut de ventes de services, la vacation de Magny-Cours, organisée par l'Association des Éleveurs de Trotteurs du Centre-Est à la Ferme du Marault, a eu du mal à générer de l'activité. ...

Lire la suite
...
Instant Grave ou la troisième de Matthieu Abrivard

Après la déception causée par Haldo des Champs en début de réunion, Matthieu Abrivard a vite retrouvé le sourire. Son bilan après six courses faisait ainsi afficher trois victoires ! Vainqueur pour son entraînement ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard monte d'un palier avec style

Passer d'un succès à Montignac à une épreuve Premium à Amiens pouvait, sur le papier, ne pas être une sinécure. Cela n'a nullement perturbé Idao de Tillard (Severino) qui a signé ce mercredi son quatrième succès en cinq tentatives. ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite